Tous les articles par Vanessa Desclaux

Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

La bibliothèque nationale de France conserve de nombreux papiers d’érudits, savants, collectionneurs… disséminés dans différents fonds et départements. Ce billet propose un premier tour d’horizon d’un référencement en cours dans les collections. Il se veut le premier d’une série publiée dans ce carnet, qui sera l’occasion de présenter de manière plus détaillée des fonds particuliers.

Ce travail doit permettre à terme un enrichissement des instruments de recherche publiés dans les catalogues de la BnF et une mise en relation avec d’autres fonds d’archives.

Continuer la lecture de Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Archive: image du mois d’août 2020

août 2020: Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Reliure du codex contenant les traités de Philon, département des Manuscrits, Supplément grec 1120, source: images.bnf.fr

Le Supplément Grec 1120 conservé au département des Manuscrits est le plus ancien livre, ou « codex »1, avec reliure connu. Les datations proposées oscillent du IIIe au Ve siècle2.

Le manuscrit contient 44 feuillets, composés en quatre cahiers de 10, 10, 12 et 12 feuillets sur papyrus. Les pages ont été montées sous un cadre en verre à la Bibliothèque pour en permettre la conservation et la manipulation, seul le dernier feuillet pris dans la reliure a été laissé en place. Le texte est inscrit sur deux colonnes avec 34 à 38 lignes par colonne.

Page et reliure en cuir avec languette et cordon du Supplément Grec 1120, photographies de la publication par Vincent Scheil en 1892

La reliure en portefeuille est formée d’une couverture en cuir avec une languette et un cordon pour la fermeture. Son acheteur et premier éditeur Vincent Scheil décrit aussi la présence d’une couture de cahiers réalisée à base d’une fibre végétale3.

Le livre consiste en la copie, parmi les plus anciennes conservées, de deux traités écrits en grec par l’exégète de la Bible, le philosophe juif hellénisé, Philon d’Alexandrie. Il s’agit de commentaires de passages de la Genèse, connus et publiés couramment sous les titres latins de Quis Rerum divinares Heres sit [L’héritier des biens divins. Sur Genèse XV, 1-18] et De Sacrificiis Abelis et Canis [Les sacrifices d’Abel et de Caïn. Sur Genèse IV, 2-4].

Supplément Grec 1120, f. 87, second traité de Philon (cliché de l’autrice)

Le choix de Philon de commenter la version grecque de la Bible (Septante) plutôt qu’une Bible en hébreu est souvent avancé pour expliquer l’influence de Philon sur les Pères de l’Église et la large diffusion de ses textes en milieu chrétien, comme ici.

La reliure était étoffée par un bourrage de papyri remployés d’un évangéliaire en grec. Les morceaux étudiés ont permis d’identifier plusieurs passages de l’Évangile de Luc et de l’Évangile de Matthieu, datés de la fin du IIe-IIIe siècles4. Ce dernier serait le plus ancien fragment de l’Évangile de Matthieu et de codex avec texte en deux colonnes connus5.

Ce manuscrit fut mis au jour en 1889 à Coptos (Haute-Égypte), siège d’un évêché6. Il a été retrouvé muré dans une niche. Il fut acquis par Vincent Scheil à Louqsor en 1891 qui en fit don à la Bibliothèque7.

Le site, toujours fouillé à l’heure actuelle, vient de donner lieu à la publication d’une base de données en ligne des objets en provenant et actuellement dispersés dans les collections à travers le monde.

Supplément Grec 1120, f. 3, détail du bas de page (cliché de l’autrice)

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Le plus ancien codex conservé avec sa reliure", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11614, [consulté le 23/10/2020].
  1. « ce terme désigne la forme du livre occidental depuis l’Antiquité, composé de cahiers reliés les uns aux autres. Le format du codex apparaît en 85 de notre ère, le mot lui-même au IIIe siècle. Le mot « livre » apparaît à la fin du XIe siècle », source: classes.bnf.fr. []
  2. J. Van Haelst, Catalogue des papyrus littéraires juifs et chrétiens, 1976, n° 635. []
  3. V. Scheil, Deux traités de Philon Traités réédités, MMAF 9/2, Le Caire, 1892, p. iii. []
  4. voir J. Van Haelst, op. cit., n° 336 et 403, K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-210 en ligne, le site The New Testament Virtual Manuscript Room et T. Wasserman, « A Comparative Textual Analysis of 𝔓4 and 𝔓64+67 », TC: A Journal of Biblical Textual Criticism 15, 2010, p. 1-26  en ligne []
  5. K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-194 en ligne []
  6. Pour une histoire du site, L. Pantalacci, « Coptos, porte du désert Oriental », In : Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, Paris : Collège de France, 2018 en ligne. []
  7. V. Scheil, « Archéologie », Revue biblique 1/1, 1892, p. 113-117 en ligne. []

Quart de dinar d’or kouchane du 2è s. avec représentation de Bouddha

Archive: image du mois avril 2020

Avril 2020: Quart de dinar d’or kouchan du 2è s. avec représentation de Bouddha

Revers de la monnaie kouchane de Kanishka I au type du Bouddha, dpt des Monnaies, médailles et antiques L 545 (IV-23), diam.: 19 mm; 1,97 grammes

Cette monnaie montre au revers Bouddha debout sous la forme d’une statue de culte gandharienne, moustachue, la tête nimbée, accompagnée de la légende grecque ΒΟΔΔΟ pour transcrire « Bouddha ». Continuer la lecture de Quart de dinar d’or kouchane du 2è s. avec représentation de Bouddha

La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

À deux ans des célébrations du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes publié dans la fameuse Lettre à M. Dacier en septembre 1822, cet article esquisse des recherches en cours sur la naissance de l’égyptologie en France, son enseignement au sein de la discipline archéologique et la place de la Bibliothèque dans le paysage académique1. Durant les années comprises entre la Révolution et les travaux de Champollion, la bibliothèque tour à tour royale, impériale, nationale… joua un rôle de premier plan dans l’enseignement de l’archéologie et de l’intérêt pour l’Orient.

Continuer la lecture de La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

  1. Ces éléments sont issus d’une conférence donnée à l’invitation du cercle d’étude de la fondation Napoléon le 29 janvier 2019 et du Cercle Histoire de SciencesPo le 5 mars 2020 []

Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Archive: image du mois janvier 2020

Janvier 2020 : Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Bracelet d’accouchée ouvert, en or, H. 6 cm, l. 4.2 cm, L. 6 cm, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

Ce rare bracelet à porte et à charnières soudées en épaisse feuille d’or a été produit à Alexandrie (Égypte) durant la période romaine (4e s. – premier quart du 5e s. apr. n.è.). Il a été acquis par Henri Seyrig à la vente Laurin, Guilloux, Buffetaud des 6 et 7 novembre 1972 en l’hôtel Drouot (lot 628) pour en faire don au Cabinet des Médailles. Il faisait partie de l’ancienne collection de Félix Feuardent.

Le corps arrondi du bracelet est ajouré, en opus interrasile, entre deux anneaux en formant le bord : la feuille d’or est découpée pour former un décor de rinceaux, d’enroulements terminés en peltes et en feuilles trilobées (vigne, lierre). La porte, partie centrale mobile, est à l’image d’un naïskos soit une façade de temple avec une niche contenant la représentation d’une divinité. Quatre colonnes corinthiennes, deux torses flanquées de deux lisses, soutiennent un fronton triangulaire reposant sur un entablement alternant métopes et triglyphes. L’édifice abrite la statue en bronze du dieu Harpocrate, couronnée d’une coquille à godrons. Ce dernier est figuré comme un enfant nu accroupi, portant le doigt à la bouche et pourvu d’un mèche de cheveux enroulée, traditionnellement désignée comme « mèche de l’enfance« .

Arrière du bracelet d’accouchée, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318 reproduit dans Syria 51, 1974, pl. XVII/2

Parmi les entrelacs, sur la face arrière est représentée une déesse tenant une corne d’abondance telle Fortune, dans une attitude évocatrice d’Aphrodite anadyomène, rappelée par la coquille à l’avant, mais qui doit cependant être identifiée à IsisHathor, à la fois par association au dieu enfant et aux cornes de vache lyriformes enserrant le disque solaire au centre du fronton du temple. L’attribut est propre aux couronnes de ces divinités égyptiennes.

Bracelet d’accouchée de face, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

L’inscription grecque en bâtonnets de filigrane soudés ευτοκι traduit le voeu protecteur: « accouche heureusement » tandis qu’Étienne Coche de la Ferté propose de lire dans la dernière lettre un ψ penché, abréviation pour ψυχή « (mon) âme » comprise ici dans une acception destinée à un être cher.

Ce bijou témoigne d’un syncrétisme propre au monde romain, dans un héritage transformé des iconographies et des valeurs pharaoniques et grecques. L’assimilation des différentes figures de déesses-mères met un accent particulier sur la relation Isis-Harpocrate, au centre du bijou et du message, qui rappelle la popularité et la diffusion des cultes isiaques à l’époque romaine.

Pour en savoir plus:

  • Étienne Coche de la Ferté, « Un bracelet d’époque romaine à usage obstétrique », Syria, vol. 51, no. 3/4, 1974, p. 265–289, en ligne sur JSTOR et Persée
  • « Les dieux égyptiens à Rome » sur Odysseum

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate", in L’Antiquité à la BnF, 01/01/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/9729, [consulté le 23/10/2020].

Degas, dessins de monnaies grecques

Archive: image du mois

Décembre 2019 : Degas, dessins de monnaies grecques

Degas, Carnet 1 = Reff 18, p. 259, dpt des Estampes et de la photographie RESERVE DC-327 (D, 1)-4 sur Gallica

L’exposition Degas à l’Opéra au Musée d’Orsay (24/09/19-19/01/20) réalisée avec le concours de la BnF permet de redécouvrir les carnets de dessins du maître numérisés dans Gallica, dont 29 sur 38 furent donnés en 1920 au département des Estampes et de la photographie. De 1853 à 1886, Edgar Degas y consigne ses promenades, ses visites aux musées, amis, modèles, fournisseurs…

Continuer la lecture de Degas, dessins de monnaies grecques

Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA 53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites « d’Horus sur les crocodiles » dont onze sont désormais visibles1, dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival « La Nature dans l’Antiquité » développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

Continuer la lecture de Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

  1. À l’occasion de ce billet, le département a mis en ligne sept stèles supplémentaires. Tous nos plus vifs remerciements à Mathilde Avisseau-Broustet, chargée de collections, antiques et objets d’art. Le corpus est en cours d’étude pour publication par Annie Gasse, directrice de recherches au CNRS, UMR 5140 – Montpellier III []

Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Archives image du mois de juin 2019

Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Roma : maquette construite de l’acte IV / par Alexandre Bailly, 1912. Bibliothèque – musée de l’Opéra MAQ 464

Roma est créé à Monté-Carlo le 17 février 1912 et à l’Opéra Garnier le 24 avril de la même année, sur un livret d’Henri Cain d’après la Rome vaincue de Dominique Alexandre Parodi (1876) et sur une musique de Jules Massenet dans un déploiement de décors grandioses.

Continuer la lecture de Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Sceau-bague inscrite en hiéroglyphes hittites

Archives : image du mois de mai 2019

Sceau-bague hittite en argent, inscrite en hiéroglyphes

Sceau-bague hittite, 14e-13e s. av. n.è., Asie Mineure, Ø 32mm (BnF, MMA, SEYRIG.1972 1317 147) cl. images.bnf.fr

Ce cachet hémisphérique en argent, de 32 mm de diamètre, muni d’une bélière, est gravé sur les deux côtés.

Continuer la lecture de Sceau-bague inscrite en hiéroglyphes hittites

Acquisitions novembre 2018 et e-books 2018

consulter les acquisitions (hors dépôt légal) en Antiquité, réception de l’Antiquité, Archéologie et Préhistoire à la BnF reçues en novembre 2018. Les e-books en Antiquité reçus en 2018 sont signalés dans le catalogue (+ de ressources électroniques) :

  • Aníbal de Cartago: historia y mito / [actas del Coloquio internacional Herakleion, 26 y 27 de mayo de 2009, Madrid] ; S. Remedios, F. Prados y J. Bermejo (eds.) ACQNUM-110218
  • The Birth of the Athenian Community: From Solon to Cleisthenes / Sviatoslav Dmitriev ACQNUM-111205
  • Brill’s Companion to Aineias Tacticus / Maria Pretzler ACQNUM-110568
  • Brill’s Companion to Ancient Macedon / R. Lane Fox ACQNUM-110571

Continuer la lecture de Acquisitions novembre 2018 et e-books 2018

Camée « le Triomphe de Licinius »

Archives : image de mois novembre 2018 : Camée « le Triomphe de Licinius »

camée dit « le triomphe de Licinius », 4e s. de n.è., ancienne collection royale (inventaire de Fontainebleau de 1560, Ms fr 4732, 18r) dpt des monnaies, médailles et antiques, camée 308

Camée en sardonyx à trois couches, brune, bleuâtre et blanche, dans une monture en or émaillé de noir. Un empereur reconnaissable à son diadème, sa cuirasse, son paludamentum et aux insignes du globe et de la lance, s’avance sur un quadrige, écrasant sur son passage six ennemis renversés à terre. Deux Victoires retiennent par la bride les deux chevaux extrêmes. Des personnifications de la lune et du soleil tendent à l’empereur les deux globes célestes. Les dimensions des personnages non réalistes traduisent une hiérarchie : l’empereur, bien qu’étant le plus éloigné est le plus grand. Les dimensions du camée, la beauté de la pierre, la qualité de la gravure et du polissage, la richesse iconographique, en font un des chefs-d’œuvre de la glyptique de cour du Bas-Empire. Il fut remarqué par le peintre Rubens qui le dessina en janvier 1622, lors de son voyage à Paris.

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France conserve une des plus importantes collections de pierres gravées (près de dix mille). Les catalogues rédigés en 1995 (portraits grecs) et 2003 (portraits romains) par Marie-Louise Vollenweider et Mathilde Avisseau-Broustet sont désormais disponibles en ligne dans la collection BnF|Éditions sur Openedition Books. Ces quelques lignes sont extraites du second volume, où le camée, ainsi que de nombreuses autres œuvres de la glyptique, y est décrit et reproduit en couleur sous le numéro 267.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Camée « le Triomphe de Licinius »", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5447, [consulté le 23/10/2020].