Archives de catégorie : Billets

Archéologie palatine et images

L’exposition d’« Alésia à Rome. L’aventure archéologique de Napoléon III », illustre l’apparition d’une nouvelle dynamique en archéologie en mettant à l’honneur les archives de fouilles. Elle montre une archéologie qui englobe, dès le milieu du XIXe siècle, un ensemble de pratiques scientifiques multiples parmi lesquelles les techniques de relevé qui occupent une place centrale dans les programmes scientifiques du Second Empire. On comprend mieux ainsi l’extrême richesse de cette période en matière de recherches archéologiques. Et pour cause, les deux décennies que couvrent le règne de Napoléon III sont marquées par un bouillonnement intellectuel en particulier en ce qui concerne les sciences de l’Antiquité ; non seulement les sites fouillés se multiplient, mais cette science qui n’en est pas encore véritablement une tend à s’institutionnaliser et à se donner des règles fondamentales fondées sur les travaux de pionniers, chacun dans leur domaine.

Continuer la lecture de Archéologie palatine et images

Le denier impossible

Le droit romain punit sévèrement la falsification des monnaies officielles : au plus tard à partir des années 80 av. n. è., la contrefaçon d’espèces d’or ou d’argent portant la marque de la cité se voit punie de peines allant de la déportation à la mort. Pourtant les monnaies d’argent de la République romaine sont massivement contrefaites et certains marchés urbains, en Italie comme en Espagne, ont tôt fait d’être inondés d’espèces frauduleuses1.

Les solutions mises en œuvre pour produire ces monnaies sont variées et témoignent de l’inventivité des faussaires, confrontés à des contraintes toujours renouvelées ; mais le procédé le plus communément employé consiste à appliquer par soudure une fine pellicule d’argent sur une rondelle de cuivre. Ces objets sont ensuite frappés à l’aide de coins (matrices) dont la gravure reproduit les types d’émissions officielles : on obtient ainsi des monnaies plaquées, de plus ou moins grande qualité.

En dépit du caractère sélectif des stratégies d’acquisition qui ont présidé au fil du temps à la formation des collections de la Bibliothèque nationale de France, les monnaies plaquées aux types de deniers romains républicains sont légion dans ses médailliers. Et c’est tant mieux ! Le phénomène de la fausse monnaie revêt une envergure massive à partir de la fin du IIe siècle av. n. è. et soulève de nombreuses questions qui intéressent plus largement l’histoire économique du bassin méditerranéen occidental. Or notre compréhension des techniques de production, des modes de diffusion et des usages de ces espèces irrégulières est encore balbutiante. Voici l’une de ces monnaies, qui avait retenu mon attention lorsque je consultais les plateaux de monnaies romaines républicaines de la BnF2.

Continuer la lecture de Le denier impossible

  1. Concernant l’Espagne, voir par exemple Marta Campo, « Producció i circulació de moneda falsa a la península Ibérica (s. IV. a.C.-I d.C.) », dans id. (coord.), Falsificació i manipulació de la moneda. XIV Curs d’història monetària d’Hispània, Barcelone, 2010, p. 23-39. []
  2. Pour la publication initiale et des références bibliographiques plus complètes, voir Charles Parisot-Sillon, « Modes de production des fausses monnaies romaines à l’époque républicaine. À propos des coins d’un denier fourré à la légende RVFVS·COS / Q·POM·RVFI », BSFN, 69/10, 2014, p. 304-308. []

Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

La bibliothèque nationale de France conserve de nombreux papiers d’érudits, savants, collectionneurs… disséminés dans différents fonds et départements. Ce billet propose un premier tour d’horizon d’un référencement en cours dans les collections. Il se veut le premier d’une série publiée dans ce carnet, qui sera l’occasion de présenter de manière plus détaillée des fonds particuliers.

Ce travail doit permettre à terme un enrichissement des instruments de recherche publiés dans les catalogues de la BnF et une mise en relation avec d’autres fonds d’archives.

Continuer la lecture de Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Pour cette rentrée 2020-2021, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions. Enfin, des bibliographies pour préparer les concours de l’enseignement sont également rassemblées en fin de ce billet.

Conférences et documentaires disponibles en ligne

  • Présentations de collections de la BnF en 2020
  • Cours du Collège de France en vidéo
  • Conférences de l’IFAO en ligne

Publications mises en ligne en 2020

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Continuer la lecture de Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Déballage, constats d’état, soclage, disposition et sécurisation… la première quinzaine du mois de juillet a été marquée au musée d’Histoire de Marseille par l’installation de l’exposition « Terre ! ». La scénographie tout en sobriété et en élégance conçue par Pascale Linderme (l’Agence privée) et fabriquée avec soin par l’entreprise Culbuto, qui transforme la salle d’exposition et colonise le hall du musée, est fin prête : il n’y manque que les vases… Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

Continuer la lecture de Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, « Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium » dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020

Les 19-21 juin se sont tenues les Journées européennes de l’archéologie en version numérique via la plateforme Archeorama, dans le contexte particulier du confinement #CultureChezNous.

Reconstitutions en 3D, reportages, visites virtuelles ou événements, toutes les activités numériques vous sont proposées pour vous faire découvrir l’archéologie1

Le site permet ainsi encore aujourd’hui un tour d’horizon de ressources disponibles en ligne pour les partenaires de cette édition, les ressources pouvant émarger à plusieurs catégories:

  • offre numérique – application mobile (3 résultats)
  • offre numérique – collection numérique (44 résultats)
  • offre numérique – jeux (48 résultats)
  • offre numérique – live (15 résultats)
  • offre numérique – ressource à télécharger (21 résultats)
  • offre numérique – vidéo et podcast en ligne (190 résultats)
  • offre numérique – visite virtuelle (81 résultats)
  • offre numérique – autre (51 résultats)

Pour l’occasion, le compte Twitter de Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, @GallicaBnF, avait concocté une sélection #Archeorama #JEA2020 en 18 tweets parmi les ressources numériques de la BnF. Retour sur ces journées enrichies de tous les liens:

Continuer la lecture de Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020

  1. extrait du site https://journees-archeologie.fr/. []

Alabastres royaux d’époque achéménide

Suite à la domination de l’Égypte par les Achéménides aux 6e-4e siècles av. J.-C. (sous la 27e dynastie perse, puis pendant la 31e dans la chronologie pharaonique), une forme de vase de prototype égyptien devient particulièrement prisée à travers l’Empire perse s’étendant de l’Indus à la mer Égée et la première cataracte du Nil (Fig. 1). Désigné sous l’appellation « alabastre »1 et bien répandu en Égypte et au Proche-Orient aux époques pré-perses, ce type de récipient constitue l’un des symboles les plus connus du luxe de la cour achéménide. L’apanage de la Couronne, la production et la diffusion à grande échelle de ces vases égypto-perses témoignent de l’importance de l’Égypte dans la composition du pouvoir politico-économique perse.

Fig. 1 – Carte de l’Empire achéménide et la répartition des alabastres à inscription royale, (© Sépideh Qahéri, fond de carte d’après Achemenet)

Continuer la lecture de Alabastres royaux d’époque achéménide

  1. Pour ce type de vaisselle et son appellation (alabastre ; alabastron­, alabastra), voir G. Pierrat-Bonnefois, « L’alabastre, un vase à parfum d’origine égyptienne ? », Dossiers d’Archéologie 337, 2010, p. 34-38 ; A. Squitieri, Stone Vessels in the Near East during the Iron Age and the Persian Period (c. 1200-330 BCE) (Archaeopress Ancient Near Eastern Archaeology 2), Oxford, 2017, p. 82-83. []

The Roman lead tokens in the BnF

Lire ce billet en français : Les tessères romaines en plomb de la BnF

One of the most neglected artefacts from Classical Antiquity are the tokens (so-called ‘tesserae’) from the Greek and Roman/Greco-Roman world. Bronze, lead, and clay tokens were used in Athens during the Classical and Hellenistic periods, and are also found elsewhere throughout the Mediterranean from the Hellenistic age. During the Roman Imperial period, tokens (mainly lead) continued to be used across the Empire by different groups. Ancient tokens have recently been the subject of study by the Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (funded by the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 678042).1

In Summer 2019, this project led us to study the major collection of ancient tokens kept at the Bibliothèque nationale de France (BnF). The recent digitization of these collections is an opportunity to  present these objects and what they teach us about the ancient Romans.

Continuer la lecture de The Roman lead tokens in the BnF

  1. You can read more about the project, as well as our findings to date, on our website. []

Les tessères romaines en plomb de la BnF

Read this post in English: Roman lead token in the BnF

Les tessères grecques et romaines constituent probablement un des types d’objets antiques les moins bien étudiés.  Ces jetons en bronze, en plomb et en argile furent en usage à Athènes pendant les périodes classique et hellénistique, ainsi que sur l’ensemble du pourtour méditerranéen à partir de l’époque hellénistique. Pendant la période impériale romaine, des tessères (principalement en plomb) continuèrent à être utilisées par différents groupes dans tout l’Empire. Ces objets ont récemment fait l’objet d’un vaste programme de recherche européen dans le cadre du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (financé par l’European Research Council (ERC), programme Horizon 2020 de l’Union Européenne, n° 678042)1.

C’est dans le cadre de ce projet que nous avons étudié les fonds de tessères romaines conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) durant l’été 2019. La numérisation récente des collections nous donne l’occasion de présenter ces objets et ce qu’ils nous apprennent des Romains de l’Antiquité.

Continuer la lecture de Les tessères romaines en plomb de la BnF

  1. Pour en savoir plus sur ce projet, consultez le site Internet. []

La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

À deux ans des célébrations du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes publié dans la fameuse Lettre à M. Dacier en septembre 1822, cet article esquisse des recherches en cours sur la naissance de l’égyptologie en France, son enseignement au sein de la discipline archéologique et la place de la Bibliothèque dans le paysage académique1. Durant les années comprises entre la Révolution et les travaux de Champollion, la bibliothèque tour à tour royale, impériale, nationale… joua un rôle de premier plan dans l’enseignement de l’archéologie et de l’intérêt pour l’Orient.

Continuer la lecture de La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

  1. Ces éléments sont issus d’une conférence donnée à l’invitation du cercle d’étude de la fondation Napoléon le 29 janvier 2019 et du Cercle Histoire de SciencesPo le 5 mars 2020 []

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte

Février 2020

Tablette d’écolier bilingue grec-copte

BnF, MMA, reg.Y.19920

Cette tablette d’écolier, conservée au département des Monnaies, médailles et antiques fait partie d’un lot d’objets reçus en don par l’helléniste Paul Perdrizet (1870-1938) qui a dirigé plusieurs missions archéologiques en Grèce (1899) ainsi qu’en Syrie (1924 et 1925) tout en séjournant régulièrement en Égypte (1912, 1933 ou 1935, 1936) comme en témoignent ses archives conservées à l’Université de Lorraine.

L’objet, donné en 1933, est indiqué comme provenant du Fayoum (une oasis située au sud-ouest du Caire) et daterait du VIIe siècle. Il s’agit d’une plaquette en bois (9,5x24cm) écrite des deux côtés au pinceau et munie d’une poignée antique mais postérieure à l’utilisation de cet objet, probablement par un écolier révisant ses leçons de copte et de grec.

Une étude publiée en 1991 indique que des traces de réécriture sont en effet visibles et détaille les différentes inscriptions : le recto comprend à la fois un exercice de syllabation, un alphabet grec et 6 lettres du copte fayoumique à droite ; au verso, la suite de l’exercice de syllabation, de nouveau l’alphabet grec suivi des 6 lettres coptes. Ce type d’exercice est habituel chez les écoliers débutants, qui se familiarisent d’abord avec l’alphabet grec avant de passer aux exercices syllabiques (bilitères puis trilitères) tout en apprenant les 6 lettres spécifiques de l’écriture copte. Cette écriture associe en effet les 24 lettres grecques à 6 héritées de l’égyptien hiéroglyphique afin de se rapprocher au mieux des sons utilisés par les premiers chrétiens vivant dans la Vallée du Nil.

La BnF conserve plusieurs types de documents en copte notamment des papyrus et des manuscrits et également des fragments d’inscriptions funéraires.

Hélène Virenque

Pour en savoir plus

P. Cauderlier, « Deux tablettes parisiennes en provenance d’Égypte, pour illustrer l’apprentissage des lettres grecques », dans N. Fick, J.-Cl. Carrière (éd.), Mélanges Étienne Bernand, Paris : les Belles lettres, 1991, p. 141-154. Disponible en ligne sur Persée : https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1991_ant_444_1_2796 (consulté le 6.02.2020)

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte", in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10520, [consulté le 18/10/2021].