Tous les articles par Dominique Hollard

Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

Archive: Image du mois de juin 2022

L’année 2022 est largement consacrée, au sein des manifestations de la BnF, à l’archéologie des écritures anciennes, l’aspect le plus spectaculaire de ce programme étant naturellement l’importante exposition L’Aventure Champollion, consacrée à l’œuvre de Jean-François Champollion sur le site François-Mitterrand jusqu’au 24 juillet. Il n’est donc pas inutile de rappeler que des documents bien plus modestes que les temples, statues et stèles ou papyrus égyptiens, telles de simples monnaies peuvent constituer de précieux supports pour des inscriptions, en particulier concernant des civilisations qui n’ont que peu ou pas laissé de textes. C’est le cas des Celtes continentaux de l’Antiquité, leur usage quasi-intégral de matériaux périssables (bois, écorces, peaux…) ainsi que le refus de leur classe sacerdotale de confier à l’écrit les doctrines religieuses et les spéculations philosophiques, privent la recherche moderne de sources de première main.

Continuer la lecture de Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

Les monnaies impériales romaines de la BnF intègrent le portail Online Coins of the Roman Empire (OCRE)

Après CRRO – site consacré au numéraire de la République romaine – en décembre 2017, la BnF intègre aujourd’hui un autre portail numérique thématique élaboré par l’American Numismatic Society (ANS) de New York :

Online Coins of the Roman Empire (OCRE)

8114 monnaies impériales romaines de la BnF, disponibles en ligne dans le Catalogue général et Gallica  grâce au programme de numérisation des fonds numismatiques, réalisé ces dernières années sont à présent consultables à travers OCRE. Elles correspondent aux émissions allant du début du pouvoir personnel d’Octave/Auguste à la fin du règne de Trajan, (29 av. J.-C. à 117 ap. J.-C.) ainsi qu’au règne de Carus et Carin suivi de la Dyarchie (de 282 à 293 ap. J.-C.).

Continuer la lecture de Les monnaies impériales romaines de la BnF intègrent le portail Online Coins of the Roman Empire (OCRE)

La drachme cisalpine à légende Segedū

Archive : image du mois de décembre 2021

Drachme des Celtes transalpins à légende SEGEDU (MMA, BN 2177)

Les monnaies celtiques d’Italie du Nord constituent un témoignage unique sur une civilisation qui a ensuite été absorbée par l’expansion romaine : c’est le cas pour celles des Lepontii, comme cette drachme à légende Segedū.

La BnF a joué, au fil des siècles, un rôle important dans le déchiffrement et la connaissance des écritures anciennes1. Elle conserve dans ses collections des objets – dont de nombreuses monnaies –, inscrits au moyen d’alphabets, de syllabaires, voire d’idéogrammes et pictogrammes divers, le plus souvent inconnus du grand public. C’est le cas de la pièce d’argent illustrée ici, provenant d’Italie du Nord, qui porte à son revers une légende dite lépontique. On nomme ainsi une écriture dérivée de l’alphabet étrusque, lequel fut emprunté à partir de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. par des peuples celtiques. Son nom est liée au fait que la majorité de ces inscriptions ont été découvertes dans une zone d’une centaine de kilomètres autour de la ville de Lugano, aujourd’hui en Suisse (d’où l’appellation ancienne d’« alphabet de Lugano » donnée à ce système d’écriture), sur le territoire de l’antique peuple des Lepontii (Lépontiens).

Continuer la lecture de La drachme cisalpine à légende Segedū

  1. Voir par exemple les travaux de l’abbé Barthélemy, au XVIIIe siècle. []

Les monnaies britonniques de la BnF intègrent le portail Iron Age Coins in Britain (IACB)

134 monnaies britonniques (nom donné aux peuples et royaumes celtiques antiques de l’île de Bretagne) conservées dans les médailliers du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, viennent d’intégrer le portail Iron Age Coins in Britain. Élaboré et hébergé par l’Université d’Oxford, ce site s’appuie sur le catalogue Ancient British Coins (ABC) qui a marqué une étape récente et importante dans la connaissance de ces monnayages insulaires. Cette initiative est l’occasion de mettre en lumière un numéraire par nature moins connu en France que les monnaies proprement gauloises qui peuvent, pour certaines d’entre elles, être mises en lien direct avec des protagonistes de la guerre des Gaules, tel Vercingétorix.

Iron Age Coins in Britain (IACB)

Continuer la lecture de Les monnaies britonniques de la BnF intègrent le portail Iron Age Coins in Britain (IACB)

Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

Continuer la lecture de Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, “Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium” dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Mise en ligne des médaillons romains contorniates de la BnF

La collection de médaillons contorniates conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, récemment numérisée, est désormais disponible en ligne.

Ces lourds objets monétiformes, frappés ou coulés au IVe siècle ap. J.-C. associent les images d’empereurs ou de héros du passé à des scènes variées centrées sur l’univers des courses de chars et des jeux du Cirque. Ces pièces commémoratives, fabriquées dans la mouvance des grandes familles sénatoriales de Rome étaient distribuées lors des festivités du Cirque, en particulier en relation avec les cérémonies du début d’année lors des courses de chars du 3 janvier. Elles servaient alors d’étrennes en heureux présage pour l’année qui s’ouvrait.

Contorniate, Ulysse et ses compagnons luttant contre Scylla (BnF, MMA, AF 17274)

Le fonds de la BnF, avec près de trois cents médaillons, constitue l’un des plus riches et des plus variés conservé dans une institution publique.

Retrouvez les 299 médaillons contorniates:

Dominique HOLLARD

Pour aller plus loin :

  • Consulter le catalogue de référence : Andreas Alföldi, Elisabeth Alföldi, Die Kontorniat-Medaillons
  • Relisez “Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)”

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Citer ce billet : Dominique Hollard, "Mise en ligne des médaillons romains contorniates de la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 13/03/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10795, [consulté le 04/10/2022].

Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

La numérisation des monnaies celtiques de la BnF, réalisée au cours de l’année 2019, vient d’aboutir à la mise en ligne des photos des 9975 exemplaires du département des Monnaies, médailles et antiques.

Toutes ces monnaies sont à présent disponibles sur le Catalogue Général et Gallica

Continuer la lecture de Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées

Monnaie de Vercingetorix

Archive: image du mois

Septembre 2019: un statère arverne au nom de Vercingétorix

 

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

Longtemps Vercingétorix ne fut qu’un nom. Celui du vaincu d’Alésia dans un récit de guerre rédigé par son vainqueur pour célébrer sa propre gloire. Mais en 1837 les choses changèrent.

Continuer la lecture de Monnaie de Vercingetorix

Le globe de Constantin Ier et Crispus

Archives image du mois d’avril 2019

Le globe de Constantin Ier et Crispus

Médaillon (revers) distribué pour Constantin Ier et Crispus à Rome en 326 ap. J.-C. (BnF, MMA, Fonds Général 663).

Représenté régulièrement sur les monnaies romaines dès le début de l’Empire, en particulier durant le règne d’Auguste, le globe est souvent associé à la figure de la Victoire. Au fil des dynasties, il devient un emblème central du pouvoir du Prince et de la domination de Rome sur le monde habité.

Continuer la lecture de Le globe de Constantin Ier et Crispus

Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)

Archives : image du mois de décembre 2018

Médaillon de Victoire (« Nikètérion ») frappé en Grèce du Nord sous le règne d’Alexandre Sévère (222-235 ap. J.-C.)

[Monnaie : Or, Tarse, Cilicie, Gordien III], département des Monnaies, médailles et antiques, F 1673

Le droit du médaillon (photographie de gauche) figure le buste cuirassé de Philippe II de Macédoine coiffé d’un diadème.

La cuirasse est ornée d’imbrications rappelant l’égide de Zeus et porte en son centre l’image de Zeus enlevant Ganymède. Sur chaque épaulière, une Victoire tenant un trophée et, au-dessous, un foudre.

Au revers, une Victoire (Nikè) dans un quadrige triomphal avance à droite, tenant les rênes de la main droite et, de la main gauche, une palme autour de laquelle est noué un ruban de victoire.

La scène est encadrée sur deux côtés par la légende au génitif BACIΛE-ΩC AΛEΞANΔPOY (basileôs Alexandrou) (« [médaillon] du roi Alexandre »).

Ce médaillon d’or, qui était accompagné de deux autres à l’effigie d’Alexandre le Grand, appartient au trésor de Tarse (Asie Mineure, auj. Īçel en Turquie), enfoui dans la plaine voisine de Tarse probablement vers la fin du règne de Gordien III (238-244 apr. J.-C.) et redécouvert vers 1863. Cet objet, d’une qualité exceptionnelle (67 mm de diamètre ; poids de 98,85 g.), fut probablement réalisé dans un atelier de Grèce du Nord. Il était apparemment destiné, soit à récompenser les vainqueurs des concours agonistiques organisés à l’occasion des séjours impériaux, d’où le nom de Nikètérion (médaillon de victoire) qu’on lui donne parfois, soit à être offert par les organisateurs des Jeux (agonothètes) à des visiteurs de haut rang.

Citer ce billet : Dominique Hollard, "Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/6258, [consulté le 04/10/2022].

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Contorniate au nom et au portrait d’Honorius ; au revers, Eugénius et ses chevaux (BnF, MMA, Fonds Général 17342)

Cycle Italie: Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Les médaillons en bronze dits « contorniates » sont ainsi nommés d’après l’italien (contorniati) parce que, entourés d’un sillon profond et d’un bourrelet sur leur circonférence, ils semblent avoir été fabriqués au moyen d’un tour à métaux. Ces objets monétiformes, en majorité frappés, mais pour certains aussi coulés, furent fabriqués à Rome durant une large période de l’Antiquité tardive – principalement durant les années 350 à 430 – en relation avec l’univers des courses d’attelages et des spectacles qui leurs étaient associés dans le Circus maximus.

Continuer la lecture de Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricus Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Continuer la lecture de Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Archive : Image du mois BnF juillet 2017

Juillet 2017 Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C. (BnF, MMA, Bronze.1363)

Cette phalère (décoration militaire) en bronze argenté fut offerte à un officier (Aurelius Cervanius) par des soldats issus des légions XX Valeria Victrix (à g.) et II Augusta (à dr.) cantonnées à Chester et à Caerleon (GB). La mention VTERE FELIX (« use-en avec bonheur ») est fréquente sur les bijoux. En haut, le sanglier et le capricorne sont les emblèmes des légions d’origine tandis que les animaux sauvages s’ébattant en bas de l’objet, la référence probable à une chasse d’amphithéâtre offerte par l’officier.

La légion romaine cumulait les fonctions de veille aux frontières, de conquête et de sécurisation avec l’aménagement du territoire (routes, centres de production) et la romanisation des zones annexées (création de colonies de vétérans). La force croissante des ennemis de Rome et le nombre limité des troupes conduisit à créer des unités mobiles faites, comme ici, de détachements (vexillationes) prélevés sur plusieurs légions.