La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

À deux ans des célébrations du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes publié dans la fameuse Lettre à M. Dacier en septembre 1822, cet article esquisse des recherches en cours sur la naissance de l’égyptologie en France, son enseignement au sein de la discipline archéologique et la place de la Bibliothèque dans le paysage académique1. Durant les années comprises entre la Révolution et les travaux de Champollion, la bibliothèque tour à tour royale, impériale, nationale… joua un rôle de premier plan dans l’enseignement de l’archéologie et de l’intérêt pour l’Orient.

Le goût de l’Égypte

[Fayoum : vue d’un temple égyptien] par Jomard, Dpt des Estampes et de la Photographie UB-181 (G BIS, 2)-FT 4 (recueil de dessins exécuté par les membres de la commission d’Égypte), on distingue les silhouettes des savants s’apprêtant à explorer le temple

La campagne d’Égypte (1798-1802) est considérée comme l’impulsion majeure pour le passage d’une curiosité pour l’Égypte au développement d’une véritable discipline. Le départ et les récits d’hommes de science et d’artistes aux côtés des militaires hissent le voyage et la récolte de notes d’exploration scientifique au rang d’épopée.

Elle permet la mise en place de fondations indispensables qui continuent aujourd’hui de marquer le paysage égyptologique français. Ces institutions renouvelées sont les héritières d’une longue tradition académique en complète recomposition au lendemain de la Révolution. Parmi elles, la création de l’Institut d’Égypte, au Caire, sur le modèle de l’Institut de France créé en 1795, illustre l’ambition du projet. Elle l’ancre durablement comme une entreprise nationale, malgré les changements de régimes.

Le relevé, le repérage de monuments, la constitution de collections et la rivalité des nations et des personnalités autour de ces objets témoignent de la réception exceptionnelle de l’expédition. Le retour et les récits d’hommes auréolés de l’expérience égyptienne confèrent un écho particulier à la Campagne. L’aboutissement s’exprime dans le grand œuvre qu’est restée la Description de l’Égypte.

Vivant Denon travaillant au milieu d’objets d’art de toute nature apportés en France à la suite des conquêtes de Napoléon I.er gravée par Heim, Dpt des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-QB-201 (152), un temple égyptien est visible derrière Napoléon à gauche

Enfin les notes, dessins, rapports nourrissent une curiosité et favorisent une émulation de la recherche pour aboutir à cette discipline nouvelle, l’égyptologie. Cette dernière est définitivement promulguée avec le déchiffrement des hiéroglyphes par J.-Fr. Champollion en 18222.

Des lendemains de la Révolution, dans lesquels s’inscrit l’expédition de Bonaparte, à la création de la chaire d’archéologie orientale du Collège de France par Champollion, quelle place occupe l’archéologie égyptienne au sein des collections et de l’enseignement de la Bibliothèque3?

1. Le Cabinet des Médailles, écrin des collections archéologiques

1.1. L’héritage du Cabinet du roi
Vue de détail du Cabinet des Médailles dans l’estampe « dispositions présentées au gouvernement, depuis l’an 6, pour garantir la Bibliothèque nationale contre les dangers du feu en cas d’incendie au Théâtre des Arts proposées par Bélanger ancien architecte de la Bibliothèque, (1797 ou 1798), Dpt des Estampes et de la Photographie RESERVE FOL-VE-53(c)

Le Cabinet des Médailles, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques, s’installe dans 1666 dans le « quartier Richelieu », rue Vivienne dans deux maisons voisines de l’ancien palais de Mazarin. Le palais est devenu l’hôtel du ministre de Louis XIV, Jean-Baptiste Colbert4. Entre 1720 et 1724, la Bibliothèque royale et le Cabinet, dont une partie se trouvait alors à Versailles5, s’établissent dans l’hôtel de Nevers et progressivement dans l’hôtel de Mazarin (c’est-à-dire les hôtels Tubeuf et Duret de Chevry)6.

Détail du plan de Bélanger montrant l’implantation du Cabinet des médailles et antiques au-dessus de l’arcade Colbert où il est installé depuis 1741, 1799-1800, Dpt des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-VE-53 (C)

Le Cabinet du Roi est conservé durant la Révolution française pour devenir le miroir de l’histoire de France. En 1791, Louis XVI y fait transférer des objets en mesure protectrice, comme une partie du Trésor de Saint-Denis.

1.2. Un musée ouvert au public

Conservatoire et témoin de l’art sous les rois, il s’enrichit de la nationalisation des biens des étrangers et leur aliénation en 1792 ainsi que celles des établissements religieux7. En 1795, il est ouvert au public sous le nom de Muséum des Antiques8. Il est à ce titre considéré comme le plus ancien musée national de France.

En 1861, le  Cabinet occupe encore dans les espaces au-dessus de l’arcade Colbert comme en témoigne la gravure parue dans L’Illustration9.

Le Cabinet des Médailles, à la Bibliothèque Impériale par Thérond, Le Magasin pittoresque 29, 1861, p. 349 sur Gallica

En 1868, c’est une bibliothèque entièrement rénovée et réaménagée qui ré-ouvre dans une configuration dessinée par l’architecte Henri Labrouste. Il s’agit entre autres d’accorder de plus grands espaces au Cabinet des Médailles pour lui permettre d’exposer la collection Luynes, donnée en 1862. La gravure publiée dans le Paris nouveau illustré montre dans le premier petit pupitre à gauche quelques stèles et artefacts égyptiens en exposition (possibilité de zoomer en suivant le lien Gallica):

Le nouveau Cabinet des Médailles quitte l’ancien salon de la marquise de Lambert, au-dessus de l’arcade Colbert. Il est désormais installé dans une galerie de l’aile Richelieu, « La Bibliothèque nationale », Paris nouveau illustré n°19, [1868], p. 296, sur Gallica

1.3. Les collections d’égyptologie

Le Louvre présentait déjà lui aussi des statues égyptiennes issues des collections royales. Le musée égyptien du Louvre est créé en 1827, avec Champollion à sa tête. En ces temps qui précèdent cette création, les grandes collections « nationales » d’antiquités égyptiennes se trouvent au Cabinet des Antiques.

Lors de la rédaction de son inventaire méthodique de la collection d’antiquités égyptiennes (1894 à 1896), Georges Legrain esquisse une rapide histoire des collections que nous retranscrivons en partie ici10:

La collection d’antiquités égyptiennes conservée au département des antiques et des médailles de la Bibliothèque nationale a été commencée à une époque fort lointaine et encore indéterminée. Si loin que nous remontions dans l’histoire du Cabinet du roi, nous trouvons la mention d’antiquités provenant d’Égypte. Mais cet ancien fonds n’a pour ainsi dire, pas d’histoire. Ce n’est qu’après la Révolution que les registres notant les dons, acquisitions et échanges furent tenus. Jusqu’alors rien de certain et les archives ne fournissent que des renseignements peu nombreux.

Peiresc11 et Fouquet12 sont les deux premiers collectionneurs d’antiquités égyptiennes dont les monuments sont encore conservés dans nos musées.

Le R.P. Claude du Molinet en publiant « le Cabinet de la Bibliothèque Sainte Geneviève » en 1692, avoue que sa collection d’antiquités a été composée par Peiresc, Gassendi et de Harlay13.

Statue cube de Pa-Akh-Ra.f (ou Pakhrof), Dpt des Monnaies médailles et antiques inv. Inv.53.14, anciennes collections Mahudel, Gros de Boze et Foucault

Foucault14 avait déjà rassemblé la plupart des antiquités que le Père Montfaucon avaient publiées dans son Antiquité expliquée.

Relief dit « modèle de sculpteur »(?), Basse-Epoque-période ptolémaïque, Dpt des Monnaies médailles et antiques, inv.53.9ter, ancienne collection Caylus

Caylus à son tour possède ces monuments. Il en acquiert d’autres, et les publia dans son Recueil d’antiquités. À sa mort, la majeure partie de sa collection devint la propriété du Cabinet du roi.

En même temps, les conservateurs de ce musée en formation cherchaient  à acquérir des monuments intéressants. (…)

La Révolution, en même temps qu’elle réunissait le Cabinet de Ste Geneviève à celui des Antiques, y faisait aussi exposer quelques objets. (…)

Le Musée égyptien put un moment espérer dans un avenir prospère. La Campagne de Bonaparte lui promettait un riche moisson d’antiquités. La malheureuse capitulation d’Alexandrie enrichit le British Museum de trésors archéologiques que les savants de la Commission d’Égypte avaient su rassembler au milieu des combats.

Torse du roi Nectanébo Ier, grauwacke, H.: 62,5 cm; l.: 25 cm; pr. : 24,4 cm, trouvé à Samanhoud (Delta), lors de l’expédition de Bonaparte en Égypte (dessinée par Dutertre, dans la DE V, pl. 69), n° A.19 dans l’Inventaire de Legrain avec l’indication postérieure « transmis au Louvre en 1962 » = Musée du Louvre E 25492 © Musée du Louvre/C. Décamps

Seul, le torse de Nectanebo parvint en France et le Premier Consul l’offrit au Cabinet des antiques.

À partir de cette époque, il semble que les conservateurs prennent soin d’enrichir le lot qui leur est confié. Les ventes publiques attirent leur attention et (…) ils acquièrent une dizaine d’antiquités égyptiennes à la vente du citoyen Julliot. (…) Quelques année après, le Musée s’enrichissait du trop vanté zodiaque de Denderah et M. Langlois écrivait : « Le 2 juillet 1819, le comte Decaze annonce à M. Dacier, administrateur de la Bibliothèque du roi, que, d’après les notes fournies par M. Jomard, « l’acquisition a été faite pour le compte du gouvernement de divers objets d’antiquités rapportés d’Égypte par M. Cailliaud15 »»

La rédaction s’interrompt là pour faire place à un récapitulatif- memento et à des transcriptions de pièces d’archives :

  • Peiresc 1580-1637
  • Fouquet 1615-1680
  • 1632 Fouquet achète deux sarcophages
  • Kircher 1602-1680
  • Montfaucon 1655-1741
  • Cabinet Ste Geneviève 1675. Publié 1692
  • Caylus 1692-1705
  • Barthelemy 1716-1795
  • 1737 Lettre de de Boze à l’abbé Bignon
  • 1802 Vente Julliot
  • 1819 Mission Cailliaud
  • 1822 Acquisition Casati
  • Quatre momies
  • Vente Thedenat-Duvent16
  • 1823 Momies, déballage et transport
  • Montage des papyrus, paiements à Bouelle et à P.J.J. Dubois
  • 1824. 27 mars. Seconde collection Thedenat-Duvent acquise par le [Cabinet].
  • 5 avril. Vente. Boucher commisseur priseur
  • 1825 61 pièces de la collection Cailliaud17

Il ajoute ensuite « 15 mai 1826. Fondation du Musée égyptien au Louvre » puis mentionne en 1837 le don de Letronne, en 1838 de Dutertre (23 objets). Le dernier élément évoqué est le don des collections de Luynes pour lequel il précise : « la collection égyptienne se compose de 135 pièces. La plupart sont belles, mais peu intéressantes. »

Si les informations réunies par Legrain manquent de précisions et contiennent parfois des erreurs, elles permettent de se faire une idée de la profondeur et de la diversité des collections au moment où Champollion fréquente la bibliothèque et fait ses classes à Paris. Il désigne ainsi plus tard la muséographie du Cabinet comme une  « arche de Noé » dans une lettre envoyée de Turin à son frère18.

Photographie du zodiaque dans les salles du Cabinet des Antiques dans l’Inventaire de Legrain volume 1, f. 62, sur Gallica

Elles confirment qu’un tournant s’est amorcé dans les années 1820, quand le Museum central des Arts au Louvre s’enrichit de sculptures égyptiennes importantes. La dernière grande acquisition somptuaire au profit des collections du Cabinet des Antiques de la Bibliothèque est sans doute celle du zodiaque de Dendara, arrivé en 182219.

Le 2 mars 1825, l’acquisition de la collection Durand proposée en 1824 se fait au profit du Louvre. Le duc de Luynes alors en poste au musée contribue d’ailleurs à faire entrer aux Musées Royaux le cabinet Durand, l’une des plus remarquables collections d’antiquités de l’époque et qui joua rôle important dans la création du futur Musée Charles X20.

Pendant ces années 1820, il est cependant notable que les deux institutions se font concurrence puisqu’en 1824, la Bibliothèque achète encore à la vente Thédenat-Duvent. Les entrées suivantes peuvent être considérées comme des suites logiques d’histoire des collections: la seconde collection Cailliaud vient compléter la première, celles de Letronne et de Duterte font écho à la relation existant entre la Commission de la Description de l’Égypte et la Bibliothèque.

En 1844 et 1845, les dons de Prisse d’Avennes font exception dans le paysage avec l’envoi à la Bibliothèque de la Chambre des Ancêtres21 puis du papyrus Prisse22. Finalement l’arrivée en don de la collection égyptienne de Luynes s’explique par  l’appartenance à un bien plus vaste ensemble, celui de ses collections d’antiques, au premier rang desquels il faut considérer les vases et la numismatique grecque, fleurons et domaines d’excellence du Cabinet23.

Papyrus Casati, reçu pour paiement d’un esclave entre deux pasteurs daté du 18 Khoiak de l’an 36 du règne de Ptolémée Philometor (146 av. J.C.), Département des Manuscrits, Egyptien 218 sur Gallica

Dans un grand mouvement de mise en cohérence des collections au sein de la Bibliothèque, les papyrus sont transférés au Cabinet des manuscrits entre 1856 et 1858. Les deux Livres des morts qui demeurent au département des Monnaies, médailles et antiques s’expliquent par leur appartenance à la collection Luynes arrivée plus tard et conservée comme un ensemble.

La plupart des collections égyptiennes de la Bibliothèque rejoignent le Louvre en 1907 (un peu plus de mille objets, ouchebtis et fragments), dont des pièces spectaculaires comme le zodiaque de Dendara, la Chambre des ancêtres, la stèle de Bakhtan et bien d’autres encore. Des dépôts postérieurs suivent jusqu’au dernier en date du sarcophage de l’Opéra24.

Les base Médailles et antiques du département des Monnaies, médailles et antiques ainsi que Archives et Manuscrits pour les papyrus, cartonnages et estampages recensent une partie des collections égyptiennes aujourd’hui consultables à la Bibliothèque.

2. L’archéologie et le Cabinet des Médailles:  recherche et enseignement

2.1. L’abbé Barthélemy (1716-1795)
Décor du salon Louis XV exécuté pour l’installation du Cabinet en 1740 dans l‘hôtel de la marquise de Lambert. La photographie présente le décor remonté dans l’aile Vivienne, dans les espaces dévolus au département des Monnaies, médailles et antiques depuis 1917 , avant restauration © A Komenda / BnF

Rassemblant collections et publications, le lieu est fréquenté par les antiquaires et contribue à l’essor de l’étude des objets et des antiques. Au point que de grandes figures dans la naissance des sciences de l’Antiquité et de l’archéologie font don de leurs collections, tel le comte de Caylus en 1762  déjà mentionné.

Des savants remarquables sont nommés à la tête du Cabinet : l’abbé Barthélémy, formé chez les lazaristes, devient « garde du Cabinet des Médailles du Roi » à la mort de Gros de Boze, en 1753 ; il le restera jusqu’à sa mort en 1795.

L’abbé est considéré comme le plus grand orientaliste de son temps. Il met en place une méthode rigoureuse de comparaison des inscriptions bilingues qui lui permet de déchiffrer l’araméen à partir d’inscriptions de Palmyre puis le Phénicien. Il se donne ensuite pour but de faire de même avec l’écriture égyptienne et émet l’hypothèse que les cartouches entourent des noms royaux. Fin philologue, il maîtrise les langues liées aux temps bibliques, connaissant l’hébreu, le syriaque et l’arabe.

2.2. Les cours d’archéologie : Aubin-Louis Millin et Désiré Raoul-Rochette (1795-1854)

L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

À Jacques-Jean Barthélémy succède Aubin-Louis Millin25. Il inaugure le premier cours d’Antiquités en France, un cours public d’archéologie. Comme le rappelle Élise Lehoux, A.-L. Millin définit l’archéologie en 1796 comme la « science connue ordinairement sous le nom d’Antiquités », entendue alors comme « l’étude des Antiquités, c’est-à-dire, celle des Monumens antiques et l’étude des anciens usages qui sont venus jusqu’à nous », dans son texte programmatique et introductif à son cours d’archéologie à la Bibliothèque nationale26. La chaire est créée sur proposition de la Convention nationale le 2 juin 1795, en accompagnement de la création du Muséum des Antiques. Millin note dans son introduction de 1796 que les cours auraient dû commencer en 1795 mais que les « travaux de la salle destinée à recevoir les Monuments antiques n’ont point été continués comme ils devoient l’être » et qu’il faut donc attendre27.

L’archéologie à la Bibliothèque royale: le cours de Désiré Raoul-Rochette dans la salle du Zodiaque, gravure publiée dans L’Illustration du 23/12/1843, Dpt des Estampes et de la Photographie, Va-237 (2)-Fol

À la suite de Millin, de 1828 à 1854, Désiré Raoul-Rochette (1789-1854)28, poursuit un enseignement intitulé « Cours d’archéologie ». Le cours prend appui à la fois sur les collections du Cabinet et sur les publications.

Les notes et correspondances semblent faire allusion au fait que Champollion ait assisté aux cours de Millin29. Elles établissent en tout cas la relation épistolaire suivie entre le garde du Cabinet et le frère aîné de Jean-François30. Le savant y fréquente assidûment les collections tant d’objets, de papyri que de manuscrits en particulier coptes. Il fait par ailleurs ses classes de langues orientales qui se tenaient dans les murs de la Bibliothèque31. Ainsi des fac-similés de papyri des collections de la Bibliothèque sont-ils établis par l’égyptologue32.

Le cours aborde principalement l’art classique mais aussi les Antiquités nationales. Dans son programme, Millin veut s’intéresser à l’art égyptien, grec et romain, ainsi qu’à la Perse, Italie, Espagne, Europe Sud et pour finir la Gaule. Dans son Introduction publiée en 1796, il détaille sa conception de la manière dont l’archéologie se doit d’étudier de manière comparative l’art de chacun par domaine typologique (architecture, peinture, statuaire, monnaies, inscriptions etc.). L’Égypte est citée en exemple détaillé à deux reprises, dans l’architecture33:

Les Pyramides et les Obélisques des Égyptiens nous font juger du goût de ces peuples pour le merveilleux. (…) On voit enfin que les égyptiens et les Perses avoient du goût pour le gigantesque et le merveilleux

et dans un sujet brûlant d’actualité, les inscriptions34:

Ainsi pour connoître l’écriture hiéroglyphique des Égyptiens, l’antiquaire examine les obélisques et les statues ; il recherche sur les bandeletes (sic) de momies quelques traces de leur écriture cursive.

Il se place aussi selon une perspective chronologique35:

J’examine d’abord l’origine de l’art, son but, l’usage des symboles (…) Nous voyons pourquoi les Égyptiens, qui ont la gloire de la plus haute antiquité dans l’exercice de l’art, ont poussé fort loin leurs connoissances dans la partie mécanique, mais ne sont sont jamais élevés jusqu’au bel art. Nous examinons les trois diffférentes époques de l’art chez ce peuple ; la première, lorsqu’il avoit des lois, une religion et des mœurs qui leur étoient propres jusqu’à l’invasion de Cambyse, cinq cents vingt-quatre années avant J. C., la première année de la quatrième olympiade.

La seconde, au temps où l’Égypte fut sous la domination des Perses, des Grecs et des Romains.

La troisième, enfin, celle où les ouvrages des artistes égyptiens furent imités par les artistes grecs sous l’empereur Hadrien, cent dix-sept ans après J. C. ; ce qui forme le style égyptien anciens, le moderne, et le style égyptien-grec.

Il publie son Programme du cours d’histoire des arts chez les anciens chaque année36. Les annonces de cours dans le Journal des Débats, permettent de suivre l’histoire de cet enseignement, ainsi, en 1808:

Commencera, le lundi 19 décembre 1808, un cours public. Il traitera de la Mythologie dans son application à l’étude des monumens, donc il exposera les originaux, les empreintes ou les gravures. Ce cours aura lieu les lundi, mercredi et samedi de chaque semaine, à deux heures précises, à la bibliothèque impériale, rue de Richelieu. Le programme se trouve chez Tourneisen, libraire, rue de Seine, n° 12, et à la salle du cour.

Un peu plus tard, le Journal des beaux-arts et de la littérature du 10 juillet 1840 évoque:

Le cours d’Archéologie de la bibliothèque royale, par M. Raoul Rochette, a commencé le 8 décembre, et continue tous les mardis, à 3 heures. Dans le cours de cette année, le professeur donne des notions générales sur l’art des anciens.

On ne perçoit donc que par touches la présence des monuments égyptiens dans ces cours, surtout dans un usage comparatiste et dans le domaine de l’iconographie et de la mythologie ou des religions dans une acception large37. L’intérêt pour l’Égypte semble s’amoindrir avec les cours de la seconde moitié du XIXe siècle, plus orientés vers l’Antiquité classique avec notamment les interventions d’un ancien élève de l’École Française d’Athènes comme Ernest Beulé nommé en 185438. Le Paris nouveau illustré de 1868 relate que:

Des cours publics d’archéologie ont lieu, le mardi, à la bibliothèque, dont les divers départements sont ouverts tous les jours, de dix heures à quatre heures, aux travailleurs munis de cartes. Le mardi et le vendredi de chaque semaine, le public est admis sans carte au département des médailles, comme il l’est tous les jours, également sans carte, à l’ancienne salle de lecture (imprimés)

Les placards de programmes des cours conservés dans les fonds évoquent les sujets abordés par E. Beulé pour les années 1860 et 1870 : les sujets des arts grecs, étrusques et romains y alternent39.

Dans les années 1880, l’Annuaire de l’Instruction publique et des beaux-arts annonce les cours  tout comme le Journal des débats politiques et littéraires. Le 26 février 1887 est par exemple publiée la:

Réouverture du cours d’archéologie à la Bibliothèque nationale. Hier vendredi, à la réouverture du cours d’archéologie à la Bibliothèque nationale, le conservateur-adjoint chargé du cours, M. Charles Wescher, a ouvert la séance par les paroles suivantes …

Le dernier cours pour lequel nous avons pu identifier un programme est celui donné en 1889, grâce à la publication d’une plaquette « Quelques mots sur le théâtre antique d’Orange (Vaucluse) par Charles Wescher, Extrait du cours d’archéologie professé à la Bibliothèque nationale, en 1888-1889, leçon du 31 mai 1889 »40.

3. Les lieux d’enseignement

Pour les cours que Millin donnaient, nous disposons du témoignage de ce dernier dans l’Introduction de 1796:

les cours d’archéologie ont lieu dans la salle du Muséum des Antiquies de la Bibliothèque nationale le 2, le 4 et le 8 de chaque décade , à une heure41.

En 1810, le Magasin encyclopédique livre un résumé du programme et indique42:

Ce Cours aura lieu tous les jours dans la Salle des Cours de l’École spéciale des Langues orientales et des Antiquités établie par le Gouvernement à la Bibliothèque impériale. Il commencera le lundi 7 mai.

Une première enquête dans les archives nous a permis de remonter en 1824, considérée comme l’année de la création officielle de la chaire, quand bien même Millin officiait depuis 179543. Les cours prennent place dans une salle aménagée par François-Jacques Delannoy en 1824 dans l’extrémité sud de l’aile Mollet-de Cotte, servant à la fois à l’exposition des monuments antiques et à l’enseignement jusqu’aux années 186044.

Plan et élévation des espaces [avant travaux] du cours actuel d’archéologie par Henri Labrouste ca. 1854-1859, dpt Estampes et photographie, HD-1019 (2)-FT6

Le Paris nouveau illustré de 1868 fait un retour sur le passé et décrit les espaces tels qu’ils étaient avant les travaux:

Deux mots du passé. Lorsque qu’on avait franchi la grande porte d’entrée, on se trouvait dans une vaste cour, ornée d’un jet d’eau et de quelques massifs de verdure. La cour traversée, un large escalier, précédé d’un vestibule, se présentait, conduisant à la salle de lecture. Au pied de cet escalier, remarquable par sa magnifique rampe de fer, qui était pour tous les visiteurs de la Bibliothèque un objet d’admiration, s’ouvrait l’entrée de la salle du Zodiaque, où l’on voyait le fameux zodiaque de Dendérah et des curiosités égyptiennes. Des cours y avaient lieu. Au haut de l’escalier, on rencontrait une galerie composée de plusieurs salles au bout desquelles était relégué le cabinet des antiques, et en retour d’équerre, une salle ornée du Parnasse français. (…) Un nouveau retour d’équerre conduisait la grande salle de lecture, communiquant avec la cour par un autre escalier, et à une seconde salle renfermant les deux grands globes de Coronelli 45.

En 1859, Henri Labrouste étudie différentes possibilités d’installations au rez-de-chaussée pour les cours d’archéologie et de langues orientales, dans l’aile donnant sur le jardin Vivienne de l’ancien hôtel Tubeuf. Dans son deuxième projet, il prévoit des amphithéâtres. Il opte finalement dans son troisième projet, proposé au Conseil des Bâtiments civils le 29 avril 1859, pour deux salles de cours:

Dans le plan de 1890 de Jean-Louis Pascal sur le projet d’extension de la Bibliothèque nationale sur le carré Vivienne, une des salles est devenue un « atelier de reliure » tandis que la salle côté rue Vivienne reste une « salle des cours ». C’est probablement dans cette salle que se réunit le Conseil et les Assemblée générales de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France en 1887:

M. le baron A. de Ruble propose de demander à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, M. Léopold Delisle, l’autorisation de tenir les séances du Conseil dans la salle du cours d’archéologie de la Bibliothèque, salle qui sert déjà pour les Assemblées générales de la Société 46.

En 1902, cette salle est désormais qualifiée d' »ancienne salle des cours d’archéologie de la Bibliothèque nationale »47.

Les cours du Musée du Louvre et du Collège de France

Selon les enquêtes menées successivement par Lyne Therrien et Élise Lehoux:

« C’est au Collège de France que s’ouvri[ra] le deuxième cours d’archéologie avec la chaire créée pour Champollion en 1831 ; cet enseignement port[era] alors exclusivement sur l’Égypte ancienne. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les chaires d’archéologie se multiplient au Collège et progressivement dans les autres institutions d’enseignement : aux côtés des cours à la Bibliothèque nationale, d’autres se créent à l’École des Chartes (1847), à l’École pratique des hautes études (1869), à la Faculté des lettres de Paris (1876), à l’École du Louvre (1882)48. »

Les notes de cours du Collège de France sont d’ailleurs conservées dans les papiers Champollion arrivés après le décès du savant dans le fonds des manuscrits de la Bibliothèque49. On remarque cependant que Champollion devait faire ses armes au Louvre puisqu’il était censé y dispenser déjà un un cours d’archéologie égyptienne, chaque été. Il est probable que l’idée de ce cours public et gratuit d’archéologie ait pu être inspiré par l’enseignement de Millin, comme Lyne Therrien le résume50:

« L’enseignement suit et complète l’exposition des collections, et les fonctions de conservateur et celles de professeur sont cumulées. »

Sur ce sujet:

  • Dossier sur le Quadrilatère Richelieu de 1700 à nos jours sur Gallica
  • Irène Aghion, Mathilde Avisseau-Broustet et Alain Schnapp (dir.), Histoires d’archéologie. De l’objet à l’étude, Paris : Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2009, en ligne
  • Felicity Bodenstein, L’histoire du Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale (1819-1924) : un Cabinet pour l’érudition à l’âge des musées, thèse de doctorat, Paris 4, 2015, thèses.fr
  • Aurélien Conraux et Christine Mengin, Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, Paris, BnF Éditions/INHA, 2017, consultable à la BnF
  • Élise Lehoux, « Qu’est-ce que l’« archéologie » au Collège de France (XIXe-milieu du XXe siècle) ? », in : La politique des chaires au Collège de France, Paris, Les Belles Lettres, 2017, en ligne
  • Élise Lehoux, « L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale », L’Antiquité à la BnF, 2017, en ligne
  • Thierry Sarmant, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, 1661-1848, Paris, 1994, consultable à la BnF
  • Lyne Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris, éd. du CTHS, 1998, consultable à la BnF

Et pour aller plus loin, des billets qui reviennent sur l’histoire des collections égyptiennes dans les pages de ce carnet:

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France", in L’Antiquité à la BnF, 27/03/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/9210, [consulté le 04/07/2020].
  1. Ces éléments sont issus d’une conférence donnée à l’invitation du cercle d’étude de la fondation Napoléon le 29 janvier 2019 et du Cercle Histoire de SciencesPo le 5 mars 2020 []
  2. S. Aufrère, Autour de l’émergence de l’Égyptologie, 2017, p. 29, établit que l’apparition du terme « égyptologues » peut être située en 1827 et celui d’ « égyptologie » encore plus tard. La chaire du Collège de France tenue par Champollion est une chaire d’archéologie orientale, la chaire de philologie et d’archéologie égyptienne n’est décrétée que le 8 février 1860. []
  3. Voir à ce sujet le contexte plus global de l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art, objet des travaux de L. Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris, éd. du CTHS, 1998. []
  4. Après l’assassinat du garde du Cabinet, les collections quittent le palais du Louvre, voir I. Aghion et M. Avisseau-Broustet, « Les archives du Cabinet des Médailles », Les nouvelles de l’archéologie 110, 2007, p. 9. Voir aussi T. Marion Dumersan, Histoire du Cabinet des médailles, antiques et pierres gravées avec une notice sur la Bibliothèque Royale, et une description des objets exposés dans cet établissement, Paris, 1838, « Histoire du Cabinet des Médailles », à partir de la p. 145. L’historique de la bibliothèque est rappelé dans « La Bibliothèque nationale« , Paris nouveau illustré. Journal périodique publié par l’Illustration, [1864-1872], p. 290-298 article publié au n° 19 en 1868. []
  5. Une partie des collections antiques ayant intégré la collection de Louis XIV comme l’évoquent T. Marion Dumersan, op. cit, 1838, p. 153 ou encore I. Aghion et M. Avisseau-Broustet, op. cit., 2007, p. 9. []
  6. Sous l’impulsion de l’abbé Bignon qui organisa la Bibliothèque en cinq départements: Imprimés, Manuscrits, Titres et Généalogies – rattaché aux Manuscrits sous la Révolution -, Médailles et Pierres gravées, Planches gravées et Recueils d’estampes. Les transformations successives des lieux sont à retrouver dans A. Conraux et C. Mengin. Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, Paris, 2017. []
  7. Sur les nationalisations et les dépôts durant la Révolution, cf. notamment J. Rivallain, « Cabinets de curiosité, aux origines des musées« , Outre-mers 88, n°332-333, 2e semestre 2001, Collectes et collections ethnologiques : une histoire d’hommes et d’institutions, p. 27. []
  8. Sur le Muséum voir l’article en ligne de B. Daugeron, « Entre l’antique et l’exotique, le projet comparatiste oublié du « Muséum des Antiques » en l’an III », Annales historiques de la Révolution française 356, avril-juin 2009. []
  9. Reproduite dans A. Conraux et C. Mengin. op. cit, 2017, [p. 77], ill. 61. []
  10. Autres sources pour l’étude de la collection égyptienne du Cabinet l’inventaire de la collection égyptienne de 1862 et la publication de E. Legrain, Les monuments égyptiens de la Bibliothèque nationale (Cabinet des médailles et antiques), Paris, 1879-1881. []
  11. Voir S. Aufrère, La momie et la tempête : Nicolas-Claude Fabri de Peiresc et la curiosité égyptienne en Provence au début du XVIIe siècle, Avignon, 1990. []
  12. É. Chassinat, Les Antiquités égyptiennes de la collection Fouquet, Paris, 1922. []
  13. C. du Molinet, Le cabinet de la bibliothèque de Sainte Geneviève, Paris, 1692; voir aussi l’article de D. Moncond’Huy, «Le Cabinet de la Bibliothèque Sainte-Geneviève du Père du Molinet : Un exemple du « livre de cabinet« », Camenae n° 15, mai 2013. []
  14. [N.-J. Foucault], Desseins des figures, bas reliefs et inscriptions, vases et lampes et instruments de sacrifices et autres curiositez de ce genre qui composoient le Cabinet de feu M. Foucault Conseiller d’Estat ordinaire et qui appartiennent présentement à M. de Boze de l’Académie Françoise, [1719]; voir aussi l’article de M. Avisseau-Broustet, « La Collection de Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721) et de Nicolas Mahudel (1673-1747)« , in : Histoires d’archéologie. De l’objet à l’étude, Paris : Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2009. []
  15. P. Mainterot, Aux origines de l’égyptologie : voyages et collections de Frédéric Cailliaud, 1787-1869, Rennes, 2011. []
  16. Sur cette collection voir l’article de S. Guichard, « Une collection d’antiquités égyptiennes méconnue: la collection Thédenat-Duvent« , Revue d’égyptologie 58, p. 201-236. []
  17. Les collections Cailliaud ont donné lieu à deux catalogues : un “Catalogue d’antiquités de la première collection de M. Cailliaud (1819)” et un second en 1824, le “Catalogue des antiquités de la collection de M. Cailliaud rapportée en France au mois de décembre 1822”, acquises pour le cabinet des Antiques et déposées le 3 novembre 1824. Nous devons ces précisions à Mathilde Avisseau-Broustet que nous remercions. []
  18. Communication orale de S. Guichard, « L’interprétation de la civilisation égyptienne à partir de la muséographie mise en place au musée Charles X », in: L’Objet égyptien, source de la recherche, École du Louvre, 17/06/2015. []
  19. ce sujet sera abordé dans un prochain article. []
  20. Sur la collection Durand voir  L. Detrez, « Edme Antoine Durand (1768-1835) : un bâtisseur de collections »Les Cahiers de l’École du Louvre 4 | 2014. Luynes devient directeur adjoint du musée Charles X au Louvre chargé d’organiser les antiquités grecques et égyptiennes et suit sans doute les travaux et décors des nouvelles salles, voir F. Silvestrelli, Le duc de Luynes et la découverte de la Grande Grèce, Naples, 2017. []
  21. Sur ce dossier voir É. Delange, « La Chambre des Ancêtres de Thoutmosis III (1479-1425 av. J.-C.): de la Bibliothèque nationale au musée du Louvre », in Visions d’Égypte: Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), Paris, 2011, p. 52-61 et  K. Madrigal, La Chambre des Ancêtres du temple d’Amon-Rê à Karnak: lettres inédites d’Émile Prisse d’Avennes à Jacques-Joseph Champollion-Figeac, Paris, 2016. []
  22. Égyptien 183-194 contenant l’Enseignement de Ptahhotep. []
  23. Voir aussi « La bibliothèque des ducs de Luynes à la BnF« , 2017. []
  24. Sur le dépôt du sarcophage, voir F. Payraudeau, V. Desclaux, « Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre« , 2017. []
  25. Une partie des notes de Millin est disponible sur Gallica. []
  26. É. Lehoux, « Qu’est-ce que l’archéologie au Collège de France (XIXe-milieu du XXe siècle) ?« , in : La politique des chaires au Collège de France, Paris, Les Belles Lettres, 2017, n. 4. []
  27. A.-L. Millin, Introduction à l’étude des monumens antiques, 1796, p. vjii []
  28. L. Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris, 1998, p. 34-44; voir aussi N. Lubtchansky, « L’œil du savant : le cours sur l’art étrusque de Désiré Raoul-Rochette à la Bibliothèque du roi (1828) », in: A. Fenet, N. Lubtchansky (éd.), Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe siècle – 1945: hommage de ses collègues et amis à Ève Gran-Aymerich, Bordeaux, 2015, p. 363-380. []
  29. On peut se demander ainsi si une partie des notes conservées dans les manuscrits NAF 20365-20367 « Notes d’archéologie gauloise et latine ; notes sur les médailles celtibériennes, les runes scandinaves, l’écriture mexicaine ; notes sur les systèmes religieux de différents peuples » ne sont pas liées à ces cours. []
  30. Par exemple, la lettre reproduite dans le Magasin encyclopédique de 1805. []
  31. L’École des langues orientales a été créée en 1795 auprès de la Bibliothèque par L. M. Langlès, conservateur du Cabinet des Manuscrits. Champollion en a suivi les cours dont un grand nombre étaient assurés par les employés de la Bibliothèque. []
  32. Par exemple l’Égyptien 152 dans ses « Notes sur le Livre des morts » NAF 20309, voir à ce sujet S. Einaudi, « Francesco Salvolini : le disciple controversé de Champollion« , 2017. []
  33. Op. cit., p. 13. []
  34. Op. cit., p. 18. []
  35. Op. cit., p. 27. []
  36. Par exemple: en 1805, en 1810. []
  37. Le programme de Millin qui changeait chaque année se construisait autour d’une grande thématique: « l’Histoire des Dieux », « l’Histoire héroïque »… comme le note par exemple le Magasin pittoresque de 1810, p. 419. Une archive nous reste cependant à explorer: NAF 23688 « Documents relatifs à l’École des chartes, à l’École des langues orientales vivantes et aux cours professés à la Bibliothèque nationale (1821-1856) » et dont la notice mentionne « Cours de Raoul-Rochette et Beulé »; la publication des Cours scientifiques inédits des professeurs de Paris en 1836 donne aussi le point de vue de Raoul-Rochette sur « Analyse du cours d’archéologie professé à la Bibliothèque royale de Paris« . []
  38. « Du 29 août 1854. Bibliothèque impériale. — M. Beulé, docteur ès lettres, ancien membre de l’École française d’Athènes, attaché au cabinet du Ministre de l’instruction publique, est chargé du cours d’archéologie près la Bibliothèque impériale », Bulletin Administratif Août 1854, p. 260. []
  39. L. Vallée, La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections, Paris, 1894. Ils ont été relevés par L. Therrien, op. cit., 1998, p. 473. Nous pouvons y ajouter le sujet du cours de l’année 1859 absent de sa liste et retrouvé dans la Revue de l’Orient 1859, p. 347 « Le cours d’archéologie de la Bibliothèque impériale vient de commencer. M. Beulé, professeur, exposera les découvertes récentes qu’il a faites à Carthage. La nouvelle salle de cours est située rue Neuve des Petits-Champs, n° 8. Mai 1859 ». []
  40. L. Therrien, op. cit., 1998, p. 51 parle de disparition de la chaire à la fin de la décennie 1880. []
  41. A.-L. Millin, Introduction à l’étude des monumens antiques, 1796, p. vjii. []
  42. Magasin encyclopédique, 1810/2, p. 417-419. []
  43. L. Therrien, op. cit., p. 38. []
  44. F. Bodenstein in: A. Conraux et al., op. cit. 2017, p. 150 et 151, ill. 132. []
  45. Description de la Bibliothèque avant les travaux entrepris en 1868, dans « La Bibliothèque nationale« , Paris nouveau illustré n°19, [1868], p. 290-291. []
  46. Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1887, p. 95-96. []
  47. Bibliothèque de l’École des Chartes 1902, p. 223. []
  48. É. Lehoux, op. cit., 2017, p. 295. []
  49. NAF 20343 « Cours d’égyptologie au Collège de France ». []
  50. Op. cit., 1998, p. 39. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.