L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

En 1795, le savant naturaliste Aubin-Louis Millin (1759-1818) succède à l’abbé Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795) à la charge de « garde des médailles du Cabinet des médailles »1. Cette année a également été décidée la création d’un Muséum des Antiques, dont la fondation entraîne la création d’un poste de conservateur ayant la charge de mettre en valeur les collections du département et de donner des leçons sur ces objets et les thématiques qu’ils mobilisent.

Portrait d’Aubin-Louis Millin, membre de l’Institut. RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau)

En accédant à cette charge, Millin devient le premier professeur d’archéologie, jeune discipline n’ayant pas encore fait jusqu’alors l’objet d’un enseignement officiel. Ce cours est une nouveauté à double titre : d’abord parce que la France essaye de rattraper le retard accumulé par rapport à l’Allemagne2 mais également parce qu’il est un héritage direct de la pensée révolutionnaire qui visait à rendre accessible et compréhensible les richesses nationales3, notamment les antiques. Millin prend donc en charge la collection des antiques conservés au Cabinet des médailles4. Les archives de ce lieu sont conservées à la BnF : on peut notamment y trouver une lettre cosignée par Barthélémy et Millin évoquant les problèmes d’aménagement des salles destinées à accueillir le Muséum5.

À compter de cette date, il publie de nombreux ouvrages qui s’organisent en trois grands ensembles éclairant sa conception de l’enseignement : les publications liées à ses cours, d’autres plus éclectiques et des ouvrages d’archéologie à partir de 1800. Il a d’abord à cœur de rendre son enseignement accessible au plus grand nombre et publie pour ce faire une série d’Introduction à ses cours sur la science de l’Antiquité figurée, terme qu’il utilise plus volontiers que celui, récent, d’« archéologie ». La plus importante d’entre elles – car elle est programmatique – est son Introduction à l’étude des monumens antiques qu’il publie en 1796.

Première page de l’Introduction à l’étude des monumens antiques d’Aubin-Louis Millin. BnF, Gallica

Il y livre une définition de l’archéologie aussi appelée « archéographie »6. La même année, il publie une Introduction à l’étude des médailles ainsi qu’une Introduction à l’étude des pierres gravées.

La BnF conserve également de nombreuses dissertations ou rapports qu’il a pu rédiger sur des sujets divers. Ce sont les traces les plus tangibles de ces premières années d’enseignement, que Millin commente dans sa correspondance à l’archéologue allemand Karl August Böttiger (1760-1835) avec qui il s’est abondamment entretenu au cours de sa carrière7. Ses notes de cours sont conservées au département des manuscrits de la BnF8. On y trouve les archives de certains cours, sur l’histoire de l’art et la mythologie en particulier, qui prennent une forme aboutie dans la publication de 1811 : la Galerie mythologique, ouvrage polymorphe sur la mythologie figurée9.

Parallèlement à ces livres destinés à accompagner ses enseignements, Millin se consacre à des publications de divers ordres entre 1790 et le début du XIXe siècle : cinq volumes consacrés aux Antiquités nationales10, dont le prospectus est disponible sur Gallica ; un dictionnaire consacré aux Beaux-Arts11, une revue de vulgarisation scientifique : le Magasin encyclopédique12, « journal des sciences, des lettres et des arts » fondé et dirigé par Millin dès 1792. Ces publications témoignent surtout des multiples champs d’intérêt qui préoccupent Millin au tournant du XIXe siècle, alors même qu’il a commencé sa carrière par des recherches autour de l’histoire naturelle13.

Enfin, il publie des ouvrages à destination de la toute jeune discipline archéologique pour mettre en valeur de nouveaux objets et/ou proposer de nouvelles interprétations comme dans les Monumens antiques, inédits ou nouvellement expliqués entre 1802 et 1804 et dans les Peintures de vases antiques vulgairement appelés étrusques publiés en 1808-1810. Dans ces deux cas, il s’agit d’ouvrages plus traditionnels au sens où ils s’inscrivent dans une tradition bibliographique qui remonte au XVIIIe siècle14. Les objets – vases, sculptures ou autres – y sont analysés d’un point de vue esthétique et historique, à partir de la bibliographie existante si ceux-ci sont déjà connus. Ces sources matérielles sont au cœur de l’enseignement de Millin dispensé « dans la salle du Muséum des Antiques de la Bibliothèque nationale15 » à un public d’amateurs éclairés, de savants mais aussi d’artistes et de dames du monde. La duchesse d’Abrantès témoigne ainsi dans ses Mémoires de ses rencontres avec Millin au Cabinet des médailles. Ses leçons sont consacrées chaque année à un sujet différent.

[Voyage de Millin en Italie, 1811-1813]. , [Paganica, collection Dragonetti, fragment antique] : [dessin] / [F. L. Catel]. 1812. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VZ-1383

Son travail sur les antiques est ponctué par des voyages. Le premier a lieu dans le sud de la France en 180416, le second en Italie entre 1811 et 181317. Conservées à la bibliothèque de l’Arsenal, on peut consulter les archives de son « grand Tour » italien, regroupées dans sept cartons et qui restent encore très largement à étudier18. Elles sont consacrées aux curiosités qu’il découvre tout au long de son voyage du point de vue des mœurs des régions italiennes traversées, de la gastronomie ou de tous les éléments remarquables dont il tient à conserver le souvenir, au premier rang desquels figurent les monument, antiques comme modernes. Ce voyage a également été l’occasion pour Millin de commander la réalisation d’un certain nombre de dessins, aujourd’hui conservés au département des estampes19, qui devaient nourrir ensuite ses travaux. Il aura peu de temps pour les exploiter : à son retour, sa bibliothèque personnelle a brûlé20 et il meurt quatre ans plus tard.

Dessin d’une amphore attique à figures noires : cavalier entre deux hoplites. 1814. BnF, Département  estampes et photographie, FOL-GB-46

Face à la diversité de ce matériel, l’historiographie récente a témoigné d’un intérêt grandissant pour ce personnage, comme en témoigne la bibliographie qui lui est consacrée depuis une dizaine d’années. De notre point de vue, il permet de mieux comprendre la table de travail de l’archéologue, entre archives de cours, collection d’images, publications et très abondante correspondance, et par là-même, les prémices de l’enseignement de la toute jeune discipline archéologique. On voit dès lors toute l’attention minutieuse qu’il consacre à l’acquisition et à la reproduction d’images, à défaut de pouvoir travailler directement sur les originaux. Millin fait véritablement figure de « passeur » grâce à ses différentes fonctions, entre la France et l’Allemagne, et contribue à populariser l’Antiquité figurée sous l’Empire grâce à ses années d’enseignement à la Bibliothèque nationale.

Elise Lehoux

Citer ce billet : Elise Lehoux, "L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale", in L’Antiquité à la BnF, 17/08/2017, http://antiquitebnf.hypotheses.org/923, [consulté le 23/09/2017].
  1. Cette étude est issue d’une thèse de doctorat, en cours de publication : Élise Lehoux, « La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique : France Allemagne (1720-1850) », sous la direction de François Lissarrague, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2015, 2 vol. []
  2. E. Gran-Aymerich, « Millin, Aubin-Louis (1759-1818) », Dictionnaire biographique d’archéologie, 1798-1945, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 459 []
  3. D. Poulot, Une histoire des musées de France, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Édition La Découverte, 2005 []
  4. Voir à ce sujet notamment Th. Sarmant, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale : 1661-1848, Paris, École des chartes, 1994 []
  5. BnF, ACM 5 « État des objets enlevés au Muséum d’histoire naturelle pour le Muséum des Antiques nationale de la Bibliothèque », 22 vendémiaire an VI. On y trouve également un « Catalogue des objets arrivés de Piémont au cabinet des antiques le 6 prairial an 7 » []
  6. Il appelle l’archéologie « la science connue ordinairement sous le nom d’Antiquités. Ce nom univoque, composé d’Αρχαῖος, ancien, et de Λογος, discours, lui convient bien mieux ; car, dans archéologie est comprise l’étude des Antiquités, c’est-à-dire, celle des Monumens antiques et l’étude des anciens usages qui sont venus jusqu’à nous. L’Archæologie est donc la connoissance de tout ce qui a rapport aux mœurs et aux usages des anciens : celui qui la possède se nomme Archæologue, et, plus vulgairement, Antiquaire ; cependant on applique plus communément le premier nom à celui qui étudie les mœurs et les usages, et le second à celui qui étudie les monumens : ce dernier porte aussi le nom d’Archæographe. », cf. A.-L. Millin, Introduction à l’étude des Monuments antiques, Paris, imp. du Magasin Encyclopédique, 1796, p. 1-2 []
  7. G. Espagne et B. Savoy (éd.), Aubin-Louis Millin et l’Allemagne. Le Magasin encyclopédique – Les lettres à Karl August Böttiger, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2005 []
  8. BnF, département des manuscrits 24528-24712. Papiers et correspondance de A.-L. Millin []
  9. A.-L. Millin, Galerie mythologique, recueil de monuments pour servir à l’étude de la mythologie, de l’histoire de l’art, de l’antiquité figurée et du langage allégorique des anciens…, 2 vol., Paris, Soyer, 1811. À propos de cette publication, cf. E. Lehoux, « La Galerie mythologique d’Aubin-Louis Millin : un « produit dérivé » de la culture sur l’Antique du XVIIIe siècle » dans C. Hurley Griener et Cl. Barbillon (dir.), Le catalogue dans tous ses états. Actes du colloque École du Louvre en partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art 12, 13 et 14 décembre 2012, École du Louvre, Paris, 2015, p. 59-66 et id., « Un lieu de concurrence visuelle autour de 1810 : la Galerie mythologique d’Aubin-Louis Millin », dans Fl. Bonifay, M. Broussin, St. Caruana et M. Guérimand (dir.), Concurrence(s) dans le monde des arts et des lettres, L’Harmattan, Paris, 2016, p. 161-173 []
  10. C. Hurley, Monuments for people : Aubin-Louis Millin’s Antiquites Nationales, Turnhout, Brepols Publishers, 2013 []
  11. A.-L. Millin, Dictionnaire des beaux-arts, 3 vol., Paris, Desray, 1806 []
  12. G. Espagne et B. Savoy (éd.), Aubin-Louis Millin et l’Allemagne, op. cit. []
  13. À mi-chemin entre les sciences naturelles – au sens large – et les antiquités, il publie une Minéralogie homérique en 1790 : A.-L. Millin, Minéralogie homérique, ou Essai sur les minéraux, dont il est fait mention dans les poèmes d’Homère, Paris, Garnery, 1790 []
  14. En guise d’exemple, on peut citer J.-J. Winckelmann, Monumenti antichi inediti, Roma, A spese dell’autore, 1767 []
  15. A.-L. Millin, Introduction à l’étude des Monumens antiques, Paris, imp. du Magasin Encyclopédique, 1796, p. vjii. []
  16. A.-L. Millin, Voyage dans les départemens du midi de la France, 4 t., Paris, Imprimerie impériale, 1807-1811 []
  17. les tomes 1 et 2 sont accessibles sur Gallica []
  18. Il s’agit des Notes et papiers divers d’Aubin-Louis Millin, pendant son séjour en Italie (1811-1813), BnF, Arsenal, 6369-6375. Voir notamment A. M. d’Achille, A. Iacobini et G. Toscano, Le voyage en Italie d’Aubin-Louis Millin, 1811-1813 Un archéologue dans l’Italie napoléonienne, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2014 []
  19. À ce sujet, voir Fr. Arquié-Bruley, « Au Cabinet des estampes, dessins exécutés en Italie de 1811 à 1813 pour Aubin-Louis Millin », Revue de la Bibliothèque Nationale, 1985, no 15, p. 24-43 ; J. Bouquillard, « Les recueils de dessins « archéologiques » de Millin conservés au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France », dans A.M d’Achille, A. Iacobini et G. Toscano (dir.), Viaggi e coscienza patrimoniale, op. cit., p. 93-107 ; A.M. d’Achille, Il viaggio disegnato Aubin-Louis Millin nell’Italia di Napoleone, 1811-1813, Roma, Campisano, 2012 []
  20. Son domestique Auguste Mention aurait été à l’origine de cet incendie. Dans une lettre au médecin David-Ferdinand Koreff, Millin évoque le souvenir de cette bibliothèque : « Plus de cent portefeuilles renferment une collection considérable d’estampes rangées d’après le même système que les livres, et toutes relatives aux mêmes objets, ainsi qu’on y trouve classés les monumens, les édifices, les cartes générales et Topographiques, et beaucoup de pièces relatives aux mœurs et aux usages de tous les peuples et principalement de l’Égypte, de la Grèce, de la France, et de l’Italie » cf. Lettre de M. Millin Membre de l’Institut, et de la Légion d’honneur à M. Koreff, médecin, 1812, p. 6 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *