Le silphium, plante merveilleuse mais disparue

Du XVIe jusqu’au milieu du XIXe siècle, les antiquaires, férus de philologie et de numismatique, dissertent autour d’une plante merveilleuse mais disparue. Merveilleuse car il s’agissait d’une panacée quasi-universelle dont l’efficacité touchait « à quantité de branches de la médecine : odontologie, ophtalmologie, pneumologie, affections des articulations, des viscères, du système circulatoire, sexualité »1. Disparue surtout, la plante est à présent considérée comme une des premières espèces végétales éteintes par l’homme.

Quelques mois avant l’ouverture de l’exposition Terre ! Escales mythiques en Méditerranée, trésors de la BnF et collections marseillaises, au musée d’histoire de Marseille (14/02-22/08/2020), partons à la recherche du célèbre silphium de Cyrénaïque.

Le silphium, panacée des Cyrénéens

Coupe laconienne, dite “Coupe d’Arcésilas”, Sparte, vers 560 av. J.-C. (?), H. 20 cm, l. 38 cm, D. 29.3 cm (BnF, MMA, De Ridder.189).

La plante est connue par les textes antiques, en particulier celui de Théophraste (Recherches sur les plantes 6, 3, 1-7), ainsi que par des représentations sur des monnaies et des terres cuites de Cyrène. La plus connue des représentations est celle de la coupe-kylix d’Arcésilas conservée au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF :

« Ce vase à figures noires, peint par un céramiste laconien vers 560 avant J.-C., montre en effet le roi de Cyrène Arcésilas II présidant à la pesée du tribut apporté par les Libyens sous la forme de racines de silphion : ce sont de gros objets blanchâtres, de forme irrégulière, que l’on entasse en vrac sur les plateaux d’une grande balance, avant de les ensacher dans des couffins que l’on descend ensuite dans les caves où ces racines seront conservées avant qu’on en tire le suc servant à fabriquer le produit d’exportation »2.

Détail, coupe laconienne, dite “Coupe d’Arcésilas”, Sparte, vers 560 av. J.-C. (?), H. 20 cm, l. 38 cm, D. 29.3 cm (BnF, MMA, De Ridder.189).

D’après les différentes descriptions antiques, il est possible de se faire une idée relativement précise de la plante. Haute d’une trentaine de centimètres, c’est une ombellifère proche des férules, à tige cannelée, présentant des gaines foliaires importantes, des feuilles proches de celles du céleri et des fruits ailés dorés. La racine, grosse et longue, est enveloppée d’une écorce brun-noir. Les écrits antiques soulignent tous une aire de distribution limitée à la bande steppique de la Cyrénaïque. Si toutes les parties de la plante sont exploitables (feuilles, fruits, racines, tige), c’est le suc (en fait une oléorésine) qui a le plus de valeur et qui est le plus recherché, son rôle s’exerçant dans trois domaines, diététique, cuisine mais surtout pharmacopée. Récolté par les nomades libyens, le suc était mélangé à de la farine pour le conserver et conditionné dans des jarres ou des amphores pour être livré dans différents centres méditerranéens, en particulier le port athénien du Pirée au Ve siècle av. J.-C. puis Rome plus tard.

C’est justement du dernier tiers du Ve siècle av. J.-C., en pleine période d’apogée du commerce du silphium, que date le petit lécythe attique à figures rouges de l’Université Bretagne Sud qui représente un document inédit et très original sur la plante. Celle-ci y est figurée sur la panse de manière extrêmement schématisée, entre deux volutes verticales, face à une jeune femme. La tige épaisse monte haut, développe deux paires de feuilles caulinaires opposées et offre à son extrémité supérieure une fleur particulière qui prend une forme tronconique haute se terminant par une corolle convexe avec un point noir en son centre (il s’agit en fait de la forme d’un alabastre). Le peintre ne représente ni l’épaisse racine, ni les feuilles basales qui se détachent de celle-ci, ni les fleurs, ni les fruits tandis que les feuilles caulinaires, sans leurs terminaisons caractéristiques, ne sont pas alternes mais simplement opposées. L’ombelle sommitale est remplacée par un motif étonnant qui reprend en fait la forme d’un vase à parfum (un alabastre).

Lécythe, dernier tiers du Ve siècle av. J.-C. (Université Bretagne Sud)

Il s’agit non seulement d’une représentation stylisée mais aussi d’une interprétation personnelle et fortement symbolique de la plante. La fleur/alabastre du silphium fait écho à l’alabastre que porte la jeune femme. Celle-ci est représentée debout, vêtue d’un long chiton lui tombant jusqu’aux pieds et coiffée d’un haut chignon. Légèrement cambrée en arrière, elle s’avance vers la grande plante, soulevant d’un geste délicat de son bras droit baissé en avant, un pan de son chiton et porte de son bras gauche, fléchi en arrière, un grand alabastre dans le creux de sa main. Dans la céramique attique, le vase à huile parfumée qu’est l’alabastre est souvent représentatif d’une atmosphère de sensualité et d’érotisme, marquant la présence d’Aphrodite, la déesse aux amours parfumées. Panacée quasi-universelle, il n’y aurait rien d’étonnant à ce que suc de silphium, crédité d’une odeur agréable, ait pu être intégré dans les recettes de contenus d’alabastres sachant que la frontière entre huiles médicinales et huiles parfumées était ténue. Ingrédient exotique et plébiscité pour ses vertus extraordinaires, l’oléorésine de silphium était recherchée sur l’agora athénienne par une clientèle féminine aisée. La représentation du petit lécythe aryballisque témoigne de la symbolique de beauté et de séduction qu’avait le silphium, une symbolique sans aucun doute liée à son origine exotique et à ses vertus médicinales.

La première espèce végétale éteinte par l’homme ?

Victime de son succès, le silphium aurait commencé à s’éteindre au dernier siècle de la République romaine et, selon les dires de Pline l’Ancien la plante aurait pratiquement disparu au Ier siècle ap. J.-C. :

« un plant et un seul fut trouvé à notre époque et envoyé à l’Empereur Néron » (Histoire Naturelle, XIX, 39).

Depuis l’étude de François Chamoux, qui représente la première synthèse vraiment scientifique sur le silphium, nombre d’articles ont paru, développant les thématiques de l’histoire de l’alimentation, de la médecine, de la contraception et même des aphrodisiaques. Une des questions essentielles, qui est toujours aujourd’hui la plus débattue (par les botanistes, historiens de la botanique et même herboristes) est son attribution botanique au niveau de l’espèce. Longtemps cantonné dans les cercles des érudits et des scientifiques, le silphium a récemment trouvé une certaine notoriété auprès du grand public. Nimbée d’un halo de mystère comme l’attestent les termes employés « The mystery of the lost Roman herb »3 ou « The Ghost of the Silphium past »4, elle est désormais érigée au rang de première espèce végétale éteinte par l’homme5  et est ainsi devenue symbole d’un écocide qui aurait commencé bien avant l’avènement des sociétés industrielles6.

Dominique Frère et Elisabeth Dodinet

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : dfrere, "Le silphium, plante merveilleuse mais disparue", in L’Antiquité à la BnF, 04/09/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8676, [consulté le 13/11/2019].

 

Retrouvez les deux autres billets du Cycle “La Nature dans l’Antiquité”:

  • V. Drost, J. Olivier,  “Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies”, in L’Antiquité à la BnF, 30/07/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8397
  • V. Desclaux, “Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques”, in L’Antiquité à la BnF, 14/08/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8379
  1. D. Roques, « Médecine et botanique : le silphium dans l’œuvre d’Oribase » dans Revue des Études Grecques, 106, 1993, p. 380-399. []
  2. F. Chamoux, « Le problème du silphion », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1987, p. 54-59. []
  3. Zaria Gorvett, « The mystery of the lost Roman herb », BBC Future, 7 September 2017 []
  4. Jeff Cox, « The Ghost of Silphium Past », dans Horticulture, 107, 2010, p. 40-42 []
  5. Jean-Pierre Reduron, « La première espèce végétale éteinte est une épice, le silphium », dans Dossier Sur la route des épices, Jardins de France, 639 – Janvier-février 2016, p. 15-16. []
  6. Nicolas Casaux, « La civilisation et l’écocide : l’extinction d’une plante nommée Silphium », Le Partage. Critique socio-écologique radicale. []

3 réflexions sur « Le silphium, plante merveilleuse mais disparue »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.