Sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien et projet SESPOA

Sceau P502791 (BnF, MMA, 1980.292.100, ancienne collection Seyrig). Image du déroulé numérique et image de l’empreinte du sceau

Petits objets caractéristiques du patrimoine de l’Antiquité proche-orientale, les sceaux-cylindres étaient, pour la plupart d’entre eux, régulièrement déroulés sur l’argile fraîche afin d’y laisser une empreinte. Moyens d’identification et de communication, ils ont servi, pendant plus de trois mille ans, à sceller portes, jarres, bulles et tablettes d’argile inscrites, leur histoire étant étroitement liée à celle de l’écriture cunéiforme. Provenant principalement de Mésopotamie, d’Iran, du Levant, d’Anatolie, mais aussi de Chypre et d’Égypte, ils permettent aujourd’hui de retracer l’évolution de la glyptique de ces régions depuis la seconde moitié du IVe jusqu’à la fin du Ier millénaire avant notre ère.

Ce qui fait la singularité de la collection des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, c’est surtout la façon dont elle s’est constituée. Dès 1750, le Cabinet des Médailles a commencé à s’intéresser à ces objets, et il n’a dès lors cessé, pendant deux siècles et demi, de rassembler de nouvelles pièces, notamment grâce aux donations et aux legs (près des ⅔ des acquisitions), mais aussi par le biais, à certaines périodes, d’une active politique d’achats.

Cette collection s’est ainsi construite sur la durée, à partir de fonds très divers, façonnés au gré des centres d’intérêt de nombreux collectionneurs et amateurs éclairés, proches du Cabinet des médailles ; ils y faisaient régulièrement entrer ces objets après que ceux-ci avaient souvent beaucoup circulé sur le marché des antiquités. Plusieurs conséquences en ont découlé, qui ont donné à la collection de la BnF sa spécificité : elle se caractérise par une relative hétérogénéité, avec une inégale répartition des pièces dans l’espace et le temps. Et s’il reste souvent difficile de déterminer la provenance et l’authenticité de ces dernières, bon nombre d’entre elles se signalent par leur grande qualité du fait qu’elles ont été délibérément sélectionnées par les acquéreurs.

Au fil des ans, puis des siècles, la collection de sceaux-cylindres orientaux de la BnF est ainsi devenue l’une des plus importantes au monde, les principales autres se trouvant au Louvre, au British Museum, à l‘Ashmolean Museum d’Oxford, au Vorderasiatisches Museum de Berlin, à Yale ou à la Pierpont Morgan Library de New York, pour ne citer que les plus notables.

Un programme de recherche initié dans le cadre du LabEx « Les passés dans le Présent » vient de s’achever en 2019 : il avait pour objectif de mieux faire connaître cette collection et d’en montrer la richesse, en utilisant pour cela les possibilités offertes par les nouvelles technologies qui se développent dans le cadre de ce qu’il est désormais convenu d’appeler les « humanités numériques » et qui permettent aujourd’hui de renouveler les modes de présentation et d’étude de ces petits objets souvent gravés de riches illustrations mais qui sont très difficiles à représenter sous forme imprimée.

Le comte Anne de Caylus, avec un facsimilé de la publication de son Recueil d’Antiquités en 1761, dans lequel sont publiés les tout premiers sceaux-cylindres.

Histoire des acquisitions

C’est sous le règne de Louis XV que le Cabinet des Médailles fit sa première acquisition de sceaux-cylindres : l’abbé Barthélemy (1716-1795) reçut à partir de 1752 la donation du comte de Caylus comprenant notamment douze sceaux-cylindres. Cet aristocrate, antiquaire, collectionneur et homme de lettres, avait constitué sa collection comme une vitrine scientifique pour contribuer à l’étude des civilisations antiques.

La seconde moitié du XIXe siècle, avec l‘émergence de l’orientalisme, a marqué une grande phase d’acquisition de sceaux-cylindres par le Cabinet des médailles, notamment grâce à plusieurs achats en lien avec l’arrivée en nombre d’objets archéologiques issus des fouilles entreprises au Proche-Orient. Mais ensuite, la réglementation ottomane, puis celle du mandat français sur la Syrie et le Liban changea progressivement la donne, restreignant l’exportation d’antiquités à l’étranger, avant de finalement l’interdire.

Le Cabinet acheta un grand nombre de sceaux dans le second tiers du XIXe siècle et jusqu’au début du XXe. En 1844, Désiré Raoul-Rochette (1789-1854) et Charles Lenormant (1802-1859) achetèrent pour 3885 francs un lot prestigieux : celui de l’ancienne collection de Félix Lajard, comprenant 284 sceaux-cylindres (ce fut l’achat quantitativement le plus important, toutes périodes confondues). En décembre 1862, la fameuse donation du duc de Luynes apporta 136 sceaux supplémentaires.

Par la suite, les acquisitions de sceaux diminuèrent nettement, ce qui s’explique notamment, outre le durcissement de la réglementation évoqué ci-dessus, par la création du Département des Antiquités orientales du Louvre en 1881. Les musées européens et les collectionneurs privés (dont les diplomates et fonctionnaires français en poste dans l’Empire ottoman) ne cessèrent pourtant pas d’user de leur influence et de leurs réseaux pour continuer à acquérir des objets. C’est dans ce contexte que le Cabinet acquit 44 sceaux durant le mandat de conservateur d’Ernest Babelon (1892-1924). Les achats restaient prédominants comparés aux donations, mais pour la première fois, le cabinet enregistra des legs (Oscar Pauvert de la Chapelle en 1899, Charles-Louis Marie De l’Écluse en 1906, Jean-Charles Séguin en 1909).

Plusieurs dizaines d’années passèrent ensuite sans aucune nouvelle acquisition. Seul, Jean Babelon (1889-1978) agrémenta la collection de 119 nouveaux sceaux. Il acheta quatre sceaux entre 1937 et 1942 par l’intermédiaire de l’antiquaire Géjou et reçut une importante donation du comte Chandon de Briailles. Enfin, entre 1929 et 1980, le Cabinet reçut plusieurs collections remarquables par les legs de Gustave Schlumberger en 1929 (50 sceaux), François Chandon de Briailles en 1953 (115 sceaux) et deux donations de Henri Seyrig (en 1972 et 1980, pour un total de 180 sceaux). La dernière acquisition en date est la donation de trois sceaux par Pierre Amandry, reçue par la BnF en 2007.

D’une façon générale, la politique d’acquisition du Cabinet des Médailles s’est donc longtemps fondée sur l’existence d’un important réseau de personnalités appartenant au monde académique et savant et sur les relations établies entre les membres de son personnel, ses habitués et le marché des antiquités. La cinquantaine de personnes qui ont donné ou légué des sceaux au Cabinet des Médailles, aux statuts et fonctions divers, se côtoyait dans les mêmes cercles d’érudits, notamment à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (ainsi l’orientaliste Jules Mohl [1800-1876], les conservateurs Raoul-Rochette et Adrien Prévost de Longpérier [1816-1882], l’archéologue Paul Perdrizet [1870-1938] et bien d’autres encore). Vivant à Paris, la plupart des vendeurs et donateurs étaient intéressés à la fois par l’archéologie classique, la numismatique et la sigillographie de l’Orient ancien et latin.

La BnF a également acquis des sceaux par achat auprès d’antiquaires bien connus dans certains musées français et européens, comme Elias Géjou (1868-1942) qui vendit ainsi huit lots de sceaux entre 1898 et 1942.

Il faut mentionner enfin les sceaux ayant appartenu à certains hauts fonctionnaires et diplomates ayant exercé en Syrie, en Irak, en Iran ou en Égypte, comme Joseph Rousseau, consul à Bassora en 1805, puis consul général à Alep, le diplomate Félix Lajard qui, à la suite d’une mission en Perse (1807-1809), entreprit des recherches sur les rapports entre les religions orientales et grecques, ou Henri Seyrig, directeur des Antiquités en Syrie et au Liban (1929-1941), puis fondateur et directeur de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth (1946-1967).

Henri Seyrig (1893-1975) source: Ifpo

On mentionnera tout particulièrement les deux derniers lots importants de sceaux-cylindres acquis par la BnF dans la seconde moitié du XXe siècle et que l’on a déjà cités, qui sont révélateurs de la façon dont opéraient les collectionneurs d’avant et d’immédiat après-guerre. Il s’agit de la collection personnelle du comte Chandon de Briailles et de celle de son ami Henri Seyrig. Ces collections inédites sont présentées pour la toute première fois en ligne, dans le cadre du programme de recherche mentionné plus haut, via le site web dédié SESPOA (Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien) et sur le site du projet international CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative).

La BnF conserve également dans ses collections des moulages de sceaux-cylindres orientaux acquis au XIXe siècle. Certains sont conservés au Centre technique de conservation de la BnF à Bussy-Saint-Georges (voir par exemple ici). Il s’agit d’un lot d’empreintes par ailleurs difficiles à relier avec des sceaux « physiques » connus ou conservés à la BnF.

Histoire des publications

Le premier ouvrage référençant les sceaux-cylindres conservés au Cabinet des médailles fut publié en 1858 sous la direction d’Anatole Chabouillet (1814-1899)1. Pour cet opus, Charles Lenormant (1802-1859) fut chargé de la description des sceaux-cylindres et des cônes orientaux. Un inventaire général des pierres gravées fut ensuite établi en 18602: il reprend les notices publiées dans le catalogue de Chabouillet.

Ernest Babelon (1854-1924) poursuivit l’importante politique de catalogage et de mise en valeur des collections en publiant notamment deux ouvrages destinés au grand public3. Mais le premier véritable catalogue des sceaux proche-orientaux du Cabinet des Médailles fut publié par Louis Delaporte en 1910, à l’initiative d’Ernest Babelon et sous les auspices de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Ce Catalogue des cylindres orientaux et des cachets assyro-babyloniens, perses et syro-cappadociens de la Bibliothèque nationale présente et publie quelque 650 pièces, dont 519 sceaux-cylindres ; plus d’un siècle après sa publication, il demeure aujourd’hui un indispensable et remarquable outil. Par ailleurs, divers catalogues regroupant les sceaux ouest sémitiques, sassanides ou byzantins ont été publiés entre la fin des années 1970 et le début des années 1990.

Catalogue des cylindres orientaux et des cachets assyro-babyloniens, perses et syro-cappadociens de la Bibliothèque nationale, publié par les auspices de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, par Louis Delaporte, disponible en ligne sur Gallica

Certaines collections ont fait l’objet d’études avant ou après leur acquisition par le Cabinet des Médailles. Ainsi celles du comte de Caylus (1692-1765), premier donateur de sceaux proche-orientaux, qui décrit ses douze sceaux-cylindres dans son Recueil d’Antiquités ; Felix Lajard (1783-1858) publia sa collection de sceaux dans le cadre de ses recherches sur le culte de Mithra en 18374 ; Ernest Babelon publia la collection de Pauvert de la Chapelle à la demande de ce dernier en 1887.

Henri Seyrig a décrit les sceaux-cylindres de sa collection personnelle dans trois carnets manuscrits offerts à la BnF avec les objets eux-mêmes (des fac-similés de ces pages de notes sont disponibles sur le site web SESPOA). Il publia certaines de ces pièces dans la revue Syria, tandis que d’autres étaient étudiées par divers spécialistes à sa demande. Ainsi, ses sceaux provenant de Mischrifé (Syrie) furent publiés par Claude Schaeffer. Plusieurs sceaux-cylindres du legs de Gustave Schlumberger ont été présentés dans la Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale et dans un recueil de Mélanges qui lui ont été offerts5. On peut mentionner également l’intéressant catalogue d’une exposition consacrée aux sceaux du Louvre et de la BnF, publié par Pierre Amiet en 19736. Plus récemment, Pierre Bordreuil s’est intéressé aux sceaux porteurs d’inscriptions ouest-sémitiques7 et Adelheid Otto a étudié quelques sceaux de style syrien et de Haute-Mésopotamie datant du IIe millénaire avant J.-C.8.

En définitive, la BnF a ainsi pu constituer, en deux siècles et demi environ, une collection de sceaux-cylindres orientaux cohérente et globalement représentative. La grande phase d’acquisition se situe entre le second tiers du XIXe et le premier quart du XXe siècle. Cette collection offre un remarquable témoignage des goûts et des pratiques qui prévalaient alors. Comme on l’a vu, ce qui la caractérise avant tout est qu’elle est constituée de pièces acquises sur le marché des antiquités, qui ont pu retenir l’attention pour des raisons très diverses, et qui ont beaucoup circulé. Aucun objet ne provient directement de chantiers de fouilles réguliers, et cette collection parisienne se distingue en cela d’autres collections de sceaux constituées à partir des objets récoltés en fouilles et archéologiquement référencés.

Pierres semi-précieuses et monde d’images en miniature

Sceau P502740 (BnF, MMA 1980.292.49, ancienne collection Seyrig). Détails du déroulé numérique et de l’empreinte du sceau. Dessin de N. Ouraghi.

Le grand intérêt des sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien est qu’ils sont souvent gravés de riches illustrations, figuratives ou non, augmentées parfois d’un texte, qui révèlent au total un monde d’images en miniature d’une très grande richesse et où sont mises en scène de multiples figures du monde réel ou imaginaire.

Pendant plus de trois mille ans, en fonction des régions, des époques, des contextes politiques, religieux ou culturels, mais aussi en fonction des usages, des techniques et de l’évolution des matériaux disponibles, le répertoire des scènes gravées et de l’iconographie a connu des changements et des évolutions, avec de nombreuses variations géographiques et stylistiques.

Les ouvrages spécialisés parviennent ainsi à proposer une typologie des illustrations offertes par les sceaux-cylindres selon les époques et les régions, et savent y reconnaître certaines « scènes types » caractéristiques. Mais en dehors de ces variations chronologiques ou géographiques, on peut aussi regrouper les sceaux de façon diachronique autour de quelques grands thèmes iconographiques : banquets, combats, scènes d’offrande ou de libation, scènes tirées des mythes et épopées, thèmes naturalistes, scènes dites « de présentation » à une divinité ou au roi, scènes de la vie quotidienne, etc.

Tablette cunéiforme P142712, de l’époque de la IIIe dynastie d’Ur (XXIe siècle av.), avec empreinte d’un sceau déroulé en guise de signature.

Les premières brèves légendes inscrites sur les sceaux-cylindres sont apparues au cours de la période sumérienne archaïque et elles sont devenues courantes à partir de l’époque akkadienne (vers 2300 av J.-C.). Les inscriptions donnent le plus souvent le nom du propriétaire du sceau, avec parfois quelques détails supplémentaires tels que le nom de son père, un lien de parenté, sa profession ou son affiliation administrative. Dans les siècles qui ont suivi, une courte déclaration de loyauté envers un dieu ou un roi fut parfois ajoutée, ou encore une brève prière, comme durant la période kassite (milieu du IIe millénaire avant J.-C.).

Les sceaux-cylindres ont également été utilisés comme talismans ou amulettes, d’autant que, en dehors de leur utilisation « pratique », ils étaient considérés comme des objets de valeur. Leur conservation et leur réutilisation étaient courantes et ces objets étaient souvent transmis de génération en génération au sein des familles, quitte à être parfois modifiés par regravure.

Les pierres qui ont servi de support aux scènes gravées sur les sceaux-cylindres sont d’une grande variété et se distinguent par la diversité des matières et des couleurs.

La préférence pour les matériaux colorés, exotiques ou précieux, le plus souvent importés de pays lointains, indique d’ailleurs clairement l’existence de préoccupations esthétiques et d’une recherche de prestige affichées par les détenteurs de sceaux : l’empreinte déposée sur l’argile était un signe manifeste d’identification et de distinction, mais pas moins que l’objet lui-même porté comme un bijou autour du cou ou exhibé comme insigne d’une fonction.

Étant donné la pauvreté du domaine syro-mésopotamien en ressources minérales, la plupart des pierres utilisées pour fabriquer les sceaux étaient importées des régions d’Asie centrale. Leur circulation s’est faite au sein de vastes circuits d’échanges qui ont fonctionné pendant plusieurs millénaires. Dans cette perspective, le contexte politique, les relations diplomatiques et les possibilités d’échanges à longue distance ont bien sûr joué un rôle important. Selon les périodes, le choix des matériaux a pu varier aussi en fonction du statut et des goûts des commanditaires, de la disponibilité des minéraux et des contraintes techniques.

Le lapis-lazuli venait d’Afghanistan, du Pakistan ou du Tadjikistan ; l’agate provenait d’Inde et de la Péninsule arabique ; des galets de cornaline étaient récupérés sur le plateau iranien ; l’asphalte et la stéatite sont attestés dans la région du Khouzistan, au sud-ouest de l’Iran ; des gisements d’hématite ont été localisés dans les régions montagneuses du Zagros ; les lapicides pouvaient également s’approvisionner en diorite via le golfe Persique (Magan, l’antique Oman). Mais comme il est probable que la plupart des gisements antiques des minéraux sont aujourd’hui épuisés, il n’est possible de les localiser que très approximativement, souvent à partir d’informations que donnent les textes cunéiformes qui mentionnent l’approvisionnement en matériaux bruts ou l’importation de produits finis.

Sources d’approvisionnement de la Mésopotamie en pierres semi-précieuses au IIIe millénaire avant notre ère (crédit: Pascal Butterlin et Martin Sauvage)

Sceaux-cylindres et humanités numériques. Le projet SESPOA

Au même titre que la céramique, l’architecture ou les tablettes cunéiformes, le corpus des sceaux-cylindres orientaux et celui des scènes imprimées qu’ils ont laissées sur l’argile pendant tous ces millénaires d’histoire où ils furent utilisés comme moyens d’identification et de communication, représente une source documentaire de première importance pour notre connaissance des civilisations de l’ancien Proche-Orient. L’étude des sceaux et scellements est cependant demeurée longtemps une sorte de parent pauvre de la recherche, souvent cantonnée au seul domaine de l’histoire de l’art. L’intérêt qu’on leur portait a souffert par ailleurs d’un éclatement des études entre les archéologues, les historiens de l’art et les assyriologues.

Tant et si bien qu’il n’existe toujours pas, à l’heure actuelle, de recueil complet permettant d’appréhender globalement cet ensemble documentaire que constituent les sceaux et leurs empreintes. Depuis quelques années cependant, l’un des objectifs du programme international de conservatoire numérique de la documentation cunéiforme CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative) est d’amorcer la constitution d’un tel ensemble, en complément de celui qui a été créé pour les tablettes cunéiformes, tant il est vrai que l’histoire des sceaux-cylindres orientaux est étroitement liée à celle de l’écriture cunéiforme.

C’est donc adossé au CDLI que s’est développé à Paris, à partir de 2016, le projet SESPOA (Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien), soutenu par le LabEx « Les Passés dans le Présent » et le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF. Les résultats en sont aujourd’hui proposés au travers d’un site web dédié.

Les possibilités offertes par les nouvelles techniques d’imagerie numérique désormais disponibles ont facilité le développement de ce programme. Car la dimension réduite des sceaux, leur forme cylindrique, la finesse de certains de leurs détails, les variations dans les couleurs de la pierre ainsi que leur surface souvent brillante et réfléchissante ou parfois translucide, rendaient jusqu’ici particulièrement difficile la production d’images correctement exploitables.

Les équipes du projet SESPOA, à Nanterre et à Oxford, sont parvenues à mettre en œuvre de nouveaux procédés qui pallient ces difficultés et permettent la production d’images numériques de qualité. Pour les réaliser, les sceaux sont positionnés sur une plateforme rotative motorisée, reliée à un équipement photographique piloté par ordinateur, ce qui permet d’obtenir au final, après traitement informatique, une image haute résolution et « à plat » du déroulé d’un cylindre, respectant la couleur et l’aspect du matériau. Elle montre en quelque sorte à quoi ressemblerait le sceau si une fine couche de la surface du cylindre pouvait être décollée et aplatie.

En dehors de ce travail, on s’est intéressé aussi aux près de deux cents empreintes réalisées sur argile des sceaux de la collection Seyrig, qui sont conservées à la BnF avec les cylindres eux-mêmes. Ces empreintes ont été numérisées grâce aux techniques utilisant un « dôme photographique » : posées à plat sous le dôme, elles sont photographiées à de multiples reprises selon différents éclairages. Le lot d’images est ensuite traité par ordinateur pour produire une image dynamique de type RTI (Reflectance Transformation Imaging). Ces images RTI peuvent être visionnées grâce au logiciel libre RTIViewer qui permet un rééclairage interactif de l’objet photographié dans n’importe quelle direction afin de pouvoir observer des détails sous des angles et des éclairages différents (exemple ici, en cliquant sur “View RTI:sa”). Des essais ont également été réalisés de confection d‘images 3D.

 

Ces données nouvelles sont, pour finir, porteuses de multiples promesses en matière de recherche, où de nombreux gains sont à espérer : traditionnellement, les scènes et motifs gravés sur les sceaux sont décrits de façon narrative ; ces descriptions purement « verbales » devraient pouvoir à lavenir être remplacées ou complétées grâce aux nouvelles techniques informatiques d’analyse, de reconnaissance et de comparaison des images. Il est en effet prévu d’utiliser les données numériques désormais disponibles pour favoriser l’identification, l’analyse et l’apprentissage automatique des scènes et motifs, selon les nouvelles technologies qui se développent de machine learning. Sont ainsi suivies de près les techniques innovantes d’annotation, de comparaison et de recherche d’images numériques actuellement mises en œuvre dans ce sens à l’université d’Oxford (projet Seebibyte, Visual Search for the Era of Big Data).

La recherche d’images par contenu (Content-Based Image Retrieval, CBIR) offre, de son côté, la possibilité de retrouver des images visuellement similaires à un exemple donné en requête. Associée à d’autres techniques de recherche d’images par mots-clés ou par tags, elle devrait permettre de construire de nouvelles typologies des scènes gravées sur les sceaux-cylindres et de relancer les recherches dans ce très riche domaine qu’est la glyptique proche-orientale.

Des compléments à cette brève présentation sont disponibles dans la livraison 2019 de la revue Syria (vol. 96) et sur le site web « Patrimoine du Proche-Orient » du Ministère de la Culture.

Bertrand LAFONT

Citer ce billet : blafont, "Sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien et projet SESPOA", in L’Antiquité à la BnF, 28/10/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8752, [consulté le 13/11/2019].

 

  1. A. Chabouillet, Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale, Paris, 1858. []
  2. sous la cote Ms. 58, les registres d’inventaires de pierres gravées du Cabinet sont répertoriés dans la base Archives et manuscrits de la BnF []
  3. E. Babelon, Collection Pauvert De La Chapelle : intailles et camées donnés au Département des Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale, Paris, 1899, p. 4-10. Idem, Guide illustré au cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale. Les antiques et les objets d’art, Paris, 1900, p. 25-32, 285, 355-359. []
  4. F. Lajard, Recherches sur le culte public et les mystères de Mithra en Orient et en Occident, Paris, 1867 []
  5. Mélanges offerts à M. Gustave Schlumberger, membre de l’Institut, à l’occasion du 80e anniversaire de sa naissance, Tours, 1924. []
  6. P. Amiet, Bas-reliefs imaginaires de l’ancien Orient d’après les cachets et les sceaux-cylindres, Catalogue d’exposition, Paris : Hôtel de la Monnaie, 1973. []
  7. P. Bordreuil, Catalogue des sceaux ouest-sémitiques inscrits de la Bibliothèque Nationale, du Musée du Louvre et du Musée biblique de Bible et Terre Sainte, Paris, 1987. []
  8. A. Otto, Die Entstehung und Entwicklung der Klassisch-Syrischen Glyptik, Untersuchungen zur Assyriologie und vorderasiatischen Archäologie, Band 8, Berlin, 2000. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.