Conférence reportée au 6 mai 18h30 L’apport de la photogrammétrie et du relevé en 3-D pour construire la recherche en archéologie

Séance reportée au 6 mai 2020

15 janvier à 18h30: conférence:”L’apport de la photogrammétrie et du relevé en 3-D pour construire la recherche en archéologie : exemples sur différents chantiers archéologiques (La Roche Guyon, Délos)” par Laurent Costa, ingénieur de recherche CNRS, Ingénieur en représentations de données à références spatiales CNRS – Archéologue, géomaticien, Équipe Archéologie du monde Grec Archaïque, UMR 7041 Archéologie et Sciences de l’Antiquité (ArScAn), Maison de l’Archéologie et de l’ethnologie, Université de Paris I, Paris X-Nanterre.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie photographiée.

extrait de l’animation 3D Délos numérique avril 2016 ©UMR 7041 ArScAn

La transformation dans le temps et l’espace des éléments matériels liés à l’activité humaine est l’objet d’étude de l’archéologue. Depuis le 19e s. et tout au long de la construction de cette science, se sont mis en place des outils de collecte et de traitement des données liées aux vestiges matériels : photographie, planimétrie, stratigraphie, base de données, restitution, cartographie… Ces outils qui permettent d’appréhender la réalité archéologique constituent des outils de base de la pensée archéologique et ont au final connu peu d’évolution avant l’arrivée du numérique. Mais la pensée archéologique fondamentalement structuré en fonction de ces outils est aujourd’hui en phase de transformation car les outils, autrefois analogiques, sont aujourd’hui devenus très largement numériques.

Cette transformation n’est pas seulement technique. Elle aboutit à une augmentation des potentiels de collecte et de traitement et est actuellement en train de bouleverser nos approches, nos méthodes et nos limites en apportant à la recherche des dimensions absolument inenvisageables il y a seulement dix ans. Dans cette communication, ce sont ces évolutions de la manière de penser l’archéologie que nous proposons d’expliciter sur au moins deux projet de recherche archéologique complémentaires :

Délos est avec Delphes, l’un des plus prestigieux sanctuaires grecs de la Méditerranée. Utilisé depuis le 8e s. BC jusqu’à la fin de l’Antiquité romaine, il restera le plus important sanctuaire maritime de la Méditerranée dans l’Antiquité. Depuis le premier travail archéologique réalisé par l’École française d’Athènes en 1870 et jusqu’à aujourd’hui, Délos est le lieu où les archéologues ont produit un nombre remarquable de documents graphiques innovants pour leur époque (cartes, plans de bâtiments, coupes, dessins, restitutions, etc…) qui deviendront des documents de référence pour les écoles d’archéologie.

Le développement des approches numérique a permis de réunir toute cette documentation sous la forme d’un SIG en ligne et de restituer plus de 100 années de recherche archéologique française sur ce site. Ce travail, réalisé dans le cadre de la publication du Sanctuaire d’Apollon (dirigé par R. Etienne, Prof. à l’Université de Paris 1)1, nous a amené à produire des modèles tridimensionnels permettant d’éclairer sous un jour nouveau l’histoire du sanctuaire. Bien au-delà du travail de synthèse qu’il nous a permis de réaliser, la construction de cette démarche de restitution a été l’occasion d’interroger nos visions de ce patrimoine majeur et de proposer de nouvelles hypothèses de travail sur l’organisation de ce site. Cette démarche illustre de manière assez explicite tout l’intérêt du développement d’une approche numérique intégrée de toute la documentation (de l’image en passant par les relevés pour aller jusqu’au restitution 3D) allant de la collecte jusqu’à la restitution, démontre l’intérêt heuristique des restitutions numériques tridimensionnelles et montre comment ces images transforment notre vision du patrimoine. En outre, ce travail a permis de déboucher sur une réflexion sur l’objectivité et les objectifs des restitutions qui sont proposées de ces espaces anciens.

Le château de La Roche Guyon dans le Val-d’Oise, est un site historique particulier et remarquable. Établissement monumental classé monument historique, sa chronologie s’étend du 9e siècle, jusqu’à nos jours (du château troglodyte jusqu’à l’établissement culturel EPCC, La Roche Guyon). Le château présente en outre la caractéristique d’être à la fois très bien documenté, avec des études historiques remarquables2 et d’être un espace complexe composé d’une succession de bâtiments de différentes époques constituant en quelque sorte une histoire en 3 voire 4 dimensions (XYZ +T). De nombreuses questions historiques et archéologiques peuvent donc y être testées et mises en confrontation avec des techniques de collectes contemporaines et innovantes (photogrammétrie et relevé 3D). Un premier exercice de collecte de données réalisé en 2017 a permis de répondre à une urgence patrimoniale majeure : la protection du théâtre du 18e s., monument unique en soi, mais malheureusement à l’état de ruine. Cette mission a été réalisée grâce à l’intervention conjointe de l’équipe de l’ONG Global Heritage (USA Tampa) et des chercheurs d’ArScAn. La numérisation du château a ensuite été poursuivie jusqu’à l’année dernière. Nous disposons maintenant de plusieurs dizaines de millions de point permettant de restituer les différentes parties visibles et non visibles de ce monument.

Ces données sont mises à la disposition de tous en téléchargement3. Elles permettent d’illustrer de manière concrète les questions de manipulation et de structuration de données issues de techniques multiples (scan 3D, photogrammétrie), dont la précision mais aussi la masse imposent une réflexion sur nos outils et nos modes de travail. Bien plus qu’un simple artefact technique, ces données massives sont de nouveaux objets de recherche pour les archéologues (entre autre…) et constituent en quelques sorte des photographies d’une nouvelle génération en 4D et interactives.

Cycle de conférences : « L’archéologie photographiée: de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre). En savoir plus : notre programme.

Bibliographie

télécharger notre bibliographie

  1. Roland Étienne (dir.), Le sanctuaire d’Apollon à Délos. Tome I, Architecture, topographie, histoire, Athènes, 2018 (Exploration archéologique de Délos ; 44) lien vers la notice []
  2. voir les études de Marc Viré, « Le château de La Roche-Guyon (Val d’Oise), dernières recherches – première partie : le site et le château médiéval », BAVF-VO 40, 2008, « Le château de La Roche-Guyon (Val d’Oise), dernières recherches – seconde partie : le château du bas », BAVF-VO 41, 2009  ou de Jean Mesqui et al., «Le château de La Roche-Guyon et le Maître de Falstolf vers 1425 » Bulletin Monumental 166/2, 2008. p. 135-150 en ligne sur Persée []
  3. voir : https://globaldigitalheritage.org/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.