Tous les articles par jolivier

Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Archives : image de mois octobre 2018 : Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Tétradrachme aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine, Antioche (Syrie), vers 37/6-32/1 av. J.-C., argent, 13,35 g (BnF, MMA, Y 28912,67 ; ex-coll. Smith-Lesouëf).

Les tétradrachmes aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine figurent parmi les monnaies antiques les plus recherchées. Elles donnent à contempler le couple qui fit couler tant d’encre, depuis le temps d’Auguste jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Continuer la lecture de Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Poids en plomb de Chios de deux mines, dessiné en 1756  (gauche), 1895 (centre) et photographié en 2016 (droite) . Dimensions, L. 7 cm x 7 cm ; ép. 2 cm ; poids: 1125 g. (BnF, MMA, Bronze 2240).

Les poids de marché gréco-romains sont des objets généralement en métal, parfois en pierre qui, dans le monde grec, servaient, à l’aide de balances et de contrepoids, à mesurer la masse des produits les plus divers. Ils étaient sous la responsabilité des agoranomes, magistrats civiques qui veillaient à garantir l’honnêteté des transactions sur l’agora (le marché) ou à l’emporion (le port). Ils portaient des signes ou des inscriptions qui indiquaient des mesures. Ici, ce poids de Chios pesant 1125 grammes est reconnaissable à la sphinge ailée assise sur une amphore et porte l’inscription ΔΥΟ ΜΝΑ pour deux mines ; l’autre face ne comporte ni inscription ni décor.

La collection des poids gréco-romains de la BnF n’est pas très connue. Préalablement à sa numérisation et son intégration au portail en ligne du projet PONDERA, un récent travail d’inventaire et de récolement a permis de mieux connaître l’histoire de ce fonds. Grâce à cela, nous avons pu retracer le parcours de ce poids grec de Chios depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »

Archives : image de mois Août 2018 : L’Eukratideion

20 statères d’Eucratide Ier, royaume de Bactriane, or, 169,20 g, 58 mm, vers 170-145 av. J.-C. (Bnf, MMA, E 3605).

En ces mois d’été baignés de soleil, nous présentons l’Eukratideion, la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité, qualifiée de « monstruosité numismatique » par Anatole Chabouillet en 1867. Une telle dénomination n’était sûrement pas destinée à la circulation. Il s’agit probablement d’une récompense exceptionnelle produite à l’occasion d’une victoire ou d’un événement remarquable du règne d’Eucratide Ier. C’est encore à ce jour un unicum.

Mis au jour avant 1837 dans les environs de Boukhara (actuel Ouzbékistan) par sept paysans, cette lourde pièce d’or suscite immédiatement la convoitise. D’après les journaux de l’époque,  faute de pouvoir se partager ce fantastique objet, les découvreurs se battent au couteau pour sa possession : cinq d’entre eux sont tués dans la lutte. En 1837, un des deux survivants apporte la pièce à Londres pour la vendre. Par crainte d’un vol, il la conserve en permanence sous son aisselle dans une poche de cuir fabriquée à cet effet. Après avoir essuyé de nombreux refus – les musées et collectionneurs londoniens sont unanimes : une pièce si extraordinaire ne peut être qu’un faux – l’homme de Boukhara vend l’objet à un expert français résidant à Londres. Ce dernier le propose à la Bibliothèque Nationale (alors « impériale »). Mis au courant de l’affaire, l’empereur Napoléon III accorde en 1867 la somme de 30 000 francs pour que cette pièce exceptionnelle entre dans les collections du Cabinet des médailles.

Description : au droit, buste diadémé du souverain à droite, coiffé d’un casque à cimier orné d’une corne et d’une oreille de taureau. Au revers, BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛOY / EYKRATIΔOY, les Dioscures à cheval caracolant à droite, lance au poing et tenant une palme contre l’épaule gauche ; un monogramme sous les jambes avant des chevaux.

Référence : O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, catalogue raisonné, Paris, 1991, Eucratide Ier, série 4, n° 25 (p. 202).

Citer ce billet : jolivier, "L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4362, [consulté le 12/12/2018].

Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Feuille de quatre médailles antiques, Delacroix, 1825 (INHA, EM DELACROIX 3)

Le succès de l’exposition Delacroix du Louvre rappelle l’immense popularité d’un des plus fameux artistes du XIXe siècle. Au-delà de ses œuvres les plus emblématiques, on sait moins que le jeune Delacroix eut durant une brève période, le goût du dessin des monnaies grecques antiques. Pendant deux années, entre 1824 et 1825, il produisit une série de dessins et de lithographies figurant des monnaies grecques de la collection du Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, à l’époque encore bibliothèque royale.

Monnaies prises pour modèle sur la Feuille de quatre médailles antiques : en haut à gauche, revers d’un tridrachme d’Aspendos (Pamphylie), vers 330-250 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 43) ; à droite, revers d’un chalque des Brettiens (Bruttium), vers 211-208 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1618) ; en bas à gauche, revers d’un didrachme de Thourioi (Bruttium), vers 420 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1440) ; à droite, droit d’un tétradrachme de Nicomède III de Bithynie, 94/3 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 140).

Continuer la lecture de Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

Archives : image du mois

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

   

A gauche, médaillon sculpté, Ø 80 cm ; à droite, son modèle, revers d’un décadrachme de Syracuse (Sicile), vers 400-390 av. J.-C, Ø 36 mm, (BnF, MMA, coll. de Luynes, 1248).

Quand on chemine dans l’étroite rue Vivienne (Paris, 2e), il faut lever la tête pour les apercevoir. Au premier étage du pavillon central du bâtiment Vivienne, composant le quart nord-est du Quadrilatère Richelieu, cinq médaillons ornent les clefs des hautes fenêtres. Ces sculptures signalent la présence du département des Monnaies, médailles et antiques.

Pour élaborer ce programme illustrant l’art de la médaille depuis l’Antiquité, l’architecte Jean-Louis Pascal trouve un conseiller en la personne d’Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles. Dans une lettre datée du 17 septembre 1904, il lui écrit « je vous ai demandé cinq médailles caractéristiques – et belles, si possible, en même temps que je puisse faire copier pour la décoration extérieure du futur cabinet » (BnF, MMA, 19 ACM 17.).

Le premier médaillon illustre l’art grec avec un très beau décadrachme syracusain signé du graveur Evainète dont le modèle provient de la collection du duc de Luynes, donnée en 1862. En sélectionnant cette pièce, Babelon a opté pour une pièce emblématique de l’art grec. Les monnaies grecques ont bien souvent été louées pour leur beauté. Parmi elles, celles de Syracuse sont considérées comme des chefs-d’œuvre tant par la composition audacieuse des types que par la finesse et l’impression de vigueur qui se dégage de la gravure. La signature du graveur – rare sur les monnaies antiques – confirme cette qualité esthétique exceptionnelle. Ces pièces n’ont-elles d’ailleurs pas inspiré ce quatrain à José-Maria de Heredia, extrait de « Médailles antiques » (Les Trophées, 1893) :

« Et seul le dur métal que l’amour fit docile

Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent,

L’immortelle beauté des vierges de Sicile. »

Pour en savoir plus, lisez « Le métal pétrifié. Les médaillons de la façade du Cabinet des médailles »

Julien OLIVIER

Citer ce billet : jolivier, "Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques", in L’Antiquité à la BnF, 01/04/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2303, [consulté le 12/12/2018].

Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Salammbô : 5e acte, le forum, mort de Salammbô, estampe / Y. M. [sig.], 1892 (BnF, BMO, ESTAMPES SCENES Salammbo 34)
Dès sa parution en novembre 1862, Salammbô, le « roman carthaginois » de Gustave Flaubert, déclencha une vive polémique. L’incomplétude des connaissances archéologiques et historiques sur Carthage rendait en effet l’exercice périlleux, et le résultat a hérissé tant les tenants du réalisme dans le roman que les antiquaires et archéologues. Pourtant Flaubert réitère à de nombreuses reprises son absence de prétention à l’exactitude scientifique, et le statut de roman de son œuvre. Qui plus est, il prépare Salammbô par des recherches abondantes, notamment au Cabinet des médailles de la Bibliothèque impériale. Continuer la lecture de Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Zoom sur… un tétradrachme ptolémaïque fourré

Note du comité éditorial

Le récent billet consacré aux premières fausses monnaies de l’histoire monétaire occidentale est l’occasion pour nous d’inaugurer la rubrique « Zoom sur…« . Ces textes courts sont destinés à mettre en avant un ou plusieurs documents de la BnF en contrepoint des billets long mensuels. L’objectif est double. Bien entendu il s’agit d’abord de mettre en avant la diversité des fonds de la BnF, mais c’est aussi une occasion d’explorer d’autres facettes du thème développé dans le billet long, voire d’aborder plus en détail certains aspects évoqués.

Tétradrachme attribué à Paphos (Chypre) sous le règne de Ptolémée VI Philometor daté de l’an 163/2 av. J.-C., 13,51 g, 26 mm, 12 h. Au droit, tête de Ptolémée I diadémée à droite ; au revers, ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣIΛΕΩΣ (« du roi Ptolémée »), aigle perché sur un foudre à gauche, L IΘ (« an 19 ») dans le champ gauche, ΠA dans le champ droit (BnF, MMA, Fonds général 180)

Continuer la lecture de Zoom sur… un tétradrachme ptolémaïque fourré

Coupure de presse relative à la découverte du trésor de Meussia (Jura) par un coq

Archive : Image du mois BnF Avril 2017

Avril 2017 Coupure de presse relative à la découverte du trésor de Meussia (Jura)

MMA 9 ACM SUP 5 (M)-85

Découvert en septembre 1960, ce trésor composé de 399 monnaies romaines datées entre 157 av. J.-C. et 37 ap. J.-C. est aujourd’hui en grande partie conservé au musée d’archéologie de Lons-le-Saunier . En 2002, il a fait l’objet d’une publication dans le volume 20 de la série Trésors monétaires .

L’histoire rocambolesque de la mise au jour d’un trésor par un coq n’est pas sans précédent. Les circonstances d’autres trouvailles par l’intermédiaire de taupes sont reportées dans la Revue Numismatique de 1843 (p. 314-315 ) . L’article débute ainsi :

« Les taupes sont parfois d’utiles auxiliaires pour les numophiles. Il y a une vingtaine d’années, une de ces petites bêtes ramenait à la surface de la terre, dans la forêt de Silly (Orne), quelques pièces romaines en argent, et, avertis par cet indice, de pauvres bûcherons découvraient bientôt dix mille médailles du haut empire ».

Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle)

Carton d’André Morell, 1686. BnF, MMA, Γ 70 (55×40 cm)

Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve une très importante suite de monnaies ptolémaïques. Dans la perspective de sa publication a été entrepris le dépouillement systématique des registres, inventaires et archives relatifs à ce fonds afin de décrire les grandes étapes de l’enrichissement de la collection depuis la fin du XVIIe siècle. Continuer la lecture de Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle)