Conférence 3 avril 18h30 Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes

Femme armée (avec une épée et des éperons ?) représentée sur le fond du chaudron de Gundestrup. Musée national du Danemark, Copenhague © 2017 Hermann Editeurs

3 avril à 18h30 : Conférence : « Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes » par Chloé Belard, docteure de l’EPHE-PSL, UMR 8546 AOrOc École normale supérieure.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Femme celte portant un torque, entre 450 et 350 avant notre ère, Vasseny (Aisne), 2002 © Sylvain Thouvenot, Inrap licence CC BY-NC-ND 4.0

Considérer les problématiques de genre en archéologie permet d’abord de remettre en cause les interprétations des vestiges funéraires faites selon les stéréotypes de notre société. Ceci nous permet ensuite de reconsidérer, d’un point de vue tant méthodologique qu’interprétatif, ce qui semble souvent si « facile » et évident à comprendre des rapports entre les femmes et les hommes, et de leurs rôles dans les sociétés anciennes. Que peut-on précisément comprendre de ces rapports à partir des vestiges archéologiques ? Comment peut-on appréhender ce qu’était « être une femme » ou un « homme » dans ces sociétés ? La question du « pouvoir » est forcément liée à ce type de questionnements, aussi était-il nécessairement exclu pour les femmes ? Il s’agira ainsi de présenter quelques pistes de réflexion à partir d’exemples archéologiques et anthropologiques.

Chloé Belard est l’autrice d’une publication issue de sa thèse de doctorat sur les femmes en Champagne pendant l’âge du Fer. Ses travaux proposent une nouvelle méthode d’étude des pratiques funéraires de l’âge du Fer champenois, fondée sur la notion de genre. Pour cela, les différences matérielles et structurelles entre les sépultures des femmes et des hommes doivent être recherchées et justifiées. La question se pose notamment de déterminer à quel point le genre est impliqué dans l’idéologie funéraire, exprimée et concrétisée à travers tous les critères funéraires observables. Ceci suppose également de ne plus assumer des schémas interprétatifs issus de l’idéologie du XIXe siècle et qui ne représentent pas, en fait, la réalité archéologique (texte extrait du projet de thèse).

Torque et des fibules d’une femme, IVe s. avant notre ère, Buchères (Aube), 2013. © Denis Gliksman, Inrap licence CC BY-NC-ND 4.0

Cycle de conférences : « Archéologie des femmes de pouvoir: de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre). En savoir plus : notre programmenotre bibliographie.

Bibliographie

Quelques références sur les femmes dans l’Europe de l’âge du Fer

Ouvrages de référence

  • James, Sharon L. – Dillon, Sheila. A companion to women in the ancient world. Malden : Wiley-Blackwell, 2012, XXIV- 616 p. Rez-de-jardin – magasin | Cote : 2013-304020 ; E-BOOK | Cote : ACQNUM-44557
  • Tillier, Annick. Des sources pour l’histoire des femmes. Paris : Bibliothèque nationale de France, 2004, 203 p. Disponible en libre accès à la BnF en salles J et L – Histoire | Cote : 944/305 TILL s
Jeune et riche gauloise. Maquette de costumes par Hippolyte Lecomte pour l’opéra Pharamond. BnF, département Bibliothèque-musée de l’opéra, D216-7 (61-84)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.