Archives de catégorie : Billets

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

La Rome antique et le Risorgimento

Cet article est la conclusion du cycle consacré à la relecture de l’Antiquité durant le processus de construction nationale italienne dont les deux premiers articles ont respectivement abordé les sujets suivants :

Nous évoquerons ici trois aspects du mythe de la Rome antique dans la vie politique de la période pré-unitaire qui s’achève en 1870 avec la prise de Rome qui devient, alors, la capitale du nouveau royaume d’Italie :

  1. La Terza Roma et le récit national de l’italianité
  2. La République de 1849 entre droit romain et poésie patriotique
  3. Rome et le Mare nostrum

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

Archive : image du mois de mai 2021 : Le phare de Corinthe

Monnaie de Corinthe frappée sous le règne de Commode, vers 180-192 ap. J.-C. Bronze, 4,75 g (BnF, MMA, Fonds général 972)

Cette monnaie provinciale romaine émise sous le règne de l’empereur Commode (180 – 192 après J.-C.) – représenté au droit – montre au revers un phare et un bateau à voile avec des rames sur sa gauche. Le phare se compose de quatre niveaux d’élévation, chacun percé de plusieurs baies. L’inscription « C L I COR » (pour Colonia Laus Iulia Corinthiensis) confirme que cette monnaie de bronze a été frappée à Corinthe. Cette iconographie n’est à ce jour attestée à Corinthe que pour les émissions du règne de Commode1. Par ailleurs, la représentation de l’édifice varie sensiblement d’un exemplaire à l’autre. Dans quelle mesure ces monnaies offrent-elle des images fiables d’un phare qui aurait été bâti à Corinthe ? Ont-elles été frappées pour célébrer sa construction ou un réaménagement portuaire ?

Carte de l’isthme de Corinthe, 1771 (BnF, CPL, GE DD-2987 (6113)).

Continuer la lecture de Archive : image du mois de mai 2021 : Le phare de Corinthe

  1. Voir le RPC Online IV, n° 5119 et n° 7603. []

La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

L’abbé Jean Starcky (1909 – 1988) fut aumônier militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, compagnon de la Libération puis enseignant à l’Institut catholique de Paris. Chercheur au CNRS pendant près de 30 ans, directeur adjoint de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth de 1968 à 1971, il fut membre à partir de 1952 de l’équipe internationale chargée de déchiffrer les manuscrits de la Mer Morte (ou manuscrits de Qumrân). L’abbé Starcky était surtout un spécialiste de l’araméen, langue parlée notamment dans la Syrie antique et consacra l’essentiel de ses travaux à la cité de Palmyre, aux manuscrits de Qumrân et aux Nabatéens. Il fonda le musée Bible et Terre Sainte en 1957 avec, entre autres, le chanoine René Leconte. Il participa également très tôt à la revue éponyme1. Tous deux possédaient une importante collection d’objets provenant du Levant (monnaies, papyrus, tablettes d’argile, lampes à huile…) qu’ils donnèrent au musée nouvellement créé.

Jean Starcky à Pétra (Gawlikowski 1990).

Le projet de rénovation du musée de l’association Bible et Terre Sainte, installé depuis 1969 dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, a conduit à l’établissement d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France dans le but de cataloguer la collection numismatique puis de faire des recommandations pour exposer les monnaies les plus remarquables. En 2020, contact fut pris avec Frédérique Duyrat et Julien Olivier, respectivement Directeur et chargé de la collection des monnaies grecques au département des Monnaies, médailles et antiques. En accord avec le bureau de l’association Bible et Terre Sainte, ils me proposèrent de procéder à l’identification et au classement des monnaies dans le cadre d’un stage rémunéré2. La collection, forte de 3219 monnaies, fut déposée à la BnF pour expertise dans la foulée ; le stage se déroula de septembre à novembre 2020 puis de janvier à mars 2021.

Ce billet est l’occasion de présenter à la fois le travail accompli et un fonds numismatique centré sur les monnayages levantins de l’Antiquité aussi riche que méconnu.

Le site de l’association Bible et Terre Sainte

Continuer la lecture de La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

  1. La revue changea de nom en 1977 pour devenir Le Monde de la Bible. []
  2. Julien Olivier, avec Arnaud Suspène, est l’un de mes co-directeurs de recherche dans le cadre de mon mémoire de Master : « La naissance du monnayage d’or lagide », Université d’Orléans. []

Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures

L’objet de notre attention (fig. 1) est un camée antique en sardoine à deux couches blanche et brune, probablement réalisé dans le dernier quart du Ier s. av. J.-C. et conservé au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (inv. camée.79) depuis 17991. Continuer la lecture de Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures

  1. Avisseau-Broustet 2016, p. 113. []

Gabriel de Rumine, un « gentilhomme russe photographe » devant les grands sites de la Méditerranée

Le souvenir de Gabriel de Rumine (Lausanne, 16 janvier 1841-Bucarest, 6 juin 1871) est attaché à la ville de Lausanne. Son legs très généreux assura l’édification du Palais qui porte son nom, achevé en 1906 pour abriter une université, une bibliothèque et plusieurs musées. Ce personnage, mort à trente ans, se fraye une destinée romanesque dont on perçoit mal, cependant, la trame continue, tant elle est éclatée entre des lieux divers, des intérêts multiples, des cercles différents.

Continuer la lecture de Gabriel de Rumine, un « gentilhomme russe photographe » devant les grands sites de la Méditerranée

Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de « porcelaine », employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en « faïence égyptienne », terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans « les ruines de la ville » au nord du grand temple ; le second est dit « sans provenance exacte », mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de « porcelaine égyptienne » : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : « Des sous-produits de l’artisanat égyptien ? » []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []

Archéologie palatine et images

L’exposition d’« Alésia à Rome. L’aventure archéologique de Napoléon III », illustre l’apparition d’une nouvelle dynamique en archéologie en mettant à l’honneur les archives de fouilles. Elle montre une archéologie qui englobe, dès le milieu du XIXe siècle, un ensemble de pratiques scientifiques multiples parmi lesquelles les techniques de relevé qui occupent une place centrale dans les programmes scientifiques du Second Empire. On comprend mieux ainsi l’extrême richesse de cette période en matière de recherches archéologiques. Et pour cause, les deux décennies que couvrent le règne de Napoléon III sont marquées par un bouillonnement intellectuel en particulier en ce qui concerne les sciences de l’Antiquité ; non seulement les sites fouillés se multiplient, mais cette science qui n’en est pas encore véritablement une tend à s’institutionnaliser et à se donner des règles fondamentales fondées sur les travaux de pionniers, chacun dans leur domaine.

Continuer la lecture de Archéologie palatine et images

Le denier impossible

Le droit romain punit sévèrement la falsification des monnaies officielles : au plus tard à partir des années 80 av. n. è., la contrefaçon d’espèces d’or ou d’argent portant la marque de la cité se voit punie de peines allant de la déportation à la mort. Pourtant les monnaies d’argent de la République romaine sont massivement contrefaites et certains marchés urbains, en Italie comme en Espagne, ont tôt fait d’être inondés d’espèces frauduleuses1.

Les solutions mises en œuvre pour produire ces monnaies sont variées et témoignent de l’inventivité des faussaires, confrontés à des contraintes toujours renouvelées ; mais le procédé le plus communément employé consiste à appliquer par soudure une fine pellicule d’argent sur une rondelle de cuivre. Ces objets sont ensuite frappés à l’aide de coins (matrices) dont la gravure reproduit les types d’émissions officielles : on obtient ainsi des monnaies plaquées, de plus ou moins grande qualité.

En dépit du caractère sélectif des stratégies d’acquisition qui ont présidé au fil du temps à la formation des collections de la Bibliothèque nationale de France, les monnaies plaquées aux types de deniers romains républicains sont légion dans ses médailliers. Et c’est tant mieux ! Le phénomène de la fausse monnaie revêt une envergure massive à partir de la fin du IIe siècle av. n. è. et soulève de nombreuses questions qui intéressent plus largement l’histoire économique du bassin méditerranéen occidental. Or notre compréhension des techniques de production, des modes de diffusion et des usages de ces espèces irrégulières est encore balbutiante. Voici l’une de ces monnaies, qui avait retenu mon attention lorsque je consultais les plateaux de monnaies romaines républicaines de la BnF2.

Continuer la lecture de Le denier impossible

  1. Concernant l’Espagne, voir par exemple Marta Campo, « Producció i circulació de moneda falsa a la península Ibérica (s. IV. a.C.-I d.C.) », dans id. (coord.), Falsificació i manipulació de la moneda. XIV Curs d’història monetària d’Hispània, Barcelone, 2010, p. 23-39. []
  2. Pour la publication initiale et des références bibliographiques plus complètes, voir Charles Parisot-Sillon, « Modes de production des fausses monnaies romaines à l’époque républicaine. À propos des coins d’un denier fourré à la légende RVFVS·COS / Q·POM·RVFI », BSFN, 69/10, 2014, p. 304-308. []

Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

La bibliothèque nationale de France conserve de nombreux papiers d’érudits, savants, collectionneurs… disséminés dans différents fonds et départements. Ce billet propose un premier tour d’horizon d’un référencement en cours dans les collections. Il se veut le premier d’une série publiée dans ce carnet, qui sera l’occasion de présenter de manière plus détaillée des fonds particuliers.

Ce travail doit permettre à terme un enrichissement des instruments de recherche publiés dans les catalogues de la BnF et une mise en relation avec d’autres fonds d’archives.

Continuer la lecture de Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Pour cette rentrée 2020-2021, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions. Enfin, des bibliographies pour préparer les concours de l’enseignement sont également rassemblées en fin de ce billet.

Conférences et documentaires disponibles en ligne

  • Présentations de collections de la BnF en 2020
  • Cours du Collège de France en vidéo
  • Conférences de l’IFAO en ligne

Publications mises en ligne en 2020

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Continuer la lecture de Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Déballage, constats d’état, soclage, disposition et sécurisation… la première quinzaine du mois de juillet a été marquée au musée d’Histoire de Marseille par l’installation de l’exposition « Terre ! ». La scénographie tout en sobriété et en élégance conçue par Pascale Linderme (l’Agence privée) et fabriquée avec soin par l’entreprise Culbuto, qui transforme la salle d’exposition et colonise le hall du musée, est fin prête : il n’y manque que les vases… Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

Continuer la lecture de Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, « Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium » dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020

Les 19-21 juin se sont tenues les Journées européennes de l’archéologie en version numérique via la plateforme Archeorama, dans le contexte particulier du confinement #CultureChezNous.

Reconstitutions en 3D, reportages, visites virtuelles ou événements, toutes les activités numériques vous sont proposées pour vous faire découvrir l’archéologie1

Le site permet ainsi encore aujourd’hui un tour d’horizon de ressources disponibles en ligne pour les partenaires de cette édition, les ressources pouvant émarger à plusieurs catégories:

  • offre numérique – application mobile (3 résultats)
  • offre numérique – collection numérique (44 résultats)
  • offre numérique – jeux (48 résultats)
  • offre numérique – live (15 résultats)
  • offre numérique – ressource à télécharger (21 résultats)
  • offre numérique – vidéo et podcast en ligne (190 résultats)
  • offre numérique – visite virtuelle (81 résultats)
  • offre numérique – autre (51 résultats)

Pour l’occasion, le compte Twitter de Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, @GallicaBnF, avait concocté une sélection #Archeorama #JEA2020 en 18 tweets parmi les ressources numériques de la BnF. Retour sur ces journées enrichies de tous les liens:

Continuer la lecture de Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020

  1. extrait du site https://journees-archeologie.fr/. []