Archives de catégorie : Billets

L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

En 1795, le savant naturaliste Aubin-Louis Millin (1759-1818) succède à l’abbé Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795) à la charge de « garde des médailles du Cabinet des médailles »1. Cette année a également été décidée la création d’un Muséum des Antiques, dont la fondation entraîne la création d’un poste de conservateur ayant la charge de mettre en valeur les collections du département et de donner des leçons sur ces objets et les thématiques qu’ils mobilisent.

Portrait d’Aubin-Louis Millin, membre de l’Institut. RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau)

Continuer la lecture de L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

  1. Cette étude est issue d’une thèse de doctorat, en cours de publication : Élise Lehoux, « La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique : France Allemagne (1720-1850) », sous la direction de François Lissarrague, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2015, 2 vol. []

Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits

Jean Hatzfeld à Salonique, 1917-1918, cl. fourni par Sylvie et Michel Dreyfus et publié avec leur aimable autorisation

Grâce à la générosité de ses enfants et petits-enfants, le département des Manuscrits a reçu en don en 2017 la correspondance de l’helléniste Jean Hatzfeld (1880-1947), dont les ouvrages, publiés entre 1919 et 1945, restent des références incontournables pour les études grecques. Le fonds est en cours d’inventaire sur le catalogue des archives et manuscrits de la BnF, en espérant qu’il saura susciter l’intérêt des hellénistes, historiens du monde universitaire ou de l’armée d’Orient.

Continuer la lecture de Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits

Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Salammbô : 5e acte, le forum, mort de Salammbô, estampe / Y. M. [sig.], 1892 (BnF, BMO, ESTAMPES SCENES Salammbo 34)
Dès sa parution en novembre 1862, Salammbô, le « roman carthaginois » de Gustave Flaubert, déclencha une vive polémique. L’incomplétude des connaissances archéologiques et historiques sur Carthage rendait en effet l’exercice périlleux, et le résultat a hérissé tant les tenants du réalisme dans le roman que les antiquaires et archéologues. Pourtant Flaubert réitère à de nombreuses reprises son absence de prétention à l’exactitude scientifique, et le statut de roman de son œuvre. Qui plus est, il prépare Salammbô par des recherches abondantes, notamment au Cabinet des médailles de la Bibliothèque impériale. Continuer la lecture de Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

The Core and the Gilding: the First Fake Coins in the Western World

Stater, electrum, Phocaea, Ionia, end 7th-mid 6th BC, 16,06g. Obverse, lion head left ; reverse, incuse square (BnF, MMA, Luynes 2655)

Lire ce billet en français : L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

The earliest coins struck in the Western world date from the last third of the 7th century BC. They were produced in Asia Minor, in the western part of present-day Turkey, where Greek cities and Hellenized indigenous peoples cohabited. These are metal pellets stamped by the issuing authority to guarantee their value, in particular the weight and quantity of precious metal they contain. The novelty of these objects lies in the fact that these coins can be counted, in contrast to the prior practice of weighing metals. The other characteristic of these currencies is that they are legal objects issued by an authority. The Greek name of the currency is nomisma, a word that comes from nomos, ‘law’. In spite of this etymology, it must be noted that forgeries were invented at the same time as the coins guaranteed by the State. Continuer la lecture de The Core and the Gilding: the First Fake Coins in the Western World

L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

Statère, électrum, Phocée, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 16,06 g. Au droit, tête de lion à gauche ; au revers, un carré creux (BnF, MMA, Luynes 2655)

Read this post in English: The Core and the Gilding: the first fake coins in the Western world

Les plus anciennes monnaies frappées dans le monde occidental datent du dernier tiers du VIIe siècle avant J.-C. Elles ont été produites en Asie mineure, dans la partie occidentale de l’actuelle Turquie, où cités grecques et peuples autochtones hellénisés cohabitent. Il s’agit de pastilles de métal estampillées par l’autorité émettrice qui en garantit la valeur, notamment le poids et la quantité de métal précieux qu’elles contiennent. La nouveauté de ces objets réside dans le fait que ces monnaies se comptent, contrairement à l’usage antérieur de peser les métaux. L’autre caractéristique de ces monnaies est qu’elles sont des objets légaux émis par une autorité. Le nom grec de la monnaie est nomisma, un mot qui vient de nomos, la loi. Malgré cette étymologie, il faut constater que les faux ont été inventés en même temps que la monnaie garantie par l’État. Continuer la lecture de L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

Francesco Salvolini : le disciple controversé de Champollion

Durant l’été 1830, un jeune italien passionné de langues orientales et fasciné par l’Égypte ancienne, Francesco Salvolini (1809-1838), arriva à Paris pour poursuivre ses études avec Jean-François Champollion.

Portrait de Francesco Salvolini © Pinacoteca Comunale di Faenza.

Continuer la lecture de Francesco Salvolini : le disciple controversé de Champollion

Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle)

Carton d’André Morell, 1686. BnF, MMA, Γ 70 (55×40 cm)

Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve une très importante suite de monnaies ptolémaïques. Dans la perspective de sa publication a été entrepris le dépouillement systématique des registres, inventaires et archives relatifs à ce fonds afin de décrire les grandes étapes de l’enrichissement de la collection depuis la fin du XVIIe siècle. Continuer la lecture de Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle)

L’Antiquité à la BnF

La richesse des collections

collections de la bibliothèque nationale de France
Collections de la Bibliothèque nationale de France

La BnF  a pour mission de collecter, conserver, enrichir et communiquer le patrimoine documentaire national. Par son histoire et ses missions, l’établissement abrite une très grande diversité de collections ayant trait à l’Antiquité et à sa réception.

Continuer la lecture de L’Antiquité à la BnF

La bibliothèque des ducs de Luynes à la BnF

Ex-libris de la bibliothèque des Luynes
Ex-libris de la bibliothèque des Luynes, aux armes du château de Dampierre, demeure familiale dans la vallée de Chevreuse

Décembre 2016 a connu la fin du traitement d’un ensemble d’ouvrages ayant appartenu à la famille de Luynes.

Continuer la lecture de La bibliothèque des ducs de Luynes à la BnF

Les ressources électroniques à la BnF

L’Antiquité est partout à la BnF et pas uniquement grâce aux livres et objets qu’elle conserve ! Les collections relevant des mondes antiques sont en effet très présentes dans les différents catalogues ou bases développés par la BnF ou auxquelles elle donne accès, sur place ou à distance.

Continuer la lecture de Les ressources électroniques à la BnF