Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA 53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites “d’Horus sur les crocodiles” dont onze sont désormais visibles1, dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival “La Nature dans l’Antiquité” développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

I. Les stèles d’Horus sur les crocodiles

Ces objets sont perçus comme formant un corpus en raison de leur iconographie marquante et redondante à quelques variantes près, associée au dieu Horus dans une fonction protectrice et salvatrice. Pour reprendre les mots d’A. Gasse2:

sur la face principale est sculpté en bas-relief un enfant Horus nu, terrassant des crocodiles et empoignant divers animaux venimeux ou dangereux tels que serpents, scorpions, lions… Il est surmonté d’un masque de Bès, le dieu nain qui éloigne, par sa gaieté et son tambourin, les forces du mal. Au revers est généralement gravée en creux une incantation à Horus implorant sa protection « pour clore la bouche de tout reptile…, pour garder les gens en vie, pour apaiser les dieux… »

Les prémices de ce type de scènes sur des stèles semblent à rechercher dans des représentations du dieu Ched durant le Nouvel Empire (1539-1069) tandis que la forme d’Horus sur les crocodiles se développe durant le premier millénaire avant notre ère. Le dossier est assez conséquent puisque dans son étude de 1999, H. Sternberg-El Hotabi recense déjà 433 stèles d’Horus3. Elle y adjoint 23 stèles de Ched sur des crocodiles et 63 statues guérisseuses4.

Porteuses d’une iconographie complexe, parfois foisonnante et dont la nature magique est perceptible, ces stèles et statues furent collectionnées très tôt comme objets de curiosité. Ainsi, la Bibliothèque possède-t-elle des exemples dont le passage de main en main permet de remonter à des amateurs des XVIIe et XVIIIe siècles:

La statuette acéphale en basalte noir (H. 18.9 cm, l. 4.5 cm, E. 9.2 cm), inv. MMA 53.238bis, datée de la XXVIe dynastie (655-525 av. n.è.), représente un homme vêtu de la longue robe saïte. Le personnage tient devant lui une stèle avec Horus de face, les bras le long du corps, les pieds marchant sur deux crocodiles, chacun regardant dans des directions opposées. Le dieu sous les traits d’un enfant nu et porteur de la mèche de cheveux caractéristique, tient dans la main gauche un lion et dans la main droite une gazelle et un scorpion. De chaque côté de la stèle, une grande tige terminée par une fleur de lotus supporte, à droite, deux grandes plumes et à gauche, un faucon. Il est surmonté d’une tête de Bès barbu. L’ensemble est recouvert de hiéroglyphes, inscrit de formules magiques.

L’objet est représenté sur la pl. VIII dans l’inventaire manuscrit MMA FOL RES MS-96 décrivant la collection d’antiques du “Cabinet de feu M. Foucault Conseiller d’Estat ordinaire et qui appartiennent présentement à M. de Boze de l’Académie Françoise”, classées par “armoires” suivi des dessins qui suivent l’ordre des différentes armoires et permet de remonter la généalogie des collectionneurs: depuis Claude Gros de Boze (1680-1753) en passant par Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721) jusqu’à Nicolas Mahudel (1673-1747). Il entre dans les collections de la bibliothèque en 17275.

La stèle d’Horus sur les crocodiles en serpentine (H. 15 cm, l. 9 cm, E. 3.5 cm max), datée de la fin de la Basse Époque – période ptolémaïque (4e-1er s. av. n.è.), provenant de Menouf, inv. MMA 53.239bis = ancien n° 1377, décrit un Horus enfant, sommé du masque de Bès. Chacun de ses pieds est posé sur deux crocodiles affrontés mais détournant la tête au centre de la stèle. Le dieu tient dans ses mains, à droite un sceptre sommé d’une fleur de lotus surmontée d’Horus coiffé du pschent, deux serpents, un lion et un scorpion, à gauche le lotus composite de Nefertoum, deux serpents, un scorpion et un capridé. Le dos de la stèle est gravée de deux cynocéphales ithyphalliques, une divinité panthée à tête de Bès, un génie anguipède à tête de coq, Osiris, la barque de l’enfant Horus, soit diverses divinités et attributs, accompagnées d’inscriptions dont le nom de IAO, c’est-à-dire Yahveh, et le mot magique ABRACAX6.

Cette stèle connaît la même histoire que la statuette stéléphore, entrée en 1727 dans les collections de la Bibliothèque après avoir appartenu à Claude Gros de Boze, Nicolas-Joseph Foucault et Nicolas Mahudel et figure à la pl. XXXII de l’inventaire.

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, Inv. MMA 53.238

La stèle d’Horus sur les crocodiles en bois (H. 32.2 cm, l. 22 cm, E. 10.4 cm), inv. MMA 53.238 = Caylus.IV.XV montre Horus enfant nu pourvu de la mèche de l’enfance, debout, de face, dans l’attitude de la marche, les pieds posés sur deux crocodiles, entrecroisés, le corps tourné vers l’extérieur et la tête retournée vers le centre, reposant eux-mêmes sur un rebord en partie inférieure. Le dieu a les bras fléchis et tenait des animaux autrefois peints. La stèle est surmontée d’un grand masque de Bès. Le revers conserve des traces d’une inscription hiéroglyphique. Cet objet provient de la collection du comte de Caylus (1692-1765) entrée par don en 1762 à la bibliothèque7 .

On rapprochera l’objet de la stèle inv. 53.237 et du dessin figurant à la pl. XXXI dans l’inventaire des collections Gros de Boze-Foucault-Mahudel évoqué précédemment, dont la proximité est frappante, en dehors de l’orientation des têtes des crocodiles.

Deux autres stèles conservées à la BnF ont appartenu à la collection Caylus:

La stèle inv. 53.239 en bois (H. 29 cm ; l. 13.5 cm ; E. 4.9 cm) montre Horus debout, nu, muni de la mèche de l’enfance. Il est figuré de profil, attitude plus caractéristique de l’époque saïto-perse8. Il est debout sur deux crocodiles affrontés, dont les têtes se superposent. Il tient dans sa main droite un scorpion et une panthère et dans sa main gauche des serpents et une gazelle. Caylus la fait représenter dans son Recueil d’Antiquités (T. VII, pl. VI, I).

Caylus, Recueil, T. IV, pl. XVI, I-II (Base Caylus – INHA/BnF)

La stèle inv. 53.235bis en serpentine (H. 8 cm ; l. 5.4 cm ; E. 11 cm) représente “Horus enfant, nu, portant une perruque courte et le disque solaire encadré par les cornes. Ses pieds sont posés sur deux crocodiles, dont la tête est orientée vers le bord de la plaque. Un lion (?) et une tortue (?) sont disposés près de la queue des crocodiles. Horus tient dans chaque main deux serpents et un animal, de la droite une gazelle et de la gauche un scorpion. Au dos sont disposées quatre colonnes de hiéroglyphes.” (Base Caylus)

La stèle d’Horus en quartzite (?) (H. 21 cm, l. 10 cm),  inv. 53.236 = Cailliaud.1822.324 raconte une autre histoire, celle du second voyage de Frédéric Cailliaud en Égypte (1819-1822), suiveur de l’Expédition de Bonaparte9:
Stèle d’Horus sur les crocodiles, quartzite (?), inv. MMA 53.236

Elle fut découverte à Ménouf10. Au registre supérieur, Osiris momifié est veillé par un dieu ithyphallique et une déesse. Au registre inférieur, l’enfant Horus sommé du masque de Bès, maîtrise les forces du Mal représentées par les deux crocodiles qu’il piétine, les serpents et les lions qu’il serre et écarte de ses mains. Sur le revers, l’inscription de vingt lignes fait une invocation à Horus.

Le registre III. Acquisitions, échanges et dons, 1817-1826 inv. MS 72 mentionne à deux reprises en juillet 1819 et novembre 1824 (p. 191-192) l'”Envoi de monumens antiques trouvés dans la haute Égypte rapportés par Mr Cailliaud de Nantes”11.

La dernière des stèles dans les collections de la Bibliothèque nationale rencontre l’histoire du don de la collection du duc de Luynes en 186212.

La stèle inv. 53.240 en serpentine (H. 9.5 cm, l. 6.5 cm) représente à nouveau le dieu Horus enfant, debout sur deux crocodiles affrontés au centre de l’objet mais détournant la tête, sommé de la tête de Bès. Il agrippe fermement serpents et scorpions ainsi qu’un oryx dans sa main droite et un lion dans sa main gauche. L’artefact est saturé de sens et d’images avec des génies et des divinités gravés de part et d’autres de la figure centrale, auxquelles se surajoute la valeur iconique des hiéroglyphes. Les inscriptions recouvrent le moindre espace disponible.

II. Scorpions, crocodiles et serpents et autres animaux dangereux

La fonction de ces objets varie et leur contexte archéologique initial est mal connu: ils sont parfois déposés dans les temples comme ex-voto voire comme supports d’un culte. Certaines inscriptions incitent à verser de l’eau dessus et à la boire, chargée de la puissance magiques des formules hiéroglyphiques et réputée avoir des vertus protectrices et curatrices.

Cette stèle d’Horus sur les crocodiles est la plus petite conservée dans les collections du département (H. 6 cm, l. 4.5 cm), inv. MMA 53.540bis

A. Gasse13 propose que les plus petites et plus maniables, celles pourvues de trous de fixation ou de bélière aient pu être suspendues et utilisées par les magiciens au bénéfice de leurs patients.

Sur la stèle inv. 53.234, deux trous permettent le passage d’une chaînette de suspension en bronze.

L’iconographie ferait référence aux marais et à la légende d’Horus, jeune enfant chétif, caché par sa mère Isis dans le Delta du Nil alors qu’il était poursuivi par son oncle Seth. L’enfant fut piqué par un scorpion. Ses cris firent arrêter la barque du soleil , Thot le magicien en descendit pour retirer le poison. Horus fut sauvé et par la même occasion, ayant survécu à cette épreuve, transformé en sauveur. Les animaux du désert renverraient à l’univers du dieu Bès14.

Stèle inv. MMA 53.235 = ancien 293 et dessin de Legrain, Inventaire méthodique de la collection d’antiquités égyptiennes (1894-1896), Rés. ms. 47007 PAR BN F°, vol. 4 = Ms. 153

Animaux du désert et du fleuve, vivants dans les marges sauvages et dangereuses du pays, causes de souffrances et parfois de mort, se retrouvent souvent associés dans plusieurs contextes égyptiens mettant en jeu le dépassement d’épreuves et la survie15.

Pour terminer sur une note réjouissante, nous vous proposons une petite sélection de formules de menaces figurant dans les tombes et les monuments funéraires, destinées à protéger les inscriptions et à contraindre le passant à agir en faveur de la commémoration et de la survie du défunt16:

C’est le doyen de la maison Méni qui dit: “le crocodile sera contre lui dans l’eau, le serpent contre lui sur terre, celui qui accomplira quelque chose contre ceci (=la tombe) (alors que) je n’ai jamais rien fait contre lui, c’est le dieu qui le jugera17.

Relief de la Ve dynastie, British Museum 71 (1186), © 2019 Trustees of the British Museum l’inscription est analogue à la citation précédente: “Celui qui commettra quelque chose contre ceci (=la tombe), le crocodile sera contre lui [dans l’eau et le serpent sera] con[tre] lui sur terre, je n’ai rien fait de mal contre aucun homme”

“Le crocodile sera contre lui dans l’eau, le serpent sera contre lui sur terre, l’hippopotame sera contre lui dans l’eau, le scorpion sera contre lui sur terre (…) C’est le crocodile, l’hippopotame, le lion qui les mangera”18.

Crocodile sur les bords du Nil dans
Egypt and Palestine / photographed and described by Francis Frith, département Estampes et photographie, PET FOL-VH-555

“… Quant à tout gouverneur, tout prêtre pur, tout prêtre du ka, tout scribe, tout notable qui éloignera ceci de ma statue, son avant-bras sera découpé comme celui de ce taureau, son cou sera séparé comme celui de l’oiseau, son poste ne saurait exister, le poste de son fils ne saurait exister, sa maison en Nubie ne saurait exister, sa tombe dans le désert ne saurait exister, son dieu ne saurait accepter son pain blanc, <son> corps sera voué à la flamme, ses enfants au feu et son cadavre à embrasser la terre. Je serai pour lui un crocodile dans l’eau, un serpent sur terre et un mort (ennemi) dans la nécropole.”19.

Pour aller plus loin:

  1. À l’occasion de ce billet, le département a mis en ligne sept stèles supplémentaires. Tous nos plus vifs remerciements à Mathilde Avisseau-Broustet, chargée de collections, antiques et objets d’art. Le corpus est en cours d’étude pour publication par Annie Gasse, directrice de recherches au CNRS, UMR 5140 – Montpellier III []
  2. Les stèles d’Horus sur les crocodiles. Musée du Louvre, Département des antiquités égyptiennes. Paris, Réunion des musées nationaux, 2004 []
  3. Sous l’entrée “Paris, Bibliothèque nationale” sont référencées quatre stèles sous les numéros d’inventaire 237, 291, 293bis et 295. L’autrice fait correspondre cette dernière au Caylus VII.VI (en fait MMA 53.239) tandis que la stèle Caylus IV.XV (MMA 53.238) fait l’objet d’une entrée supplémentaire au côté d’une autre stèle Caylus IV.XVI (MMA 53.235bis). L’inventaire de la collection égyptienne de 1862 recense douze items sous l’appellation “stèles d’Horus” les n° 234,  235a293, 235bisa2021, 236, 237, 237bis, 238, 238bisa290, 239, 239bisa1377, 240a830, 240bis. Les stèles sont également présentes dans l’Inventaire Legrain (1894-1896), Rés. ms. 47007 PAR BN F°, Ms. 153 = vol. 4, dans une partie sur “Horus s/les crocodiles” p. 1054-1064. Pour le n° 234 “en basalte, H. 29cm”, Legrain indique de manière erronée la référence au Caylus IV.XV (MMA 53.238) “en bois de sycomore”. Il décrit neuf items: les n°234, 235, 235bis, 238bis, 239, 239bis, 240bis et évoque sans n° une stèle d’Horus sur les crocodiles “en pierre verte” ayant appartenu à M. Mahudel avec un croquis de deux crocodiles affrontés têtes bêches superposées p. 1063 et une autre stèle sans n° “en stéatite” (H. 8.5 cm) qualifiée de “travail sommaire, hiéroglyphes fictifs” p. 1064. Les n° 291 et 292 cités par H. Sternberg-El Hotabi et le 295 repris de Deveria ne correspondent pas à des stèles d’Horus dans l’inventaire de 1862 et pourraient renvoyer encore à un autre système de numérotation? []
  4. Untersuchungen zur Überlieferungsgeschichte der Horusstelen: ein Beitrag zur Religionsgeschichte Ägyptens im 1. Jahrtausend v. Chr. Ägyptologische Abhandlungen 62. Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 1999 []
  5. Voir M. Avisseau-Broustet, « La Collection de Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721) et de Nicolas Mahudel (1673-1747) », in Histoires d’archéologie. De l’objet à l’étude, Paris, Institut national d’histoire de l’art (« Les catalogues d’exposition de l’INHA »), 2009, [en ligne] []
  6. Sur l’iconographie, voir l’étude de W. Deonna, “Talismans du musée de Genève”, Revue Archéologique, vol. 18, 1923, pp. 119–138 sur JSTOR. []
  7. Sur Caylus, collectionneur et son recueil d’Antiquités, voir le site internet BnF, INHA, ANHIMA: Comte de Caylus. Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gaulois, Édition numérique et commentée [En ligne], Paris, 2012 []
  8. A. Gasse, op. cit., p. 14 []
  9. Ph. Mainterot, Aux origines de l’égyptologie: voyages et collections de Frédéric Cailliaud, 1787-1869, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011, dont les p. 67-151 concernent le second voyage et les p. 251-286 la collection du Cabinet des Médailles, cote: 2011-116189 []
  10. Ph. Mainterot, op. cit.,  p. 82 resitue le passage de Cailliaud à Ménouf demandé par la Commission d’Égypte à la recherche de blocs multilingues semblables à la Pierre de Rosette repérés dans les environs par Dubois-Aymé et Jollois lors de l’Expédition de Bonaparte []
  11. Les collections Cailliaud ont donné lieu à deux catalogues: un “Catalogue d’antiquités de la première collection de M. Cailliaud (1819)” et un second en 1824, le “Catalogue des antiquités de la collection de M. Cailliaud rapportée en France au mois de décembre 1822”, acquises pour le cabinet des Antiques et déposées le 3 novembre 1824. Nous devons ces précisions à Mathilde Avisseau-Broustet que nous remercions. []
  12. Voir également à ce sujet notre billet “La bibliothèque des ducs de Luynes à la BnF”, in L’Antiquité à la BnF, 27/01/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/84 []
  13. op. cit., p. 13 []
  14. J. Leclant, “À propos d’une terre cuite de Bès à l’oryx”. In: Hommages à Lucien Lerat. Besançon : Université de Franche-Comté, 1984. p. 409-419. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 294) [en ligne] []
  15. Pour l’interprétation des animaux dangereux, et plus particulièrement du crocodile, comme agents de punition du criminel: dans la littérature, voir Chr. Eyre, « Fate, crocodiles and the Judgement of the Dead : some mythological allusions in Egyptian Literature », SAK 4, 1976, p. 103-114; dans des anthroponymes, voir Ph. Collombert, « Un étrange anthroponyme de l’Ancien Empire : “Il/Elle mourra par le crocodile” ( ?) », GM 209, 2006, p. 33-42; sur des amulettes et papyrus magiques, voir A. Gasse, « Crocodiles et revenants », dans L. Gabolde (éd.), Hommages à Jean-Claude Goyon, BiÉtud 143, 2008, p. 197-204. []
  16. S. N. Morschauser. Threat formulae in ancient egypt (Order No. 8807453). En ligne sur ProQuest Dissertations & Theses Global. (303602129). []
  17. Munich ägyptisches Museum GL 24 = ex Berlin 1184, pancarte de la fausse-porte de la tombe de Méni à Giza, Ancien Empire; translittération: smsw pr Mnj j.ḏd.f msḥ jr.f m mw ḥfȝ jr.f ḥr tȝ jrt(j).f(y) ḫt jr nw n zp jr(.j) ḫt jr.f jn ntr wḏʿ.f-mdw. []
  18. Inscriptions de la tombe GSE 1923 de Petety à Giza, translittération: ngw r.sn m mw ḥfȝw r.sn ḥr tȝ db r.sn m mw ḏrwt r.sn ḥr tȝ et jn msḥ db mȝy wnm.f sn ( voir Ph. Collombert, dans GM 209, 2006, p. 35 et n. 14 pour le rapprochement de la dernière formule avec les trois animaux composant traditionnellement la Grande Dévoreuse). []
  19. Inscription de Sarenpout I, XIIe dynastie, Assouan, sanctuaire d’Heqaib, translittération: jr ḥȝty-ʿ nb wʿb nb ḥm-kȝ nb sš nb sr nb nḥmt(j).f(y) s(w) r twt.j sḫ.tw ḫpš.f mj jwȝ pn mn.t(w) ṯs.f mj ȝpd nn st.f nn st n(y)t sȝ.f nn pr.f m Tȝ-Sṯj nn js.f m smjt nn šsp nṯr.f ḥḏ.f jwf<.f> n sḏt msw.f n ḫt ḫȝt.f n sn-tȝ j<w>.j r.f m msḥ ḥr mw m ḥf(ȝ) ḥr tȝ m mwt m ẖrt-nṯr []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.