Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Jean Portail, « Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? », L’intransigeant, juillet 1926.

La momie de Cléopâtre fut longtemps conservée à la Bibliothèque nationale de France, plus précisément au département des Monnaies, médailles et antiques, dit Cabinet des médailles, autrefois Cabinet du roi. Découverte durant l’Expédition d’Égypte (1798-1801), Bonaparte passa une nuit avec les restes de la dernière souveraine lagide au pied des pyramides avant de transporter la dépouille à Paris, à la Bibliothèque Nationale. Rongée par l’humidité après un séjour prolongé dans les caves du Quadrilatère Richelieu où elle fut mise à l’abri lors du siège de Paris en 1870-1, les restes de la reine d’Égypte furent finalement enfouis dans le jardin côté rue Vivienne, près de la fontaine.

Le Quadrilatère Richelieu, 58 rue de Richelieu, 75002, Paris (© Photo IGN).

Légende, mythe, fakenews ou infox : quel que soit le statut qu’on lui confère, cette histoire mérite que l’on s’y attarde, autant pour en apprécier la saveur que pour déterminer dans quelle mesure elle renferme une part de vérité.

Cléopâtre dans les jardins de la BnF : un marronnier

Ces quelques lignes d’introduction résument une légende qui connaît un certain succès depuis au moins un siècle. Dans un article publié le 25 octobre 1926 dans le quotidien Le Matin et intitulé « Cléopâtre est-elle enterrée à Paris ? », Myriam Harry1 introduit son propos en indiquant que « tous les douze à quinze ans le bruit court à Paris que Cléopâtre y est enterrée »2.

Myriam Harry, « Cléopâtre est-elle enterrée à Paris ? », Le Matin, 43e année, n° 15559, 25 octobre 1926, p. 1.

Un dépouillement sommaire de la presse française et étrangère, papier puis en ligne, confirme le succès du mythe selon lequel la célèbre reine d’Égypte aurait trouvé sa dernière demeure en la Bibliothèque nationale de France. Si tous narrent à peu près le même récit, certains auteurs ajoutent parfois quelques détails toujours plus savoureux. Peu avant l’article du Matin, en juillet 1926, le journal culturel Comœdia fait paraître dans sa rubrique « Les Echos » un court texte présentant les principaux éléments de l’histoire. Le même mois, Jean Portail de L’Intransigeant s’adresse à Jean Babelon, alors jeune conservateur au Cabinet des médailles3. Dans La femme seule en juillet 1929, Myriam Aghion, publié « Cléopâtre dort-elle dans les jardins de la Bibliothèque nationale ? ». L’auteure indique que ce n’est pas Bonaparte qui aurait rapporté la royale momie d’Égypte, mais Champollion. Encore interviewé, Jean Babelon confirme que tout ceci n’est que légende, mais précise que le département a bien conservé des momies égyptiennes – et encore une à cette époque –, provenant notamment  de la collection de M. Cailliaud.  Toujours en 1929, le Petit Parisien consacre lui aussi deux articles à ce sujet, le ton et l’esprit sont similaires4.

Libé-soir revient sur l’affaire peu après la Seconde Guerre mondiale, en 19455. En 1952, une version un peu modifiée paraît dans le Figaro littéraire avec pour titre « Comment naquit et comment meurt une légende … Ce n’est pas la momie de Cléopâtre mais un ‘turco’ victime d’une rixe qui repose dans le jardin de la Bibliothèque nationale »6. Michel-P. Hamelet et A. Vinard « révèlent » que la momie enfouie ne serait pas celle de la reine, mais plutôt le cadavre d’un Algérien qui aurait été tué lors d’une rixe de café durant la Commune de Paris, rue Vivienne, en présence d’un gardien de la Bibliothèque nationale.

Michel-P. Hamelet et André Vinard, « Comment naquit et comment meurt une légende … Ce n’est pas la momie de Cléopâtre mais un « turco » victime d’une rixe qui repose dans le jardin de la Bibliothèque nationale », Le Figaro Littéraire, 15 mars 1952.

En 1987 paraît  ce qui est sans doute l’article le plus original et le plus décalé consacré à ce mythe. Jean Teulé publie dans un recueil d’enquêtes une sorte de roman-photo au ton très libre et provocant intitulé « La momie de Cléopâtre »7. Le sous-titre précise l’objet de ces quelques pages :

« Est-elle là, Cléopâtre ?… Cendre mêlée aux graviers du jardin de la Bibliothèque nationale. Est-ce que c’est elle, cette poussière sous mes chaussures ?… Si proche de moi, que si je tends les doigts, parole, je la touche ! ».

Comme beaucoup de journalistes avant lui, l’auteur se rend rue Vivienne pour y rechercher la reine, mais il ne s’entretient pas avec le personnel de la bibliothèque. Un premier contact téléphonique assez rude l’en dissuada certainement. Jean Teulé fait donc témoigner Jean-Louis Bernard, auteur d’une Histoire secrète de l’Égypte, réceptacle de toutes les légendes plus ou moins farfelues attachées à l’égyptologie moderne, dont celle qui nous concerne ici8. Les espoirs « amoureux » du journaliste sont finalement déçus lorsque son « expert » lui apprend que, « selon les dernières rumeurs », la BN aurait fait déterrer le corps pour le mettre dans la chaudière de l’établissement, espérant ainsi dissimuler la perte de la momie de la plus célèbre reine d’Égypte !

Jean Teulé, « La momie de Cléopâtre », Gens d’Ailleurs, 1990, p. 76-83.

Plus récemment, une simple recherche Internet fait ressortir de nombreuses occurrences du mythe, soit dans des articles de journaux, par exemple El Mundo en 2009, soit surtout sur des forums de discussion. Plusieurs ouvrages plus ou moins sérieux affirment également que Cléopâtre fût finalement inhumée à la BnF, par exemple l’étonnant livre de Paul Kirchner, Oops! A Stupefying Survey of Goofs, Blunders & Botches, Great & Small, publié en 1996.

Au final, la remarque de Myriam Harry de 1926 quant aux fréquentes résurgences de la légende est aujourd’hui toujours pertinente. Comment expliquer ce succès ? Dans un article qu’elle vient de publier au sujet des momies de la BnF, Felicity Bodenstein analyse justement que la rumeur « fut alimentée par l’histoire complexe des collections réelles », et surtout qu’elle constitue « une allégation trop curieuse pour se dissiper facilement »9. Il convient d’ajouter que présenté tel qu’il le fut dès 1926, ce récit cumule un grand nombre de clichés terriblement populaires relatifs à l’Égypte antique en général mais aussi à l’histoire de France en Égypte pour en faire finalement ce que les journalistes appellent « une bonne histoire ».

« Une bonne histoire » : clichés et topoi

Drachme (argent) frappée à Alexandrie en l’an 6 du règne de Cléopâtre VII, soit 47/6 av. J.-C. (BnF, MMA, Z 2884.399).

Des têtes célèbres. D’abord, la longévité de ce mythe tient aux personnages mobilisés : Cléopâtre, Napoléon Bonaparte ou encore Champollion. Tous sont à proprement parler d’immenses célébrités, dont au moins le nom est connu du plus grand nombre. De ce point de vue, Cléopâtre, est sans aucun doute une des rares figures de l’Antiquité connue presque universellement. Elle fait jeu égal avec Jules César, mais se place sans conteste devant les Périclès, Alexandre le Grand ou encore Auguste. Bien que plus nationale, la passion française pour Napoléon, ici le Bonaparte de l’Expédition d’Égypte,  et dans une moindre mesure Champollion, ne se dément pas jusqu’à aujourd’hui.

Le cas de Cléopâtre, personnage central de la légende, mérite quelques commentaires supplémentaires. Les principales sources auxquelles ont eu accès nos prédécesseurs demeurent les textes anciens, notamment ceux de Plutarque, dont les traductions se répandent à partir du XVIe siècle et inspirent largement l’Antoine et Cléopâtre de Shakespeare (1607), source essentielle de la vision moderne de la reine. Les auteurs anciens sont tous très critiques à l’égard de Cléopâtre. Ils se sont manifestement appropriés les principaux axes de la propagande augustéenne, développés du temps du conflit contre Antoine puis amplifiés par la suite10. C’est particulièrement net chez les poètes contemporains d’Auguste, notamment chez Properce, Virgile ou encore Horace. La figure de Cléopâtre porte aujourd’hui un imaginaire multiple fait de beauté, de force de caractère, de tragique et de sensualité : autant de traits qui transparaissent de manière récurrente dans le mythe de la BnF.11. Outre les allusions nombreuses que l’on retrouve dans presque chaque article, l’épisode de la nuit qu’aurait passé Bonaparte avec la belle momie sous la tente est sans conteste le plus significatif.

[Pyramides de Guizèh] : [vue générale des pyramides, prise du sud-est] par Cécile. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités ». – Ce dessin n’a pas été gravé. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (I BIS)-FT 4

De plus, la quête de la tombe et du corps de Cléopâtre trouve un écho médiatique très fort. Citons à la volée deux exemples remarquables. Le 9 mars 1890, Le Petit Parisien annonce la découverte en Égypte et surtout la mise en vente de la momie de Cléopâtre. Bien plus récemment, Zahi Hawass, ancien ministre des Antiquités égyptiennes, a annoncé à plusieurs reprises (une fois encore en 2018) avoir découvert la tombe de Cléopâtre sur le site de Taposiris Magna. Le mythe de la BnF n’est finalement qu’une théorie parmi bien d’autres concernant la dernière demeure de la reine d’Égypte.

La fascination pour les momies. Par ailleurs, la quête de la dépouille de Cléopâtre exprime de manière éclatante la fascination populaire pour les momies et les légendes qui leurs sont associées. La beauté de la reine préservée par le processus de momification est déjà un indice de la croyance en l’efficacité presque surnaturelle des procédés de préservation mis en œuvre par les anciens Égyptiens. Rappelons que la vue de corps momifiés constitue une attraction très prisée des amateurs du XIXe siècle. Il est par exemple attesté que Frédéric Cailliaud suscita un vif intérêt en procédant à l’ouverture et au débandelettage de la momie de Padiimenipet avant que la dépouille ne soit acquise par la Bibliothèque12.

Une autre mention a retenu notre attention : la « rumeur » selon laquelle la momie aurait été placée dans la chaudière de la Bibliothèque Nationale. Cette idée, cocasse s’il en est, fait manifestement écho à une idée reçue en vogue au XIXe siècle voulant qu’en raison du trop grand nombre de momies importées en Europe, certains auraient été amené à s’en débarrasser, notamment en les utilisant comme combustible. Bien que la pratique de telles incinérations ne soit a priori pas avérée, plusieurs mentions littéraires à connotations humoristiques sont connues. Les travaux de Nolwenn Corriou semblent indiquer que l’idée originale provient de Mark Twain, dans The innocents abroad, or The new Pilgrims’ progress13 :

« I shall not speak of the railway, for it is like any other railway—I shall only say that the fuel they use for the locomotive is composed of mummies three thousand years old, purchased by the ton or by the graveyard for that purpose, and that sometimes one hears the profane engineer call out pettishly, « D—n these plebeians, they don’t burn worth a cent—pass out a King; »—[Stated to me for a fact. I only tell it as I got it. I am willing to believe it. I can believe any thing.] »14.

À Paris même, au moins une autre histoire circule quant à la découverte de momies égyptiennes enfouies. Dans un court article de La Dépêche en date du 14 juillet 2011, Loïc Venance  restitue un récit par certains aspects assez proche de celui de la BnF. Rapportées par Bonaparte d’Égypte, certaines momies déposées au Louvre, trop dégradées, auraient été enfouies dans le jardin des Tuileries, précisément à l’endroit où les insurgés des Trois Glorieuses de 1830 ont été inhumés dans la précipitation des événements en juillet 1830. Lorsque les corps sont déplacés sous la colonne en 1840, deux momies auraient été malencontreusement adjointes aux corps des révoltés15. En tout état de cause, l’enfouissement d’au moins deux momies du Louvre en 1827 semble avéré16.

Nous pourrions poursuivre encore longtemps l’énumération des topoi qui constituent la légende Cléopâtre enterrée à la BnF. Cependant, il convient tout de même de poser la question des fondements de cette histoire, voire même de l’existence de faits véridiques à l’origine du mythe.

Du mythe à la réalité ?

Les momies de Bonaparte. La BnF, en l’occurrence le département des Monnaies, médailles et antiques, a conservé des momies égyptiennes. Le très récent article de Felicity Bodenstein permet toutefois de s’assurer que Bonaparte n’y a rapporté aucune momie d’Égypte, mais plutôt des momies en provenance de collections européennes, notamment italiennes17. Ces dépouilles ont nécessairement été restituées après la chute de l’Empire.

La consultation des dossiers d’archives et des registres atteste toutefois que quatre momies intègrent les fonds du Cabinet des Médailles dès 1819 avec la première collection Cailliaud.

Archives du Cabinet des Médailles (1820-1831), ACM 8, année 1822. Quatre momies sont signalées.

Or, les objets n’ont pas été immédiatement déposés au Cabinet, mais dans un premier temps confiés à Edme-François Jomard, ancien membre scientifique de l’Expédition d’Égypte, et chargé de la publication de la Description de l’Égypte. Ce dépôt temporaire fut justement consenti pour faciliter la publication du Voyage à l’Oasis de Thèbes, description des voyages de Cailliaud entre 1815 et 181818. Finalement livrées à la Bibliothèque Nationale par un ancien membre de l’Expédition d’Égypte, il n’est pas inenvisageable que les momies de Cailliaud aient pu être associées à Bonaparte.

Les momies pourries. Les mêmes registres donnent aussi des exemples de momies qui, destinées au Cabinet, n’y ont pas été intégrées en raison de leur dégradation rapide. Aussi lorsque Sauveur-Fortuné Thédenat-Duvent, fils du vice-consul de France à Alexandrie puis au Caire, vend en 1824 sa seconde collection à la Bibliothèque Nationale19, on relève que le n° 17 du catalogue est noté manquant car « c’était des momies d’oiseaux que l’humidité a totalement détruites ».

Registre III. Acquisitions, échanges et restitutions (1817-1826), p. 55 (BnF, MMA, Ms. 72).

De même, Felicity Bodenstein signale qu’une autre momie ouverte par Cailliaud en novembre 1823, celle de Panebmontou, prêtre de Montou, également destinée au Cabinet des Médailles, ne supporta par le climat trop humide de Paris et fut rapidement détruite20.

Guerre et humidité à Paris en 1870-1. Or justement, le cadre chronologique du récit de l’enfouissement correspond à une période très particulière : le siège de Paris par les Prussiens de septembre 1870 à janvier 1871 puis la Commune de Paris du 26 mars au 28 mai 1871.  La Bibliothèque Impériale tout juste rebaptisée Nationale fait circuler une note « Extrait d’un règlement ministériel pour le service intérieur de la Bibliothèque nationale » en date du 17 septembre 1870 dans le but de renforcer la sécurité du bâtiment et des fonds21.

Extrait d’un règlement ministériel pour le service intérieur de la Bibliothèque nationale, en date du 17 septembre 1870 (BnF, Fonds de l’Agence des travaux de la Bibliothèque nationale, 2011/001/10003, 12ACM30).

Bien que cela ne concerne pas directement la Bibliothèque, il convient aussi de signaler le procès de Gustave Courbet devant le 3e Conseil de Guerre en raison du rôle qu’il a joué dans la Commune de Paris, principalement comme chargé des Beaux-Arts. Dans sa défense par lui-même, il dit :

« je fis embaler tous les tableaux et statues du louvre et fit transporter les caisses en lieu sur contre le bombardement et linvasion dans des caves voutés… » (sic)22.

Les dangers particuliers que font peser la guerre sur une ville comme Paris sont d’autant plus prégnants pour une bibliothèque, établissement si vulnérable notamment à l’incendie. La consultation des archives du Fonds de l’Agence des travaux de la Bibliothèque nationale23 permet de connaître nombre de pièces relatives au « déblindage » du bâtiment au tout début de l’année 1871. Ainsi, dans une note du 7 février 187124, Henri Delaborde réclame à l’architecte Henri Labrouste :

  • de faire retirer les sacs de sable qui blindent les fenêtres en différents endroits de la bibliothèque
  • de « faire vider, dans chacun des départements, les cuves pleines d’eau qui y ont été placées »
  • de faire enlever la terre amoncelée dans la galerie sur le jardin, « et qui pourrait entretenir une humidité préjudiciable aux collections ».
Note d’Henri Labrouste (BnF, Fonds de l’Agence des travaux de la Bibliothèque nationale, 2011/001/10004, 1871, n° 10).

Protecteurs en temps de guerre, ces aménagements installés à la hâte semblent avoir au final causé bien des dégâts, et il est satisfaisant que le récit d’une momie reconnue comme étant celle de Cléopâtre se situe chronologiquement précisément à un moment où la Bibliothèque Nationale est confrontée à un sérieux problème d’humidité.

Une momie nommée Cléopâtre. Pour conclure, il est justement temps de revenir sur la question de l’identification de Cléopâtre. Dans son article « fondateur », Myriam Harry produit un témoin en la personne de Théodore Mortreuil en 1926, secrétaire général de la Bibliothèque Nationale sur le point de prendre sa retraite. Mortreuil est entré à la BN en 1869 à l’âge de 19 ans. Il explique que les étudiants de l’École des Chartes avaient pris l’habitude de nommer une des momies exposées au Cabinet des Médailles « Cléopâtre »25. L’article du Petit Parisien de 1929 redonne cette information, mais ajoute que d’autres momies avaient aussi été baptisées – cette fois-ci par les gardiens – « Aménophis », « Ramsès » ou encore « Osiris »26. Surtout, Mortreuil indique ensuite avoir lui-même assisté à l’enfouissement dans le jardin. Voici son récit :

« Je fus des obsèques. Je m’en souviens fort bien. C’était un soir de printemps où Paris restait plongé dans l’obscurité, le froid et le silence. J’éclairais le convoi avec une lanterne. Les gardes plaisantaient notre Cléopâtre en se pinçant le nez. Une grande tristesse m’envahissait, je lâchais ma lanterne pour jeter une pelletée de terre dans la fosse ».

Conclusion

Fonctionnaire aux fonctions éminentes au sein de la Bibliothèque, proche de la retraite, auteur d’une histoire de l’établissement, on voit mal ce qui aurait poussé Mortreuil à inventer cette histoire, par ailleurs si crédible : on a très vraisemblablement enterré dans momies égyptiennes dans le jardin de la rue Vivienne. Il nous manque le document qui relaterait de manière circonstanciée cette histoire. Néanmoins, je crois que mises ensembles, les briques du mythe revues à l’aune de la documentation disponible restituent une version des faits assez probante.

Mises au crédit de Bonaparte en raison de la très complexe histoire des collections, il est avéré que la BnF possédait des momies intégrées aux collections très tôt dans le XIXe siècle. En soi, le récit d’une ou de plusieurs momies qui auraient pourri et durent être enfouies n’a rien d’invraisemblable, d’autant qu’au moins une attestation est assurée au Louvre. Surtout, le contexte très particulier de la période 1870-1 place ces faits à un moment où l’humidité semble avoir été un souci particulièrement grave. En définitive, il n’aurait manqué à cette suite de faits que l’imagination (ou le manque d’imagination ?) de quelques étudiants fascinés par l’Égypte ancienne, les momies et surtout Cléopâtre pour que l’histoire factuelle se charge de la saveur du mythe.

Julien Olivier

 

Citer ce billet : jolivier, "Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace", in L’Antiquité à la BnF, 18/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7790, [consulté le 20/04/2019].
  1. première récipiendaire du prix Femina en 1904, cette écrivaine développa un intérêt tout particulier pour Cléopâtre VII et sa légende. Elle publie justement en 1926 La vie amoureuse de Cléopâtre. []
  2. Myriam Harry, « Cléopâtre est-elle enterrée à Paris ? », Le Matin, 43e année, n° 15559, 25 octobre 1926, p. 1. []
  3. Jean Portail, « Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? », L’intransigeant, juillet 1926. []
  4. « La « Cléopâtre » de la Nationale n’a jamais été reine d’Égypte », en dates des 13 et 14 septembre 1929. []
  5. Pierre le Christian, « Cléopâtre l’égyptienne a son tombeau sous un massif de fleurs », 13 octobre 1945. []
  6. par Michel-P. Hamelet et André Vinard, parution le 15 mars 1952. []
  7. Jean Teulé, « La momie de Cléopâtre », Gens d’Ailleurs, 1990, p. 76-83. []
  8. Jean-Louis Bernard, Histoire secrète de l’Égypte, Paris, 1983, p. 258. []
  9. Felicity Bodenstein, « Des momies à la Bibliothèque nationale », Revue de la Bibliothèque nationale de France 58, mars 2019, p. 160-161. []
  10. Sur le règne de Cléopâtre et sa légende, on lira avec intérêt la récente biographie publiée par Maurice Sartre, Cléopâtre, un rêve de puissance, Paris, 2018. []
  11. Sur la réception de l’image de Cléopâtre au fil des siècles, on consultera le récent ouvrage de François de Callataÿ, Cléopâtre, usages et mésusages de son image, Bruxelles, 2015. []
  12. compte-rendu publié dans « ouverture de deux momies appartenant à Monsieur Cailliaud« , la Revue encyclopédique 21, janvier 1824, p. 243-246 ; voir aussi Philippe Mainterot, « La redécouverte des collections de Frédéric Cailliaud : contribution à l’histoire de l’égyptologie », Histoire de l’Art n° 62, Collections, collectionneurs, musées, Paris, INHA, avril 2008, p. 49 ; Felicity Bodenstein, « Des momies à la Bibliothèque nationale », Revue de la Bibliothèque nationale de France 58, mars 2019, p. 165. []
  13. Je remercie Nolwenn Corriou pour cette information qui provient de sa thèse de doctorat : Le retour de la momie : du gothique impérial au roman archéologique britannique, 1885 – 1937, thèse inédite de l’Université Sorbonne Paris Cité, dir. Jean-Pierre Naugrette, 2017. []
  14. Mark Twain, Innocents Abroad (Le Voyage des innocents), Londres, 1869. []
  15. Concernant cet épisode, on lira avec intérêt les sources rassemblées en 2015 par un internaute sur le site Le guichet du savoir. []
  16. Felicity Bodenstein, « Des momies à la Bibliothèque nationale », Revue de la Bibliothèque nationale de France 58, mars 2019, p. 166, n. 13. []
  17. Felicity Bodenstein, « Des momies à la Bibliothèque nationale », Revue de la Bibliothèque nationale de France 58, mars 2019, p. 166. []
  18. Philippe Mainterot, « Histoire de la réattribution d’une statue égyptienne du département des Monnaies, Médailles et Antiques (BNF) à la collection Frédéric Cailliaud (1787-1869) », BIFAO 109, 2009, p. 330. []
  19. Sur les collections Thédenat-Duvent : Sylvie Guichard, « Une collection d’antiquités égyptiennes méconnue, la collection Thédenat-Duvent », Revue d’Égyptologie 58, 2007, p. 201-236. []
  20. Felicity Bodenstein, « Des momies à la Bibliothèque nationale », Revue de la Bibliothèque nationale de France 58, mars 2019, p. 165. []
  21. Fonds de l’Agence des travaux de la Bibliothèque nationale, 2011/001/10003, 12ACM30. []
  22. Texte restitué avec son orthographe, publié par Henri Dubief, « Défense de Gustave Courbet par lui-même », L’Actualité de l’histoire No. 30 (Janvier – Mars, 1960), p. 27-37. []
  23. Je remercie Anne Leblay-Kinoshita, cheffe de la mission Archives à la BnF, pour m’avoir vivement encouragé à consulter ce fonds. []
  24. Fonds de l’Agence des travaux de la Bibliothèque nationale, 2011/001/10004, 1871, n° 10. []
  25. Myriam Harry, « Cléopâtre est-elle enterrée à Paris ? », Le Matin, 43e année, n° 15559, 25 octobre 1926, p. 1. []
  26. « Cléopâtre » de la Nationale n’a jamais été reine d’Égypte », 14 septembre 1929. []

3 réflexions sur « Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace »

  1. Un article passionnant et amplement documenté. La légende est improbable, mais elle fait tant rêver qu’en dépit de ma rigueur scientifique je comprends qu’elle soit si tenace. Bravo et merci beaucoup pour ce carnet de recherche que je suis avec beaucoup d’intérêt.

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.