Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

L’histoire est célèbre. La grotte de Lascaux aurait été découverte par un chien prénommé Robot : en pourchassant un lapin il aurait permis à quatre enfants de découvrir l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique. Les animaux ne découvrent pas que des grottes, ils peuvent aussi mettre au jour des trésors ! Deux histoires tirées de l’inépuisable flot des faits divers ont récemment attiré notre attention. En 2017, en Thaïlande, une tortue dut être opérée pour lui retirer les 915 monnaies d’argent qu’elle avait ingurgitées. En France en 2019, c’est une pie qui est suspectée d’avoir rassemblé dans son nid du parc du château de Versailles 1131 pièces de monnaies, majoritairement des centimes d’euros.

A la BnF, le département des Monnaies, médailles et antiques conserve à la fois de nombreuses monnaies, dont beaucoup proviennent de trésors, et les archives relatives aux trésors étudiés, notamment dans le cadre du programme « Trouvailles monétaires ». Nous proposons ici de rassembler différentes mentions de trésors découverts par des animaux éparpillées dans la littérature spécialisée ou dans les archives.

La Taupe, dessin de Buvée, vers 1760 (BnF, RESERVE JB-23 (B)-BOITE FOL).

Les taupes ont a priori de fortes prédispositions pour la mise au jour d’objets enfouis dans les sous-sols qu’elles fréquentent. La documentation fait d’ailleurs connaître plusieurs cas de découvertes de trésors réalisées avec l’aide de ces mammifères fouisseurs. Ainsi à Naix-aux-Forges (Meuse) en 1802, des enfants occupés à garder un troupeau trouvent « quelques pièces dorées » dans une taupinière. Les habitants du village, aussitôt alertés, élargissent le trou et exhument le reste du trésor, 250 à 300 aurei romains1.

Aureus d’Auguste, atelier incertain, 27 av. J.-C., 7,95 g (BnF, MMA, BNC I Auguste 1269).

Quelques années plus tard vers 1820, un auteur, après avoir employé l’improbable formule selon laquelle « Les taupes sont parfois d’utiles auxiliaires pour les numophiles », poursuit en rapportant que :

« une de ces petites bêtes ramenait à la surface de la terre, dans la forêt de Silly (Orne), quelques deniers romains en argent, et, avertis par cet indice, de pauvres bûcherons découvraient bientôt dix mille médailles du haut empire »2.

Iphinasse vieille, dessin de J.-J. Lequeu, vers 1777-1824 (BnF, RESERVE FOL-HA-80 (C, 8)).

Cependant, l’invention de trésors n’est pas l’apanage des animaux souterrains, comme le prouve le cas du trésor de Mouzeuil-Saint-Martin en Vendée, composé de trois ou quatre kilogrammes de monnaies romaines en cuivre qui furent recueillies au milieu du XIXe siècle par des bergers, puis par le garde-champêtre, après qu’une vache,

« en aiguisant ses cornes dans la terre, en a fait jaillir un trésor »3.

Village près des pyramides, villageois et âne. Agence Rol, vers 1915 (BnF, Rol, 44860).
Trichryson de Ptolémée I, Chypre, vers 294-282 av. J.-C., 17,87 g. Provient du trésor de Toukh-el-Garmous (BnF, MMA, M 6447).

La découverte du trésor de Toukh-el-Garmous, dans le delta du Nil, constitue un autre cas qui a l’avantage d’être rapporté de manière détaillée – et peut-être légèrement romancée – par Gaston Maspero en 1905 ; l’article débute ainsi :

« Un âne chargé de son fellah passait trottant par les ruines de Toukh-el-Garmous. Il buta contre un gros vase enfoui dans la poussière et du coup lui brisa la panse. Quelques pièces d’or échappées des débris se mirent à courir joyeusement au soleil. Le fellah les apercevant bénit Allah sans tarder et démonta ; le baudet secoua les oreilles, allongea le cou, renifla, puis, comme il ne sentait rien à manger dans le voisinage, il s’assoupit à moitié, l’œil noyé dans une vision lointaine d’eau fraîche, de trèfle vert et de paille hachée »4.

Passons de l’âne au coq avec le trésor de Meussia (Jura). Les 399 deniers romains qui composent cet ensemble ont été mis au jour en septembre 1960 par un coq qui grattait le sol, juché sur un tas de déblais5. Moins versée peut-être dans les subtilités de la numismatique romaine que le gallinacé, sa propriétaire considéra dans un premier temps qu’il s’agissait de « boutons de culotte ».

MMA 9 ACM SUP 5 (M)-85
Monnaies du trésor de Meussia (Jura)6.

Comment conclure sur un tel sujet ?

Au terme de ces quelques lignes, il serait légitime de poser la question de l’utilité d’un tel billet. Ces anecdotes savoureuses sont l’occasion de rappeler qu’aujourd’hui encore, les découvertes de trésors monétaires sont nombreuses7 et que les circonstances dans lesquelles elles sont effectuées peuvent être extrêmement variées.

Nos découvertes animalières se situent assez logiquement en dehors de tout contexte archéologique. Mais il faut souligner que c’est aussi le cas de l’immense majorité des trésors recensés, en France et ailleurs. Les données contextuelles sont pourtant essentielles à la bonne compréhension d’un dépôt monétaire et à son interprétation historique. C’est pourquoi toutes les découvertes, même les plus insolites, doivent être signalées au plus tôt pour permettre une collecte d’informations optimale.

Julien Olivier et Vincent Drost

Pour aller plus loin :

Cycle “La Nature dans l’Antiquité”:

Citer ce billet : jolivier, "Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies", in L’Antiquité à la BnF, 30/07/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8397, [consulté le 15/12/2019].

 

  1. F. Mourot, Carte archéologique de la Gaule. La Meuse, 55, 2002, p. 451-452 []
  2. Compte rendu de G. Lecointre-Dupont, « Notice sur quelques deniers du moyen-âge, trouvés en 1842, à Saucats, par F. Jouannet. Bordeaux, imp. de Lavigne, avec planche », Revue Numismatique 8, 1843, p. 314-315. Présenté en premier, cet épisode de Silly est comparable aux circonstances de la découverte dudit trésor de Saucats. []
  3. E. P., « Dépôt de médailles romaines, de Gallien à Quintillus, découvert à Saint-Martin-Sous-Moreuil (Vendée) », Revue Numismatique 15, 1850, p. 243-244. []
  4. G. Maspero, « Le trésor de Toukh-el-Garmous », Journal des débats politiques et littéraires n° 359, 27 décembre 1905, p. 1. Nous remercions Héloïse Aumaître à qui nous devons le signalement de cet article. []
  5. Voir le court billet consacré à cette trouvaille en avril 2017 : Coupure de presse relative à la découverte du trésor de Meussia (Jura) []
  6. S. Estiot, « Le trésor de Meussia (Jura) : 399 monnaies d’argent d’époques républicaine », Trésors monétaires XX, Paris, 2002, pl. XXXIV. []
  7. Les quatre trésors modernes publiés en 2019 dans le dernier volume de Trésors monétaires ont été mis au jour respectivement en 2014 (pour les deux premiers), en 1993 et au début des années 2000 : J. Jambu, Trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles. Trésors monétaires XXVIII, Paris, 2019. On trouvera une présentation de l’ouvrage sur le blog L’Histoire à la BnF. []

Une réflexion sur « Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.