Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Les Étrusques dans le débat patriotique du Risorgimento

Après une première partie consacrée à l’évolution de la « question homérique » dans le contexte culturel napolitain, ce deuxième article a comme objet la fortune des Étrusques pendant la période du Risorgimento1. Trois modèles politiques sont ainsi rapprochés d’une certaine réception des Étrusques dans le processus de la construction nationale italienne :

  1. Vincenzo Cuoco, l’Italie napoléonienne et l’histoire nationale
  2. Giuseppe Micali, les Étrusques et le modèle confédéral
  3. La construction nationale, les Étrusques et le Piémont des Savoie

Guerrier étrusque dit « Mars de Todi », bronze fondu à fusion à cire perdue, fin du Ve s. av. J.C. cliché: Musée grégorien étrusque, Rome

1. Vincenzo Cuoco, l’Italie napoléonienne et l’histoire nationale

Entre  1804 et 1806, paraissent, à Milan, les trois tomes de l’œuvre Voyage de Platon en Italie [Platone in Italia. Traduzione dal greco]. Son auteur est l’historien et homme politique Vincenzo Cuoco déjà connu pour son Essai historique sur la révolution de Naples [Saggio storico sulla rivoluzione napoletana] dont la première édition avait paru, anonyme, à Milan, en 18011.

Voyage de Platon en Italie. Sur les manuscrits grecs trouvés dans Athènes est un essai philosophique, sous forme épistolaire, relatant le voyage d’un jeune athénien, Cléobule, disciple de Platon, dans la Grande Grèce. Comme le long sous-titre l’indique, Cuoco feint d’avoir traduit du grec un manuscrit fortuitement retrouvé à Héraclée. Le motif récurrent de l’œuvre, qui selon le projet de l’auteur aurait dû être suivie d’un essai intitulé Observations sur l’histoire de l’Italie avant le Ve siècle de Rome [Osservazioni  intorno alla storia d’Italia anteriore al quinto secolo di Roma]2, est le mythe de l’Italie pythagoricienne  dont les beautés artistiques et les progrès scientifiques démontrent l’antériorité et, donc, le primat  italique sur la civilisation grecque. De par ces choix, l’auteur se place d’emblée dans le sillage de la tradition de l’érudition napolitaine du XVIIIe s. qui a fait l’objet de la première partie dans un précédent article. L’italianité des poèmes homériques est évoquée par  les voyageurs à leur arrivée dans la ville de Métaponte3 .

Une variante est cependant introduite dans le récit car l’Italie pythagoricienne se distingue surtout par l’habilité politique et le sens du bon gouvernement. Ces deux vertus sont louées lorsque les deux voyageurs arrivent à Héraclée où se tiennent régulièrement des Concili auxquels participent les délégations des villes italiques4 .

La seule nouveauté importante concerne plus la méthode que le propos. En effet, contrairement à ses illustres prédécesseurs (G.B. Vico, Cirio Minervini, S. Mazzocchi) dont il connaissait parfaitement les œuvres,  Cuoco délaisse l’investigation étymologique « car aux mots on pouvait faire dire beaucoup de choses ». Dans la Note au lecteur qui précède le texte du Voyage de Platon in Italie, l’écrivain napolitain dit ouvertement renoncer à la recherche de l’origine du nom Cléobule, largement usité à Athènes, car elle peut être à la fois phénicienne, hébraïque, chaldéenne, punique ou éthiopienne5.

En revanche il accueille favorablement deux méthodes d’étude qui, dans l’esprit de l’auteur, avaient déjà fait leurs preuves au siècle précédent et avaient été  brillamment utilisées par les érudits napolitains6: d’une part, la tradition des études sur les antiquités, notamment les inscriptions et les monnaies et médailles, qu’il utilise comme preuves « non littéraires » ayant statut d’auctoritates ; d’autre part, la grande considération accordée aux études d’histoire naturelle de la terre, entendues comme vérification et support scientifiques de toute tentative d’historiographie nationale. Dans l’essai en question, c’est à Platon même que revient l’affirmation explicite du primat italique scientifiquement prouvé par la plus grande ancienneté de la péninsule :

« Ces nations italiennes que nous appelons « barbares » ont été policées longtemps avant nous. Elles ont eu des lois et des arts que nous ne leur avons pas donnés. Observe que Cérès est venue de la Sicile dans l’Attique pour nous enseigner la culture de la terre et les cérémonies de la religion, premières bases de la vie civile. Cette fable est notre histoire. »7

Le débat portant sur le lien entre l’Italie et la Grèce est brusquement interrompu dans le troisième et dernier tome où Cléobule, à son arrivée à Paestum, découvre l’histoire des Étrusques, peuple qui aurait colonisé et unifié toute la péninsule italique depuis des temps immémoriaux.

Et dans la lettre LXXV, Cléobule, s’adressant à Platon, rapporte le récit d’un habitant des lieux :

« Apprends donc qu’il fut un temps où l’Italie fut habitée par un seul peuple qui s’appelait étrusque. Ses forces de mer et de terre étaient immenses ; et des deux mers qui ceignent l’Italie comme île, l’une s’appelle du nom de ce peuple, Mer Étrusque ; l’autre porte le nom d’une de ses colonies, Mer Adriatique. […] Il est toujours certain qu’il existait en Italie un empire étrusque plus ancien que ne l’était la civilisation grecque. Ce sont là vos ancêtres que vous appelez Pélasges. C’est de ces Pélasges et, par conséquent, des Étrusques, que descendent la plupart de ces héros qui se couvrirent de sang et de gloire sous les murailles de Troie. »8

Mais les Étrusques surent « mieux bâtir que gouverner »9 . L’affaiblissement du lien national par les particularismes, (lire :  régionalismes), provoqua la décadence de l’État étrusque et l’expansion des Romains:

« L’ancien empire étrusque portait dans son sein le germe de la destruction. On ne s’était jamais occupé de consolider le lien qui en unissait les diverses parties. Chaque peuple avait conservé son propre nom : était-ce le nom de la contrée qu’il habitait ou celui de la capitale ? […] Chaque peuple avait un gouvernement, des lois et des magistrats différents. […] Chaque peuple se rappela bien plus de son nom particulier que du nom générique de la nation »10

Et Cuoco, en écrivain avisé,  place à la fin de l’œuvre la narration de la parabole historique des Étrusques pour lui donner davantage d’emphase et dans le même temps introduire les conclusions que Platon invite à tirer de ce long voyage :

«C’est ainsi, ô Cléobule ! que se détruit tout empire où il n’existe point d’union »11

Autrement dit, l’auteur opère un double mouvement : d’une part il renouvelle l’admiration pour le peuple étrusque qui avait caractérisé les savants du XVIIIe s. et il lui attribue le primat de l’unification et de la civilisation de toute la péninsule italienne12 .  Mais V. Cuoco attribue aux Étrusques aussi la faiblesse suprême : la tendance à la fragmentation qui les fît capituler devant  la force romaine. L’exhortation aux patriotes italiens, sortant battus de la révolution napolitaine de 1799, mais également en Lombardie, est à peine voilée. Et derrière le despotisme de l’empire romain, il est aisé de percevoir le renvoi à la « furia francese » dénoncée par les révolutionnaires13 .

Par ailleurs, chez V. Cuoco, « l’empire » étrusque offrait  la possibilité de s’inviter, en tant qu’italien, dans un débat scientifique international de l’époque qui portait sur la (re)écriture de l’histoire des premiers peuples d’Europe. Ce projet avait déjà vu paraître des œuvres importantes comme celle de l’érudit allemand Christopher Meiners14 et alimentait, en France, un retour à la « celtomanie ».

Monumens celtiques ou recherches sur le culte des pierres. M. Cambry de l’Académie celtique, de la Société impériale d’Agriculture, des Académies de Cortone, de Vérone, etc., Paris : Mme Johanneau, 1805, dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 8-LA2-62

Rappelons, en effet, qu’en 1804, Jacques Cambry fondait à Paris l’Académie celtique, institution qui se donnait pour tâche de « retrouver le passé de la France, recueillir les vestiges archéologiques, linguistiques et coutumiers de l’ancienne civilisation gauloise »15.

pl. IV. Monumens de Carnac, Monumens celtiques ou recherches sur le culte des pierres par M. Cambry

Dans le dernier tome de son ouvrage, Cuoco revient sur l’expansion de l’empire étrusque qui avait colonisé et civilisé la plus grande partie des peuples méditerranéens (Grecs et Celtes inclus), et pour cette raison était connu également comme le peuple Pélagique. C’est avec cette conviction que le savant napolitain adresse une lettre à l’Académie celtique en exhortant les académiciens français à ne pas oublier que « plus on remonte dans les siècles,  et moins de place reste aux Celtes car il n’y pas de peuples plus anciens que les Étrusques »16.

Ce sont les Étrusques qui constituent le maillon décisif entre l’ère fabuleuse racontée par les Grecs et l’histoire réelle de la tradition romaine :

« Au-delà de l’ère de la première Olympiade, l’histoire grecque est farcie de fables. On se retrouve vite dans l’ère des héros et des dieux. […] En revanche, dans l’histoire de l’Italie, on retrouve tout de suite des événements humains, des empires, des fondations de villes, des guerres telles qu’on les connaît, des arts, et tout cela bien de siècles avant Rome. En lisant l’histoire de la Grèce, vous dîtes : c’est une fable ; en lisant l’histoire de l’Italie, vous dîtes : tout est vraisemblable. Voilà pourquoi je pense depuis le début que l’histoire des Étrusques doit être une partie importante de vos recherches : elle est la seule à pouvoir établir, tout au moins en partie, un lien de continuité entre deux époques très éloignées et expliquer la tradition qui forme l’histoire et la conscience du genre humain » 17

Inscrire l’étude de « l’empire » étrusque, devenu représentation symbolique d’une ancienne unité nationale italienne, dans un contexte résolument européen permettait à Cuoco de rappeler aux Celtes leurs dettes envers le peuple qui les avait précédés et civilisés. Or, si nous considérons que V. Cuoco, parallèlement à sa rédaction du Voyage de Platon menait une intense activité de journaliste « engagé » dans les feuilles du « Giornale italiano » où il abordait des thèmes brûlants tels que la création d’une structure moderne de l’État et de l’administration, le dessein politique du penseur napolitain se précise.

Giornale italiano, 2 Gennaio 1805. Anno IV, dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme K-688

Pour V. Cuoco il était fondamental d’écrire une historiographie des origines qui puisse, par sa force et par son autorité, restaurer la confiance des Italiens dans une identité culturelle nationale tout en prenant ses distances du modèle révolutionnaire, qu’il avait pourtant soutenu au départ, et peut-être aussi du despotisme du tout récent Directoire.

L’auteur vécut personnellement l’effondrement de la République parthénopéenne18 et les convulsions du triennio 1796-1799 qui marquent un véritable rejet de la présence française et du modèle politique français. Après avoir été accueilli comme libérateur, Napoléon est perçu comme le « représentant de l’État français », aux ordres du Directoire, qui traite avec les mêmes princes qu’il avait affrontés en 179619. Le général corse est perçu comme le représentant de la Révolution  qui donne naissance aux « républiques sœurs » mais qui, dans le même temps, lance ses généraux dans de nouvelles aventures militaires dès 1797 sur l’ensemble du territoire de la péninsule qui devient un vaste champ de bataille et de ponction fiscale20.

Il est d’ailleurs significatif qu’après l’effondrement de la République napolitaine, V. Cuoco publie une nouvelle édition, remaniée, de son Essai historique sur la révolution napolitaine de 1799 où il s’insurge contre le caractère abstrait de la Révolution française et affirme qu’aucune révolution ne peut être imposée, « ni par la force des baïonnettes, ni par une assemblée de philosophes […] parce que chaque pays a sa propre histoire et tradition »21.

Dans ce contexte, Platon en Italie, loin d’être une simple défense des nobles origines de la péninsule, cette fois-ci étrusques, ou une anachronique nostalgie du modèle classique22, soulève, au contraire, le problème de l’autodétermination de chaque peuple à créer et à suivre son propre modèle politique. Nous trouvons chez ce savant napolitain, vécu à cheval des deux siècles fondateurs de la modernité, une attention particulière pour les spécificités nationales et  les signes avant-coureurs du Romantisme naissant face au déclin de l’esprit universel des Lumières.

Malgré cette indéniable modernité, l’œuvre de V. Cuoco, eut, à l’époque, une influence relativement limitée. En 1810, à peine quatre ans après la sortie du troisième tome du Platon en Italie, paraît le travail du livournais Giuseppe Micali L’Italie avant la domination des Romains [L’Italia avanti il dominio de’ Romani]. Le franc succès de cette œuvre auprès des érudits de la péninsule  l’impose rapidement comme le texte de référence  en la matière et fait de l’ombre à celle du savant napolitain dont la pensée ne sera vraiment étudiée qu’à partir des années 1950-196023.

2. Giuseppe Micali, les Étrusques et le modèle confédéral

Amphore étrusque à figures noires dit du « Peintre de Micali » cliché: Musei vaticani (G. Micali fut le premier à mentionner l’ensemble de vases étrusques à figures noires trouvé près de Vulci. Dès lors, l’ensemble porte son nom. Les vases font maintenant partie de collections privées et d’importants musées italiens et internationaux. Cf. Sir John D. Beaezly, Etruscan vase-painting, éd.1974, BnF – Richelieu 4-MON-773).

À l’instar de V. Cuoco, l’historien et antiquaire Giuseppe Micali24 conçoit et écrit son magnum opus, L’Italie avant la domination des Romains25 [L’Italia avanti la dominazione dei Romani] alors que Napoléon Ier est au zénith de sa puissance et se pose en arbitre de l’échiquier politique européen. La Toscane, après avoir été, de 1801 à 1807, sous le nom de royaume d’Étrurie, soumise à une domination française indirecte, était devenue un département de l’Empire administré par la grande-duchesse Elisa Bonaparte Bacciocchi, l’une des sœurs de Napoléon Ier, et son mari Félix Bacciocchi, l’un des généraux corses de Napoléon26.

Elisa Bacciocchi Bonaparte, gran duchessa di Toscana, médaille, 1809, cliché: medagliemonete.it

La première édition de l’ouvrage paraît, à Florence, en 1810, sous forme de quatre volumes assortis d’un atlas richement illustré de planches. L’atlas proposait une carte géographique de la péninsule (Italia antiqua com insules de d’Anville) et 60  planches décrivant des monuments très connus tels que les murailles de de Volterra ou Todi, mais également une vingtaine de planches concernant des monuments qui n’avaient jamais fait l’objet de description ni de publication.

Monuments antiques pour l’intelligence de l’ouvrage intitulé : « L’Italie avant la domination des Romains », par M. Jos. Micali, dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, K-761: l’édition française de 1824 intègre une partie des observations de F. Inghirami

L’intention de l’auteur, ouvertement affichée dès l’introduction, est d’écrire une œuvre d’histoire et non d’érudition, par conséquent accessible à un vaste public. Le propos est également très clairement exposé : G. Micali ne s’intéresse pas aux Étrusques parce qu’ils furent un des peuples les plus raffinés de l’Italie antique, mais comme esempio massimo d’unification de la péninsule sous la forme d’une fédération de républiques.

Planches des Monuments antiques… par Jos. Micali, 1824: pl. XIII: restes d’un édifice vulgairement appelé Temple de Mars (Todi); pl. XIV: guerrier; pl. XV: petite statue de femme, en bronze, avec tête coiffée du tutulus

D’après le livournais « la superbe des Romains » avait eu raison des Étrusques mais cette victoire s’était faite au prix de la liberté : « Pour les Italiques, les Romains eux-mêmes et, enfin pour tout le genre humain 27 .

Pour donner une assise scientifique à ses thèses, G. Micali s’appuie largement sur les travaux et l’autorité de l’historien piémontais Carlo Denina qui dans son œuvre majeure, Révolutions d’Italie [Delle rivoluzioni d’Italia], avait déjà étudié, et admiré, le modèle politico-social étrusque fondé  sur la  dodécapole, la fédération de douze cités-Etats appelée la Ligue étrusque. C’était un modèle porteur d’un projet d’unification politique de la péninsule radicalement alternatif à celui de Rome, perçu comme autocratique et impérial28.

L’œuvre de G. Micali fit cependant l’objet de sévères critiques de la part d’étruscologues  tel que Francesco Inghirami, directeur du Musée Guarnacci, à Volterra.

Dans la publication intitulée Observations sur les monuments antiques contenus dans l’œuvre intitulée L’Italie avant la domination des Romains [Osservazioni sopra i monumenti antichi uniti all’opera intitolata « L’Italia avanti il dominio de’ Romani » ]29 celui-ci dénonçait l’amateurisme et les grossières erreurs d’interprétation historico-artistiques qui avaient amené G. Micali à confondre l’histoire grecque avec l’étrusque et à négliger (ou méconnaître) l’importance des autres populations italiotes pré-romaines. F. Inghirami ne portait toutefois aucun jugement sur les considérations politiques de son compatriote.

Osservazioni sopra i monumenti antichi uniti all’opera intitolata : « L’Italia avanti il dominio de’ Romani » [di G. Micali], lette nell’aprile del 1811, in Firenze [da F. Inghirami], dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme K-7585

Malgré ces âpres critiques et l’hostilité de nombreux académiciens, entre autres celle de S. de Sismondi, l’œuvre du livournais connut un véritable succès auprès du public tout au long du XIXe siècle30. Ce succès conforta l’auteur qui, en 1832,  publia une Histoire des anciens peuples italiens [Storia degli antichi popoli italici] qui était, en réalité, une version remaniée et plus érudite de l’ouvrage précédent dans laquelle paraissait, entre autres, quelques dessins d’Henri Labrouste.

[Tombeau dit « delle Bighe »] : [décor développé du plafond, élévation d’ensemble de la paroi du fond] : [dessin] / h. L [Henri Labrouste], 1829, dpt Estampes et photographie, FOL-VZ-1030 (9)

L’influence de G. Micali sur l’historien et homme politique milanais Carlo Cattaneo a été plusieurs fois soulignée31. En effet, ce dernier refusa de siéger à la Chambre des députés du Royaume d’Italie par fidélité au modèle fédéraliste et à la liberté municipale qu’il estimait être au cœur de l’histoire de la péninsule italienne. En 1844, C. Cattaneo consignait dans ses notes  les réflexions suivantes :

« Le principe étrusque était différent du principe romain : étant  fédératif et multiple il peut amadouer la barbarie sans sacrifier l’indépendance. En outre, il ne privilégiait pas une ville aux dépens d’une autre  car l’excessif agrandissement d’une de celles-ci  l’aurait rendue très puissante sans pour autant représenter la « nation ».32.

Le débat autour des origines de la nation traverse tout le panorama culturel de l’Italie du XIXe s. L’ apogée fut atteint dans les années 1860-1870, lorsque les vicissitudes politiques de la troisième guerre d’indépendance aboutirent à l’unité politique de la péninsule. Le débat oscillera toujours entre la solution unitaire de V. Cuoco, chère aux Savoie, et l’option de G. Micali qui milite pour la ré-actualisation de l’ancien modèle étrusque, régulièrement invoquée par les mécontents de la « centralisation » piémontaise. Toutefois, le débat avait mûri et l’expérience de la domination française avait profondément marqué les esprits. En effet, chez les deux auteurs le débat s’inscrivait désormais dans un élan d’unité nationale : du patriotisme régional on était passé à un patriotisme tout court : de petites patries à la grande.33.

De nos jours, loin d’avoir disparu, le débat sur les deux modèles politico-administratifs a récemment refait surface et est redevenu d’une brûlante actualité avec le poids électoral acquis par le parti de la « Ligue du Nord ». Sous les nobles traits de C. Cattaneo, considéré comme le père spirituel du fédéralisme et largement revendiqué comme « aïeul », la Ligue rejoue l’opposition entre le modèle unificateur, adopté par les élites piémontaises  au XIXe siècle, et le modèle fédéral qui, chez certains représentants de la « Ligue », hésite maintenant entre autonomie et sécession34.

Dans le chapitre qui suit nous essaierons d’illustrer brièvement  comment et dans quelle mesure la dynastie piémontaise a adopté, à son tour, l’héritage étrusque pendant la longue période pré-unitaire.

3. La construction nationale, les Étrusques et le Piémont des Savoie

Il est connu qu’au XVIIIe s. et jusqu’à la moitié du XIXe s., l’Europe entière succombe à la fascination pour les Étrusques qui remplace pendant un bon siècle celle pour les cabinets chinois très à la mode au XVIIe s.35. Cet engouement trouve un appui scientifique dans le courant d’études érudites, inauguré par Giovan Battisti Piranesi qui soutient la thèse d’une suprématie architecturale italienne via la civilisation étrusque. Paradoxalement, le style étrusque connaîtra un succès plus modéré dans la péninsule italienne que dans le reste de l’Europe car le style classique, à savoir gréco-romain, demeure indémodable. Dans le Piémont des Lumières, le seul exemple  de style étrusque, est dû à la comtesse Faustina Grosso Mazzetti di Montalero. Celle-ci, très sensible aux modes architecturales en vogue en Europe, décida de moderniser le palais de la famille Riva, Palazzo Grosso, près de Chieri, en s’affranchissant de ce qui était considéré, à l’époque, comme le sobre style de la Maison des Savoie.

salle étrusque du Palazzo Grosso, cliché © Palazzo Grosso

Même le style à l’égyptienne, considéré comme une alternative au style grec et romain, ne pourra s’imposer que bien plus tard et grâce à la colossale acquisition d’antiquités égyptiennes par le diplomate et antiquaire Bernardino Drovetti36.

Toutefois, dans le Piémont du XIXe s. la mode « à l’étrusque » connaît un franc succès et revêt des implications historico-idéologiques certaines. Alors que les émeutes populaires contre les Autrichiens battent leur plein en Lombardie et Vénétie, le roi Charles-Albert promeut les Étrusques au rang de référence historique et culturelle pour tous les patriotes37.

Le slogan « Fuori le straniero » [Dehors l’étranger], repris par les patriotes italiens et immédiatement adoptée par la maison de Savoie38 s’accompagne ainsi d’une puissante valorisation du rôle agrégateur joué par les  Tyrrhéniens, allant bien au-delà de ce qu’avaient déjà entrepris les Médicis au XVe siècle. En effet, la famille toscane avait déjà abondamment convoqué les Étrusques pour légitimer davantage sa propre lignée et son immense prestige. La rhétorique médicéenne s’était cependant limitée à la Toscane. En revanche, dans l’esprit du roi piémontais, la civilisation étrusque était celle qui, la première, avait étendu son emprise  à  toutes les mers et terres de la péninsule, comme par ailleurs Tite-Live l’avait également reconnu et affirmé dans son Histoire romaine 39 .

Château de Racconigi, Cabinet étrusque, cliché: Musées du Piemont

Parmi les témoignages artistiques les plus réussis de cette veine décorative « à l’étrusque », se détache le cabinet du château de Racconigi, conçu et réalisé, entre 1833 et 1837 environ, par le peintre et architecte bolognais Pelagio Palagi, féru d’archéologie, fortement influencé par l’art antique et ouvertement patriote40. Le choix de qualifier « d’étrusque » un cabinet destiné à recevoir les ministres et où seraient prises les décisions concernant les dossiers politico-administratifs de l’État de Savoie semble confirmer l’allusion historico-idéologique à l’ancienne unité de la péninsule italienne attribuée à l’ancien peuple tyrrhénien41.

Château de Racconigi, Cabinet étrusque, fauteuil avec palmettes, cliché: Musées du Piemont

Palagi, fort de ses connaissances archéologiques cherche  à éviter le faux artistique, très pratiqué à l’époque 42. Aussi, afin de légitimer le  lien avec l’art tardo-thyrrénien  insère-t-il, par exemple, dans la frise centrale du plafond, la scène principale de la Tombe du Baron [Tomba del Barone], découverte a Tarquinia quelques années auparavant par les barons Otto Magnus von Stackelberg et August Kestner.

Tombe du baron (Ve s. a. J.C.), Tarquinia, cliché: etruscopolis

En guise de conclusion, rappelons que l’intérêt des princes de Savoie pour les antiquités étrusques est confirmé par la constitution, entre les XVIIIe et XIXe siècles, de riches collections publiques et privées qui, lors de l’unification de la péninsule, intégrèrent les collections de différents musées régionaux43.

Il est utile, nous semble-t-il, d’ajouter qu’une contribution déterminante au développement du collectionnisme étrusque piémontais dans les années pré-unitaires vint de l’archéologue, linguiste et patriote Ariodante Fabretti, exilé à Turin après la chute de la République romaine en juillet 184944.

C’est justement à Rome que de nouveaux mythes fondateurs de l’italianité apparaîtront au milieu du XIXe s. Dans la future capitale de la péninsule, toute une série d’attributs de l’autorité des dignitaires étrusques  seront repris  et exhibés en tant qu’illustration du pouvoir consulaire ou triomphal : la couronne d’or, le sceptre, la toge palmée ou, encore, la sella curulis (siège curule). Nous y reviendrons dans un troisième et dernier article.

Emanuela Prosdotti

planche XXI des Monuments antiques… par Jos. Micali, 1824: Guerrier en bronze, de style toscan, armée du heaum, du bouclier rond et d’une cuirasse à écailles sous laquelle paraît une tunique touchant le nu, avec les jambes recouvertes de hautes armures, Musée royal de Florence »
Guerrier étrusque à casque à crête. Bronze, moitie Vè s. a. J.C., Florence, musée archéologique
Citer ce billet : Emanuela Prosdotti, "Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.", in L’Antiquité à la BnF, 16/01/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/9744, [consulté le 03/07/2020].
  1. L’auteur participa activement à la révolution napolitaine de 1799. Son  patriotisme lui valut la condamnation à vingt ans d’exil. Après quelques mois à Marseille, il rentra à Milan où la République Cisalpine s’était transformée en République italienne suite à la victoire de Napoléon à Marengo, le 14 juin 1800. Pour de  plus amples informations biographiques, cf : www.treccani.it []
  2. L’essai historiographique est resté à l’état de manuscrit, aujourd’hui conservé à la Biblioteca nazionale di Napoli []
  3. Ancienne ville grecque située dans la région de la Lucanie/Basilicate fameuse pour ses Tavole Palatine []
  4. Il est tentant de voir dans les Concili mentionnés par l’historien napolitain un renvoi historique à la « Consulta » de Lyon, connue également sous le nom de « Comices » [Comizi] à laquelle participèrent environ 500 notables italiens. C’est à cette occasion que la République Cisalpine fut proclamée. Cette dernière deviendra, en 1805, le Royaume d’Italie [Regno italico] sous domination française []
  5. Voyage de Platon, œuvre citée, tome I, p. VII []
  6. Cf. paragraphe 2 de la première partie []
  7. idem, tome II, Chapitre XVII, p.175 []
  8. idem, tome III, p. 291 et suivantes []
  9. idem, tome II, p. 295 []
  10. idem, p. 299 et suivantes []
  11. idem, Ch. LXXVI ; p. 319 []
  12. Le XVIIIè siècle est connu pour son « étruscomanie ». Le livre du prélat et archéologue M. Guarnacci Origini italiche, o siano Memorie istorico etrusche sopra l’antichissimo regno d’Italia e sopra i di lei primi abitatori nei secoli più remoti, avait fait l’objet d’un véritable engouement et le duché de Toscane avait promu la création de l’« Académie étrusque de Cortona », en 1726. Nous reviendrons sur ce sujet dans  la IIIème partie de cet article []
  13. Cette expression remonte à la bataille de Fornoue, en 1495 []
  14. V. Cuoco a probablement lu l’œuvre de C. Meiners dans la traduction française de Jean-Charles Laveaux de 1799 – BnF cote Numm-202723-27 []
  15. J. Cambry, préfet de l’Oise et antiquaire passionné, considérait que la centralisation napoléonienne de l’État, et l’uniformisation qui s’en suivait, menaçait de disparition certaine les langues locales de la France et ses us et coutumes. []
  16. La lettre, inédite, est reportée dans V. Cuoco, Opere. Scritti editi ed inediti, a cura di L. Biscardi e A. de Francesco, Roma, Laterza, 2007, p. 367-371. BnF cote 2008-215112. Il est très probable que les exhortations de l’érudit napolitain visaient également l’académicien Charles-François Dupuis qui avait publié des textes sur les peuples Pélagiques []
  17. Le texte italien est le suivant : « La storia greca al di là della prima Olimpiade è stata accresciuta di favole. Voi vi trovate subito nella regione e nel tempo degli eroi e degli Iddii. […] Nella storia italiana trovate al contrario, avvenimenti umani, imperi regolari, fondazioni di città, guerre regolari, arti e tutto cio’ per molti e molti secoli prima di Roma. Leggendo la storia de’ Greci voi dite: è favola, leggendo l’italiana, voi dite: tutto è verosimile. Ecco perché io ho detto dal principio che la storia degli Etrusci forma una delle parti più importanti delle vostre ricerche, perché é la sola che possa avvicinare le due epoche separatissime, e ristabilire almeno in parte quella continuazione di tradizione che forma la storia e la coscienza del genere umano ». Cf.  V. Cuoco, Opere complete, Scritti editi ed inediti, op. cit., p. 367-371. L’auteur  écrira sur l’Académie celtique à plusieurs reprises, en 1805, dans les pages du «Giornale italiano».  Cf. V. Cuoco, Opere complete, Vol. 5, Scritti giornalistici, sous la direction de F. Tessitore, p. 455-457 – BnF cote 2011-235079 []
  18. La République parthénopéenne est la plus éphémère des républiques « jacobines » italiennes car elle  n’aura qu’une existence de six mois. Elle est considérée comme une exception. C’est la seule à avoir eu une âme démocratique puisque créée par un groupe de patriotes réformistes autour du philosophe et juriste Mario Pagano et à s’être inspirée de la constitution française de 1793 et non pas de celle de 1795 []
  19. La « campagne d’Italie » du Directoire se déroule d’avril 1796 au printemps 1797 et se clôt diplomatiquement en octobre 1797 avec la signature du traité de Campoformio par lequel la Vénétie est rétrocédée à l’empire austro-hongrois []
  20. Très nombreuses sont les études sur ce sujet. Nous nous bornerons à mentionner les deux ouvrages suivants largement consultés pour la rédaction de l’article: M. Vovelle, Les républiques sœurs sous le regard de la grande nation 1795-1803 : de l’Italie aux portes de l’Empire ottoman, l’impact du modèle républicain français, Paris, L’Harmattan, 2000, BnF – Salle L – salle J Histoire et archéologie 940.27 VOVE r ; Ugo Carpi,  Patrioti e napoleonici : alle origini dell’identità, Pise, Ed. della Normale, 2013 – BnF – cote 2013-217965 []
  21. Op. cit., p. 50 et suivantes. ; p. 171 et suivantes. ; p. 190 et suivantes. []
  22. À ce sujet, nous renvoyons à l’article d’ Antonino de Francesco « Risorgimento e carattere nazionale. Note a margine del Platone in Italia di Vincenzo Cuoco », Laboratoire italien. Politique et Société 9/2009, disponible en ligne []
  23. L’œuvre de V. Cuoco et sa place dans l’historiographie moderne feront l’objet d’études approfondies de la part du philosophe Eugenio Garin et de l’historien Fulvio Tessitore, Lo storicismo di Vincenzo Cuoco, Napoli, 1965. BnF – cote 2002-22937 []
  24. Pour des plus amples informations sur la biographie de l’auteur livournais, cf. www.treccani.it []
  25. La traduction française, de 1824, est l’œuvre de Claude Fauriel, ami fraternel de l’écrivain milanais Alessandro Manzoni, et est agrémentée  des notes de l’archéologue Raoul-Rochette. []
  26. Le Royaume de l’Étrurie fut créé en 1801 à la suite des accords secrets de San Ildefonso. Bonaparte promettait la création en Italie, d’un état sous dépendance espagnole en échange de la restitution de la Louisiane par l’Espagne. Les accords secrets furent ratifiés par le traité de Lunéville, en février 1801, et d’Aranjuéz, en mars 1801. Louis Ier de Bourbon, fils et héritier du duc de Parme Ferdinand Ier, fut nommé roi. En 1807, Napoléon Ier annexa le royaume d’Étrurie à l’empire et en fit trois départements : Arno, Méditerranée et Ombrone. En 1809 par la volonté d’une des sœurs de Napoléon Ier, Elisa, l’Étrurie devient Grand-duché de Toscane. Cf. M. Teresa Caracciolo, (dir.), Les sœurs de Napoléon : trois destins italiens, Paris, Hazan, Musée Marmottan, 2013, BnF 2013-420874 []
  27. L’Italie avant la domination des Romains, œuvre citée, Partie III, p. 22 []
  28. De nombreux historiens ont fait remarquer que si des liens étroits de fraternité religieuse suscitaient chaque année des assemblées fédérales qui se tenaient auprès du Fanum Voltumnae, sanctuaire commun situé près du lac de Bolsena, ce sentiment d’unité morale et religieuse n’a pourtant jamais  donné vie à une alliance militaire. Cf. D. Briquel, L’origine des Étrusques. Un débat antique Paris/Rome, École française de Rome, éd. 2019 – BnF 2019-243891 []
  29. lette nell’aprile del 1811, in Firenze, s.l., s.n., 180 p., BnF K-7585 et K-11878 []
  30. L’œuvre fut rééditée en 1821, à Florence, et en 1826, à Milan. D’autres rééditions s’en suivirent pendant tout le XIXe siècle. Cf. aussi l’article de J. Heurgon, « La découverte des Étrusques au début du XIXe siècle », 1973, disponible en ligne []
  31. Cf. S. Timpanaro, Classicismo e Illuminismo nell’Ottocento italiano, Pisa, Nistri-Lischi, 1965. BnF 8-Z-38670 (2 []
  32. Cf. « Notizie naturali e civili su la Lombardia », dans G. Salvemini, E. Sestan, Opere di Carlo Cattaneo. Scritti storici e geografici, Firenze, 1957, vol. I, p. 350 – BnF 16-Z-7317 (3,1) []
  33. Il est intéressant de signaler que l’exposition organisée, ces mois-ci, par le Museo Civico Archeologico de Bologne, Etruschi. Viaggio nella terra dei Rasna, met également l’accent sur la volonté unificatrice de la péninsule italienne de la part des Étrusques []
  34. Pour un résumé de la question, cf. article de  Clotilde Champeyrache, « La Ligue du Nord : retour ambigu de l’identité territoriale sur la scène politique italienne », L’espace politique, 14/2011, disponible en ligne []
  35. Le style dit « à l’étrusque », est déjà à la mode chez les familles aristocratiques européennes depuis la moitié du XVIIIe s. Hors d’Italie, le style « à l’étrusque » signifiait « classique » ou « imitant l’antique » » : tout élément de décoration classicheggiante était « très librement inspiré et volontairement transformé selon les goûts des propriétaires ((Cf. Les Étrusques et l’Europe : [exposition], Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 15 septembre-14 décembre 1992, Altes Museum, Berlin, 25 février-31 mai 1993, Paris : Réunion des musées nationaux, 1992, Libre accès – Salles J et L – 937.015 ETRU []
  36. Les acquisitions de ce dernier sont à l’origine de l’actuel musée égyptien de Turin considéré comme l’un des plus importants ensemble d’œuvres égyptiennes après celui du Caire. []
  37. Le roi Charles-Albert, passionné d’archéologie, possédait une bibliothèque très riche sur les antiquités et l’histoire ancienne de l’Italie. Il était un lecteur assidu de l’ouvrage Essai sur la langue étrusque  [Saggio di lingua etrusca] de L. Lanzi dans lequel les Étrusques sont définis comme « le peuple le plus célèbre parmi ceux qui ont précédé la puissance romaine ». Au roi Charles-Albert nous devons également l’essor des collections archéologiques du Piémont-Sardaigne. Cf. A. Mandolesi, Etruschi in Piemonte. L’Etruria e l’area subalpina occidentale attraverso i contatti del primo millennio A.C. e i documenti archeologici e artistici conservati in Piemonte, Quaderni della Fondazione per l’ Arte, Compagnia di San Paolo, 3, Torino, 2009 []
  38. Le cri de guerre est attribué tantôt au pape Jules II, qui la lança contre les troupes étrangères lors des guerres d’Italie, tantôt à Machiavel qui l’utilisa pour exhorter les Médicis à libérer les territoires occupés []
  39. Cf. Tite-Live, Histoire romaine, tome V, livre V. Conquête de Véies []
  40. Pelagio Palagi avait intégré l’Académie étrusque de Cortona en 1815. []
  41. D’autres exemples de style « à l’étrusque » sont toujours visibles dans le couloir d’entrée, polychrome, de l’Accademia Reale di Agricoltura di Torino, et dans les salons du château de Masino. Sur ce sujet, nous renvoyons au beau livre de B. de Royère, Pelagio Palagi : Architecte de la cour de Piémont-Sardaigne au XIXe siècle, Paris, Mare et Martin Arts, 2018 – INHA libre-accès NY PALA5 A3 2017 []
  42. Il n’était pas rare de voir des cabinets décorés en style pompéïen mais qualifié d’étrusque. Déjà en 1806, Luigi Lanzi avait condamné la pratique du « faux » dans son De’ vasi antichi dipinti volgarmente chiamati etruschi, dans Immagine dell’antico []
  43. L’historien de l’art A. Mandolesi a dressé une liste précise des musées piémontais ayant bénéficié de la répartition des collections royales dans son ouvrage : Etruschi in Piemonte. Œuvre citée. Cf également, « La fortuna degli Etruschi nella costruzione dell’Italia unita », Annali della Fondazione per il museo « Claudio Faina », vol. XVIII, Orvieto, Edizioni Qasar, 2011 – BnF cote 2012-128608 []
  44. À A. Fabretti fut confiée, en 1871, la direction du tout récent Musée des Antiquités de Turin. Il promut l’acquisition de nombreux objets provenant d’Étrurie et est connu dans le milieu des  archéologues et antiquaires pour son ouvrage Il Museo di Antichità della Reale università di Torino, de 1872, où il fait état des spoliations du gouvernement français de Turin d’objets qui ne furent plus jamais retrouvés ni rapatriés. Sur ce sujet, cf. également E. Micheletto 2005, Napoleone e il Piemonte. Capolavori ritrovati. Savigliano, 2005, p.135 et suivantes. BnF cote 2009-217639. Pour la biographie de A. Fabretti, nous renvoyons à l’article de L. Manino, « Ariodante Fabretti, professore di archeologia », dans Bollettino della Società Piemontese di Archeologia e Belle Arti, XLVII, 1995, p. 29 et sqq  BnF Département des Monnaies, médailles et antiques 4-PER-157 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.