Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

Au sens archéologique du terme, on parle généralement de trésor (ou dépôt) dès lors qu’un ensemble d’objets, précieux ou non, a été volontairement rassemblé avant d’être enfoui1. Le Département des Monnaies, médailles et antiques conserve de nombreux trésors, des dépôts monétaires bien sûr mais aussi de spectaculaires ensembles d’orfèvrerie. L’emblématique trésor d’argenterie de Berthouville2 figurera par exemple en bonne place dans le futur musée de la BnF, sur le site Richelieu, qui ouvrira ses portes en 2021. Outre ses missions de conservation et d’exposition, le département poursuit aussi, depuis 1978, le programme de recherche Trouvailles monétaires visant à étudier et à valoriser les découvertes monétaires effectuées sur le territoire national.

Trésor d’argenterie de Berthouville, Ier-IIIe siècles (BnF, MMA, inv.56.1-93)

Des trésors dans les fonds de la BnF

Les trésors acquis au fil du temps par le département des Monnaies, médailles et antiques, aussi appelé Cabinet des médailles, ont été une source d’enrichissement considérable pour la collection. Réciproquement, l’entrée dans les collections publiques a permis de sauver d’importants trésors de la dispersion, et donc de l’oubli.

La survie, même partielle, de certains trésors tient du miracle. C’est par exemple le cas du trésor découvert à Auriol (Bouches-du-Rhône) en 1867. Cet ensemble était constitué à l’origine de plus de 2000 petites monnaies grecques en argent émises aux VIe et Ve siècles avant notre ère, à Massalia (Marseille) notamment. Il s’en est fallu de peu que ce document important, qui témoigne des premières frappes monétaires sur le sol français, soit perdu pour la science. Heureusement, le cultivateur qui l’a découvert avait le goût des belles choses. Alors qu’il proposait sa trouvaille à un horloger en échange d’une montre en or, ce dernier ne lui en offrit qu’une montre en argent. Le cultivateur repartit avec ses monnaies et confia à un abbé le soin de les vendre. L’abbé diffusa l’information dans la presse, mettant la communauté scientifique en émoi. La Bibliothèque parvint alors à acquérir une bonne partie des monnaies3.

Monnaie du trésor d’Auriol, VIe-Ve siècles av. J.-C. (BnF, MMA, BnF 359)

Le trésor de Rennes (Ille-et-Vilaine), comprenant notamment une patère (plat) sertie d’aurei et des bijoux monétaires en or, revient lui aussi de loin. Suite à sa découverte en 1774 lors de travaux effectués dans un bâtiment appartenant aux chanoines, le procureur du roi ordonna que l’ensemble soit envoyé à la fonte à la Monnaie de Nantes. Le trésor fut sauvé par l’action des religieux qui l’offrirent au Cabinet du roi. Il n’était pas à l’abri pour autant. Dérobé lors du célèbre vol de 1831, le trésor échappa une nouvelle fois de justesse à la fonte après avoir été abandonné par les voleurs sous une arche du pont Marie4. Les médaillons d’or romains du trésor de Helleville (Manche), eux aussi volés en 1831, ont eu moins de chance puisqu’ils ont été fondus5. N’en subsistent que des moulages en plâtre.

La patère du trésor de Rennes, IIIe siècle (BnF, MMA, inv.56.94)

Quelques ensembles sont entrés au Cabinet des médailles à l’issue de procédures judiciaires. C’est le cas d’une petite partie du très médiatique trésor d’or romain provenant du Golfe de Lava, en Corse. Découvert en plusieurs étapes par des plongeurs clandestins, le trésor, et notamment ses médaillons d’or, fut largement dispersé, les monnaies s’échangeant depuis les terrasses d’Ajaccio jusque sur le marché international. Un lot de pièces saisi dans les années 1980 fut réparti entre la BnF et le musée corse de Sartène6. Depuis, ce trésor a de nouveau défrayé la chronique, notamment à l’occasion de la réapparition en 2010 d’un plat en or jusqu’alors resté introuvable.

Le trésor burgonde de Gourdon (début du VIe siècle) faillit quant à lui être victime d’une superstition. Louise Forest, une jeune bergère, mit au jour en 1845 une « plaque jaune où était figurée une croix ». Croyant avoir violé le tombeau d’un prêtre, elle s’enfuit à toutes jambes. Des fermiers en profitèrent et tentèrent de s’accaparer le butin. La justice fut saisie par le père de la jeune fille, les fermiers furent condamnés et emprisonnés, et la bergère recouvra son bien. Lors de la vente aux enchères du trésor, la Bibliothèque put faire l’acquisition de la patène (plateau) et du calice. Étonnamment, la centaine de monnaies d’or qui accompagnait ces objets fut dispersée dans l’indifférence générale. Le Cabinet des médailles répara en partie cette négligence en achetant, quelques années plus tard, un lot de monnaies provenant vraisemblablement du trésor7.

La patène du trésor de Gourdon, VIe siècle (BnF, MMA, inv.56.97)
Louise Forest, adulte (à gauche), et le lieux de la découverte du trésor de Gourdon (à droite) (BnF, MMA, ATM 33)

Il est aujourd’hui admis qu’un trésor constitue un objet archéologique à part entière qu’il faut considérer dans son ensemble. Ce ne fut pas toujours le cas. Il a longtemps été de coutume d’extraire des trésors les exemplaires rares, afin de compléter les collections, et de négliger le reste. C’est ainsi qu’au XVIIIe siècle, le Cabinet du roi ne reçut, parmi les 212 monnaies d’or romaines du trésor de Troyes, que 64 exemplaires dont les types étaient manquants dans la collection. Quelques-unes furent même échangées par la suite8. L’acquisition du trésor d’Arbanats (Gironde) par la Bibliothèque au milieu du XIXe siècle témoigne d’une évolution des mentalités. Constitué d’un millier de monnaies en argent de la République romaine, le trésor a été intégralement acheté par le duc de Luynes et est entré dans les collections de la BnF avec la donation de sa collection9.

Denier de César du trésor d’Arbanats, Ier siècle av. J.-C. (BnF, MMA, Luynes 6446)

Aujourd’hui, lorsque les circonstances de la découverte le permettent et si l’intérêt scientifique le justifie, tous les moyens sont mis en œuvre pour qu’un trésor puisse intégrer une collection publique. La BnF n’a naturellement pas vocation à acquérir tous les trésors découverts en France et priorité est généralement donnée à des musées régionaux. C’est ainsi, par exemple, que le trésor de Pannecé, constitué d’environ 40 000 monnaies de billon de la fin du IIIe siècle10, a été acquis en 2008 par le Conseil général de Loire-Atlantique. Il est aujourd’hui exposé au Musée départemental Dobrée à Nantes.

Les trésors : objets d’études

Tous les trésors monétaires ne peuvent être acquis par une institution publique. La priorité est donc de les documenter avant qu’ils soient dispersés, c’est-à-dire d’en dresser l’inventaire, de réaliser une couverture photographique au moins partielle et, in fine, de les publier. La publication du trésor de Lattaquié (Syrie) par Joseph Pellerin en 1765 constitue l’un des premiers exemples d’étude considérant un trésor monétaire dans son ensemble11.

Extrait de la publication de J. Pellerin consacrée au trésor de Lattaquié dans Mélange de diverses médailles , pour servir de Supplément aux Recueils des médailles de rois et de villes, Paris, 1765, p. 104 (Bnf, MMA, RES-11009-PEL-4 (1765,1,B))

Il fallut toutefois attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour voir les études détaillées de trésors monétaires se développer, notamment sous l’impulsion du Cabinet des médailles. En raison du caractère volumineux de ce type d’études comportant d’imposants catalogues, l’idée d’un support de publication spécifiquement dédié au sujet s’est rapidement imposée. C’est ainsi que la série Trésors Monétaires, éditée par la BnF, fut créée en 1979. 28 volumes sont parus à ce jour. Au total, ce sont plus de 200 trésors et 200 000 monnaies de toutes périodes qui ont été publiées dans ce cadre. Le dernier volume de Trésors Monétaires, paru récemment, est consacré à la circulation des monnaies espagnoles dans le royaume de France aux XVIIe et XVIIIe siècles .  Le volume 29 est actuellement en préparation. Il sera consacré au gigantesque trésor romain de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne), constitué de près de 34 000 monnaies12.

Le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (IIIe siècle) lors de sa découverte (4 novembre 2008)

La plupart des ensembles publiés dans la série Trésors Monétaires ont été étudiés au département des Monnaies, médailles et antiques, qui reçoit régulièrement en dépôt des trésors pour étude. En juin dernier, le trésor de Gruissan (Aude) a été déposé par la municipalité du même nom, qui en est propriétaire. Il s’agit d’une partie d’une découverte initialement effectuée au début des années 1970 à l’occasion de travaux de réalisation d’un port de plaisance. Plusieurs épaves antiques furent alors éventrées. L’une d’elles a livré un important ensemble de monnaies du début du IVe siècle. Celui-ci furent rapidement dispersé. Le lot déposé à la BnF se compose de plus de 3000 monnaies. Il a été découvert en 1997 dans des terres déplacées13. Ce trésor particulièrement atypique se compose de monnaies romaines frappées en Italie et en Afrique du Nord sous l’autorité de l’usurpateur Maxence, qui fut vaincu par Constantin lors de la bataille du Pont Milvius le 28 octobre 312. Ces monnaies ont été envoyées en Gaule par bateau peu après la bataille. Le trésor sera restauré par l’atelier de restauration du département avant d’être catalogué et publié.

Le trésor de Gruissan (IVe siècle) à son arrivée au département des Monnaies, médailles et antiques (18 juin 2019)

Un nouveau projet : l’inventaire des trouvailles monétaires sur le territoire national

Outre l’étude physique de trésors, le département des Monnaies, médailles et antiques s’est récemment engagé dans un travail d’inventaire des trouvailles monétaires à l’échelle nationale. La tâche est colossale : les trésors monétaires antiques – pour ne parler que de ceux-là – découverts en France se comptent par milliers. Il n’est pas rare que des trésors soient découverts dans le cadre de fouilles ou bien de manière fortuite par des promeneurs, ouvriers ou agriculteurs14. Depuis 2016, la loi reconnaît l’appartenance à l’État des biens archéologiques mobiliers découverts fortuitement dont l’intérêt scientifique est reconnu15. Sur les terrains acquis avant 2016, les précédentes dispositions s’appliquent : la propriété est partagée entre l’inventeur et le propriétaire du terrain.

Ces trésors sont de taille variable, allant de deux monnaies à plusieurs dizaines de milliers de pièces. L’un des plus imposants dépôts jamais découverts en France est le trésor romain d’Évreux (Eure) qui compte plus de 100 000 monnaies de billon de la fin du IIIe siècle, pour un poids total de 340 kg. La majeure partie de cet ensemble est conservée à la BnF. Les trésors sont aussi de nature diverse : épargnes sélectives, ponctions sur le numéraire en circulation, dépôts de rebut, etc. En l’absence de banques, le moyen le plus sûr de protéger son épargne était de la confier à la terre. Mais comment expliquer le fait que des accumulations à la valeur souvent non négligeable n’aient jamais été récupérées ? La thèse de l’insécurité (invasions barbares notamment) a longtemps été privilégiée. Mais des facteurs économiques, tels les effets des réformes monétaires, ont sans doute eu un impact plus important encore. Afin de comprendre ces trésors, il faut aller au-delà du cas particulier pour les mettre en série et interpréter les vagues d’enfouissements successives.

Pour cela, il est nécessaire de disposer d’inventaires. Dans le domaine des trésors monétaires antiques, des inventaires nationaux ont certes été publiés, avec les travaux pionniers de Jules-Adrien Blanchet16 prolongés par la série Corpus des Trésors monétaires antiques de la France17. Mais, à l’heure du numérique, une base de données en ligne s’impose. C’est pourquoi le département des Monnaies, médailles et antiques s’est engagé, dans le cadre du Plan quadriennal de la recherche BnF 2016-2019, dans la conception d’une base de données. Cette future base, structurée en XML-TEI, est conçue en partenariat avec le pôle Document numérique de la MRSH et le CRAHAM-Centre Michel de Boüard18 à Caen.

Répartition chronologique des trésors monétaires antiques découverts en France (inventaire en cours)

Pour l’heure, plus de 3000 trésors monétaires antiques ont été répertoriés, auxquels il faut ajouter 2000 monnaies d’or isolées. Cet inventaire est en cours, mais il est d’ores et déjà possible d’avoir, pour la première fois, une vision globale de la répartition chronologique des trésors monétaires antiques français. L’inventaire sera ensuite élargi aux autres périodes. À terme, l’objectif de la future base de données est de proposer un outil collaboratif national qui permettra de rassembler une documentation dispersée et de la rendre accessible au plus grand nombre.

Vincent Drost

Citer ce billet : vdrost, "Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”", in L’Antiquité à la BnF, 06/08/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8256, [consulté le 19/08/2019].

 

  1. Selon la définition du Code civil (Art. 716), “le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par le pur effet du hasard”. Sur la notion polysémique de trésor, voir G. Aubin, “Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs”, in F. Baratte, M. Joly, J.-C. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, 2007, p. 49-73. []
  2. Sur ce trésor, voir le billet consacré à la statuette de Mercure tenant le caducée par Mathilde Avisseau-Broustet, publié le 1 juin 2017. []
  3. A. Furtwängler, Monnaies grecques en Gaule. Le trésor d’Auriol et le monnayage de Massalia (525/520-460 av. J.-C.), Fribourg, 1978. []
  4. G. Lefèvre, “Le trésor du Chapitre et la patère d’or de Rennes”, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest 67/1, 1960, p. 93-102. Voir aussi le billet de M. Joyet : “Bijoux monétaires et objets monétiformes, petites pièces d’orfèvrerie à vocation politique, économique et culturelle“, in L’Antiquité à la BnF, 22/05/2019. []
  5. E. Babelon, La trouvaille monétaire de Helleville (Manche) en 1780, Caen, 1910. []
  6. S. Estiot, “Le trésor d’or romain de Lava, Corse (terminus 272/273 de notre ère)”, Trésors Monétaires XXIV, Paris, 2011, p. 91-152. []
  7. J. Lafaurie, “Sur le trésor de Gourdon (Saône-et-Loire)”, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1959, p. 61-76. []
  8. H. Huvelin, “Découverte à Troyes sous Louis XV d’un trésor de monnaies d’or romaines“, Revue Numismatique, 1989, p. 113-137. []
  9. L. Lotringer, “Le trésor de deniers républicains d’Arbanats (Gironde)”, Trésors Monétaires XX, Paris, 2002, p. 5-17. []
  10. G. Aubin, S. Berthomé, C. Cécillon, “Dossier : Le trésor monétaire de Pannecé II (Loire-Atlantique, France)”, Bulletin de la Société française de numismatique 60/2, 2005, p. 26-42. []
  11. J. Pellerin, Mélange de diverses médailles, pour servir de supplément aux Recueils des médailles de rois et de villes, Paris, 1765, p. 104-140. Voir également le récent billet de F. Duyrat à ce sujet : “Le trésor de Lattaquié : acte de naissance de la numismatique” []
  12. La question de ces énormes accumulations de numéraire a récemment fait l’objet d’un colloque international : B. Callegher (éd.), Too Big to Study? Troppo grandi da studiare?, Trieste, 2019. []
  13. V. Drost et M.-L. Le Brazidec, “Le trésor d’époque tétrarchique de Gruissan (Aude) : nouvelles perspectives“, Bulletin de la Société française de Numismatique 73 (7), 2018, p. 305-311. []
  14. S’y ajoutent les découvertes faites à l’aide d’un détecteur de métaux, dont l’usage à des fins de recherche archéologique est soumis à autorisation. []
  15. Code du patrimoine, Art. L.541-4 []
  16. J.-A. Blanchet, Les trésors de monnaies romaines et les invasions germaniques en Gaule, Paris, 1900. []
  17. Corpus des trésors monétaires antiques de la France, 11 vol., 1982-1994. []
  18. Le CRAHAM dispose déjà de la base de données Nummus , centrée sur les trouvailles normandes. []

Une réflexion sur « Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires” »

  1. Etudiant en histoire de l”art à la faculté de Rennes..j’ai eu la grande chance d’avoir comme professeur de numismatique un grand spécialiste des monnaies coriosolites..Bien que plus attiřé ensuite par l’archéologie préhistorique ..et membre du groupe de spéléologues inventeur de la grotte ornée de peintures rupestres de la Derouine (53)..j’ai gardé un interêt pour la numismatique .
    Merci pour cet article passionnant sur les trésors monétaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.