Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF


Janus Lascaris. Paolo Giovio, Pauli Jovii Novocomensis episcopi Nucerini Elogia virorum literis illustrium, Bâle, Petrus Perna, 1577, p. 59, Rés. G. 705

Parmi les pièces de la Bibliothèque nationale de France (BnF) actuellement présentées à Lens dans l’exposition Homère figure une édition princeps de l’œuvre du poète, conservée au Département des manuscrits sous la cote Parisinus gr. 2679. Cet exemplaire a pour particularité d’avoir appartenu à Jean-François d’Asola et de comporter de nombreuses notes de la main de l’érudit grec Arsène Apostolis qui ont servi à l’élaboration de l’édition princeps des scholies à l’Odyssée, publiée à Venise en 1528 sous le nom de scholia Didymi.

La BnF possède cinq autres exemplaires de l’édition princeps d’Homère (Florence, 1488), dont quatre sont conservées à la Réserve des livres rares. Comme deux des exemplaires de la Réserve, le Rés. Yb. 1-2 et le Rés. Yb. 3, peuvent être associés par leur provenance au volume actuellement exposé à Lens et qu’ils permettent d’évoquer, par leurs annotations, les études homériques dans le même cercle d’érudits, une présentation de ces deux pièces est ici proposée, accompagnée de reproductions.

Une autre édition princeps ayant appartenu à Jean-François d’Asola : le Rés. Yb. 1-2 

Comme l’atteste l’ex-libris porté sur le premier folio de la préface du Rés. Yb 1, « A me Io(anne) Francisco Asulano », cet autre exemplaire de l’édition princeps d’Homère, relié en deux volumes, a également appartenu à Jean-François d’Asola (1498?-1557?) :

Les ex-libris de l’humaniste et éditeur, beau-frère d’Alde Manuce, respectent tous la même formulation latine, du reste inhabituelle par le recours à l’ablatif plutôt qu’au génitif. L’appartenance attestée de deux éditions princeps d’Homère à un même particulier de la Renaissance apparaît comme rarissime. On peut même se demander s’il ne s’agit pas là d’un cas unique.

L’essentiel de la bibliothèque de Jean-François d’Asola appartient aujourd’hui aux collections de la BnF1. On y compte 77 manuscrits grecs, deux manuscrits latins, un manuscrit italien et huit éditions imprimées, dont le Rés. Yb. 1-2, tous entrés dans la bibliothèque royale du vivant de l’humaniste. L’entrée dans les collections se situe à l’époque où François Ier avait chargé ses ambassadeurs à Venise et à Rome d’acquérir des manuscrits grecs. C’est ainsi que Georges de Selve, Georges d’Armagnac et Guillaume Pellicier, qui furent tous trois ambassadeurs à Venise, contribuèrent tout particulièrement à l’enrichissement de la bibliothèque royale. Des bibliothèques entières furent acquises, comme celle de Jean-François d’Asola.

Jusqu’en 1538, le nombre de manuscrits grecs dans les collections royales est relativement limité : une quarantaine. En 1550, le chiffre monte à 540. L’acquisition des manuscrits et des livres imprimés de Jean-François d’Asola, réalisée en 1542, se situe dans cette période d’enrichissement. Aujourd’hui encore, la nature de la cession reste incertaine : aucun document connu n’atteste s’il s’est agi d’un achat ou d’un don.

Les reliures royales des manuscrits et des éditions imprimées provenant de la bibliothèque de  Jean-François d’Asola témoignent de leur appartenance à la Librairie de Fontainebleau : tous ces exemplaires — à l’exception de trois — ont reçu une reliure à la grecque en maroquin aux armes et au chiffre de Henri II, accompagnés du chiffre de Diane de Poitiers. Il en est ainsi des deux volumes Rés. Yb 1 et Rés. Yb 2. Tous ces volumes furent reliés à Fontainebleau, où ils restèrent groupés jusqu’à une date tardive car ils firent partie des mêmes trains de reliure sous Henri II.

Un des modèles de l’édition aldine de 1504

Pas moins de treize manuscrits et incunables ayant appartenu à Jean-François d’Asola ont servi de modèles à des éditions aldines. C’est le cas notamment des éditions d’Aristote (1495-1498) et des Rhetores Graeci (1508-1509). Comme le prouvent un certain nombre de marques dans ses marges, le Rés. Yb. 1 a servi de modèle pour une partie de l’édition aldine d’Homère publiée par Alde Manuce en 1504, la portion contenant le texte de la Vie d’Homère du Pseudo-Plutarque (du f. B Ir au f. E [VII]v dans l’édition princeps de 1488, du f. 2 IIv au f. 7 VIv dans l’édition aldine de 1504). Du f. B [V]r au f. E [VI]v, le Rés. Yb. 1 présente en effet des chiffres dans les marges externes qui renvoient aux folios contenant le même texte dans l’édition aldine de 1504. La première mention de ce type est « pa 3 » (« première page du troisième cahier »), écrite en face de la dernière ligne du f. B [V]r qui commence par ἐναργέστερον ποῖει τὸν λόγον (on peut également remarquer une trace d’encre en bas du folio) :

Rés. Yb. 1, f. B [V]r

Dans l’édition aldine de 1504, la première page du troisième cahier (signature 3 1) commence précisément par les mots τὸν λόγον du texte de la Vie d’Homère du Pseudo-Plutarque :

Rés. Yb. 536, f. 3 Ir

La dernière mention de cette sorte dans le Rés. Yb. 1, « 10 7 », se trouve au f. E [VI]v, en face du passage où se trouvent les mots γέλωτως ἐχρήσαντο, οὐκ ἄν ἔποιεν :

Rés. Yb. 1, f. E [VI]v

La dixième page du septième cahier de l’édition de 1504 commence effectivement par ces mots ἐχρήσαντο, οὐκ ἄν ἔποιεν :

Rés. Yb. 536, f. 7 [V]v

Il est admis qu’Alde Manuce s’est fondé sur l’édition princeps de 1488 pour réaliser son édition de 1504. Reste que les marques dans Rés. Yb. 1 ne concernent qu’une petite portion de l’édition princeps. Alde Manuce a donc dû recourir à au moins un autre exemplaire pour réaliser l’ensemble de son édition. Il est possible que le Rés. Yb. 1 ait appartenu à Alde Manuce lui-même. Toutefois un examen des annotations grecques et latines dans les marges de l’exemplaire n’a pas permis d’identifier sa main.

Un ensemble singulier de dessins homériques

Rés. Yb. 1, f. X IIr

Une autre particularité du Rés. Yb 1-2 est de contenir un ensemble remarquable de dessins, à la fois dans le volume contenant l’Iliade (entre 25 et 30 dessins relevés) et dans celui contenant l’Odyssée (une vingtaine). Ces dessins, parfois facétieux, accompagnent et illustrent les marginalia. Leur aspect tranche avec la reliure d’apparat aux armes de Henri II et confère à l’exemplaire une singularité et un charme supplémentaires. Parmi les plus remarquables, on peut citer ceux figurant les ombres de Patrocle et de Tirésias et celui illustrant l’adultère d’Arès et d’Aphrodite.

Un exemplaire annoté par Janus Lascaris : le Rés. Yb 3

Pendant sa longue vie, l’érudit grec Janus Lascaris (1445-1534) a été associé à plusieurs moments significatifs de la redécouverte d’Homère à la Renaissance : à Venise, il bénéficie dans sa jeunesse de la protection du cardinal Bessarion qui fera entrer le plus célèbre des manuscrits d’Homère, le Marcianus gr. 454, dit Venetus A, dans ses collections et compte plus tard parmi les lecteurs qui ont accès à sa bibliothèque ; à Florence, il assiste aux cours qu’Ange Politien donne sur Homère au Studio et, selon certains, il aurait aidé son ancien maître Démétrios Chalcondyle à la réalisation de l’édition princeps d’Homère ; en France, il soutient le philhellénisme du roi François Ier qui montre une prédilection pour Homère ; à Rome, il est l’auteur de l’édition princeps des scholies D de l’Iliade attribuées alors à Didyme (1517), puis de l’édition du premier livre des Questions homériques et de l’Antre des Nymphes de Porphyre (1518) ; enfin, peu d’années après, il envisage probablement le projet de la première édition des scholies à l’Odyssée, projet éditorial qui n’aboutira pas mais dont nous trouvons les éléments dans le Parisinus gr. 2692. C’est justement Jean-François d’Asola qui en 1528 mènera à bien cette édition princeps à Venise, grâce au travail d’un collaborateur et ami de longue date de Janus Lascaris, Arsène Apostolis, comme en témoignent les annotations de l’édition princeps exposée actuellement à Lens, le Parisinus gr. 2679.

Rés. Yb. 3, f. D IIIr

L’édition princeps d’Homère conservée à la Réserve des livres rares sous la cote Rés. Yb. 3-4 est constituée de deux volumes, l’un contenant l’Iliade, l’autre l’Odyssée. Reliés à l’identique dans une reliure maroquin rouge du XIXe siècle, ils semblent a priori former une seule unité. Le premier volume, le Rés. Yb. 3, est chargé de nombreuses annotations marginales en grec, considérées comme de la main de Janus Lascaris2. L’examen du second volume, le Rés. Yb. 4, n’indique toutefois aucune trace ni aucune note manuscrite laissant supposer son appartenance à Janus Lascaris. Les annotations grecques et latines portées dans les marges ne sont manifestement pas de la main de l’érudit grec. De plus, l’exemplaire comporte une foliotation manuscrite continue alors que le Rés. Yb. 3 n’en contient aucune.

Rés. Yb. 3, f. F IIIIr
Rés. Yb. 3, f. E IIv

La bibliothèque homérique de Janus Lascaris

La bibliothèque de Janus Lascaris, dont la plus grande partie se trouve aujourd’hui dans les collections de la BnF, comme du reste celle de Jean-François d’Asola, témoigne de l’intérêt du savant grec pour les études homériques3. Le catalogue de sa bibliothèque nous a été transmis par le Vaticanus gr. 1414 sous le titre Lista de’ libri che furon del sor Lascheri, liste écrite de la main de Matthieu Devaris4 Parmi cette liste, on peut relever les volumes suivants, relatifs à ses études homériques (avec leur identification au sein des collections de la BnF) :

  • « la Iliada d’Homero con glosse, lettera antica» : Parisinus gr. 268 (Iliade, Nolhac n° 122)
  • σχόλια εἰς τὴν Ὀδύσσειαν : Parisinus gr. 2692 (scholies à l’Odyssée, Nolhac n° 94)
  • « el primo uolume di Eustathio sopra la Iliada d’Homero m. s. in pap. lettera brutta : Parisinus gr. 2695 (commentaire à l’Iliade d’Eustathe, Nolhac n° 119)
  • « el secundo uolume della Iliada di Eustathio scritto per man del Rosseto» : Parisinus gr. 2701 (commentaire à l’Iliade d’Eustathe, Nolhac n° 120)
  • « la Odyssea di Eustathio, lettera antica» : Parisinus gr. 2702 (commentaire à l’Odyssée d’Eustathe, Nolhac n° 121)
  • πίναξ τῆς Ὀδυσσείας Εὐσταθίου : Parisinus gr. 2704 (index au commentaire à l’Odyssée d’Eustathe, élaboré par Janus Lascaris lui-même, Nolhac n° 23)

Janus Lascaris possédait un ensemble exceptionnel de manuscrits d’Eustathe, dont le Parisinus gr. 2695 et le Parisinus gr. 2701. Notre examen de ces deux manuscrits utilisés par Niccolò Maiorano pour son édition princeps de 1542 a confirmé qu’ils présentent des marginalia de Janus Lascaris, comme l’avait déjà relevé Filippomaria Pontani. Le style d’écriture de ces notes marginales se rapproche du reste de celui des notes du Parisinus gr. 2702 et du Parisinus gr. 2704.

À la liste du Vaticanus gr. 1414, il est utile de joindre celles transmises par le Vaticanus gr. 1412, écrites de la main de Janus Lascaris et qui se rapportent à ses acquisitions pour la bibliothèque de Laurent de Médicis5. Les ff. 66-69 du manuscrit contiennent en effet une liste de livres, et pas seulement manuscrits, en sa possession, comme l’indique son titre : Πίναξ τῶν βιβλίων τοῦ Λασκάρεως, ἅπερ ἔχει παρ’ ἐαυτοῦ. Dans les marges, les mentions de prêts à des amis, comme Guillaume Budé, confirment que les livres mentionnés étaient bien dans les mains de l’érudit grec, que ceux-ci lui aient appartenu en propre ou non6. Or, au folio 68, cette liste mentionne une édition imprimée d’Homère : Ὁμήρου Ἰλιὰς καὶ Ὀδύσσεια τετυπωμέν<αι>7. Dans la marge est ajouté le nom παῦλος, probablement l’historien d’origine italienne Paul Emile, auquel l’édition aurait été prêtée.

S’agirait-il du Rés. Yb. 3 ? Rien ne le prouve mais l’examen paléographique des notes manuscrites de l’exemplaire confirme que celles-ci ont bien pour auteur Janus Lascaris8

L’écriture grecque de Janus Lascaris

Paul Canart a souligné la variété des types d’écriture de Janus Lascaris et la difficulté de trouver des traits suffisamment caractéristiques qui se répètent dans tous ses différents styles ; ce disant, il distingue quatre grands types d’écriture9. Dans le Rés. Yb. 3, on retrouve le style d’écriture de Janus Lascaris tel qu’il apparaît dans ses notes marginales du Parisinus gr. 2702 et du Parisinus gr. 2701, ainsi que dans l’index à l’Odyssée qu’il a lui-même confectionné, le Parisinus gr. 2704 : une écriture sobre, posée, de très petit module. Ce style correspond au quatrième type, « la petite écriture soignée », selon la typologie de P. Canart (cf. Vat. gr. 1414, f. 44).

Rés. Yb. 3, f. IIIr

Parmi les formes caractéristiques, relevons dans le Rés. Yb. 3 : le gamma, le xi, l’alpha, les alpha, rho et sigma finaux qui se terminent par un crochet arrière, la boucle du καὶ abrégé, le psi très ouvert en croix, le theta resserré, les groupes taurho, epsilonrho, pialpharho, l’epsilon penché en arrière, l’omega qui se prolonge dans son accent, l’abréviation finale –ον, le lambda à boucle avec un crochet final en arrière (groupes epsilonlambda, alphalambda, lambdalambda).

Rés. Yb. 3, f. D IIIr

Rés. Yb. 3, f. N [VI]r
Les alpha et sigma finaux qui se terminent par un crochet arrière, la boucle du καὶ abrégé, le groupe pialpharho, l’omega et l’upsilon qui se prolongent dans leur accent, le lambda à boucle avec un crochet final en arrière.
Parisinus gr. 2702, f. 200r

Parisinus gr. 2702, f. 226r

Le lien entre le Rés. Yb. 3, le Vaticanus Inc. I. 50 et le Parisinus gr. 2679

Le trait le plus remarquable des notes manuscrites de Janus Lascaris sur le Rés. Yb. 3 est de présenter des points communs avec les notes apposées par un autre savant grec de son cercle, Marc Mousouros (1470-1517), sur une autre édition princeps d’Homère, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque vaticane sous la cote Inc. I. 50.

Marc Mousouros. Paolo Giovio, Pauli Jovii Novocomensis episcopi Nucerini Elogia virorum literis illustrium, Bâle, Petrus Perna, 1577, p. 57. Rés. G. 705

Comme l’a relevé Filippomaria Pontani, de nombreuses notes manuscrites du Rés. Yb. 3 sont en effet constituées de scholies qui présentent des coïncidences avec celles transmises par un manuscrit remarquable de l’Iliade, le Scorialensis gr. Ω. I. 210. L’association particulière de ces scholia maiora qui présentent de fortes affinités avec le Scorialensis gr. Ω. I. 2 avec des scholia minora, dites scholies D, et des extraits du commentaire d’Eustathe se rapproche de l’agrégat identifié dans les notes apposées par Marc Mousouros sur son exemplaire Inc. I. 5011.

Marc Mousouros, qui fut l’élève de Lascaris, assurait en 1508 un cours sur l’Odyssée à l’Université de Padoue et c’est probablement à cette époque qu’il a apposé ces annotations sur l’exemplaire Inc. I. 50. Ajoutons que parmi les manuscrits qui lui ont appartenu de façon certaine figure un manuscrit contenant exclusivement des scholies D, le Marcianus gr. IX 512 témoin qui fait partie d’un ensemble de manuscrits dédiés à ses élèves, lorsque, entre 1513 et 1514, il a la charge d’enseigner aux jeunes nobles de l’école de la Chancellerie ducale.

Mais le plus surprenant est que nous retrouvons le même type d’agrégat mêlant scholia maiora proches du Scorialensis gr. Ω. I. 2, scholia minora et extraits du commentaire d’Eustathe dans les notes qu’Arsène Apostolis a apposées à l’Iliade dans notre autre édition princeps annotée, le Parisinus gr. 267913.

Ainsi, les trois éditions princeps d’Homère Rés. Yb. 3, Parisinus gr. 2679 et Vaticanus Inc. I. 50 présentent la caractéristique remarquable de contenir des notes grecques de Janus Lascaris, d’Arsène Apostolis et de Marc Mousouros qui sont apparentées ou qui possèdent une origine commune.

L’édition princeps d’Homère et la révolution de l’imprimé

Les premières décennies du XVIe siècle constituent une période charnière de l’histoire de la transmission du texte d’Homère : celle de la rupture entre le texte poétique et le commentaire issu de la tradition. Le travail d’annotation opéré par des érudits grecs tels que Janus Lascaris, Marc Mousouros et Arsène Apostolis sur leur édition princeps d’Homère apparaît ainsi comme la tentative de la part d’hommes façonnés par les usages de la tradition manuscrite de maintenir les liens matériels et culturels entre le texte et le commentaire.

En effet, l’invention de l’imprimerie n’a pas seulement révolutionné l’accès aux œuvres de l’esprit par la diffusion des œuvres, elle a aussi bouleversé le rapport à la tradition du commentaire qui entourait les textes classiques tels que l’Iliade et l’Odyssée. On peut diviser l’histoire de la transmission du texte d’Homère en quatre grandes périodes selon la forme matérielle de leur transmission, chaque révolution matérielle du livre ayant entraîné une révolution dans le rapport à la tradition du commentaire : la première période est celle qui précède la recension de Pisistrate — elle repose sur des conjectures et reste donc incertaine ; la deuxième est celle qui voit la transmission du texte sous la forme de rouleaux : le commentaire est alors généralement séparé du commentaire — c’est la forme de transmission développée par les éditeurs alexandrins ; la troisième est celle qui correspond à l’invention et à la diffusion du codex : le commentaire est alors agrégé au texte sur le même support — c’est l’époque de l’élaboration des scholies marginales ; la quatrième est celle de l’invention de l’imprimerie : le commentaire est à nouveau séparé du texte. On pourrait y ajouter une cinquième période qui correspond à l’invention de l’Internet : la révolution numérique permet en effet d’éditer à nouveau le texte en l’entourant du commentaire issu de la tradition.

Enfin, la révolution de l’imprimé a bouleversé le rapport du texte littéraire à la tradition du commentaire à travers un processus de dématérialisation du texte : la typographie imprimée a épuré le texte des références sensibles propres aux manuscrits. Les signes déictiques qui dans les manuscrits d’Homère accompagnent le commentaire, que ces signes soient textuels ou visuels, participent du fonctionnement langagier et suscitent un processus de dialogue entre le commentateur et le lecteur. Les annotations que les érudits grecs et les humanistes latins apposent sur leur édition princeps d’Homère — surtout les annotations grecques — témoignent du désir de faire vivre, au-delà de la révolution de l’imprimé, le rapport dialogique du texte et du lecteur tel que transmis par la tradition grecque.

Les études homériques à la Renaissance : un sentiment d’inachèvement

C’est dans ce contexte de la révolution de l’imprimé et du bouleversement qui affecte le rapport à la tradition que se situe le travail intense sur les scholies homériques que l’on observe dans le cercle rapproché de Janus Lascaris. Outre l’édition des scholies à l’Iliade par Lascaris en 1517 et le projet que l’on peut supposer de sa part d’une édition des scholies à l’Odyssée, projet dont nous trouvons la trace dans le Parisinus gr. 2692, cette activité autour des scholies homériques se manifeste par les travaux entrepris non seulement par Marc Mousouros mais aussi par Arsène Apostolis.

Rés. Yb. 24 : l’édition princeps des scholia minora publiée par Janus Lascaris à Rome en 1517 (presses du Collège grec du Quirinal)

L’un des annotateurs du Parisinus gr. 2679, Arsène Apostolis (1468-1535), est un autre émigré grec associé au renouveau des études grecques dans les trois centres majeurs de l’hellénisme italien que sont la Florence des Médicis, la Venise d’Alde Manuce et la Rome de Léon X. Ami et collaborateur de longue date de Janus Lascaris, Apostolis est un éminent spécialiste des scholies. C’est ainsi qu’il collabore à l’édition d’Aristophane accompagnée de scholies, publiée à Florence en 1528. La même année, l’édition princeps des scholies à l’Odyssée est publiée à Venise en 1528 à partir de ses notes apposées sur les marges de l’exemplaire Parisinus gr. 2679. Apostolis est également responsable de l’édition des scholies à sept tragédies d’Euripide, publiée à Venise en 1534. Parallèlement, Arsène Apostolis entreprend de vastes travaux sur l’exégèse homérique, comme en témoignent les manuscrits Vaticanus gr. 1321  et Taurinensis B. I. 19. Ces travaux correspondent probablement à un projet d’édition des scholia maiora mais qui malheureusement ne verra pas le jour14.

Rés. Yb. 530 : l’édition princeps des scholies V à l’Odyssée, dites scholia Didymi (pendant des scholies D à l’Iliade), publiée par Jean-François d’Asola à Venise en 1528.

Rés. Yb. 532 (2) : un autre exemplaire de l’édition princeps des scholies à l’Odyssée publiée par Jean-François d’Asola en 1528 est contenu dans ce volume relié aux armes de Henri II.

Si un tel projet éditorial des scholia maiora à l’Iliade et l’Odyssée avait abouti, projet dont l’état d’avancement était très avancé comme en témoigne par sa forme et son contenu le Vaticanus gr. 1321, les études homériques en auraient profondément affectées. On peut comparer ce projet resté à l’état manuscrit aux annotations apposées sur leur édition princeps d’Homère par Vettor Fausto à partir du plus fameux manuscrit d’Homère, le Marcianus gr. 454, dit Venetus A, et par Guillaume Budé à partir d’un manuscrit de l’Iliade aujourd’hui perdu, rival du Venetus A par la richesse de son commentaire15 Ni Vettor Fausto ni Guillaume Budé n’ont tiré parti des sources exceptionnelles auxquelles ils ont eu accès pour renouveler les études homériques. Les deux humanistes disposaient a priori de tous les éléments pour produire un commentaire nouveau sur le texte d’Homère. Budé, en particulier, aurait pu élaborer des Annotationes in Homerum à partir de ses nombreuses notes puisées dans la philologie alexandrine : un tel ouvrage aurait bouleversé le cours des études homériques. Mais il n’en n’a rien été et les annotations des deux humanistes sont restées sans suite pour les études homériques, encloses sur les marges leurs livres.

Les notes apposées sur leur édition princeps d’Homère par les érudits grecs et les humanistes latins nous révèlent non seulement la part caché de leur travail mais aussi ce que l’on est tenté de considérer comme une part d’inachèvement des études homériques à la Renaissance. Ces annotations, par le sentiment d’« inachèvement » qu’elles peuvent susciter, peut-être même d’ « occasions manquées », sont en même temps révélatrices de notre regard biaisé sur le travail des humanistes et de leurs amis grecs. Car le modèle interprétatif sous-jacent à la critique de la philologie humaniste et, plus généralement, à la réception des auteurs anciens par les hommes de la Renaissance est issu de la conception de la philologie telle qu’elle s’est élaborée à partir du XVIIe siècle. Si nous voulons mieux comprendre les études homériques à la Renaissance, y compris celles accomplies par des érudits grecs comme Janus Lascaris, il nous faut d’abord reconnaître que notre regard sur la philologie humaniste relève d’un paradigme scientifique.


Pour aller plus loin :

  • Exposition “Homère” au Louvre-Lens jusqu’au 22 juillet 2019 accompagnée d’un catalogue.

  • L’actualité autour d’Homère en 2019 : voir cet article dans le carnet de recherches.

Citer ce billet : Patrick Morantin, "Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 12/07/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8263, [consulté le 19/08/2019].
  1. Sur la bibliothèque de Jean-François d’Asola, voir Annaclara Cataldi Palau, Gian Francesco d’Asola e la tipografia aldina : la vita, le edizioni, la biblioteca dell’Asolano, Gênes, SAGEP, 1998, p. 383-592 []
  2. Voir Filippomaria Pontani, Sguardi su Ulisse : la tradizione esegetica greca all’Odissea, Roma, Ed. di storia e letteratura, 2005, p. 458-459 []
  3. À la mort de Lascaris, l’essentiel de sa bibliothèque fut acquis par le cardinal Ridolfi ; la bibliothèque passa ensuite à Lorenzo et Ruberto Strozzi puis à leur frère Piero Strozzi, Maréchal de France, qui la légua à la reine Catherine de Médicis ; à la mort de la reine, la quasi-totalité des manuscrits grecs de cette collection resta à Paris et entra dans la Bibliothèque Royale ; pour un état de la question sur cette bibliothèque, voir : Davide Muratore, La biblioteca del cardinale Niccolò Ridolfi, Alessandria, Ed. dell’Orso, 2009, pp. 157-173 ; David Speranzi, « Andata e ritorno : vicende di un Plutarco mediceo tra Poliziano, Musuro e l’Aldina », in Incontri triestini di filologia classica 9 (2009-2010), pp. 46-48 []
  4. Vaticanus gr. 1414, ff. 99r-103; liste publiée pour la première fois par Pierre de Nolhac, Inventaire des manuscrits grecs de Jean Lascaris : extrait des Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome, t. VI, Rome, impr. de P. Cuggiani, 1886, pp. 5-10 ; D. Muratore l’a rééditée dans son ouvrage La biblioteca del cardinale Niccolò Ridolfi, vol. 1, pp. 164-173 ; selon l’auteur, cette liste a été dressée après 1544, cf. ibidem, I, p. XVIII ; l’identification et la localisation des manuscrits de la bibliothèque de Janus Lascaris a été menée pour la première fois par Henri Omont : cf. Un premier catalogue des manuscrits grecs du cardinal Ridolfi [par Mathieu Devaris], Paris, 1888 ; le travail d’identification a été poursuivi par Nike Papatriantaphyllos-Theodoridis (Ο Ιανός Λάσκαρις καὶ οι τύχες της βιβλιοθήκης του, in Μνήμη Λίνου Πολίτη, Θεσσαλονίκη, 1988, pp. 117-131), puis par Donald F. Jackson : cf. « An old book list revisited : Greek manuscripts of Janus Lascaris from the library of cardinal Niccolò Ridolfi », in Manuscripta 43-44, 1999, pp. 77-133. []
  5. Karl Konrad Müller, « Neue Mittheilungen über Janos Laskaris und die Mediceische Bibliothek », in Centralblatt für Bibliothekswesen 1 (1884), pp. 333-412. []
  6. Cf. Pierre de Nolhac, Inventaire des manuscrits grecs de Jean Lascaris…, p. 1. []
  7. Karl Konrad Müller, « Neue Mittheilungen über Janos Laskaris und die Mediceische Bibliothek », p. 410. []
  8. Sur l’écriture de Janus Lascaris, voir Paolo Eleuteri, Paul Carnart, Scrittura greca nell’umanesimo italiano, pp. 76-79. []
  9. P. Canart, « Scribes grecs de la Renaissance : additions et corrections aux répertoires de Vogel-Gardthausen et de Patrinélis », in Scriptorium 17 (1963), p. 15. []
  10. Cf. Sguardi su Ulisse, pp. 458-459, 482. []
  11. Pour une description et une analyse des annotations de cet exemplaire de l’édition princeps d’Homère, voir F. Pontani, Sguardi su Ulisse, pp. 481-485 ; voir aussi L. Ferreri, « La biblioteca omerica di Fulvio Orsini », in Miscellanea Bibliothecae Apostolicae Vaticanae VIII, Città del Vaticano, Biblioteca apostolica vaticana, 2001, pp. 186-187. []
  12. Sur ce manuscrit, voir Martin Sicherl, « Mousouros-Handschriften », in Serta Turyniana : studies in Greek literature and paleography in honor of Alexander Turyn, edited by John L. Heller, Urbana, University of Illinois press, 1974, p. 591. []
  13. Cf. Sguardi su Ulisse, p. 499. []
  14. Comme l’a supposé Filippomaria Pontani, cf. Sguardi su Ulisse : la tradizione esegetica greca all’Odissea, Roma, Ed. di storia e letteratura, 2005, p. 455 ; F. Pontani qualifie le Vaticanus gr. 1321 de « prima vera “edizione” moderna degli scoli all’Odissea, benché non sia mai giunta alla stampa » ; le Taurinensis B. I. 19, qui contient des scholies à l’Odyssée, aurait été élaboré dans le cercle d’Arsène Apostolis ; sur le Parisinus gr. 2679 qui contient des marginalia d’Arsène Apostolis issus selon Pontani du Taurinensis B. I. 19,  voir ibidem, pp. 498-502. []
  15. Voir Patrick Morantin, Lire Homère à la Renaissance : philologie humaniste et tradition grecque, Genève, Droz, 2017. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.