Monnaie de Vercingetorix

Archive: image du mois

Septembre 2019: un statère arverne au nom de Vercingétorix

 

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

Longtemps Vercingétorix ne fut qu’un nom. Celui du vaincu d’Alésia dans un récit de guerre rédigé par son vainqueur pour célébrer sa propre gloire. Mais en 1837 les choses changèrent.

Cette année-là, apparut une monnaie d’or allié : un statère arverne, au droit duquel se lisait un morceau de légende ]INGETORIXS, le début étant perdu hors du flan, trop court, de l’exemplaire. Un espoir se leva chez les érudits, aussitôt contrarié par une polémique sur l’identité incertaine du personnage ainsi tiré des ombres de l’Histoire.

Ce n’est qu’en 1852, avec l’exhumation du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme) que les choses furent établies : l’infortuné chef du dernier sursaut gaulois avait bien frappé des monnaies, témoignage indubitable de son action. Des espèces portant aussi, en apparence, l’image du glorieux guerrier. Ce n’était cependant qu’une illusion.

Droit du statère en or avec la légende VERCINGETORIXS entière, MMA, inv. Gauloises 3774

Le profil juvénile associé au nom de Vercingétorix se retrouve au droit de très nombreux statères arvernes, anonymes ou non. Ce n’est que l’effigie du grand dieu apollinien des Celtes. Le nom de Vercingétorix lui-même est trompeur. Il ne peut s’agir d’un vocable de naissance. Son père, Celtillos, notable et magistrat gaulois, n’aurait pu imaginer désigner son rejeton nouveau-né comme « Uer-cingeto-rix », c’est-à-dire « Chef suprême des guerriers ». C’est là un titre, la marque d’une fonction, que l’audacieux initiateur de la grande révolte gauloise aura revêtu en devenant commandant en chef de l’armée coalisée.

On ne sait pas vraiment comment se termina la fatale épopée de celui qui mit César en échec devant Gergovie. Fut-il étranglé lors des triomphes du proconsul en 58 av. J.-C. ? Mourut-il obscurément des suites de sa captivité ? Ressuscité au XIXe siècle comme première grande figure du roman national, il dut au caprice d’une découverte fortuite de réapparaître à nos yeux, sans toutefois que le halo de mystère qui l’environne n’en soit réellement dissipé.

2019 voit la célébration des 60 ans d’Astérix et bientôt la publication d’une nouvelle aventure: La fille de Vercingétorix. 44 planches d’Astérix le Gaulois et les tapuscrits originaux seront exposés à la Bibliothèque nationale de France les 20-22 septembre 2019 à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

Citer ce billet : dhollard, "Monnaie de Vercingetorix", in L’Antiquité à la BnF, 01/09/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8651, [consulté le 13/11/2019].

Pour en savoir plus:

  • Colbert De Beaulieu J.-B., Lefèvre G. “Les monnaies de Vercingétorix”, Gallia, tome 21, fascicule 1, 1963. pp. 11-75 [en ligne]
  • Bernardeau S., “Statère d’or de Vercingétorix”, Panorama de l’Art-RMN [en ligne]
  • Schomas H., Les images monétaires des peuples gaulois: figures primitives ou expressions d’une société en mutation?: l’exemple des Arvernes, Bituriges, Carnutes, Eduens, Lingons, Meldes, Parisii, Sénons et Séquanes. Archéologie et Préhistoire. Université de Bourgogne, 2011. Français. NNT: 2011DIJOL035 . tel-00921184 [en ligne]

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.