Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre

Sarcophage d’Irbastetoudjaennéfou, BMO-17. Cl. RC-A-30270 mis en ligne avec l’aimable autorisation du Département de la Reproduction de la BnF

La fin du mois de mai 2017 a vu le déplacement du sarcophage conservé à la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre. Cet article retrace d’abord l’arrivée de cet objet à l’Opéra. Frédéric Payraudeau, égyptologue, maître de conférences à l’Université Paris  Sorbonne, nous en dira plus sur sa propriétaire. Nous reviendrons enfin sur la collection de sarcophages égyptiens anciennement conservée à la Bibliothèque nationale de France.

L’arrivée du sarcophage dans les collections nationales

Le sarcophage de l’Opéra BMO-17 est mentionné par Théodule Devéria dans un article de la Revue Archéologique 8, 1863, p. 7-15 sur « Quelques personnages d’une famille pharaonique de la XXIIe dynastique » où il évoque l’arrivée d’un cercueil au Louvre appartenant au même ensemble funéraire que le sarcophage de l’Opéra. Il permet incidemment de retracer l’histoire de ces objets avant leur arrivée dans les collections nationales. Le cercueil a été donné au Louvre le 20 juin 1862 par Henry de Montaut qui l’avait acquis de Jean-Baptiste-Gabriel Raymond Sabatier, consul général de France à Alexandrie entre 1852 et 18591. En 1863, Th. Devéria indique que le sarcophage de l’Opéra était encore en possession du collectionneur :

« M. Henry de Montaut possède encore le cercueil intérieur de cette même momie, celui qui était enfermé dans le sarcophage qu’il a offert au musée du Louvre »

Th. Devéria publie et traduit quelques inscriptions des deux artefacts, permettant leur datation et identifie la propriétaire comme une fille royale d’un pharaon Takélot.

Henry de Montaut par l’Atelier Nadar; BnF, département Estampes et photographie, FT 4-NA-235 (1)

Henry de Montaut, peintre et graveur, aurait dessiné les costumes de l’Opéra Aïda pour leur première représentation au Caire. Le sarcophage intérieur arriva à l’Opéra avec ces dessins par l’intermédiaire d’Edmond Dollfus qui les offrit au directeur de l’Opéra, Auguste-Emmanuel Vaucorbeil, qui les donna ensuite à la bibliothèque en 1881. Les circonstances liant Montaut et Dollfus et ce don restent assez peu claires comme l’indique l’égyptologue Jean-Luc Chappaz. Quant à l’album contenant les dessins des costumes, il est disponible sur Gallica .

Aïda : douze projets de costumes, page de dédicace, Bibliothèque-musée de l’opéra D-156

Resté longtemps dans les réserves de l’Opéra, le sarcophage  vient de rejoindre son cercueil extérieur au Louvre grâce à un dépôt. Il sera restauré par l’équipe spécialisée du Musée du Louvre pour être exposé dans la galerie des sarcophages du musée, salle 14 au rez-de-chaussée de l’aile Sully à l’automne prochain2. L’aventure de ce transfert et la nouvelle vie qui attend le sarcophage fait l’objet d’un documentaire en cours de tournage... À suivre donc au Louvre et  à la télévision ! En attendant, on peut lire quelques lignes écrites par Patricia Rigault (Département des Antiquités Égyptiennes, Musée du Louvre), dans le Grande Galerie – Le Journal du Louvre n° 39, p. 76 et n° 40, consultable dans la salle F de la Bibliothèque du Haut-de-jardin.

23 mai 2017 – Musée du Louvre, Antiquités égyptiennes – Actualité

 

Caractéristiques du sarcophage BMO-17 et personnalité d’Irbastetoudjaennéfou

Frédéric Payraudeau, maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Paris-Sorbonne, auteur de l’Administration, société et pouvoir à Thèbes sous la XXIIe dynastie bubastite, participe notamment aux fouilles polonaises dirigées par Zbigniew Szafrański au temple de Deir el-Bahari où il est en charge de l’étude et de la publication des sarcophages tardifs mis au jour. Il a été amené à étudier ces deux sarcophages et sa propriétaire qui proviennent sans doute du même secteur.  Il nous en livre quelques éléments :

Il s’agit d’un sarcophage en bois polychrome bien conservé qui représente la défunte momifiée. Sous le visage se déploient des scènes relatives aux divinités funéraires et quelques extraits de textes du Livre des Morts. Sur l’arrière de la cuve figure un pilier djed, symbole de  la stabilité et de l’intégrité du corps du défunt.

Ce sarcophage est fort intéressant car il est à la charnière de l’évolution stylistique des enveloppes funéraires égyptiennes dans la seconde moitié du VIIIe siècle avant notre ère environ.
Il présente des traits novateurs : il s’agit d’un sarcophage intérieur de bois et non d’un cartonnage comme c’était l’usage depuis plus de 200  ans.

Son décor est aussi marqué par des traits évolutifs : le peintre a gardé des motifs typiques des cartonnages de la fin de 22e dynastie. Par exemple, on trouve dans la partie inférieure du couvercle un grand fétiche d’Abydos, reliquaire supposé de la tête d’Osiris qui permet d’assimiler le défunt à ce dieu. Sur la poitrine, on trouve l’image d’un faucon solaire à tête de bélier qui évoque la résurrection solaire du défunt au matin. Sous ce bélier, on a la représentation habituelle d’Osiris et des quatre fils d’Horus, protecteurs du corps du défunt.

Vignette funéraire gréco-romaine représentant trois des quatre fils d’Horus, momiformes, Département des manuscrits, Egyptien 244

Ce qui est nouveau, c’est la réapparition d’extraits du Livre des Morts dans des petites vignettes, comme le chapitre 42 qui se rapporte à l’identification des membres du défunt avec ceux des divinités: « son cou est celui d’Isis », « ses lèvres sont celles d’Anubis »…

Ces caractéristiques novatrices se retrouvent sur le cercueil extérieur de la même dame, conservé au Louvre. Il s’agit en effet du plus ancien cercueil rectangulaire des époques tardives, rompant avec une tradition du sarcophage anthropoïde depuis longtemps établie.

À qui appartient ce sarcophage ?

Cet ensemble funéraire appartient à la princesse Irbastetoudjaennéfou (parfois lu Iroubastetoudjaentchaou) fille du roi Takélot III qui régna dans la première moitié du VIIIe siècle av. J.-C. à Thèbes. Sa mère était une épouse secondaire portant le titre de « favorite principale du pharaon » nommée Kakat. La dame Irbastetoudjaennéfou est par ailleurs connue comme l’épouse du vizir Pakhar auquel elle donna au moins deux fils dont les cercueils sont au Louvre et au musée du Caire. Cette famille devait être enterrée comme beaucoup de membres de l’élite thébaine de cette époque à Deir el-Bahari dans des puits-caveaux aménagés dans les terrasses du temple d’Hatchepsout.

Ces sépultures furent probablement trouvées dans les années 1840 époque où les deux cercueils de la princesse intègrent la collection Sabatier.

Qu’est-ce que cela représente, être une fille de Takélot III ?

Takélot III ne régna que sur la partie sud de l’Égypte, fort divisée en cette fin de Troisième période intermédiaire. Il porte un nom libyen rappelant la lointaine origine étrangère de la 22e dynastie. Comme beaucoup de ses prédécesseurs dans cette époque troublée, il donna ses filles comme épouses à des hauts fonctionnaires pour s’assurer de leur fidélité. Ainsi la sœur cadette d’Irbastetoudjaennéfou épousa un autre vizir de la même famille que Pakhar.

Les sarcophages égyptiens de la Bibliothèque nationale de France à travers les inventaires Ledrain et Legrain

Fond de sarcophage avec pilier djed, inventaire Legrain f. 340, cl. de travail V. Desclaux, publié avec l’aimable autorisation du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Le sarcophage de la Bibliothèque-musée de l’Opéra rejoint finalement d’autres sarcophages en bois, anciennement conservés à la Bibliothèque nationale de France au Cabinet des Médailles et aujourd’hui déposés au Musée du Louvre.

Le dépôt le plus important d’antiquités égyptiennes du Cabinet auprès du Louvre est soumis en juillet 1907 au Ministère de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des cultes. Le dossier est conservé aux archives administratives de la Bibliothèque nationale de France sous la cote 2011/091/ACM21-09. Il comporte un inventaire dressé le 24 juillet 1907 à la Direction des Musées de France, qui mentionne plus de 737 items auxquels il faut ajouter des « fragments de poterie » non dénombrés, « un certain nombre de sujets phalliques ». Le chiffrage est d’autant moins précis que certaines entrées ne donnent que des ordres de grandeur « environ 250 « ushebtis » et « fragments » ».

En 1907, le Cabinet a besoin de place pour intégrer la collection Valton et Ernest Babelon, directeur du Cabinet, propose à l’administrateur général de la Bibliothèque de transférer au département des Antiquités égyptiennes du Louvre, alors dirigé par Georges Bénédite, les monuments égyptiens « dont la place est, de l’aveu de tous, bien plus naturellement remarquée dans ce musée qu’à la Bibliothèque Nationale. »3. Cependant, « il ne saurait être question de démembrer l’ancienne collection royale ou les fonds donnés par Luynes mais les monuments rapportés d’Égypte par Cailliaud et Prisse [d’Avennes] ont toujours été considérés comme provisoirement déposés à la Bibliothèque nationale, rien ne me paraît s’opposer à un transfert au musée du Louvre ». Après sélection par le Louvre et proposition d’orientation de quelques pièces au Muséum d’Histoire Naturelle (membres humains et animaux momifiés), la liste est fixée et l’arrêté de dépôt est pris le 11 novembre 1907.

Sous l’entrée « Sarcophages » sont recensés sommairement: « 14 sarcophages, 11 dessus et couvercles de sarcophage, 1 lit funéraire, 1 traverse de lit funéraire » et parmi les « objets en bois » : « 1 panneau (Isis les ailes déployées), 1 planchette (fond de sarcophage) avec représentation de taureau, 1 planchette plus épaisse (taureau portant la momie) » et dans les « divers et oubliés »: « 1 grande tête de sarcophage momiforme ».

Couvercle de sarcophage, inventaire Legrain f. 370bis, cl. de travail V. Desclaux, publié avec l’aimable autorisation du département des Monnaies, Médailles et Antique

On peut suivre la trace de certains d’entre eux dans les Monuments égyptiens de la Bibliothèque nationale (Cabinet des médailles et antiques) où l’orientaliste Eugène Ledrain , employé à la Bibliothèque entre 1876 et 1881, publie en 1879-1881 le relevé des textes et quelques dessins des pièces remarquables. Les sarcophages suivants sont évoqués (nous avons conservé les lectures et datations de Ledrain) :

  • n° 58 (pl. LXII-LXIII) premier sarcophage d’Amenhotep (20e dynastie),
  • n° 59 (pl. LXIV-LXVII) second sarcophage d’Amenhotep,
  • n° 54-55 (pl. LXVIII) deux sarcophages et couvercle de la dame Tentenahoui (20e dynastie),
  • n° 60 (pl. LXIX-LXXI) sarcophage de Panebmontou (20e dynastie),
  • n° 63 (pl. LXXI) sarcophage de Hepetirdis (20e dynastie),
  • n° 64 (pl. LXXII-LXXV) sarcophage de Harsiésis (20e dynastie),
  • n° 71 (pl. LXXVI) sarcophage de la dame Asetenkheb (21e dynastie),
  • n° 74 (pl. LXXVII) boîte de momie de la dame Nebhetchebenaset (23e dynastie),
  • n° 75 (pl. LXXVIII-LXXX) sarcophage de Pétéménon dit Amonnios (Trajan, IIe s. de notre ère),
  • et les fragments  n° 944 (pl. LXXXVII) de sarcophage de Pahernefer
  • n° 951 (pl. LXXXVIII) panneau de Ramessounakht (20e dynastie).

Un autre document dont l’étude est en cours par l’auteure rassemble les informations connues sur ces collections, peu de temps avant ce grand dépôt au Musée du Louvre dans la première décennie du XXe siècle : l’inventaire de Georges Legrain rédigé de 1894 à 1896, cote Rés. ms. 47007 PAR BN F° (1) à (4) et son registre cote Rés. ms. 47007 PAR BN-S F°.
De cet inventaire qui se voulait exhaustif, il reste l’étape manuscrite reprise et annotée mais demeurée inachevée. Les feuillets ont été regroupés, numérotés, organisés et contrecollés sur des feuilles formant  quatre gros volumes. Dans le volume premier, les feuillets 3 à 6 projettent le plan de l’ouvrage envisagé. La section VI – lettrage [F] est dédié aux « Cercueils et Fragments de cercueils. » Cependant lors de la reprise et de l’ordonnancement de son manuscrit, on constate que les sarcophages sont accompagnés d’un numéro reporté au crayon bleu précédé du lettrage D, de la main de Legrain.

Sur le feuillet 6, Georges Legrain s’interroge sur l’utilité d’une concordance en section XXII et annonce l’objet de son entreprise:

XXII.

Y a-t-il utilité à donner une table de concordance avec les catalogues précédents ?
M. Ledrain  n’a publié que 87 monuments :

Je me propose d’indiquer pour chaque objet, autant que possible, le lieu de provenance, la date d’acquisition, le prix d’achat, les collectionneurs qui ont possédé ce monument avant son entrée au Cabinet, les ouvrages qui l’ont publié. On pourrait indiquer aussi les monuments appartenant au même personnage, déjà publiés ou connus d’ailleurs (Musée du Louvre, Lieblein).

Il serait utile que cet ouvrage fut illustré d’une grande quantité de dessins reproduisant chaque objet type. Des phototypies reproduisant les stèles et les plus beaux monuments.

[annotation au crayon sur feuille support : « le programme annoncé ici n’a pas été réalisé en entier »]

Les sarcophages sont donc décrits dans la section VI, dont les feuillets 266 à 388 manuscrits rassemblés forment la fin du premier volume du registre d’inventaire (feuillets 266 à 324) et le début du deuxième (feuillets 325 à 646). Les sarcophages occupent les feuillets 266 à 370 suivis des fragments (feuillets 371 à 388). Georges Legrain en relève les inscriptions, trace à la plume les motifs remarquables et des photographies sont parfois associées.

Description du sarcophage n° 55 (D3), inventaire Legrain f. 305, cl. de travail V. Desclaux, publié avec l’aimable autorisation du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Il mentionne notamment, en plus de ceux déjà publiés par Ledrain:

  • n° 62. (f. 312-323) « Couvercle de cercueil à fond et chairs jaunes » au nom de l’Osiris scribe royal, chef des recrues dans Akhet-heh, directeur des travaux dans Per-djet Nebhâpy, « publié par Guigniaut: Religions de l’antiquité etc. pl. XLV n°182. »
  • n° 61. (f. 360-370 bis) « Couvercle de cercueil » de Panebmonthou
  • « Sans N° » (f. 376) « Partie supérieur (buste) d’un couvercle de cercueil »
  • n° 944. (f. 388) « Fragment de peinture funéraire » de [Pahernéfer]
  • n° 57. (f. 398-408) « Boîte de cercueil »

Le dépôt du sarcophage de la Bibliothèque-musée de l’Opéra vient donc nous rappeler l’histoire étroitement intriquée des collections du Musée du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France.

Vanessa Desclaux avec la contribution de Frédéric Payraudeau

Bibliographie

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre", in L’Antiquité à la BnF, 19/07/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/730, [consulté le 17/10/2017].
  1. p. 53 du fichier ; on note que p. 23, le 6 novembre de la même année, H. de Montaut propose deux sarcophages et quelques objets []
  2. P. Rigault – H. Guichard, « Les cercueils d’Iroubastetoudjaentchaou enfin réunis  », Grande Galerie – Le Journal du Louvre n° 40 []
  3. lettre du 26 juillet 1907 conservée dans le même dossier []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *