Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

La numérisation des monnaies celtiques de la BnF, réalisée au cours de l’année 2019, vient d’aboutir à la mise en ligne des photos des 9975 exemplaires du département des Monnaies, médailles et antiques.

Toutes ces monnaies sont à présent disponibles sur le Catalogue Général et Gallica

La monnaie celtique apparaît au tournant des IVe et IIIe siècles av. J.-C. et se poursuit sur le continent jusqu’au règne d’Auguste (27 av. J.-C.-14 ap. J.-C.), puis jusqu’à la conquête de la Bretagne sous le règne de Claude (à partir de 43 ap. J.-C.). D’abord inspirées des types grecs les monnaies de Gaule subissent rapidement une celtisation de leur iconographie qui présente désormais des thèmes mythiques ou symboliques proprement celtes.

Tétradrachme d’argent, Celtes du Danube, Imitation de Philippe II de Macédoine, IIe-Ier siècle av. J.-C. BnF, MMA, BnF 9740.

La collection de la BnF

Le fonds de Paris, le premier au monde, s’est constitué pour l’essentiel au cours du XIXe siècle. Sur un noyau d’environ 600 monnaies accumulées depuis la Révolution française, sont venues d’ajouter la partie gauloise de la collection du duc de Luynes, savant et mécène, donnée en 1862 (environ 1 400 exemplaires) et, surtout, la vaste documentation rassemblée patiemment par Félicien de Saulcy, président de la commission de topographie des Gaules, acquise en 1872 par décision de l’Assemblée nationale (7143 ex.). Ce double apport métamorphosa entièrement l’aspect du fonds, tant par sa variété que par sa représentativité. En effet, Luynes comme Saulcy, avaient acquis plusieurs collections particulières (telle celle du marquis de Lagoy) dans l’optique de constituer un panorama des plus complets du numéraire celtique.

De fait, la BnF conserve non seulement les monnaies gauloises – incluant la Cisalpine –, mais aussi les productions transrhénanes et danubiennes ainsi que celles de l’île de Bretagne. Les acquisitions se sont depuis lors poursuivies pour maintenir ce vaste ensemble au meilleur niveau des connaissances scientifiques en constante progression, de nouvelles séries, aux images ou aux inscriptions parfois inédites, ne cessant d’apparaître.

Statère d’or, Vénètes, IIe siècle av. J.-C. BnF, MMA, Luynes.G1253.

Précédemment, les monnaies antiques de Marseille, intégrées à celles de la Gaule indépendante avaient été mises en ligne en 2013.

Dominique Hollard

 

 

 


Une réflexion sur « Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.