Tous les articles par duyrat

The Core and the Gilding: the First Fake Coins in the Western World

Stater, electrum, Phocaea, Ionia, end 7th-mid 6th BC, 16,06g. Obverse, lion head left ; reverse, incuse square (BnF, MMA, Luynes 2655)

Lire ce billet en français : L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

The earliest coins struck in the Western world date from the last third of the 7th century BC. They were produced in Asia Minor, in the western part of present-day Turkey, where Greek cities and Hellenized indigenous peoples cohabited. These are metal pellets stamped by the issuing authority to guarantee their value, in particular the weight and quantity of precious metal they contain. The novelty of these objects lies in the fact that these coins can be counted, in contrast to the prior practice of weighing metals. The other characteristic of these currencies is that they are legal objects issued by an authority. The Greek name of the currency is nomisma, a word that comes from nomos, ‘law’. In spite of this etymology, it must be noted that forgeries were invented at the same time as the coins guaranteed by the State. Continuer la lecture de The Core and the Gilding: the First Fake Coins in the Western World

L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

Statère, électrum, Phocée, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 16,06 g. Au droit, tête de lion à gauche ; au revers, un carré creux (BnF, MMA, Luynes 2655)

Read this post in English: The Core and the Gilding: the first fake coins in the Western world

Les plus anciennes monnaies frappées dans le monde occidental datent du dernier tiers du VIIe siècle avant J.-C. Elles ont été produites en Asie mineure, dans la partie occidentale de l’actuelle Turquie, où cités grecques et peuples autochtones hellénisés cohabitent. Il s’agit de pastilles de métal estampillées par l’autorité émettrice qui en garantit la valeur, notamment le poids et la quantité de métal précieux qu’elles contiennent. La nouveauté de ces objets réside dans le fait que ces monnaies se comptent, contrairement à l’usage antérieur de peser les métaux. L’autre caractéristique de ces monnaies est qu’elles sont des objets légaux émis par une autorité. Le nom grec de la monnaie est nomisma, un mot qui vient de nomos, la loi. Malgré cette étymologie, il faut constater que les faux ont été inventés en même temps que la monnaie garantie par l’État. Continuer la lecture de L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale