Archives de catégorie : Billets

L’éclat des vases du Cabinet des médailles -6.1- Scène d’atelier : un colosse aux oreilles d’argile

Vous avez visité le musée de la BnF… mais avez-vous vraiment tout vu ? Regardez de plus près – et voyez comme on ne les a jamais vus ! –, certains des chefs-d’œuvre de la collection des vases du département des Monnaies, médailles et antiques en suivant les étapes et en découvrant les enjeux de leur restauration.

Introduction : plantons le décor

Figure 1 : Deux femmes chez les satyres : émissaire contraire (Iris) et compagne rétive (ménade). Le skyphos De Ridder.840. Athènes, 460-450 av. J.-C. H. 25 cm ; D. 30,7 cm. Prov. Pouille avant restauration. © Serge Oboukhoff / BnF-CNRS-MSH Mondes

Sur chacune des faces d’un profond skyphos, deux satyres chahutent une femme qu’ils encadrent. Ici (fig. 1 gauche) c’est l’avancée (l’arrivée ?) de la messagère des dieux, Iris, les ailes éployées, et le chiton (tunique de lin plissée) gracieusement relevé en écho, qui suscite la surprise de deux satyres, couronnés de feuillage pour prendre part à une célébration, on le verra. Là (fig. 1 droite), une ménade (dans laquelle on a parfois voulu reconnaître Ariane) élégamment vêtue s’éloigne thyrse au poing alors qu’un satyre s’approche d’un pas dansant et que son compère s’absorbe dans la contemplation d’un canthare (vase à boire le vin pourvu de deux grandes anses verticales) – peut-être celui de Dionysos lui-même, le dieu du vin que servent ces créatures d’excès, mi-hommes, mi-chevaux. Dans le champ résonnent des acclamations à la beauté d’un jeune homme (ho pais kalos, cinq fois).

Continuer la lecture de L’éclat des vases du Cabinet des médailles -6.1- Scène d’atelier : un colosse aux oreilles d’argile

Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

Dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques on compte aujourd’hui vingt-six stèles puniques votives provenant de Carthage, en Tunisie. Elles font figure de rescapées d’un voyage plus ou moins tumultueux de part et d’autre de la Méditerranée à la fin du XIXe siècle puis d’accords entre différentes institutions parisiennes dans la première moitié du XXe s. L’une1 d’entre elles est aujourd’hui exposée dans les nouvelles salles du musée de la BnF, représentante d’une ample collection très intéressante sous bien des angles, dont leur provenance.

Stèle punique exposée dans le musée de la BnF. BnF, MMA,  Inv.54.pun.26 (photo : L. Détrez)

Vingt-cinq stèles votives puniques proviennent de deux missions archéologiques et épigraphiques menées d’une part par Évariste Pricot de Sainte-Marie2 entre 1873 et 1876, et d’autre part par Ernest Babelon et Salomon Reinach3 entre 1883 et 1884. Une dernière stèle4 a été donnée en 1898 par l’épouse d’Edmond Le Blant, directeur de l’École française de Rome de 1882 à 1888.

Continuer la lecture de Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

  1. BnF, MMA, Inv.54.pun.26. []
  2. Inventaire des 13 stèles Sainte-Marie actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : Inv. 54.pun.1 = S.M.1515 = B.N.14 = CIS 183 ; inv.54.pun.10 = S.M.475 = B.N.61 = CIS 1083 ; inv.54.pun.11 = S.M.2120 = B.N.8 = CIS 1576 ; Inv. 54.pun.12 (CIS 1826) ; inv.54.pun.13 = S.M.1863 = B.N.60 = CIS 1863 d’après inv. BN-CIS ; inv.54.pun.14 ; inv.54.pun.15 = CIS 1886 ; inv.54.pun.16 = B.N. 1655 ; inv.54.pun.2 = S.M.76 = B.N. 55 = CIS 617 ; inv.54.pun.3 = S.M. 77 = B.N. 59 = CIS 618 ; inv.54.pun.4 = S.M. 524 = B.N. 72 = CIS 689 ; inv.54.pun.6 = S.M. 1671 = B.N. 109 = CIS 838 ; inv.54.pun.7 = S.M. 2128 = B.N. 27 = CIS 916 ; inv.54.pun.8 = S.M. 919 = B.N. 15 = CIS 919 ; inv.54.pun.9 = S.M. 2150 = BN. 1 = CIS 921. []
  3. Inventaire des 13 stèles Babelon – Reinach actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : inv.54.pun.18 (B.N. 1716, CIS 2130), inv.54.pun.19 (B.N. 1690, CIS 2166), inv.54.pun.20 (B.N. 1663, CIS 2170), inv.54.pun.21 (B.N. 1603, CIS 2174), inv.54.pun.22 (B.N. 1626, CIS 2180), inv.54.pun.23 (B.N. 1667), inv.54.pun.25 (B.N. 1675), inv.54.pun.26 (CIS 2204), inv.54.pun.27 (B.N. 1720, CIS 2207), inv.54.pun.28 (B.N. 1726). []
  4. Inv.54.pun.29. []

Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

Il y a presque un siècle la collection Froehner faisait son entrée au sein du Cabinet des Médailles1. Cet ensemble archéologique conséquent (env. 3500 œuvres) mêlant petits objets de valeur, statuettes, bijoux, inscriptions, « constitue, pour le Cabinet des médailles, un enrichissement de premier ordre, comparable pour la qualité, au don du duc de Luynes »2. Si ce n’est ni dans son caractère esthétique, ni dans son aspect spectaculaire que s’exprime la qualité de la collection de ce chercheur allemand, c’est bien dans son intérêt scientifique. La collection Froehner est en effet celle d’un antiquaire qui a vécu dans la France de la Belle Époque : historien de l’antiquité, archéologue, philologue, numismate et quelque peu byzantiniste, Wilhelm Froehner (1834-1925) était tout cela à la fois, avec une prédilection nettement marquée pour l’antiquité classique. Ses intérêts multiples l’ont conduit à rassembler, dans une accumulation digne de celle d’une Schatzkammer3 princière allemande, des petits objets archéologiques divers sur les plans typologiques, chronologiques, matériels et fonctionnels, le plus souvent inscrits. La collection Froehner nous invite ainsi à passer du strigile en bronze au manche de fouet de cocher en ivoire, du timbre amphorique grec à l’intaille d’époque romaine, du plat en sigillée au décret impérial en grec, de la balle de fronde en plomb à la bague osque en or, dans un mélange parfois déroutant. Comment classer, étudier, conserver un tel ensemble, d’aspect si hétéroclite ?

Alice Grégoire, Buste de Wilhelm Froehner, 1870, BnF MMA buste 1 sur Gallica

Continuer la lecture de Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

  1. Enregistrement : le 18 décembre 1929, n° 12702 du registre Y. []
  2. Salomon Reinach, « A propos de W. Froehner », Revue archéologique, juillet-septembre 1925, p. 140-154 en ligne sur Gallica. []
  3. « salle du trésor » en allemand. []

Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Dans ma nouvelle publication Quo vadis, Cabiria and the ‘Archeologists’, j’examine la manière dont les premiers longs métrages italiens sur l’Antiquité tels que Quo vadis? (1913) et Cabiria (1914) se sont appropriés la culture du XIXsiècle : la littérature, le théâtre et – surtout – la peinture d’artistes ‘archéologistes’ tels que Jean-Léon Gérôme, Lawrence Alma-Tadema et Georges-Antoine Rochegrosse. J’ai également cherché à explorer, notamment pour Cabiria, le rapport entre l’iconographie du cinéma et l’état de l’archéologie et des collections muséales au début du XXsiècle. Pour l’épopée Cabiria, qui se déroule en Sicile, à Carthage et à Cirta (l’actuelle Constantine) pendant la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.), il s’agissait de rechercher des études sur l’archéologie de Carthage de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, mais aussi de faire des recherches, par exemple, au Musée du Louvre. Il en est ressorti que certains motifs tels que les chevaux et les éléphants ne se retrouvent pas tant dans la collection du Louvre que plutôt sur les monnaies puniques de la collection de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Lire un papyrus égyptien au XXIe siècle : édition numérique du papyrus Prisse (1800 av. è. c.)

Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France, le papyrus Prisse est l’un des plus anciens manuscrits littéraires connus. Produit à l’aube du deuxième millénaire avant notre ère, c’est un rouleau de plus de 7 mètres de long sur 15 cm de haut. Le papyrus est un recueil d’enseignements, une sorte de bibliothèque en réduction. Malgré la mise en scène de personnages historiques d’un passé ancien et prestigieux – des vizirs de l’Ancien Empire, au temps des pyramides – le rouleau et ses textes datent du Moyen Empire (1640-2063 av. è. c.) et plus précisément de la 12e dynastie (1781-1991 av. è. c.), au temps des Sésostris. C’est l’époque d’épanouissement de la littérature égyptienne, qui explore les valeurs et la vision du monde des membres de l’élite, proches du pouvoir.

Visionneuse en ligne du papyrus permettant de suivre la traduction sur le document original, avec possibilité d’afficher/ne pas afficher la transcription en hiéroglyphes et la translittération.

Le programme de recherche ÉCRITURES mène une réflexion sur tous les éléments de signification, qui contribuent au sens d’un manuscrit, au-delà du seul message linguistique : de la philologie traditionnelle aux humanités numériques, en passant par l’interprétation à haute voix, quels sont les moyens à notre disposition pour donner au lecteur moderne une expérience du manuscrit ancien qui soit au plus proche de ce qu’elle pouvait être pour le scribe antique ?

Continuer la lecture de Lire un papyrus égyptien au XXIe siècle : édition numérique du papyrus Prisse (1800 av. è. c.)

L’Agenda de l’Antiquité 2023-2024

En cette rentrée 2023, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions en cours ou à venir, en France et à l’étranger. L’Antiquité est particulièrement mise à l’honneur par l’Inrap qui consacre sa saison scientifique et culturelle 2023 à cette période : Une saison antique! 

Bonne lecture et bonnes découvertes !

Conférences disponibles en ligne

scène de combat, fin Ve s. av. J.-C., Syrie, calcédoine, MMA Seyrig.1973.1.502

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2023-2024

Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

Dans les magasins de la BnF se trouvent des trésors inconnus du public. Parmi eux, des milliers de fragments de papyrus, de parchemin et de papier inscrits en grec ancien, démotique, copte et arabe1 attendent patiemment d’être redécouverts. Ces documents, légués à la BnF par Seymour de Ricci (1881-1942), un érudit bibliophile, sont conservés dans des boîtes en carton, certains encore en vrac. Malgré quelques campagnes d’identification et de conditionnement2, le nombre et la variété des documents ont découragé les bibliothécaires et les conservateurs de les traiter dans leur totalité à leur arrivée.

Boîte n°2 du fonds Seymour de Ricci, boîte en carton vue de l’extérieur.

Lors du Congrès international de papyrologie de 2022 qui s’est tenu à Paris, le fonds Seymour de Ricci a été mentionné pour attirer l’attention de la communauté scientifique sur l’importance des fragments encore inédits3. Ainsi, la BnF souhaite maintenant les rendre accessibles aux groupes de recherche, autant intellectuellement que physiquement, en les inventoriant et en les conditionnant.

Boîte n°10 du fonds Seymour de Ricci, boîte en fer blanc vue de l’intérieur, fragments de papyrus et de cartonnage de momie.

Continuer la lecture de Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

  1. L’écriture hiéroglyphique, apparue à la fin du VIe millénaire av. J.-C., est employée pour les textes religieux tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne. Le hiératique, sa simplification, est attesté pour la pratique quotidienne à partir du IIIe millénaire av. J.-C. avant d’être progressivement supplanté par sa propre simplification, le démotique, au VIIe siècle av. J.-C. Au IIIe siècle ap. J.-C., les chrétiens d’Égypte utilisent le copte, dérivé du démotique, comme langue liturgique, qu’ils écrivent avec l’alphabet grec augmenté de caractères démotiques. Lors de la conquête de l’Égypte par les Arabes en 641 ap. J.-C., l’arabe devient la langue officielle du pays. []
  2. Ces campagnes ont permis la cotation et le reconditionnement des documents suivants : Egyptien 240, 241, 242, 245, 246, Supplément grec 1291, 1294, 1336-1340, Copte 164, 165, 169, 170, 171, 172, 173, 174, Nouvelle acquisition latine (NAL) 3147 et Arabe 7075-7076, 7191-7203, en grande partie numérisés sur Gallica. []
  3. Desclaux Vanessa. “La collection papyrologique « orientale » de la Bibliothèque nationale de France”, XXXe Congrès international de papyrologie, conférence présentée à Paris, 30 juillet 2022. []

L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Le médaillier des faux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – habituellement nommé Cabinet des médailles –renferme quelques milliers de monnaies grecques. Beaucoup sont des copies plus ou moins convaincantes de monnaies authentiques, fabriquées par des faussaires espérant berner les amateurs de monnaies anciennes. Plus rares sont les pièces reconnues comme fausses qui constituaient aussi une nouveauté, ce que les spécialistes nomment un « inédit », soit une monnaie présentant une iconographie, une légende, un détail, etc., jusque-là inconnu.

La monnaie cotée AA.GR.27101 appartient résolument à cette seconde catégorie. Il s’agit d’une pièce d’or pesant 5,32 g – une drachme ? – avec au droit une tête féminine à droite pourvue de boucles d’oreille et d’un collier – Artémis -, et au revers d’un lion agressif à droite surmonté de l’inscription grecque MAΣΣA. L’iconographie et la légende renvoient aux séries monétaires de la cité de Massalia, l’antique Marseille.

Faux moderne. “Drachme” d’or de Massalia, 5,33 g. (BnF, MMA, AA.GR.27101)

Un faux moderne

Si d’importantes émissions d’argent de de bronze sont attribuées à l’atelier massaliote, aucun monnayage d’or n’a à ce jour été assigné à cette cité . En 1771 déjà Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent (1718-1798), éminent numismate d’Aix-en-Provence, évoquait ainsi le sujet :

Continuer la lecture de L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

La référence à l’antiquité est constante dans le corpus des iconologies1, dès l’édition princeps de Ripa en 15932. Elle y prend différentes formes. En premier lieu, elle justifie chez Ripa la composition-même de son ouvrage, lui qui entend analyser la méthode permettant de donner une forme sensible à la définition – au sens aristotélicien – des concepts3. Dès le titre, il indique décrire des images universelles « tirées de l’Antiquité et d’autres lieux4 ». Pour appuyer sa démarche, dans son Proemio, il se réfère à Aristote, à Platon, à Pythagore et plus généralement aux « philosophes » et aux « prophètes », mais aussi à la « sapience des Égyptiens », fut-ce pour la critiquer.

Ce sont encore ces références qui lui servent d’argument dans le corps d’ouvrage, l’humaniste italien n’hésitant pas à additionner les sources pour motiver ses propositions iconographiques. Ainsi, pour expliquer la présence de la salamandre dans la personnification du feu, il écrit :

Della salamandra Plinio nel lib. 10 cap. 67 dice, che è animale simile alla lcertola, pieno di stelle, il quale non vien mai, se non à tempo di lunghe pioggie, & per sereno manca.

Questo animale è tanti freddo, che spegne il fuoco tocco non altrimente, che farebbe il ghiaccio, & dicesi anco, che quest’animale sta, & vive nel fuoco, & più tosto l’estingue, che da quello riceva nocumento alcuno, come dicono Aristotele, & altri scritori delle cose naturali5.

Les auteurs convoqués étayent l’argumentation en raison de l’ancienneté de leurs écrits, qui leur confère force de preuve, et en tant que caution intellectuelle.
Les suiveurs de Ripa n’agissent pas autrement, dans la majorité des cas. Ils en appellent aux sources littéraires antiques comme autant d’autorités qui prouvent que non seulement on peut représenter tel ou tel concept de telle ou telle manière, mais encore, on le doit. Pourtant, plus les éditions se multiplient, plus les compositions proposées et l’interprétation des attributs varient d’un iconologiste à l’autre. Plus encore, certains n’hésitent pas à remettre explicitement en cause les choix de Ripa6.

Continuer la lecture de Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

  1. Nous désignons par iconologies l’ensemble des publications qui s’inscrivent dans la filiation de l’Iconologia de Cesare Ripa et qui proposent des solutions visuelles pour représenter les concepts, associant personnification et attributs ou, dans certains cas, des combinaisons d’attributs sans personnification. []
  2. Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. Voir sur Gallica. []
  3. Cesare Ripa, « Proemio » dans Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. []
  4. Voir note 1. []
  5. « Pline dit de la salamandre au chapitre 10, chapitre 67, que c’est un animal semblable au lézard, plein d’étoiles, qui ne vient jamais qu’au moment des longues pluies, et quand la pluie vient à manquer. Cet animal est si froid qu’il n’éteint pas le feu autrement que ne le ferait la glace, et l’on dit aussi que cet animal vit dans le feu et l’éteint plus vite qu’il n’en reçoit de mal, comme le disent Aristote et d’autres qui ont écrit sur les choses naturelles. » Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione di diverse Imagini cavate dall’antichità, & di propria inventione, Rome, Lepido Faci, 1603. Notons que dès cette deuxième édition de l’ouvrage, dans le titre, les « autres lieux » sont devenus « sa propre invention » []
  6. Charles-Étienne Gaucher, Hubert-François Gravelot, Charles-Nicolas Cochin, Iconologie ou traité des allégories, Paris, Lattré, 1795, p. XI []

Pointu! La restauration fondamentale d’un chef-d’œuvre du Peintre d’Achille

Le musée de la BnF a rouvert ! En vitrines comme en réserve, certains vases ont changé d’aspect… C’est que les cinq ans de fermeture au public ont été l’occasion d’une ambitieuse compagne de restauration dont la série de « L’éclat des vases du Cabinet des médailles » continue de se faire l’écho.

Le volet céramique de la borne « Restaurer » en salle Ovale © Louise Détrez

À Richelieu, venez découvrir les deux dispositifs que le service des éditions de la BnF lui a consacrés : en Salle Ovale, l’un des volets de la borne « Restaurer » retrace les étapes de la restauration du grand skyphos du Peintre de Pantoxéna, tandis que le « compagnon de visite » du musée, sur votre smartphone, explicite les enjeux de la restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille.

© BnF

« Rétablir la partie antique isolée de toutes ses restaurations »1.

À l’été 2022, une opération de près de deux ans s’achève au C2RMF : l’étude préalable suivie de la restauration fondamentale de l’amphore pointue du Peintre d’Achille, véritable point d’orgue de la campagne de restauration organisée à la faveur de la fermeture du site Richelieu. Encadrée par un comité scientifique2, coordonnée par des conservatrices du patrimoine3 et mise en œuvre par des restauratrices libérales4, elle a bénéficié de l’expertise et des moyens scientifiques offerts par le C2RMF5, ainsi que de la collaboration de l’atelier plâtre de la Manufacture nationale de porcelaine de Sèvres6. Il nous est agréable de témoigner notre gratitude à tous ceux qui ont apporté leur concours à cette passionnante aventure7.

Continuer la lecture de Pointu! La restauration fondamentale d’un chef-d’œuvre du Peintre d’Achille

  1. Lettre du duc de Luynes à un inconnu, le 1er décembre 1840 (Rome, Deutsches archäologisches Institut), aimablement communiquée par Francesca Silvestrelli. []
  2. Composé de Brigitte Bourgeois, Cécile Colonna, Martine Denoyelle, Frédérique Duyrat, François Lissarrague †, John Oakley, Noëlle Timbart et Marie-Christine Villanueva Puig. []
  3. Louise Détrez, responsable de l’œuvre, chargée des collections céramique et verre au département des Monnaies, médailles et antiques (BnF), Clara Bernard puis Sarah Busschaert, chargées des collections grecques, étrusques et romaines à la filière Archéologie du département Restauration (C2RMF). []
  4. Marie-Christine Nollinger, associée à Véronique Tréluyer lors de la phase d’étude, et ponctuellement assistée de Frédérique Berson et Sandrine Gaymay dans la phase de traitement. []
  5. Imagerie scientifique : Anne Maigret ; scan 3D et photogrammétrie : Charlotte Hochart et Alexis Komenda ; radiographie : Elsa Lambert. Analyse de pâtes : Anne Bouquillon et Christel Doublet ; analyse des matériaux de restauration : Nathalie Balcar et Yannick Vandenberghe. []
  6. En la personne de son chef, Fabien Perronnet []
  7. C’est à Julien Olivier que ce billet doit son titre malicieux : nous l’en remercions vivement. []

C’est pas faux ! Une imitation radiée au nom d’Arturus ?

On a trouvé le Graal !

C’est à Grand (88) que la monnaie étudiée a été découverte. Ce site est surtout connu pour son probable sanctuaire d’Apollon Grannus où Constantin aurait eu sa célèbre vision1. Lors de la fouille programmée au lieu-dit du « trône de l’ogre » par l’archéologue Fr. Pitiot débutée en 2005 et terminée en 2009 portant sur une possible résurgence lié au temple, l’équipe a découvert une monnaie qui au premier abord aurait été classée dans les imitations radiées habituelles de la fin du IIIe siècle2.

Imitation radiée au nom d’Arturus découverte à Grand (88)

Cette découverte, déposée pour étude à la BnF, pourrait pourtant être le Graal du site antique en fournissant le possible nom d’un nouvel usurpateur resté inconnu jusque-là. Nous avons pu ainsi découvrir avec grande surprise en légende du droit IMP ARTVRVS P F [AVG] ou [REX]. Cette légende demeure lisible malgré une certaine schématisation des lettres. Le profil de l’empereur se rapproche de celui des empereurs gaulois avec une barbe fournie. Le type du revers correspond à une FIDES un peu dégradée et plus spécifiquement semble s’apparenter à la FIDES MILITVM de Tétricus Ier3 et dont on en a gros[sit] les traits. Cette monnaie pourrait ainsi être la preuve de la présence d’un usurpateur gaulois supplémentaire dans les années 260-274 ap. J-C.

Continuer la lecture de C’est pas faux ! Une imitation radiée au nom d’Arturus ?

  1. Guichard, Gutsfeld et Richard 2016 []
  2. Pitiot et alii 2020 []
  3. RIC 72 []

Sumer au bleu de Prusse: les journaux de fouilles de Gaston Cros à Tello, 1903-1909

Sous le titre d’ensemble « Mission de Chaldée », le département des Manuscrits de la BnF conserve les journaux tenus par le capitaine Gaston Cros (1861-1915) lors des quatre campagnes de fouilles qu’il mena sur le site de Tello, dans le sud de l’Irak, entre 1903 et 1909. Ces quatre volumes (BnF, Manuscrits, Nouvelles acquisitions françaises 11808-11811) constituent à la fois un document scientifique précieux sur la découverte d’un site majeur de l’Orient ancien, un témoignage passionnant sur l’héroïsme ordinaire des archéologues, et un ensemble iconographique de grande beauté, mêlant dessin et photographie. Continuer la lecture de Sumer au bleu de Prusse: les journaux de fouilles de Gaston Cros à Tello, 1903-1909

Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

À l’été 2022, lors d’une visite de l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes à la BnF-François Mitterrand, une question a été posée à l’une des personnes chargées des visites : à partir de quelles sources Jean-François Champollion a-t-il pu étudier les éléments de gaulois mentionnés sur le mur des langues présent dans l’exposition ?

Contactée par l’une des commissaires de cette exposition, je me plongeai dans les notes du plus célèbre des égyptologues, disponibles sur Gallica.

Continuer la lecture de Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

Ill.1 : Bélanger, projet de décor pour Alceste, 1776, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, ESQUISSES ANCIENNES-5 (1) sur Gallica

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un grand mouvement entraîne l’Europe artiste et savante vers une admiration toujours plus vive de l’Antiquité. Les causes de ce phénomène sont bien connues. Elles trouvent leur origine dans les premières fouilles entreprises en Italie qui favorisent les débuts de l’archéologie et stimulent le commerce des œuvres d’art. À son tour, le dynamisme du marché de l’art soutenu par ces découvertes provoque un engouement extraordinaire pour les antiquités grecques et romaines et conduit à la formation des collections des premiers musées publics, aussi bien en Italie qu’en Allemagne1. Décrites par les historiens d’art, ces collections suscitent de nombreuses vocations d’antiquaires, férus de vases grecs, de bas-reliefs, de statuaire, et attisent la curiosité des artistes pour lesquels le voyage en Italie s’impose désormais comme un « rite de passage professionnel2».

Ainsi, le renouveau esthétique qui touche à cette époque aussi bien les domaines de la peinture, de la sculpture, que ceux de l’architecture et des arts décoratifs, se caractérise essentiellement par un « retour à l’antique ». Le collectionneur Caylus, le sculpteur Bouchardon et le peintre Vien firent partie de ceux qui, en France, contribuèrent très activement à la diffusion des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Chacun à sa façon, ils eurent l’ambition de régénérer l’art contemporain, qu’ils jugeaient décadent, par l’art antique, porteur d’inspiration. Tournant le dos aux fantaisies de l’art rocaille, ils défendaient une ligne plus austère, qui trouva son plein épanouissement dans ce qu’on a appelé précisément à cette époque-là « le goût à la grecque ».

Y a-t-il eu un « goût grec » à l’Opéra aussi fort, aussi puissant, que celui que l’on observe dans le champ des beaux-arts, de la mode et des arts décoratifs ? Comment s’est-il manifesté et quels en ont été les principaux promoteurs ? De quelle manière les compositeurs, les librettistes, les chorégraphes, les dessinateurs de décors et de costume se sont-ils approprié le langage de l’Antiquité, remis au goût du jour par les travaux des érudits ? Ont-ils rencontré des résistances ? C’est à toutes ces questions que le présent billet cherchera à apporter quelques éléments de réponse.

Continuer la lecture de L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

  1. Pomian, 2020. Decultot, 2006, 18-19. []
  2. Bertrand, 2008, 72. []

45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF

Le programme de recherche « Trouvailles monétaires » (TM) vise à répertorier, à étudier, à valoriser et à publier les découvertes monétaires effectuées sur le territoire français. Ce programme ancien, créé en 1978, a débouché sur la publication de 30 volumes et deux suppléments de la série Trésors Monétaires éditée par la BnF. Ce sont plus de 200 trésors et 230 000 monnaies publiés à ce jour.

Localisation des trésors et des monnaies de fouilles publiés dans Trésors Monétaires (1978-2023)

(réalisée par E. Bézille et L. Trommenschlager)

Légende : 

  • Points rouges : trésors antiques
  • Points violets : trésors médiévaux et modernes
  • Points oranges : monnaies de site (hors trésor)

Dans la perspective du plan quadriennal de la recherche 2020-2023 de la BnF, l’objectif prioritaire est de développer une solution informatique qui permettra de rendre accessibles les grandes quantités de données déjà collectées par le programme et qui stimulera la moisson d’informations. Un inventaire rétrospectif systématique des trésors découverts en France a été engagé. Cet inventaire s’est porté dans un premier temps sur les trésors antiques signalés dans l’important fonds d’archives du département des Monnaies, médailles et antiques et dans les répertoires publiés (Trésors Monétaires, Corpus des trésors antiques de la France, Carte archéologique de la Gaule, etc.). Hébergée par la BnF, la base devrait être accessible en 2024 sur Heurist ®.

Le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (IIIe siècle) lors de sa découverte (novembre 2008)

Continuer la lecture de 45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF