Archives de catégorie : à la bnf

Le frigidarium des thermes de Cluny

Archive : Image du mois d’Octobre 2022

Christophe Civeton, [Palais des Thermes, réutilisé en cave par un tonnelier, avant son appropriation au musée], dessin, vers 1820, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE VE-53 (H)-FOL
Ce dessin, un lavis à la plume et à l’encre brune, attribué à Christophe Civeton (1796 – 1831) et probablement réalisé dans les années 1810-1820, représente une tonnellerie, l’entrepôt d’un fabricant de tonneaux, installée dans une salle voûtée aux dimensions majestueuses comme en témoignent notamment la taille des personnages et du carrosse figurés.

Cette salle est le vestige du frigidarium, salle froide des « thermes du Nord » de Lutèce, plus connus sous le nom des thermes de Cluny.

Continuer la lecture de Le frigidarium des thermes de Cluny

L’Antiquité dans le musée de la BnF, 1. Le jardin et la salle des colonnes

L’ouverture en septembre 2022 du tout nouveau musée de la BnF est l’occasion de se remémorer la richesse des collections antiques conservées parfois depuis des siècles à la Bibliothèque. Ce billet ouvre une série de publications consacrée aux œuvres antiques exposées dans chacune des salles ouvertes au public ayant fait l’objet d’une publication en ligne sur ce carnet de recherches ou sur une autre plateforme de la BnF.   

source: site bnf.fr

Continuer la lecture de L’Antiquité dans le musée de la BnF, 1. Le jardin et la salle des colonnes

Une statuette romaine satirique

Archive : image du mois de septembre 2022

Statuette en bronze. BnF, MMA, bronze.984 © BnF

Cette petite statuette en bronze (hauteur : 4,6 cm) figurant un homme à tête de souris ou de rat, a été trouvée à Rome dans les années 1750. Le personnage est vêtu d’une toge à l’umbo épais qu’il maintient de la main droite et tient un volumen dans la main gauche. Les larges plis du sinus sous son bras droit sont caractéristiques de la toge portée par l’élite romaine. Ces détails synonymes de prestige et de hautes fonctions sont toutefois contrebalancés par la tête animale qui place cet objet dans le registre de la satire.

L’œuvre est décrite dans le tome 3 du Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises (1759) du Comte de Caylus dans lequel le savant et collectionneur avait identifié la tête comme  celle d’un ours :


Elle fait partie d’une série de statuettes de sa collection qu’il a donnée au Cabinet du roi : certaines arborent un masque, une autre figure un ivrogne et correspondent à des acteurs de la comédie romaine dont celle-ci pourrait être rapprochée.

D’autres exemples de statuettes proches conservées au Département des Monnaies, médailles et antiques peuvent être signalées : à tête de rat, de singe  ou encore un homme avec un masque.
Ce type de personnage apparaît également dans la statuaire en terre cuite comme ces acteurs déclamant avec un masque.

Toutefois, une étude récente pencherait pour la représentation d’un orateur ou un sénateur romain, ainsi que l’avait conclu Caylus : la caricature antique puise fréquemment dans le monde animal pour railler l’élite et les sages de son temps. La satire animale vise alors à dénoncer la vanité et le ridicule des hommes politiques, dans une approche plus générale que la caricature qui est, elle, à visée personnelle.

Pour en savoir plus

A. Gangloff « Caricature et pamphlet politique à Rome : autour de l’Apocoloquintose », dans A. Gangloff , V. Huet, Chr. Vendries, La notion de caricature dans l’Antiquité : textes et images, Rennes, 2021, p. 206, pl. VIII, fig. 15.

Th. Marion du Mersan. Histoire du Cabinet des Médailles, antiques et pierres gravées. Paris : 1838, p. 60, n°95.

J.-B. Muret. Monuments antiques dessinés par J.-B. Muret, tome IV. entre 1830 et 1866, pl. 79.7 (voir aussi dans le projet Digital Muret)

A. Chabouillet. Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale. Paris : 1858, n°3093.

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une statuette romaine satirique", in L’Antiquité à la BnF, 30/09/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/16679, [consulté le 04/12/2022].

L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir

L’impératrice Valeria Messalina (née vers l’an 25 et morte en 48 après J.-C.), plus connue sous le seul nom de Messaline, a laissé le souvenir d’une femme dépravée et cruelle. Cette image, directement issue des œuvres de Tacite, Juvénal (Ier siècle) et Cassius Dion (IIIe siècle), est réutilisée aux époques médiévale, moderne et contemporaine, à l’attention d’un public parfois friand d’anecdotes scandaleuses, censées illustrer l’incapacité des femmes à régner ou à exercer un quelconque pouvoir.

Continuer la lecture de L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir

Un livre des Morts égyptien copié par Champollion

Archive: Image du mois de juillet 2022

Jean-François Champollion et Léon-Jean-Joseph Dubois, « Manuscrit égyptien sur toile appartenant à Mr. L’abbé de Tersan copié en 1811 (octobre) » [fac-similé du Livre des Morts d’Aberuai], encre et lavis sur calque et papier, H. 42 × L. 287,5 cm. BNF, Manuscrits, Égyptien 229

L’érudit et abbé de Tersan (1736-1819) a réuni une importante collection d’estampes, de curiosités, de médailles, de manuscrits et d’antiquités. Durant ses années d’études parisiennes, Jean-François Champollion rédige des notices, en compagnie de Léon Jean Joseph Dubois. L’abbé lui ouvre les portes de l’Abbaye-aux-Bois où se trouvait son cabinet. Il procure entre autres au futur déchiffreur, par l’intermédiaire de Jean-Claude Martin, un relevé de la pierre de Rosette qu’il avait pu voir en Angleterre (lettre du 4 novembre 1812 de Martin à Jacques-Joseph Champollion, voir K. Madrigal 2022, p. 53). Il lui prête aussi des manuscrits arabes et coptes.

Continuer la lecture de Un livre des Morts égyptien copié par Champollion

L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

1822-2022: l’année du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, deux cents ans après la parution de la Lettre à M. Dacier par Jean-François Champollion, célèbre le compréhension des écritures et langue égyptiennes, et bien au-delà, la redécouverte du monde pharaonique grâce à ses textes. L’exposition de la Bibliothèque nationale de France ouverte du 12 avril au 24 juillet inaugure une année riche d’événements en France et à l’international. De la conception à l’installation, nous vous conduisons dans les coulisses de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (commissariat: Vanessa Desclaux, Hélène Virenque et Guillemette Andre-Lanoë).

Pourquoi une exposition “Champollion” à la Bibliothèque nationale de France?

En 1833, les archives scientifiques de Jean-François Champollion rejoignent les collections de la Bibliothèque alors royale, suite au décès prématuré du savant (1790-1832). Son frère aîné Jacques-Joseph, conservateur au Cabinet des Manuscrits, a en effet plaidé auprès de l’État pour l’achat de ce témoignage exceptionnel du travail acharné qui aboutit à ce qui fut considéré comme un exploit et devint une source de fierté nationale. Ces milliers de notes, dessins, brouillons, estampages, planches annotées sont au cœur du propos de l’exposition.

Manuscrits de Jean-François Champollion, BnF, Département des Manuscrits, cliché de la BnF pour le catalogue de l’exposition

Quelle fut la méthode Champollion? En quoi est-elle exemplaire de la recherche sur les écritures antiques et orientales du début du 19e siècle et encore de nos jours? Comment nourrit-elle notre réflexion sur le patrimoine écrit? Voici les questions qui guidèrent notre réflexion pour l’élaboration du parcours.

Continuer la lecture de L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

Archive: Image du mois de juin 2022

L’année 2022 est largement consacrée, au sein des manifestations de la BnF, à l’archéologie des écritures anciennes, l’aspect le plus spectaculaire de ce programme étant naturellement l’importante exposition L’Aventure Champollion, consacrée à l’œuvre de Jean-François Champollion sur le site François-Mitterrand jusqu’au 24 juillet. Il n’est donc pas inutile de rappeler que des documents bien plus modestes que les temples, statues et stèles ou papyrus égyptiens, telles de simples monnaies peuvent constituer de précieux supports pour des inscriptions, en particulier concernant des civilisations qui n’ont que peu ou pas laissé de textes. C’est le cas des Celtes continentaux de l’Antiquité, leur usage quasi-intégral de matériaux périssables (bois, écorces, peaux…) ainsi que le refus de leur classe sacerdotale de confier à l’écrit les doctrines religieuses et les spéculations philosophiques, privent la recherche moderne de sources de première main.

Continuer la lecture de Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

« Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny

« D’après mon expérience si j’avais à diriger les études d’un jeune architecte, je le ferais commencer par les monuments de Sicile avant ceux de Rome »1.

Léon Dufourny, qui écrit ces lignes à plus de cinquante ans, énonce-t-il des regrets sur son propre parcours ? C’est en effet par Rome, comme beaucoup d’artistes français de sa génération, que l’architecte commence son « Grand tour ».

Continuer la lecture de « Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny

  1. Note marginale de Léon Dufourny dans son manuscrit, « Les édifices antiques de la Sicile, mesurés, dessinés et décrits avec la plus scrupuleuse exactitude par M. L. D., s. d., Paris, BnF, Est., Réserve Ub-236 (1)-4, folio 28, P. 123253 []

Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies

Mercredi 15 juin à 18 h 30 se tiendra la conférence : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies par Michael Langlois, maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.  

Continuer la lecture de Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies

Conférence mercredi 18 mai 18 h 30 : Du nabatéen à l’arabe, continuité ou révolution?

Mercredi 18 mai à 18 h 30 se tiendra la conférence : Du nabatéen à l’arabe, continuité ou révolution ? par Laïla Nehmé, directrice de recherche au CNRS, laboratoire Orient & Méditerranée – Mondes sémitiques.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Continuer la lecture de Conférence mercredi 18 mai 18 h 30 : Du nabatéen à l’arabe, continuité ou révolution?

Conférence mercredi 11 mai 18 h 30 : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie

Mercredi 11 mai à 18 h 30 se tiendra la conférence : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie par Philippe Clancier, maître de conférences HDR à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Continuer la lecture de Conférence mercredi 11 mai 18 h 30 : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie

L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes

Ce mardi 12 avril ouvre l’exposition “L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes” à la BnF-François Mitterrand, qui se tiendra jusqu’au 24 juillet 2022, à l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes. Le catalogue de l’exposition est déjà disponible.

Cette exposition donnera lieu à plusieurs événements :

Plusieurs ressources sont déjà disponibles en ligne :

  • Les essentiels Champollion pour prolonger l’exposition avec une série d’articles et d’interviews
  • une série de billets autour de Champollion et de la réception des hiéroglyphes dans les arts et la littérature sur le blog Gallica qui seront publiés le temps de l’exposition.

Enfin, d’autres échos autour des écritures anciennes ont lieu à la BnF, comme le cycle “Archéologie des écritures anciennes”

Pour le programme complet des manifestations et expositions en relation avec le bicentenaire et organisées en France et à l’étranger, voir la liste mise à jour régulièrement sur le site de la Société française d’égyptologie.

Nous reviendrons dans les semaines qui viennent plus longuement sur le parcours et le montage de cette exposition.

L’image en tête de billet fait partie des Papiers Champollion, NAF 20325, f. 105, conservés au département des manuscrits de la BnF.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes", in L’Antiquité à la BnF, 14/04/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15049, [consulté le 04/12/2022].

A propos d’un carnet de dessins inédit sur un voyage de Jane et Marcel Dieulafoy en Perse

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve un carnet de croquis inédit décrit dans le Catalogue général comme ayant pour « auteur / dessinateur » Jane Dieulafoy (1851-1916) Le document est non daté et identifié comme ayant pour sujet l’Égypte.

Nous présentons ici les résultats d’une recherche ayant permis de réattribuer ce carnet à Marcel Dieulafoy (1844-1920), son époux, et de le rattacher à leur voyage en Perse de 18851.

Continuer la lecture de A propos d’un carnet de dessins inédit sur un voyage de Jane et Marcel Dieulafoy en Perse

  1. Nous remercions Hélène Virenque, chargée de collections au Département Littérature et art et Pauline Chougnet, chargée de collections, département des Estampes et de la photographie, toutes deux à la Bibliothèque nationale de France, de nous avoir proposé d’étudier ce document []

Rencontre Gallica mardi 15 mars à 17 h 30 : Les essentiels de la numismatique

Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et ses partenaires, comporte plus de 8 millions de documents!

Régulièrement, de nouveaux corpus (sélections de documents rassemblés sur une thématique précise) sont proposés servant de guides parmi cette offre foisonnante.

La sélection “Les essentiels de la numismatique” a été récemment mise en ligne.

Pour la découvrir, nous vous proposons une rencontre Gallica mardi 15 mars à 17 h 30 en salle 70 sur le site François Mitterrand de la BnF.

Pour en savoir plus sur cette rencontre, voir notre article sur le blog Gallica.

Conférence mercredi 16 mars 18 h 30 : L’écriture et la langue étrusques : histoire d’un déchiffrement et d’une conquête scientifique en cours

Statuette “Apollon de Ferrare”, 2e quart 4e siècle av. J.-C, BnF, département des Monnaies, médailles et antique (bronze.101) ©Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Mercredi 16 mars à 18h30 se tiendra la conférence : L’écriture et la langue étrusques : histoire d’un déchiffrement et d’une conquête scientifique en cours par Gilles van Heems, maître de conférences de langue et littérature latines, université Lumière-Lyon 2 / laboratoire HISoMA .

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Continuer la lecture de Conférence mercredi 16 mars 18 h 30 : L’écriture et la langue étrusques : histoire d’un déchiffrement et d’une conquête scientifique en cours