Tous les articles par dhollard

Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricus Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Continuer la lecture de Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Archive : Image du mois BnF juillet 2017

Juillet 2017 Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C. (BnF, MMA, Bronze.1363)

Cette phalère (décoration militaire) en bronze argenté fut offerte à un officier (Aurelius Cervanius) par des soldats issus des légions XX Valeria Victrix (à g.) et II Augusta (à dr.) cantonnées à Chester et à Caerleon (GB). La mention VTERE FELIX (« use-en avec bonheur ») est fréquente sur les bijoux. En haut, le sanglier et le capricorne sont les emblèmes des légions d’origine tandis que les animaux sauvages s’ébattant en bas de l’objet, la référence probable à une chasse d’amphithéâtre offerte par l’officier.

La légion romaine cumulait les fonctions de veille aux frontières, de conquête et de sécurisation avec l’aménagement du territoire (routes, centres de production) et la romanisation des zones annexées (création de colonies de vétérans). La force croissante des ennemis de Rome et le nombre limité des troupes conduisit à créer des unités mobiles faites, comme ici, de détachements (vexillationes) prélevés sur plusieurs légions.