L’archéologie photographiée: de la fouille à l’écriture de l’Histoire | Archaeology photographed – from digging to writing history

Cette année, le cycle de conférences dédiée à l’archéologie est pensé en lien avec la photographie et l’exposition de Josef Koudelka, Ruines qui se tient à la Bibliothèque nationale de France du 21 avril au 19 juillet 2020. Ce thème permet à l’artiste de dialoguer avec Alain Schnapp, auteur de Ruines : essai de perspective comparée (2015) et d’une série de conférences Musée du Louvre / ENS « Une histoire universelle des ruines » en 2014.
Depuis 30 ans, Josef Koudelka photographie des sites archéologiques du bassin méditerranéen dont certains ont disparu. D’un autre point de vue, la photographie est devenue un partenaire indispensable des fouilles, accompagnant l’archéologue depuis le repérage du site, la documentation du travail de terrain, la révélation d’éléments invisibles à l’œil nu jusqu’à la publication des vues des zones explorées et détruites au courant de la fouille. Au cours de six conférences, des chercheurs et des archéologues témoignent de la pratique photographique sur le terrain et mettent en évidence ce qu’elle apporte à la reconstitution historique.

5 février 2020 (18h30)

Baouît, fouilles 1901-1902 (©Musée du Louvre, archives du département des antiquités égyptiennes)

Le site monastique copte de Baouît : apport des archives photographiques à la muséographie et à l’archéologie

Le site monastique de Baouît (Moyenne-Égypte) est découvert en 1900 puis fouillé au cours de plusieurs intenses campagnes de 1901 à 1913. Les archéologues, Jean Clédat, Émile Chassinat et Charles Palanque puis Jean Maspero, furent aussi d’habiles photographes qui nous ont laissé des centaines de documents d’une grande qualité. Le partage du produit des fouilles a permis l’ouverture au Louvre, en 1929, d’une « salle de Baouît ». Déplacée à deux reprises, elle bénéficia de programmes s’appuyant sur l’étude des archives photographiques. Celles-ci constituent encore une source incontournable pour les travaux sur le terrain, la fouille du monastère ayant repris en 2003. L’exploitation des résultats leur donne une large part, tant dans les publications scientifiques que dans la médiation culturelle.

25 mars 2020 (18h30)

Une nouvelle inscription de Hatnoub traitée dans DStretch (© Ifao/B. Touchard)

Saisir le terrain, saisir les textes : Comment la photographie révèle les carrières d’albâtre égyptien de Hatnoub

Depuis la première prospection en 2012, jusqu’à la plus récente campagne de fouille en septembre 2019, la photographie est au centre des travaux de la mission archéologique et épigraphique de Hatnoub (Ifao, Université de Liverpool). Parce que les anciennes carrières d’albâtre égyptien de Hatnoub sont menacées par des intérêts économiques et culturels, nous avons un devoir de sauvegarde vis-à-vis de ces sites. Au vu de l’urgence de la situation, l’archivage photographique est le recours le plus rapide et le plus efficace. Parallèlement, les nouvelles technologies développées dans et autour de la photographie (imagerie numérique, HD, photogrammétrie, 3D…) repoussent les limites de ce qui peut être accompli en matière de relevés épigraphiques, topographiques et de documentation matérielle, si bien qu’elles fournissent des outils indispensables pour l’étude de ces carrières et conduisent à des résultats spectaculaires.

1er avril 2020 (18h30)

Tlemcen, Porte d’al-Aqaba (BNF/SG WE 452 n°1) + Sabta : a- gravure du Civitates Orbis Terrarum, XVIe siècle (coll. part, sous droits) + b – vestiges de l’enceinte omeyyade (cliché Henri Terrasse, 1930, sous droits)

Photographie et essor de l’archéologie islamisante maghrébine : les cas d’Oran, Tlemcen et Sabta

Les émirats islamiques d’Occident n’ayant guère développé l’image, c’est à l’image générée par les terres d’Europe qu’il convient d’avoir recours. Trois villes ont eu un rôle singulier dans les liens entre les rives de la Méditerranée. Outre Tlemcen, où se négocia le passage des armées islamiques en Europe et qui devint sous préfecture à l’époque coloniale, Oran et Sabta sont les deux villes clés des liens nord-sud. Nous nous proposons donc de montrer comment l’image, devenue photographie, a permis le développement d’une archéologie islamisante consacrée au Maghreb.

6 mai 2020 (18h30) (report du 15 janvier)

L’apport de la photogrammétrie et du relevé en 3-D pour construire la recherche en archéologie : exemples sur différents chantiers archéologiques (La Roche Guyon, Délos)

Les mode travail des archéologues sont aujourd’hui en phase de transformation depuis que les outils, autrefois analogiques, sont devenus numériques notamment dans les domaines de l’image et de la 3D. C’est cette évolution dans les approches archéologiques que nous proposons d’explorer au travers de deux projets de recherche : Délos, un des plus prestigieux sanctuaires grecs de la Méditerranée, La Roche Guyon (Val-d’Oise) château médiéval classé. Ces deux projets permettent d’illustrer de manière concrète les questions de manipulation et de structuration de données en 3 voire en 4d issues de techniques d’acquisition multiples (restitution 3D, scan 3D, photogrammétrie), dont la précision des données mais aussi la masse nous imposent de réfléchir à nos outils et nos modes de travail.

3 juin 2020 (18h30)

Les Noiras (GL, 20 juin 2005, sous droits)

Les Moissons du ciel : 30 ans d’archéologie aérienne

Trois archéologues sillonnent le ciel des régions Bretagne et Pays de la Loire depuis nombreuses années, récoltant ainsi des images aériennes de très nombreux sites. Leurs prospections sont non seulement utiles à la protection du patrimoine et à la recherche archéologique, mais offrent aussi des images spectaculaires et compréhensibles par le grand public. Les vues aériennes contiennent une profusion d’étonnantes informations : des ensembles se manifestent, des structures se dégagent, de grandes dimensions s’embrassent d’un coup d’œil. L’homme disparaît, mais ses traces, qui ont donné leur empreinte au pays, apparaissent. On comprend maintenant le succès des ouvrages comme La Terre vue du ciel et autres qui, outre leur vision esthétique présentent « notre bonne vieille terre » sous des angles originaux et rapidement compréhensibles par le lecteur. S’il est relativement aisé de photographier le patrimoine visible en élévation, il en va tout autrement pour les sites enfouis ou arasés, « ce monde invisible » diront certains archéologues : il faut en effet bien connaître les indices révélateurs et les périodes favorables à l’apparition de ces étonnants « fantômes du passé ». [livre paru aux Presses Universitaires de Rennes]

17 juin 2020 (18h30)

Potier grec, Exposition universelle, Paris, 1889, section I, “Anthropologie, ethnographie, archéologie”, BnF, Société de Géographie, SG W-15

L’éphémère Grèce éternelle des Expositions universelles : ce que nous apprend la photographie ancienne

Vouées au commerce, à l’industrie et au progrès, les Expositions universelles qui se sont succédé depuis 1851 (EU de Londres) ont cependant fait figurer l’Antiquité grecque sous de multiples façons. L’une d’elle consistait en la présentation au public, par des privés ou par le gouvernement grec, d’images photographiques de sites, monuments ou artefacts. Par ailleurs, la photographie ancienne aide l’historien d’aujourd’hui à analyser les reconstitutions et mises en scène archéologiques réalisées lors de ces immenses foires éphémères. La conférence proposera une lecture d’un choix de photographies remises en contexte, témoins instantanés d’un siècle d’archéologie grecque.

Bibliographie et programme

télécharger la bibliographie et le programme

Accès

Entrée libre

Lieu

Entrée EST (face au MK2), salle 70 – site François-Mitterrand, avenue de France, 75013 Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.