Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi

(Image de bandeau : jaquette d’Assassin’s Creed Odyssey, ©UBISOFT)

Le 16 avril 2019, la Bibliothèque nationale de France a inauguré avec une séance sur Assassin’s Creed Odyssey un cycle de play-conférences dédié à l’étude de la représentation de l’histoire dans les jeux vidéo, piloté par Romain Vincent, chercheur associé au département de l’Audiovisuel et doctorant sur les usages pédagogiques du jeu vidéo1. À son invitation, Paul-Antoine Colombani (docteur en littérature comparée, rédacteur du carnet La mythologie grecque, au cœur du jeu vidéo) et Fabien Bièvre-Perrin (docteur en archéologie antique, éditeur du carnet Antiquipop : L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine) se sont prêtés à l’analyse en direct de cet épisode antique de la franchise Assassin’s Creed2 via une exploration du jeu.

Ce billet sous forme de compte-rendu a pour but d’accompagner la captation de cette séance inaugurale (vidéo à retrouver ci-dessous) et d’enrichir le propos d’exemples glanés dans les très riches collections de la BnF. Afin d’adopter la visée pédagogique la plus large possible, la majorité des références bibliographiques sont de langue française. Sauf indication de référence précise, les propos entre guillemets sont rapportés des intervenants.

Préambule. L’écran d’accueil

L’écran d’accueil du jeu présente d’emblée des choix iconographiques  intéressants puisqu’on y voit une carte du monde grec, assez colorée, parsemée de monstres marins et autres créatures. Ce type de représentation fait pourtant bien davantage penser à la cartographie médiévale ou moderne qu’à un document de la Grèce antique.

De l’Antiquité, nous ne conservons que quatre cartes dont une copie médiévale. Aucune n’est conservée en France3 . Si les travaux de Ptolémée, considéré comme précurseur de la cartographie et postérieur d’environ cinq siècles à l’époque à laquelle se déroule le jeu, ont fait long feu dans la tradition savante d’abord arabe puis européenne à partir du XVe siècle, il faut en revanche attendre les XVIe et surtout XVIIe siècles pour trouver ce type de cartes ornementées.

On trouve dans les collections de la BnF de nombreuses cartes illustrées. Parmi les plus anciennes, celle tirée d’un manuscrit latin de l’Apocalypse du XIe siècle (ici en fac simile)4 est assez éloigné des projections ptoléméennes. Autre tradition, la carte du géographe arabe al-Idrisi (1100 ?-1165 ?) du XIIe siècle entend représenter un planisphère et 68 cartes en couleurs5. Encore une fois, ça n’a que peu de rapport avec ce que propose le menu principal du jeu.

On aperçoit quelques « monstres » marins à une époque beaucoup plus tardive, dans les vastes espaces maritimes de ce globe manuscrit de 1492, numérisé en 3D dans Gallica à partir de son fac simile de 18476. On y reconnaît baleines, poissons, etc. qui semblent plus décoratifs que réellement figuratifs. Cette caractéristique se retrouve d’ailleurs dans d’autres cartes plus tardives, où les animaux et autres monstres semblent des artifices bien utiles pour combler les grands espaces vides de terre des cartes. C’est le cas dans cet Atlas nautique de 16207 ou encore dans ces deux exemples proposés par l’exposition virtuelle L’Âge d’or des cartes marines (menu « L’exposition ») : une Carte de l’océan Atlantique portugaise et une Carte particulière de la mer Méditerranée, française toutes deux du XVIIe siècle. Vous trouverez des feuilletoirs de « monstres marins » et même de « dieux et héros grecs » dans les cartes de la BnF grâce à l’exposition virtuelle La Mer : terreur et fascination. Pour l’heure, il est certain que la carte d’accueil proposée par Assassin’s Creed Odyssey repose sur une vision fantasmée d’une cartographie très illustrée, riche de tous les récits mythologiques antiques.

Gardons plutôt à l’esprit cette Carte de la Grèce ancienne suivant Hérodote, Thucydide, Xenophon, Sophian, Pausanias & autres : dressée pour l’intelligence de l’histoire grecque, composée par Pierre Duval dans la seconde moitié du XVIIe siècle.

I. Athènes pendant la guerre du Péloponnèse (-431 à -404)

L’histoire d’Assassin’s Creed Odyssey se déroule pendant la guerre du Péloponnèse, qui n’est pourtant absolument pas expliquée dans le jeu : aucun enjeu n’est explicité (comme c’était déjà le cas dans l’épisode d’Assassin’s Creed sur la Révolution française). À la BnF, vous retrouverez de nombreux ouvrages qui traitent du sujet, indexés à :

À partir de ces notices « sujet », vous pourrez retrouver toutes les « notices bibliographiques liées » indexées sous ces sujets.

a. Peste d’Athènes et rencontre avec Périclès

Une séquence du jeu évoque la « peste d’Athènes », épisode de la guerre du Péloponnèse qui intervient dans une cité alors retranchée derrière ses remparts. Cet épisode de la « peste » (probablement le typhus même si les hypothèses restent ouvertes) est relaté par Thucydide dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse (livre II, strophes  47 à 70)8.

 

Il est là aussi intéressant puisque dans l’histoire développée par Assassin’s Creed Odyssey, Périclès, personnage central, est tué par le frère de Kassandra (une des deux héroïnes) alors qu’il  mourut en réalité de cette épidémie si l’on en croit le récit de Thucydide9.

“Il ne survécut que deux ans et six mois au commencement des hostilités ; et, lorsqu’il fut mort, on reconnut mieux encore la justesse de ses prévisions au sujet de la guerre […].”10

Si Thucydide évoque la mort de l’homme d’état athénien, c’est Plutarque qui décrit sa maladie dans sa Vie de Périclès.

Personnage central du jeu, Périclès y tient plusieurs discours, ce qui correspond aux qualités d’orateur que lui prête Thucydide :

« Cela tient à ce que, Périclès, aussi éminent par son intelligence que par la considération dont il était entouré, supérieur évidemment aux séductions de la vénalité, contenait le peuple par son noble ascendant et se laissait bien moins conduire par lui qu’il ne dirigeait lui-même n’ayant pas acquis sa puissance par des moyens illicites, il ne flattait pas le peuple dans ses discours et savait au besoin lui résister avec autorité et colère. Quand il voyait les Athéniens s’abandonner hors de propos à une insolente confiance, il les ébranlait, les modérait par sa parole; s’il s’apercevait qu’ils fussent abattus sans raison, il relevait leur courage. »11

Périclès fut reconnu par ses contemporains comme un orateur de talent. Thucydide rapporte notamment son Oraison funèbre prononcée en l’honneur des soldats athéniens morts durant la première année de la guerre du Péloponnèse, devenue célèbre. Vous pouvez l’écouter en grec moderne et en français sur Gallica :

Oraison funèbre de Périclès. [Livre II] : en grec moderne ; Oraison funèbre de Périclès. [Livre II] : en français / Thucydide, aut. ; Hubert Pernot, éd. ; M. le Président E. Vénisélos, voix. Paris : Université de Paris, Archives de la Parole, 1927. BnF, département de l’Audiovisuel.

On rencontre également Hérodote, considéré comme l’un des premiers historiens et dont vous pouvez retrouver toutes les œuvres conservées à la BnF via sa notice d’autorité : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb119073789 (en cliquant sur « Notices bibliographiques liées »).

La présentation de Kassandra à Périclès au début du jeu est plutôt fantaisiste. Premièrement, la présence et le rôle de cette femme sont impossibles à cette époque et témoignent seulement d’une volonté bienvenue des concepteurs de proposer une héroïne à ses joueurs et joueuses12. Deuxièmement, une présentation à un inconnu dans la cité antique d’Athènes implique plutôt que l’on indique son dème, son origine, etc. ce que ne fait pas du tout le personnage.

La scène initiale de harangue sur l’acropole se conclut par un jet de tomates contre l’orateur tout à fait anachronique dans la mesure où les tomates n’ont été découvertes par les Européens qu’après leur arrivée en Amérique du Sud. La tomate apparaît pour la première fois dans un traité de 1598 de José de Acosta (1540-1600)13 : Histoire naturelle et moralle des Indes, tant Orientalles qu’Occidentalles : où il est traicté des choses remarquables du ciel, des elemens, metaux, plantes & animaux qui sont propres de ces païs […] Paris, chez Marc Orry, ruë S. Jaques, au Lyon rampant. M. D. XCVIII. (Cliquez sur les images pour les agrandir.)

 

b. Pédagogie du jeu et représentation de la ville

Une des nouveautés d’Assassin’s Creed Odyssey réside dans la possibilité de choisir ses réponses dans les dialogues avec d’autres personnages. Cette fonctionnalité permet notamment de poser des questions générales comme, par exemple, de demander la signification du mot « ostracisme » employé par son interlocuteur. Ces moments de pédagogie plutôt frontale sont récurrents dans le jeu : on retrouve le même procédé quand il est question de « Marathon ».

Si au cours du jeu certains mots vous échappent, sachez que plusieurs dictionnaires sont librement accessibles dans Gallica (sélection « Livres »). Le Grand dictionnaire des Lettres de Larousse vous permettra ainsi de retrouver la définition de « ostracisme » :

Une autre question que pose le jeu est la représentation faite de la démocratie athénienne. Le peuple semble assez « inerte » alors que les Athéniens étaient en réalité un peuple « formé », éduqué à la politique (la chose publique). La démocratie est en principe directe, alors que dans le jeu, le pouvoir est remis entre les mains de quelques leaders (en écho direct aux remarques de Thucydide sur « le premier des citoyens qui gouvernait » à propos de Périclès)14.

La cité d’Athènes à proprement parler apparaît dans le jeu comme plutôt sale et peu animée, ce qui peut surprendre. En revanche, les temples et les statues sont peints (notamment en bleu) car la polychromie est restituée selon le nouveau modèle d’une « antiquité colorée » plus près des dernières avancées de la recherche. Les décors font malheureusement parfois presque Art Nouveau, notamment au niveau des fresques murales15.

En parcourant la ville, on remarque l’échelle très importante des monuments (par exemple la statue d’Athéna) et les nombreux échafaudages qui en habillent certains. Cela semble faire écho à la fois au chantier d’apparat permanent que représente le Parthénon, et renvoie dans le même temps à l’imaginaire romantique des XVIIIe-XIXe siècles : démontage des monuments, fouilles, pillages, etc.

Des vases figurés décorent la ville, souvent remplis de fleurs ce qui semble quelque peu fantaisiste dans la mesure où ces grands vases  n’ont été retrouvés que dans des tombes. Par ailleurs, on ne comprend pas bien pourquoi on y a placé des fleurs, si ce n’est par anachronisme purement ornemental. Ils ressemblent en tout cas à certains vases, moins hauts toutefois (entre 30 et 40cm), que l’on peut trouver dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF :

 

Enfin, si l’on s’intéresse aux costumes des personnages du jeu, en dépit d’une cohérence globale on remarque que certains, dans les rues, portent des couronnes de laurier dorées sur la tête sans raison apparente…

2. Personnages rencontrés et scène de banquet

a. Mythologie

Dans Assassin’s Creed Odyssey, le ou la protagoniste est amené.e à rencontrer de très nombreuses figures de la Grèce antique. Figures, et non seulement personnages, car certaines missions « Odyssée du passé » sont l’occasion de se confronter non pas à des Grecs célèbres, mais à des êtres mythologiques issus de la célèbre œuvre d’Homère. Ils sont toutefois représentés dans le jeu sous les traits d’humains (ou quasi) ayant un rôle à jouer qui se rapproche de leur légende. L’une des missions consiste par exemple à apporter du vin à Circé, sorcière entourée d’animaux (notamment des lions et des cochons) en se gardant bien d’en boire soi-même.

 

Certains éléments sont ainsi rendus « réalistes », en parallèle de quoi le jeu invente parfois une nouvelle mythologie : déesse créée de toute pièce, lance fabuleuse de Sparte, etc.

b. Philosophie et banquet

Au fil de l’histoire principale, le joueur rencontre régulièrement Socrate, érigé en personnage récurrent. Pour mieux représenter sa pratique dialectique, on remarque qu’il pose de nombreuses questions au protagoniste, même si le jeu utilise malheureusement parfois des ressorts sophistes dans les échanges du philosophe.

Une autre scène intéressante du jeu est celle du banquet chez Périclès, qui évoque irrémédiablement le texte de Platon : Le Banquet. L’édition numérisée la plus récente proposée par la BnF date de 199116. Le banquet est un moment important de la vie des citoyens, à Athènes comme à Sparte17. Dans le jeu, c’est le moment où les concepteurs ont concentré tous les personnages les plus connus de la Grèce antique : Sophocle, Protagoras, Socrate, Alcibiade, Aristophane, Euripide, etc. Les invités boivent dans des coupes en céramique traditionnelles des banquets de l’époque : des kylix, coupes communes peu profondes et évasées. Le département Monnaies, médailles et antiques conservent certaines coupes (plus anciennes toutefois) qui leur ressemblent :

Coupe grecque attique, 2e moitié 6e siècle av. n.è, BnF, Monnaies médailles et antiques, inv. De Ridder.318

Si les bâtiments sont plutôt cohérents par rapport à l’époque à laquelle se déroule le jeu, le décor intérieur présente, lui, plutôt une esthétique XVIIIe siècle. La place du mobilier notamment est très influencée par l’imaginaire développé suite aux fouilles de Pompéi18.

3. Inspirations artistiques du jeu

Les tissus colorés des vêtements qu’on observe dans le jeu s’éloignent là encore de l’imaginaire très « blanc » véhiculé par les péplum.

Les extérieurs pourtant offrent une vision qui demeure imprégnée de l’esprit du XIXe siècle, de par la lumière poudrée, les couleurs pastel et adoucies des cités et des paysages. L’esthétique de la ruine développée au cours de ce siècle, que l’on peut retrouver dans les exemples divers ci-dessous tirés des collections iconographiques de la BnF, semble une source d’inspiration directe.
(Cliquez sur les images pour les agrandir.)

Retrouvez dans la vidéo de la conférence la présentation illustrée de Fabien Bièvre-Perrin (1:21:00).

4. Questions de la salle

  • La musique du jeu : c’est une musique assez évocatrice qui fait immédiatement penser aux bandes originales des péplums (très connotée donc).
  • Sur les échafaudages : un auditeur fait remarquer que la présence importante d’échafaudages sur les bâtiments correspondrait à un moment tout à fait cohérent avec l’époque dépeinte à laquelle ont été faits des ajouts architecturaux, précisément aux endroits pointés par le jeu.
  • Les armes : l’utilisation de l’arc dans le jeu n’a que peu de sens car ce n’est pas du tout l’arme de prédilection des Athéniens. De la même façon, le bouclier sert normalement vraiment dans les combats en phalange, où l’on doit protéger le combattant d’à côté, et n’est pas utilisé par le soldat seul. De manière globale, les batailles ne collent pas du tout avec la réalité des stratégies grecques. (Retrouvez la représentation de l’armement d’un jeune guerrier en armure, le bouclier sur le bras, tendant son casque au-dessus d’un autel sur ce vase de 425-420 conservé au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF).
  • Visée éducative du jeu : comme cela a été fait pour l’épisode égyptien d’Assassin’s Creed : Origins19 l’éditeur a prévu un « Discovery tour » dont la visée serait uniquement pédagogique. Le jeu lui-même propose toutefois déjà de nombreux moments « éducatifs » : outre les dialogues précédemment évoqués, on retrouve également de l’information durant les temps de chargement. Ces trois éléments (dialogues, temps de chargement et Discovery Tour) ayant pour but d’améliorer l’expérience pédagogique du jeu, qui résidait auparavant uniquement dans des sortes de “fiches wiki » à aller explorer dans les menus.

En découvrir plus à la BnF :

À lire sur ce carnet à propos de l’Antiquité dans les péplum :

Citer ce billet : Emilie Fissier, "Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi", in L’Antiquité à la BnF, 20/06/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8172, [consulté le 15/12/2019].

 

  1. Voir sa chaîne Youtube : JVH – Jeux Vidéo et Histoire []
  2. Assassin’s Creed Odyssey : édition medusa / developed by Ubisoft [Montréal]. Montreuil : Ubisoft entertainment, copyright 2018 []
  3. Voir L’Archéo thema : revue d’archéologie et d’histoire / [directeur de la publication Frédéric Rossi]. N°4 (sept.-oct. 2009). Les Cartes antiques. (http://www.archeothema.com/numero/les-cartes-antiques.htm). []
  4. [Fac simile de la mappemonde de l’Apocalypse par Beatus, Abbaye de Sr Sever, XIe siècle, ms. lat de la Bibliothèque Nationale]. []
  5. Cote : Arabe 2221 (Ancienne cote : Supplément arabe 892) Muḥammad ibn Muḥammad al-Idrīsī. Nuzhat al-muštāq fī iḫtirāq al-āfāq. fin XIIIe s.-début XIVe s. Maġribī. Planisphère et soixante-huit cartes, représentant chacune la dixième section d’un climat. BnF. Département des manuscrits. Ce document en donne une vue d’ensemble recomposée : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84466070/f1.item []
  6. [Globe terrestre] [Document cartographique manuscrit] / [de Martin Behaim]. [Reproduction en fac-similé]. [Nuremberg], [1847]. []
  7. [Atlas nautique de la Mer Méditerranée, de l’Océan Atlantique nord-est et d’une partie de la Mer Noire]. À Marseille [Document cartographique manuscrit] / par Charlat Ambrosin l’an 1620. []
  8. Sur la peste ou l’épidémie d’Athènes chez Thucydide, voir A. Gervais, « À propos de la ″Peste″ d’Athènes : Thucydide et la littérature de l’épidémie », Bulletin de l’Association Guillaume Budé : Lettres d’humanité, n°31, décembre 1972. p. 395-429 accessible sur le portail Persée. []
  9. Thucydide narre cet épisode 25 ans plus tard, en quelque sorte en témoin puisqu’il fut lui-même touché par l’épidémie à l’époque (voir notamment cité précédemment : A. Gervais, 1972. p. 398). []
  10. Histoire de la guerre du Péloponnèse / Thucydide ; traduction nouvelle par Ch. Zévort,… Paris : G. Charpentier, 1883. p. 196 []
  11. Idem. p.197. []
  12. Sur les femmes dans l’Antiquité, vous pouvez vous tourner vers les quelques références (non exhaustives) suivantes : Women in the classical world : critical concepts in classical studies / edited by Sharon L. James and Sheila Dillon. New York : Routledge, 2017, Problèmes du genre en Grèce ancienne  / textes édités par Violaine Sebillotte Cuchet et Nathalie Ernoult. Paris : Publications de la Sorbonne, 2007, Brulé, Pierre, Les femmes grecques à l’époque classique. Paris : Hachette littératures, DL 2006, Bernard, Nadine, Femmes et société dans la Grèce classique. [Paris] : A. Colin, 2003 ou télécharger la bibliographie rédigée à l’occasion du cycle sur l’archéologie des femmes de pouvoir. []
  13. Ainsi que l’indique la notice du Centre national de ressources textuels et lexicales. []
  14. Sur la démocratie et la pratique démocratique Athénienne, vous pouvez vous tourner vers les quelques références bibliographiques récentes  suivantes : Osborne, Robin, Athens and Athenian democracy. Cambridge : Cambridge University Press, 2010, Mossé, Claude, Regards sur la démocratie athénienne. [Paris] : le Grand livre du mois, impr. 2013, À l’Assemblée comme au théâtre : pratiques délibératives des Anciens, perceptions et résonances modernes / sous la direction de Noémie Villacèque. Rennes : Presses universitaires de Rennes, DL 2018. []
  15. Sur cette question de la polychromie, vous pouvez consulter entre autres ces publications récentes : Jockey, Philippe, Le mythe de la Grèce blanche : histoire d’un rêve occidental. Paris : Belin, DL 2015, Polychromy in ancient sculpture and architecture / edited by Susanna Bracci, Gianna Giachi, Paolo Liverani, Pasquino Pallecchi, Fabrizio Paolucci. Livorno : Sillabe, copyright 2018, Les arts de la couleur en Grèce ancienne et ailleurs : approches interdisciplinaires : [actes du colloque international tenu à Athènes, 23-25 avril 2009] / [organisé par l’École française d’Athènes] ; sous la direction de Philippe Jockey. Athènes : École française d’Athènes, DL 2018.Sur la distribution des statues au sein d’un sanctuaire (sans étude de polychromie), voir également l’animation 3D restituant la répartition des offrandes dans le sanctuaire de Délos : https://abp.hypotheses.org/le-programme-bassin-parisien/les-projets/les-projets-associes-au-programme/delos-un-sanctuaire-antique-face-au-numerique. []
  16. Deux autres éditions de la fin des années 1990 sont accessibles, mais uniquement dans Gallica Intra Muros. []
  17. Sur le sujet, on peut se référer notamment aux écrits de P. Schmitt Pantel, La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Rome : École Française de Rome, 1992 en ligne sur le portail Persée  et « Les banquets dans les cités grecques : bilan historiographique », Dialogues d’histoire ancienne. Supplément n°7, 2012. p. 73-93 également sur Persée []
  18. Consultez dans Gallica Henry Wilkins, Suite de vues pittoresques des ruines de Pompeii et un précis historique de la ville, avec un plan des fouilles qui ont été faites jusqu’en février 1819 et une description des objets les plus intéressants ; [pl. grav. par L. Caracciolo et le Cav. Francesco Inghirami]. Rome : [s.n.], 1819 ou encore [Illustrations de Voyages pittoresques de Naples et de Sicile.] / Berthaut [des. et grav.] ; Labelle, Callot, Saint-Aubin, Paris [et al.] [grav.] ; Abbé de Saint-Non, aut. du texte. Paris : Clousier, 1781-1786. Plus tardivement (1870-1880), ces vues photographiques coloriées de la ville rendent une impression de ville fantomatique quoique toujours fournie en mobilier. []
  19. Assassin’s Creed Origins : deluxe edition / developed […] by Ubisoft [Montréal]. Montreuil-sous-Bois : Ubisoft entertainment, copyright 2017 []

Une réflexion sur « Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.