A propos du “Japon grec” de Michaël Lucken

Évoquer le Japon sur le blog de l’Antiquité à la BnF, voilà qui pourrait paraître incongru. D’autant plus lorsqu’il ne s’agit pas de l’Antiquité japonaise, mais bien du lien entre l’Antiquité occidentale, grecque plus particulièrement, et la culture japonaise moderne et contemporaine. Pourtant, la lecture de l’ouvrage Le Japon Grec : culture et possession, de Michaël Lucken1, historien et philosophe professeur à l’Inalco, et paru chez Gallimard en mai dernier, révèle ce rapport comme une évidence. Dans le sillage de cette publication, deux journées d’études sont d’ailleurs consacrées à la « Présence de l’antiquité classique dans le Japon contemporain » ce mois de novembre à l’Université d’Orléans.

Reviennent alors en tête des images évocatrices, pourtant issues de la culture japonaise : de l’Icare de Mishima, dans Le soleil et l’acier [Taiyō to tetsu] ; jusqu’aux figures des Chevaliers du Zodiaque, manga adapté en série d’animation dans les années 1980 et immensément populaire tant au Japon qu’en France, qui met en scène des héros protégeant une certaine Athéna contre des dieux belliqueux issus du panthéon grec. La démonstration opérée par l’auteur, qui a reçu le Grand Prix des rendez-vous de l’histoire de Blois ainsi que le prix littéraire Martine-Aublet, s’appuie sur des documents dont une grande partie est numérisée dans Gallica ou en consultation sur place en Haut et Rez-de-Jardin à la BnF. Nous proposons ici de prolonger l’exploration du « Japon grec » par l’accès direct aux sources référencées dans l’ouvrage, via un lien vers la version numérisée ou vers la notice dans le Catalogue Général, mettant en lumière l’empreinte de la Grèce antique dans les collections japonaises de la BnF.

Couverture de Mishima Yukio kikōbun-shū [Récits de voyage de Mishima], contenant notamment le recueil アポロの杯(さかずき)Aporo no sakazuki [La coupe d’Apollon] consacré à ses voyages en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Satō Hideaki (éd.), Mishima Yukio kikōbun-shū. Tōkyō : Iwanami shoten, 2018. 371 p. source Iwanami Shoten

L’acquisition de la culture classique occidentale, et grecque en particulier, remonte au XIXe siècle chez les élites japonaises et s’est amplifiée au début du XXe siècle, grâce à des efforts intenses de traduction et d’interprétation des œuvres. Cela au point que « jusqu’à récemment la plupart des cours d’introduction à la médecine dans les universités japonaises commençaient par Hippocrate et l’éthique médicale en Grèce, les étudiants de philosophie découvraient Platon et Aristote avant la pensée indienne, et les étudiants en architecture, les ordres classiques (dorique, ionique, corinthien) avant toute chose »2.

D’abord, pourquoi une telle prééminence de la culture grecque ancienne dans un pays qui n’a eu aucun contact avec la Grèce au cours de son histoire ancienne ?  Cette enquête historique minutieuse illustre comment la maîtrise et l’interprétation de ce bagage ont été, et sont toujours un enjeu de pouvoir majeur aux plans national et international. Le Japon, seul pays d’Asie de l’Est à ne pas avoir été colonisé, a voulu montrer, à partir de son ouverture lors de la Restauration de Meiji en 1868, qu’il occupait une place autonome sur la scène mondiale. Pour cela, se revendiquer d’un héritage grec, et se l’approprier, a permis d’affirmer que le Japon s’inscrivait dans une tradition intellectuelle universelle.

Ensuite, comment cet « héritage grec » s’est-il formé au Japon ? L’ouvrage commence, de manière surprenante, par montrer que les Japonais n’ont pas été les premiers à évoquer des similarités, sinon une parenté entre leur culture et l’antiquité occidentale, mais que cette association est venue en premier lieu des Européens eux-mêmes. M. Lucken rapporte ainsi3 que dès le XVIIe  siècle, l’Allemand Engelbert Kaempfer publie une description du Japon, où il a séjourné entre 1690 et 1692, et affirme que « les premiers Japonais descendent des habitants de Babylone » : le raisonnement qui l’amène à cette conclusion, basé sur son interprétation de la mythologie japonaise, est à découvrir dans son Histoire naturelle, civile et ecclésiastique de l’Empire du Japon, et consultable sur Gallica.

Edmond Pottier, « Grèce et Japon », in La Gazette des Beaux-arts : courrier européen de l’art et de la curiosité, n° 397, juillet 1890, fig. 5 et 6 source Gallica

Des analogies avec l’art grec se retrouvent dans l’appréciation qui est faite de l’art japonais lors des Expositions Universelles de la fin du XIXe siècle : ainsi Edmond Pottier, conservateur au musée du Louvre, évoque en 1890 les comparaisons qui « s’[imposent] invinciblement à [son] esprit » : « je trouvais à chaque pas, dans des plis d’étoffes, dans une silhouette d’homme nu, des rapprochements à faire avec des œuvres grecques, et, en particulier, avec des dessins de style attique ». L’article complet4, publié dans la Gazette des Beaux-Arts n° 397, est disponible ici.

Edmond Pottier, « Grèce et Japon », in La Gazette des Beaux-arts : courrier européen de l’art et de la curiosité, n° 397, juillet 1890, p. 108-110 source Gallica

L’hypothèse d’une influence directe de la culture grecque sur la culture japonaise ancienne séduit alors quelques Japonais: c’est la thèse défendue par l’architecte Itō Chūta, qui en 1891 compare la structure du temple bouddhique du Hōryūji, construit au VIIe siècle, la forme de ses colonnes, les encorbellements et les motifs décoratifs, avec ceux de temples de Grèce ou d’Assyrie, et propose qu’elles aient pu émaner d’une même source gréco-bouddhique qui aurait transité en Asie via l’Inde et la Route de la Soie. De là, il affirme l’existence d’une « connexion spirituelle ancienne et profonde » entre Japonais et Grecs5.

Le Hōryūji : Albert Maybon, Les temples du Japon, architecture et sculpture. Paris : E. de Boccard, 1929. 94 p. sur Gallica

Après ce premier chapitre consacré à l’ « imagination des origines », M. Lucken entreprend de reconstituer dans le détail « l’élaboration des savoirs », titre du deuxième chapitre. Dès avant la Restauration de Meiji en 1868, les élites japonaises ont des notions de médecine, de mathématiques, d’histoire ou de philosophie occidentales et « possèdent donc une connaissance des civilisations européennes, de l’Antiquité en particulier, qui est loin d’être négligeable »6. Le regard s’habitue progressivement à une « nouvelle esthétique » grâce aux gravures en circulation, qui reproduisent des œuvres d’art, notamment des sculptures grecques. A partir de 1868, la modernisation accélérée du Japon sur le modèle occidental s’appuie, « sous des formes adaptées aux références confucéennes dominantes à l’époque », sur des idées grecques et romaines dans des domaines variés : par exemple la pédagogie, la science politique, le droit et l’art militaire qui sont « autant de disciplines nécessaires à la formation des nations modernes »7. Ces emprunts se reflètent jusque dans la langue avec la création de néologismes pour exprimer des notions nouvelles, telles que la démocratie, la psychologie ou la physique, pour lesquels l’étymologie en japonais est calquée sur les mots grecs.

La portée politique de l’appropriation des savoirs grecs s’amplifie encore dans les années 1920 et 1930. M. Lucken évoque un « prestige » de l’Antiquité qui, comme en Europe à l’époque, nourrit le nationalisme et le rapport à l’extrême-droite et au totalitarisme8. Cependant, elle est aussi le lieu de débats multiples qui, souligne-t-il, ne sauraient être réductibles à une lecture militariste9. L’auteur recense les œuvres traduites du grec, et leur nombre est pléthorique : les études helléniques se développent rapidement, créant une forte « épaisseur symbolique et structurelle ». Le rapport à la Grèce devient ambivalent après 1945, avec des écoles philosophiques divergentes se réclamant d’une part du conservatisme et d’autre part de l’antifascisme, et la maîtrise des sources grecques permet de faire naître au Japon un débat philosophique original et autonome. Si l’École de Kyōto de Nishida Kitarō est relativement bien connue en Occident, d’autres auteurs pourtant majeurs le sont moins, tels que  Nakai Masakazu, ou encore Akizawa Shūji, dont les travaux sont encore peu accessibles en France.

La Poste de Yokohama. [Album de 152 phot. du Japon] / Studio Shin-e-Do, Kinbei Kusakabe [et autres photographes]. 1890-1900. BnF, Société de Géographie, SG WD-344 source Gallica

Le troisième chapitre, dédié à l’ « incorporation » de la culture grecque, permet d’illustrer le propos par de nombreux exemples directs de l’influence grecque dans le paysage culturel japonais moderne. Dans l’architecture tout d’abord : l’auteur cite l’ancien hôtel de ville de Tōkyō, construit en 1957, dont les proportions sont similaires à celles du Parthénon10. De manière plus générale, la mode des bâtiments officiels à l’occidentale emprunte dès le XIXe siècle au néoclassicisme gréco-romain. Parmi les toutes premières photographies  du Japon prises par des Occidentaux, celles appartenant au fonds de la Société de Géographie, disponibles sur Gallica, laissent apparaître des bâtiments ornés de colonnades et de frontons, tels que ceux de la Poste ou de la mairie de Yokohama, port de commerce et point de contact privilégié avec l’Occident, ou encore d’un hôtel à Kōbe.

L’influence des classiques grecs et romains se fait particulièrement prégnante dans la littérature japonaise moderne. Dès 1933, Nishiwaki Junzaburō publie des « poèmes lyriques grecs » ouvrant son recueil majeur Ambarvalia, dont le titre fait par ailleurs référence à la fête romaine des Ambarvales11.  En 1940, l’écrivain Dazai Osamu propose une adaptation de l’histoire de Moerus et Selinuntius, apparue à l’origine chez l’auteur romain Hyginus au Ier siècle avant J.-C.. Connue au Japon dès le XIXe siècle, l’histoire se déroule en Sicile grecque, et la version de Dazai, parue sous le titre Cours, Moerus [Hashire Merosu], rencontre un franc succès et est par la suite adaptée plusieurs fois au théâtre12.

L’empreinte grecque est spécialement importante chez Mishima Yukio. L’écrivain est très tôt fasciné par les classiques, et se lance même dans l’apprentissage de la langue grecque13. Des motifs hellénisants sont récurrents chez Mishima : mise en valeur du corps masculin et homoérotisme surtout, qu’il lie, via la figure du héros, au nationalisme et à une revivification du mythe de la « voie du samouraï ». Le Tumulte des flots [Shiosai], paru en 1954, est une reprise du roman grec Daphnis et Chloé et sera suivi de nombreuses autres adaptations de classiques; ses « nōs modernes », quant à eux, tissent le parallèle avec la tragédie grecque. M. Lucken décrit l’imaginaire grec dans les œuvres de Mishima, nourri par une relation au corps faite à la fois de fascination et de déception face au sentiment qu’ « incarner la beauté grecque dans un corps japonais est voué à l’échec »14. Cette source d’inspiration alimente une grande partie de l’œuvre de Mishima, et son examen apporte un éclaircissement  incontournable sur cette figure littéraire complexe, qui est par ailleurs au programme de l’agrégation de japonais en 2020.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les classiques grecs continuent d’irriguer la création artistique : c’est le cas avec le butō, danse moderne issue de l’expressionnisme mais aussi d’une redécouverte du corps « triplement liée » à la Grèce : construite en opposition à la normalisation des corps, dans une performance procédant de la catharsis, et également par filiation à la danse moderne héritée d’Isadora Duncan elle-même nourrie de références néo-classiques15. Il indique d’ailleurs que le chorégraphe Hijikata Tatsumi, adaptant en 1959  les Amours interdites [Kinjiki] de Mishima, hésite au départ sur le nom à donner au nouveau genre de danse qu’il vient de créer et envisage un temps, à la place d’ankoku butō (« danse des ténèbres, ensuite raccourci en simple butō), le terme grec de pharmakon¸ qui signifie drogue ou poison.

La scène théâtrale japonaise des années 1960 à nos jours reprend encore de nombreux motifs mythologiques, ou adapte directement les tragédies grecques : ainsi des pièces grecques par Watanabe Moriaki, Suzuki Tadashi ou Ninagawa Yukio, qui empruntent également au nō, ou encore de celles de Carlotta Ikeda, jusqu’aux Troyennes de Suzuki Tadashi ou à l’Antigone de la troupe de Miyagi Satoshi jouée en Avignon en 2017. M. Lucken analyse ces réinterprétations par le théâtre d’avant-garde, reprenant des « trames narratives […] universalisables » (celles d’Œdipe, de Médée, de Sisyphe…) comme un moyen de « faire du corps asiatique le véhicule nouveau et original de schémas génériques ».

Saori Kido ou Athéna, héroïne de la série animée des Chevaliers du Zodiaque, source: Blog cdz-seya

Enfin, la Grèce antique pénètre la culture japonaise, non plus seulement de l’élite et des avant-gardes, mais également la culture populaire, et cela de manière frappante à partir des années 1980 : du film d’animation Nausicaa de Miyazaki Hayao, aux séries d’animation Ulysse 31, les Chevaliers du Zodiaque, Evangelion pour n’en citer que quelques-uns. Leur immense succès en Occident illustre un effet de miroirs sans fin. Ces formes « extrêmement hybrides et syncrétiques » facilitent la réception occidentale de ces créations, qu’il s’agisse de cinéma, de mangas ou de jeux vidéo, ce qui a pour conséquence qu’ « aujourd’hui pour bien des jeunes en Europe, les héros grecs ont l’apparence que les dessinateurs asiatiques leur ont donné ».

L’analyse de M. Lucken, au-delà des étonnements que le rapprochement entre la Grèce et le Japon n’a de cesse de provoquer, met en évidence la portée politique de l’appropriation d’une culture, en tant qu’enjeu de puissance et de légitimation. À rebours de l’habituelle tendance à l’exotisme, il formule une proposition forte de renversement des points de vue dans l’observation des productions culturelles et philosophiques extra-occidentales. 

Citer ce billet : Coralie Castel, "A propos du “Japon grec” de Michaël Lucken", in L’Antiquité à la BnF, 15/11/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8920, [consulté le 15/12/2019].

Le Japon à la BnF

Du nouveau sur le portail « France-Japon : une rencontre, 1850-1914 »

Voir aussi

Le Japon grec

  1. Michaël Lucken, Le Japon grec : culture et possession. Paris : Gallimard, 2019. 250 p. []
  2. Ibid., p. 20 []
  3. Ibid., p. 27 []
  4. Ibid., p. 33 []
  5. Ibid., p. 45 []
  6. Ibid., p. 81 []
  7. Ibid., p. 82 []
  8. Ibid., p. 103 []
  9. Ibid., p. 109 []
  10. Ibid. , p. 139 []
  11. Ibid. , p. 162 []
  12. Ibid. , p. 145 []
  13. Ibid., p. 166 []
  14. Ibid., p. 167 []
  15. Ibid. , p. 169 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.