Archives de catégorie : acquisitions

Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Juillet 2020 : Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Trichryson lagide de Ptolémée I Sôter (Chypre, vers 294-282 av. J.-C.) monté en bijou avec chaînette et cinq perles (BnF, MMA, Inv.56.320=Fonds général 22).

Monter des monnaies en bijou est une pratique ancienne. Plusieurs cas sont avérés dès l’Antiquité, particulièrement à l’époque romaine. Il n’est pas rare aujourd’hui encore de voir des monnaies antiques montées en bague ou en collier. Les monnaies grecques notamment sont attractives pour les amateurs d’art classique qui valorisent ainsi  la nature archéologique et historique de ces petits monuments en même temps que leur qualité esthétique.

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF conserve parmi ses fonds numismatiques plusieurs monnaies de ce type, par exemple ici un trichryson, monnaie d’or lagide de 60 drachmes, transformé en collier avec la fixation de quatre bélières, l’une pour la chaînette, les trois autres pour les pendants de perles.

Tétradrachme aux types d’Alexandre le Grand, Amphipolis (Macédoine), argent, 17,23 g, 28 mm (BnF, MMA, Fonds général 518)

Cette pratique semble avoir connu un regain de popularité à la fin du XIXe siècle. C’est ce qu’indique une lettre manuscrite autographe de Gaston Maspero adressée à Monsieur Adam le 9 octobre 1888, récemment acquise par la BnF. L’égyptologue s’est enquis des conseils du numismate Anatole de Barthélemy sur une sélection de monnaies à monter en bijoux. Le choix s’est porté sur des monnaies aux types d’Alexandre le Grand – sans doute un des monnayages grecs les plus conséquents – car :

« La mode s’est mise depuis deux ou trois ans aux colliers et aux bracelets de médailles anciennes, et les bijoutiers les achètent à tout prix. Comme la plupart des gens cherchent à concilier le bon marché avec l’élégance, les médailles communes ont été choisies de préférence pour fabriquer le bijou ordinaire, et naturellement le prix est en hausse ! »

Extrait. Lettre autographe de Gaston Maspero datée du 9 octobre 1888, in-8 (BnF, MMA, 2020.12).

Le propos s’achève sur des considérations éclairantes quant au paysage du marché numismatique de l’époque, toujours sur la foi des indications de Barthélemy. Ainsi apprend-on que les monnaies d’Alexandre pouvaient peu de temps avant 1888 encore se trouver au prix de l’argent plus un tiers contre « maintenant cinq à huit francs pièce ». Même « dans les grandes villes d’Italie », région au cœur de cette économie de la numismatique ancienne depuis la Renaissance, « la hausse se fait sentir ». C’est finalement vers l’Égypte, où les monnaies du conquérant macédonien sont effectivement découvertes dans de nombreux trésors, que Gaston Maspero conseille de se tourner.

Extrait. Lettre autographe de Gaston Maspero datée du 9 octobre 1888, in-8 (BnF, MMA, 2020.12).

Julien OLIVIER

Citer ce billet : jolivier, "Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11499, [consulté le 11/08/2020].

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés