Le globe de Constantin Ier et Crispus

Archives image du mois d’avril 2019

Le globe de Constantin Ier et Crispus

Médaillon (revers) distribué pour Constantin Ier et Crispus à Rome en 326 ap. J.-C. (BnF, MMA, Fonds Général 663).

Représenté régulièrement sur les monnaies romaines dès le début de l’Empire, en particulier durant le règne d’Auguste, le globe est souvent associé à la figure de la Victoire. Au fil des dynasties, il devient un emblème central du pouvoir du Prince et de la domination de Rome sur le monde habité.

Dans l’iconographie de ce médaillon de bronze, cette symbolique revêt une tonalité spécifique. Il appartient en effet à une série de distribution frappée à Rome en 326 ap. J.-C. pour Constantin Ier (306-337).

Le revers montre le souverain assis sur une cuirasse, en nudité héroïque, campé dans l’attitude de Jupiter tenant un sceptre, face à son fils Crispus (317-326) qui lui présente un globe portant le Phénix couronné d’un nimbe solaire rayonnant. Le César, accompagné d’une panthère à la tête inclinée, est ici assimilé à Dionysos, fils de Zeus, revenu triomphant d’une mythique conquête de l’Inde, comme l’indique à la fois le trophée qu’il porte sur l’épaule et la panthère, animal auquel le jeune dieu avait attelé son char.

Médaillon, détail du globe surmonté d’un phénix.

Le globe, surmonté du Phénix – oiseau solaire éternellement renaissant après sa mort périodique –, proclame ici l’éternité non seulement de Rome, mais aussi de la dynastie constantinienne qui se régénère de père en fils. De même que le Phénix meurt dans les flammes avant de renaître, l’empereur défunt sera brûlé sur le bucher qui annonce sa divinisation, en même temps que lui succèdera son fils.

La légende GLORIA SAECVLI VIRTVS CAESS (« La Gloire du Siècle, la Vaillance des Césars ») exalte précisément la légitimité des héritiers de Constantin, un droit assis sur les victoires qu’ils remportent sur les ennemis de l’Empire. La marque d’exergue P R, indique le lieu de production : l’atelier de Rome. On notera enfin, qu’à la date de production de ce médaillon, le Prince a adhéré au christianisme depuis plus d’une décennie, ce qui n’empêche pas ses monétaires de s’appuyer sur une thématique polythéiste multiséculaire pour mettre en scène la transmission du pouvoir suprême.

Du 16 avril au 21 juillet, découvrez l’exposition Le Monde en sphères à la BnF.

Citer ce billet : dhollard, "Le globe de Constantin Ier et Crispus", in L’Antiquité à la BnF, 01/04/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7940, [consulté le 19/08/2019].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.