Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Salammbô : 5e acte, le forum, mort de Salammbô, estampe / Y. M. [sig.], 1892 (BnF, BMO, ESTAMPES SCENES Salammbo 34)
Dès sa parution en novembre 1862, Salammbô, le « roman carthaginois » de Gustave Flaubert, déclencha une vive polémique. L’incomplétude des connaissances archéologiques et historiques sur Carthage rendait en effet l’exercice périlleux, et le résultat a hérissé tant les tenants du réalisme dans le roman que les antiquaires et archéologues. Pourtant Flaubert réitère à de nombreuses reprises son absence de prétention à l’exactitude scientifique, et le statut de roman de son œuvre. Qui plus est, il prépare Salammbô par des recherches abondantes, notamment au Cabinet des médailles de la Bibliothèque impériale.

Au cours de la préparation de son roman, Flaubert fait de nombreuses lectures, mettant à contribution Polybe, Appien, Pline, Xénophon, Plutarque, et Hippocrate, avant de se rendre en Tunisie du 12 avril au 5 juin 1858 afin de se documenter et de s’imprégner de la « couleur locale ». Dès mars 1857, il prend également contact avec l’archéologue Félicien de Saulcy, lui demandant dans une lettre des renseignements sur la région et la période, et le même mois fait une première visite au Cabinet des médailles. Cet épicentre de l’archéologie française de l’époque s’avèrera une source d’une richesse insoupçonnée…

Un néophyte en quête d’authenticité

On trouve trace de deux visites, en 1857 et en 1860, dans le Journal de service public du Cabinet des médailles. Le 16 mars 1857, Ernest Muret communique à Flaubert « les terres cuites assyriennes » ; le 15 mars 1860 ce dernier partage une journée entre les monnaies anciennes, qui lui sont communiquées par Henry Cohen, et les terres cuites antiques, avec  Ernest Muret encore.

Journal de service public du Cabinet des médailles, 14-17 mars 1860 (BnF, MMA, Rés. ms. 00001 PAR BN 8° (1858-1888) page 51)

Le carnet qu’il utilise ce jour-là pour prendre des notes est actuellement conservé à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et disponible dans Gallica. Flaubert l’a commencé par les deux bouts, et l’ordre des pages n’est donc pas l’ordre chronologique. Les notes ont été prises au crayon, dans le sens de la hauteur ; celles qui concernent sa visite au Cabinet des médailles sont les plus anciennes, et se trouvent aux folios 50-41. Parmi les nombreuses monnaies qu’il a consultées, seuls 16 exemplaires précis ont pu être identifiés[1] ; il voit des plateaux entiers pour s’imprégner de l’apparence des monnaies de différents ateliers, et s’intéresse à la variété de leurs formes et à l’exotisme de leurs types.

Il décrit plus précisément certains types monétaires, dans des termes presque naïfs, souvent très éloignés du vocabulaire numismatique habituel. Ainsi  au feuillet 48v, il décrit un shekel « D’argent : un homme à tiare à cheval sur un hippocampe qui vole sur la mer. De l’autre côté : hibou traversé par une sorte de fléau ».

Shekel de Tyr (Phénicie), vers 349-311/0 av. J.-C., argent, 8,87 g (BnF, MMA, L 2808)
Gustave Flaubert, Carnets de travail, Carnet n° 7 : notes d’enquête prises pour la préparation du chapitre VII de Salammbô (Ville de Paris, BHVP, Rés. Ms 70, fol. 48v, détail)

Certaines descriptions sont tout à fait licencieuses, comme celle qu’il fait au feuillet  44r d’une monnaie de Thasos qui représente un « homme enfilant une femme » ; d’autres amusantes, comme au même feuillet la mention des tortues d’Égine, « grossières comme un bouton informe », et elles s’accompagnent souvent de petits croquis légendés. C’est le cas du revers d’une monnaie de Gadir reproduit au feuillet 47r, présentant deux poissons « qui ont la queue terminée par une lune et une demi-lune entr’eux », un motif n’est pas sans rappeler l’épisode du sacrifice des poissons des jardins d’Hamilcar.

Statère de Thasos (Thrace), vers 510-490 av. J.-C., argent, 9,59 g (BnF, MMA, Fonds général 1980)
Statère d’Égine (Égine), vers 525-480 av. J.-C., argent, 12,03 g (BnF, MMA, Fonds général 1309)
Bronze de Gadir (Ibérie), IIe siècle av. J.-C., bronze, 4,25 g (BnF, MMA, Fonds général 1281)
Gustave Flaubert, Carnets de travail, Carnet n° 7 : notes d’enquête prises pour la préparation du chapitre VII de Salammbô (Ville de Paris, BHVP, Rés. Ms 70, fol. 47r, détail)

Parmi ces feuillets, le 43r présente une liste d’éléments à voir, qui laisse supposer que Flaubert ne venait pas consulter ces monnaies sans une idée relativement précise de ce qu’il cherchait. Il semble avoir notamment souhaité se documenter sur les noms de villes et de peuples, susceptibles de participer de l’exotisme de l’œuvre.

« À voir

Une fleur de grenadier épanouie.

Rhodes. Vieilles grecques.

Babyloniennes. Assyrienne.

Ptolémée. Gaule.

Sardaigne. Corse.

Pyrrhus. Étrusques.

– LES NOMS.

Peuples du Nord ?

Et les noms des villes ? »

G. Flaubert, Carnet de travail n° 7, feuillet 43r
.
 A travers cette liste, on devine d’abord le souhait de Flaubert de voir des monnaies de régions, de peuples ou de rois très divers. Si Carthage n’est pas citée, c’est sans doute que l’évidence de la requête a rendu superflu de l’ajouter. Ici, deux grands ensembles semblent pouvoir être dégagés. D’abord des monnaies que l’on pourrait qualifier de contemporaines des faits relatés. On retrouve ainsi la Sardaigne et la Corse, des régions soumises au joug punique et qui sont signalées dans le roman, et Ptolémée « naguère lui avait (à Carthage) refusé deux mille talents » (chap. VI). L’Égypte encore, la Gaule et les « peuples du Nord » sont des régions pourvoyeuses de mercenaires – Autarite est gaulois, des hommes ayant servis en Égypte son mentionnés dans le roman, reconnaissables à leur tatouage à tête de Cynocéphale (chap. XII), protagonistes essentiels du roman.

Les « Babyloniennes. Assyriennes » pourraient faire référence aux racines phéniciennes de Carthage, peut-être étendues dans l’esprit de l’auteur au Moyen-Orient. Toutefois, la mention de « vieilles grecques » et d’« Étrusques » indique plutôt la volonté de voir des pièces qui au temps de Salammbô sont déjà anciennes, comme pour renvoyer à l’antiquité de la puissance punique. Cette impression se trouve d’ailleurs renforcée par la description que l’auteur en donne dans le roman : « plusieurs étaient couvertes de rouille, encrassées, verdies par l’eau ou noircies par le feu » (chap. VII).

Cette liste apparaît avant tout comme le fruit de recherches livresques : Flaubert souhaitait voir les monnaies des peuples évoqués dans les textes anciens qu’il a consultés. Or, l’auteur n’est pas versé en numismatique et certains de ces peuples n’ont émis aucune série monétaire, comme les Babyloniens et les Assyriens, mais aussi les Étrusques. Au final, cet assemblage de pièces contemporaines puniques et étrangères et de numéraires plus anciens correspond assez exactement à la composition du trésor d’Hamilcar telle qu’elle figure dans le texte définitif. C’est ce que laisse penser un troisième manuscrit, également daté entre 1857 et 1862, mais qui pourrait être antérieur à la visite de Flaubert. Ce document révèle les intentions de l’auteur dans ce passage : sans décrire les monnaies individuellement, il évoque des monnaies anciennes, poussiéreuses, mises de côté « soit qu’elles fussent hors d’usage ou bien qu’on les réservât pour les grandes nécessités », et pourtant empilées « selon leur module ou par tas de façon à composer des sommes rondes toutes prêtes ».

Œuvres manuscrites de Gustave Flaubert (manuscrits définitifs, avec copies annotées, brouillons et notes). I-VII Salammbô. Salammbô IV (BnF, MSS, NAF 23659, fol. 256r)

En arrivant au Cabinet des médailles, l’auteur avait donc un projet littéraire assez bien défini. Sans doute a-t-il suffi qu’il présente ses idées à Henry Cohen, qui put ainsi traduire ses désirs en termes numismatiques.

Flaubert au Cabinet des médailles

Gustave Flaubert passe donc une partie de la journée du 15 mars 1860 en compagnie d’Henry Cohen à consulter des monnaies anciennes. Le registre des visiteurs contient une liste assez proche de celle, plus détaillée, du carnet de l’auteur de Salammbô : « les médailles Juives, Carthaginoises, Lyciennes, Ciliciennes, Dariques, Bactrianes, de Malte, Gozzo et les Baléares, les as et les médailles d’Égine et de Thasos ».

En suivant l’ordre (inversé) des notes rédigées durant la journée, on suit aisément la progression du romancier dans les fonds de monnaies grecques et romaines. La consultation débute assez logiquement par les séries carthaginoises. Flaubert distingue les pièces africaines de celles produites en Sicile ; Hamilcar apparaît dans le roman comme revenant de Sicile où il a commandé les troupes puniques (chap. I)[2]. Dans les notes de Flaubert, on reconnaît plusieurs pièces emblématiques comme les « Grande médaille d’argent. Pégase galopant, de l’autre côté tête de femme, œil très enfoncé, menton proémin[ent], épi et cornes », « id petites en or, avec un cheval sans aile », ou encore « une de ces petites (en or) a un taureau et au-dessus une étoile » (feuillet 50v).

Cinq-shekels, atelier punique de Sicile, vers 264-255 av. J.-C., argent, 37,35 g (BnF, MMA, Luynes 3758)
Trishekel, atelier punique de Sicile, vers 264-255 av. J.-C., électrum, 22,55 g (BnF, MMA, C 621)
Hémishekel, atelier punique de Sardaigne, vers 216, or, 3,77 g (BnF, MMA, Fonds général 175)

Parmi les pièces siciliennes, on note la présence des tétradrachmes avec « Des têtes de cheval seulement avec le haut d’un palmier. Au revers, têtes d’Astarté, cornes, épis, serpents enroulés dans les cheveux (boucles d’oreilles) », d’autres avec la même tête de cheval mais ornés de «  têtes d’Hercule avec la peau de lion faisant capuchon sous le menton, nouée sous le menton. Les cornes entourent les oreilles ».

Tétradrachme, atelier punique d’Entella (Sicile), vers 345/38-320/15 av. J.-C., argent, 16,66 g (BnF, MMA, Fonds général 2323)
Tétradrachme, atelier punique d’Entella (Sicile), vers 300-289 av. J.-C., argent, 16,79 g (BnF, MMA, Fonds général 2351)

Après les séries puniques, Flaubert se fait montrer les plateaux de monnaies du Proche-Orient avec notamment les pièces achéménides (« double darique : archer agenouillé sur le genou droit, avec couronne et une sorte de pelisse » feuillet 49v et 48v), plusieurs pièces phéniciennes de Sidon (« un char avec 2 hommes, le roi derrière. Sur l’autre face : murailles d’une ville et tours », feuillet 49r) et de Tyr.

Double darique, Babylone ? (Babylonie), vers 328-311 av. J.-C., or, 16,69 g (BnF, MMA, Babelon 115)
Dishekel de Baalshallim I, Sidon (Phénicie), vers 425-402 av. J.-C., argent, 28,06 g (BnF, MMA, Babelon 1566)

Viennent ensuite des monnaies des confins orientaux du monde hellénistique, avec d’abord un tétradrachme des rois de Perside avec la « porte d’un temple avec un homme en capuchon debout. [dessin légendé :] prêtre – sorte d’étendard. Sur l’autre face : tête d’un grand caractère encapuchonnée, l’extrémité du coufief fait visière et le bas mentonnière. 2 cordons pendent par-derrière. Cela a un peu le caractère de la coiffure du Dante » (feuillet 48r).  L’auteur de Salammbô va jusqu’à consulter des monnaies de Bactriane, avec la consultation des pièces « en cuivre, carrées, laides » (feuillet 47v). Il voit notamment un exemplaire au nom de Ménandre I avec « un anneau scellé à un angle. Elle provient d’un collier. Ça devait faire des losanges. [dessin.] Homme casqué. Lion. 2 chevaux » (feuillet 47v). Une autre, au nom d’Apollodote II, plus petite, représente un « Bœuf bossu. Trépied » (feuillet 47r).

Tétradrachme de Vahbarz, Persépolis (Perside), vers 200-150 av. J.-C., argent, 16,90 g (BnF, MMA, E 1742)
Gustave Flaubert, Carnets de travail, Carnet n° 7 : notes d’enquête prises pour la préparation du chapitre VII de Salammbô (Ville de Paris, BHVP, Rés. Ms 70, fol. 48r, détail)
Bronze de Ménandre I Sôter, atelier de Bactriane, vers 160-135 av. J.-C., bronze, 12,81 g (BnF, MMA, Bopearachchi 185)
Bronze d’Apollodote II, atelier de Bactriane, vers 80-65 av. J.-C., bronze, 1,80 g (BnF, MMA, Bopearachchi 41)

Flaubert voit ensuite à nouveau des séries du Proche-Orient. Plusieurs pièces de Tarse sont décrites, notamment des statères ciliciens de Mazaios au « Lion dévorant un taureau. Au-dessous ville crénelée. En face un Baal assis (caract[ère] phéni[cien]) » (feuillet 46v). Un peu plus au sud, en Syrie, il confond les cerfs des drachmes pseudo-éphésiennes d’Arados avec des chevaux : « Aradnus [3] : Abeille et cheval » (feuillet 46r). En Judée, il consulte les monnaies des révoltes juives : « une gerbe. De l’autre côté, portique d’un temple tétrastyle » (feuillet 45v).

Statère de Mazaios, Tarse (Cilicie), vers 361-334 av. J.-C., argent, 11,01 g (BnF, MMA, Fonds général 242)
Drachme pseudo-Ephésienne, Arados (Phénicie), 162/1 av. J.-C., argent, 4,11 g (BnF, MMA, Babelon 1116)
Sicle de Simon Bar Kochba, atelier de Judée, 133/4 ap. J.-C., argent, 13,67 g (BnF, MMA, Fonds général 358)

Viennent ensuite les pièces italiennes, et d’abord romaines. Les Étrusques n’ayant jamais frappé monnaie, Henry Cohen présente à son prestigieux visiteur les plus anciennes monnaies romaines connues, notamment des Aes Signatum du IIIe siècle av. J.-C. : « As quadrilatères plus grands et plus larges que la main » (feuillet 45r) avec en particulier celui représentant  « un trident avec un ruban enguirlandé au dessous et sur l’autre face [dessin légendé :] peut-être 2 serpents qui se touchent par le dard » (feuillet 45r). On reconnaît aussi les lourds aes grave à la « tête géminée de Janus » et à la « proue de vaisseau », autre monnayage emblématique de la vieille République romaine au IIIe siècle av. J.-C.

Aes Signatum, Rome (Latium), vers 260-242 av. J.-C., bronze, 1680,10 g (BnF, MMA, REP-423)
Aes Grave, Rome (Latium), vers 225-217 av. J.-C. bronze, 281,03 g, (BnF, MMA, REP-439)

Aux feuillets 44r43v figure une sélection de divers grands monnayages grecs archaïques et classiques d’Égine, de Thrace et de Macédoine (Thasos et Lete), de Chypre (Amathonte et Soli) ainsi que de Gaulos, une île située entre Sicile et Afrique. Enfin, les feuilles 42v à 41v rassemblent encore une variété de pièces, principalement italiennes et africaines. À Populonia (Étrurie), il remarque la présence d’un marteau qu’il associe aux Cabires (feuillet 42v). Capoue est aussi représentée avec une pièce figurant « Une femme dans un char, 2 chevaux, 2 étoiles » (feuillet 42r). A Hadrumète, Flaubert note la présence d’« un homme à mitre assyrienne » (feuillet 42r).

Triens de Populonia (Étrurie), fin du IIIe siècle av. J.-C., bronze, 7,85 g (BnF, MMA, Fonds général 39)
Biunx de Capoue (Campanie), vers 216-211 av. J.-C., bronze, 11,58 g (BnF, MMA, Fonds général 199)
Bronze d’Hadrumète (Byzacène), vers 6-5 av. J.-C., bronze, 14,47 g (BnF, MMA, Fonds général 106bis)

Du Cabinet des médailles à Salammbô

La visite de l’auteur au Cabinet des médailles a très clairement été mise à profit dans différents passages de Salammbô, notamment lorsque sont évoquées des monnaies ou des sommes d’argent. Les noms de diverses monnaies sont fréquemment mentionnés : des shekels d’or ou d’argent pour Carthage, le kesitah et le kikar (mentionnés dans le Bible), la drachme, le talent et la mine pour les Grecs ou encore le sicle pour le Proche-Orient. Beaucoup de ces mentions sont concentrées dans le passage où Abdalonim fait à Hamilcar le rapport sur l’état de sa fortune. Au sein de cette énumération figurent notamment les sommes suivantes : « dix mille drachmes athéniennes et douze talents d’or syriens » (chap. VII). On reconnaît ici une distinction bien connue des numismates entre les monnaies à l’étalon attique (originaire d’Athènes, drachme de 4,3 g) et celles d’étalon longtemps nommé « phénicien », aujourd’hui qualifié de « ptolémaïque » (drachme de 3,25 g), en vigueur en Égypte, à Chypre et en Phénicie durant l’époque hellénistique. Il ne fait guère de doute que Flaubert restitue ici des notions acquises auprès d’Henry Cohen.

Toujours dans le chapitre VII, Abdalonim conduit ensuite Hamilcar au coffre de son palais dévasté par les mercenaires. La description de son contenu s’appuie très largement sur les monnaies vues par l’auteur au Cabinet des médailles.

Le trésor d’Hamilcar

« Puis, quand ils furent à l’extrémité du couloir, Abdalonim, avec une des clefs qui pendaient à sa ceinture, ouvrit une grande chambre quadrangulaire, divisée au milieu par des piliers de cèdre. Des monnaies d’or, d’argent et d’airain, disposées sur des tables ou enfoncées dans des niches, montaient le long des quatre murs jusqu’aux lambourdes du toit. D’énormes couffes en peau d’hippopotame supportaient, dans les coins, des rangs entiers de sacs plus petits ; des tas de billion faisaient des monticules sur les dalles ; et, çà et là, quelque pile trop haute s’étant écroulée avait l’air d’une colonne en ruine. Les grandes pièces de Carthage, représentant Tanit avec un cheval sous un palmier, se mêlaient à celles des colonies, marquées d’un taureau, d’une étoile, d’un globe ou d’un croissant. Puis l’on voyait disposées, par sommes inégales, des pièces de toutes les valeurs, de toutes les dimensions, de tous les âges, depuis les vieilles d’Assyrie, minces comme l’ongle, jusqu’aux vieilles du Latium, plus épaisses que la main, avec les boutons d’Egine, les tablettes de la Bactriane, les courtes tringles de l’ancienne Lacédémone ; plusieurs étaient couvertes de rouille, encrassées, verdies par l’eau ou noircies par le feu, ayant été prises dans des filets ou après les sièges parmi les décombres des villes »

G. Flaubert, Salammbô, chap. VII (extrait)

Dans la version publiée du texte et dans la copie propre du manuscrit de 1862, conservé à la Bibliothèque nationale de France, tous les monnayages pris en note par Flaubert ne se retrouvent pas : on y rencontre néanmoins les monnaies de Carthage, de Bactriane, du Latium et d’Égine , décrites dans des termes proches quoique plus concis que ce qui figure sur le carnet.

Œuvres manuscrites de Gustave Flaubert (manuscrits définitifs, avec copies annotées, brouillons et notes). I-VII Salammbô. Salammbô II (BnF, MSS, NAF 23657, fol. 208r)

Dans une version antérieure du texte également conservée au département des Manuscrits, et qui quoique datée entre 1857 et 1862 est manifestement, pour le passage qui nous intéresse, postérieure à sa visite au Cabinet des médailles, Flaubert barre un paragraphe entier, qui complétait la description du trésor, et dans lequel on peut lire par bribes des descriptions monétaires plus précises, reprenant in extenso ou presque le contenu de son carnet et plus encore. On y voit mentionner les monnaies de Populonia, d’Athènes, de Rhodes, des Ptolémées… avec à chaque fois un élément distinctif de leur type.

Œuvres manuscrites de Gustave Flaubert (manuscrits définitifs, avec copies annotées, brouillons et notes). I-VII Salammbô. Salammbô I (BnF, MSS, NAF 23656, fol. 157r)

Dans la liste, un « monnayage » que Flaubert n’a pas vu lors de sa visite au Cabinet des médailles fait son apparition: les « courtes tringles de l’ancienne Lacédémone ». Cette mention nous plonge dans l’historiographie ancienne de l’étude des monnaies. Longtemps on a pensé que certains types d’objets manufacturés en bronze ou en fer avaient été investis d’une fonction monétaire. Parmi les plus remarquables on trouve des haches, des chaudrons, des trépieds et surtout des broches. Les balbutiements des méthodes comparatives parallèlement à l’étude des sociétés dites « primitives » ont amené à calquer certaines réalités des sociétés africaines ou asiatiques du XIXe siècle sur la culture matérielle de ce qu’on appelait alors la « civilisation homérique ». Or, des broches – obeloi en grec – furent à plusieurs reprises découvertes groupées par 6, 12 ou 18 (toujours des multiples de 6) et certains y ont vu l’origine du système monétaire grec, fondé sur la drachme divisible en 6 oboles.

Faisceau d’obeloi sur des chenets découvert dans la tombe 25 à Sindos, vers 540 av. J.-C. (Musée archéologique de Thessalonique, inv. 8640 and 8641)

Plusieurs mentions littéraires ont encore renforcé cette interprétation. C’est sans doute par ce biais que Flaubert eu connaissance de ces objets, comme l’atteste la longue liste des auteurs anciens qu’il cite dans sa réponse aux critiques de Froehner. Or, il se trouve que dans sa vie de Fabius Maximus, Plutarque évoque les derniers épisodes de la deuxième guerre punique et la défaite de Carthage – passage qui dut intéresser Flaubert – qui intervient peu après la mort de Maximus[3]. Plutarque fait alors le parallèle entre les funérailles de ce riche romain et le thébain Epaminondas qui ne possédait à sa mort (362 av. J.-C.) qu’une broche en fer. C’est encore la lecture de Plutarque, notamment de la vie de Lycurgue qui amène probablement Flaubert à l’évocation de Sparte. Personnage à l’historicité très incertaine, ce législateur du IXe ou du VIIIe siècle av. J.-C. aurait institué dans la cité lacédémonienne une monnaie de fer[4] ; elle est encore mentionné à la fin de la guerre du Péloponnèse (404 av. J.-C.) lorsque affluent l’or et l’argent capturés à Athènes[5]. De même qu’il est aujourd’hui admis que ces obeloi n’ont jamais eu de fonction monétaire (il s’agit d’objet liés à la thusia, le sacrifice rituel, et au banquet qui s’ensuit), il est clair que Flaubert n’a pas tiré cette allusion d’une visite au Cabinet des médailles, où de telles broches n’étaient pas conservées. C’est donc ici les lectures de l’auteur qui ont enrichi la description du trésor d’Hamilcar.

Un répertoire iconographique

Le large tour d’horizon de la collection du Cabinet des médailles entrepris par Gustave Flaubert ce 15 mars 1860 va bien au-delà des monnayages puniques, au-delà même d’une simple documentation sur les monnaies pouvaient figurer dans le roman. Dans sa liste des pièces à voir, l’auteur de Salammbô projetait déjà de dépasser le cadre chronologique (du VIe siècle av. J.-C. au IIe siècle ap. J.-C.) et géographique (de l’Ibérie à la Bactriane) de son roman. Mais si on reconnaît aisément les pièces qui relèvent de son projet initial, d’autres semblent avoir été prises avant tout pour composer un répertoire iconographique dans lequel l’auteur a pu puiser pour enrichir ses descriptions. Ainsi plusieurs éléments semblent avoir plus particulièrement intéressé Flaubert.

Ce sont d’abord les représentations architecturales, notamment les remparts et les temples. Les « murailles d’une ville et tours » du shekel de Sidon (feuillet 49r), une « ville crénelée » sur le statère cilicien de Mazaios (feuillet 46v) paraissent très semblables à la description des murs de Carthage : « longues murailles, découpant au bord du ciel leurs créneaux vides » (chap. II), avec « des tours s’élevaient sur le second étage, toutes garnies de créneaux » (chap. III). Flaubert s’intéresse aussi à des temples, celui d’Ahura Mazda sur le tétradrachme de Perside (feuillet 48r) ou encore le « portique d’un temple tétrastyle » du temple de Jérusalem sur le sicle de Judée (feuillet 45v). Parallèlement on note son appétence pour les représentations de divinités d’origines très variées : Astarté (feuillets 50r, 49v), Hercule (49v), Ammon (49v, 47r, 43v), Baal (46v), Janus (44v), Satyre (43v), ou encore les Cabires (44v, 43v) et leurs marteaux (42v). Cette liste fait incontestablement écho aux nombreux dieux évoqués dans le roman ainsi qu’aux temples décrits, notamment celui de Tanit à l’occasion du vol du zaïmph lorsque Spendius et Mathô parviennent à la troisième enceinte avec ses « deux longs portiques, dont les architraves reposaient sur des piliers trapus […]. Sur les angles des portiques et aux quatre coins de la tour s’élevaient des vases pleins d’aromates allumés. Des grenades et des coloquintes chargeaient les chapiteaux. Des entrelacs, des losanges, des lignes de perles s’alternaient sur les murs »  (chap. V).

Salammbô, acte III, le temple de Moloch (1er tableau), estampe / Y. M. [sig.], 1912 (BnF, BMO, ESTAMPES SCENES Salammbo 26)
Flaubert cherche aussi à saisir des représentations humaines et animales. On relève des archers perses (darique et double darique, feuillets 49v et 48v), « un homme à tiare » à Tyr (feuillet 48v), un roi monté sur son char à Sidon (feuillet 49r), une femme coiffée d’un croissant de lune conduisant un char à Capoue (feuillet 42v), un prêtre à Persépolis (48r, avec un croquis) et « un homme à mitre assyrienne » à Hadrumète (feuillet 42r), qui semble avoir directement inspiré la « mitre assyrienne » du Grand Pontife lors du sacrifice des enfants à Moloch-Baal (chap. XIII). La nature des commentaires du romancier sur la forme des coiffes, la manière dont elles sont nouées (« l’extrémité du coufief fait visière et le bas mentonnière. 2 cordons pendent par-derrière. Cela a un peu le caractère de la coiffure du Dante », feuillets 48r47v) ou sur les caractéristiques des visages (« œil très enfoncé, menton proémin[ent] », feuillet 50v) ont pour but de fournir des modèles aux descriptions des personnages du roman. Un cas particulièrement flagrant est celui des tétradrachmes puniques de Sicile avec des « têtes d’Hercule avec la peau de lion faisant capuchon sous le menton, nouée sous le menton » qui trouvent un parallèle presque parfait dans la description de Mathô se préparant au combat : il « avait pris sa peau de lion, plus commode pour la bataille. Le mufle s’adaptait sur la tête en bordant le visage d’un cercle de crocs » (chap. XIII).

Les mentions de lions sont justement très présentes dans les notes de Flaubert, par exemple le « Lion dévorant un taureau » de Tarse (feuillet 46v). Peut-être cet intérêt a-t-il un lien avec les lions du défilé de la Hache qui dévorent les mercenaires affamés puis massacrés par Hamilcar (chap. XIV).

Malaise dans le genre : roman archéologique, réalisme et Antiquité

Guillaume Froehner, éminent philologue, archéologue et collectionneur, réagit à la publication de Salammbô avec une virulence qui peut surprendre. Dans un texte qu’il publie le 31 décembre 1862 dans la Revue contemporaine, il évoque un « gros volume pseudo-carthaginois, à titre pompeux et de mine arrogante », et reproche vertement à Flaubert son peu de vérité archéologique. Que ce dernier prétende ressusciter Carthage et la vie punique, là où les fouilles n’ont livré que peu de certitudes et où les sources écrites sont rares, qui plus est en prenant des libertés avec les éléments établis, voilà qui dérange : « Nous avons le droit d’être sévère de ce chef envers l’auteur », écrit Froehner, « car il affiche de hautes prétentions archéologiques […], et ses amis affirment sérieusement qu’il a fait de Carthage une restitution parfaite. ». Et d’ajouter, vexé : « Nous sommes sans doute des pédants, et la fantaisie du romancier n’a qu’un maigre souci de notre érudition. Il y a limite à tout cependant. » Il ajoute dans sa réponse  à la réfutation de Flaubert, publiée dans la Revue contemporaine du 31 janvier 1863 et dans L’Opinion nationale du 4 février 1863 : « Ce n’est pas le romancier que j’ai pris à partie, c’est le genre, le roman archéologique tout entier qui, de la façon dont M. Flaubert l’a traité, n’est que le mont-de-piété de l’ancien monde. »

Carthage (Tunisie), ruines de tombeaux et de puits, Agence Rol, 1912 (BnF, EST, EI-13 (151))

Cette posture, qui pourrait aujourd’hui nous sembler excessive – quoique nous nous offusquions encore de l’inexactitude des nombreux péplums et films historiques contemporains, prend tout son sens dans le contexte de ce milieu de XIXe siècle où l’archéologie est justement en train d’asseoir ses fondements scientifiques et de s’imposer comme un élément essentiel de la connaissance historique. S’ensuit un échange acrimonieux qui révèle un véritable malaise autour du « roman archéologique » en tant que genre, et du rapport entre la fiction, l’esthétique et l’érudition[6]. Pourtant, Flaubert réitère à de nombreuses reprises son absence de prétention à l’exactitude scientifique, et le statut de roman de son œuvre. Qui plus est, il prépare Salammbô par des recherches abondantes, notamment au Cabinet des médailles, lieu où Froehner est un fréquent visiteur, et auquel il lèguera sa collection personnelle d’objets ainsi que les quinze carnets d’inventaire correspondants[7].

Mais la querelle se situe également sur le plan littéraire. Sainte-Beuve, l’autre grand interlocuteur de Flaubert dans cette controverse, déplore quant à lui d’un point de vue littéraire le choix d’une « partie de la plus ingrate histoire », de la violence et de l’érotisme de Carthage plutôt que du « terrain encore de la réalité et de la vie moderne » comme sujet de ce nouveau roman d’un auteur phare de la querelle du réalisme.

Certes, le choix d’« une cité dont l’emplacement même a longtemps fait doute parmi les savants, une nation éteinte dont le langage lui-même est aboli, et dans les fastes de cette nation un événement qui ne réveille aucun souvenir illustre, et qui fait partie de la plus ingrate histoire » (critique de Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, tome IV – Lundi 8 décembre 1862) a de quoi surprendre de la part de l’auteur de Madame Bovary, mais plus encore que le procès de Salammbô en particulier, sa critique fait le procès de ce que l’on peut nommer roman archéologique, par opposition au roman historique, qui « suppose nécessairement un ensemble d’informations, de traditions morales, de données de toutes sortes nous arrivant comme par l’air, à travers les générations successives » (critique de Sainte-Beuve, Nouveaux lundis, tome IV – Lundi 22 décembre 1862). Lorsque le sujet est l’Antiquité, cette connaissance n’est pas là ; force est de de recomposer, de restituer, à l’aide des travaux d’érudition, mais il s’agit là d’une entreprise hasardeuse et sujette aux défauts qu’il énumère : l’excès de détail archéologique (ou plus souvent pseudo-archéologique), la minutie fastidieuse des descriptions, le vocabulaire volontairement abscons.

Il conclut dans sa critique du lundi 8 décembre 1862 que « de grosses questions d’art sont engagées en tout ceci ; […] qu’on me permette de m’étendre et de dire, une bonne fois, comment j’entends qu’on soit vrai dans l’art, et comment, selon moi, on peut cesser de l’être en y visant trop. »

Conclusion

Sainte-Beuve a vu, quelque peu choqué, une trahison du  réalisme, et Froehner une menace à l’archéologie naissante, là où Flaubert recherchait un effet d’étrangeté et l’expérimentation d’un rapport nouveau, esthétique, au savoir : « J’ai voulu fixer un mirage en appliquant à l’Antiquité les procédés du roman moderne » (réfutation par Flaubert des critiques de Sainte-Beuve publiées dans les Nouveaux Lundis – Décembre 1862). Plutôt que de défendre la véracité de ses descriptions, il revendique sa licence artistique et le primat de la vraisemblance et de la cohérence de l’effet d’ensemble, sur toute considération d’exactitude dans les faits : « là n’est pas la question. Je me moque de l’archéologie ! […] s’il n’y a pas, en un mot, harmonie, je suis dans le faux. Sinon, non. Tout se tient. » (op. cit.). Une belle défense de l’approche du romancier par contraste avec celle du scientifique, quel que soit son domaine d’étude, et de la part de rêve que recèlent les monnaies !

Florence Codine et Julien Olivier

Notes

[1] Ces pièces sont distinguées par leur légende soulignée.

[2] Toutefois, l’attribution des numéraires carthaginois, notamment leur répartition entre les différents ateliers a été fréquemment revue depuis, notamment dès 1861 lorsque que paraît le second tome de la Numismatique de l’ancienne Afrique, de L. Müller, justement consacré à Carthage.

[3] Plutarque, Fabius Maximus, 27

[4] Plutarque, Lycurgue, XI

[5] Plutarque, Lysandre, XX

[6] Pour consulter l’ensemble des controverses, voir : http://www.mediterranees.net/romans/salammbo/dossier/index.html

[7] Voir : archives du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, dossier 2011/091/ACM28-13 (1925. Legs Froehner) ; ainsi que les registres Ms.110 à Ms.113. Les carnets de Froehner sont conservés sous la cote RES MS-40009-FRO-8-(1-15).

Pour aller plus loin

L’ensemble du dossier de Salammbô est disponible sur Gallica ; il comprend :

  • les cinq volumes de brouillons (N.A.F. 23658-23662)
  • le manuscrit autographe (N.A.F. 23656)
  • le manuscrit des copistes (N.A.F. 23657)
  • les notes prises en Afrique du Nord
  • les notes de lecture

Voir également le dossier Salammbô  sur le site du centre Flaubert (Université de Rouen) et la bibliographie critique recensée sur ce même site avec des liens vers les versions en ligne.

Les publications constituant la « controverse de Salammbô » sont accessibles sur le site Mediterranees.net


2 réflexions au sujet de « Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles »

  1. Je vous signale une publication très récente comportant une longue étude sur Salammbô:

    Ali Abassi, « Flaubert dans le texte,
    études sur la poétique romanesque », Paris, Ed. de L’Harmattan, collection « Approches liitéraires », fév. 2017

    1. Bonjour,

      Je vous remercie pour cette référence que nous ne connaissions effectivement pas. Je vais me procurer cet ouvrage.

      Bonne journée,
      Julien Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *