Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

[Fouilles d’Herculanum et Pompeï] Porte d’Herculanum. Nécropole, tombes monumentales. Ancienne ville de Pompeï, dessin de Jean-Louis Desprez, gravure de Francesco Piranesi. Eau-forte, 1789, Collection de la Bibliothèque nationale de Florence.

Cycle Italie : Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) Ière partie

L’utilisation des mythes de la Rome antique a fait l’objet de nombreuses études surtout pour la période de l’entre-deux-guerres, notamment lorsque le parti fasciste chercha à conforter son pouvoir dictatorial et à justifier ses entreprises coloniales. En revanche, la valorisation des origines pré-romaines de la péninsule qui a largement émaillé la construction nationale italienne depuis  le milieu du XVIIIe siècle jusqu’à la prise de Rome, en 1870, est un sujet beaucoup moins étudié par les historiens et pratiquement méconnu du grand public.

Cet article propose quelques pistes de recherche sur cette problématique, largement pluridisciplinaire, qui en quelques décennies connaît des élaborations différentes reflétant les profonds changements politiques de la péninsule dans ses tentatives d’unité nationale. L’article se veut également un excursus dans les collections de la BnF, très riches dans ces domaines.

Afin d’en faciliter la lecture, l’article est organisé en plusieurs volets qui seront publiés séparément. Dans une première partie, nous aborderons l’évolution de la « question homérique » dans le contexte culturel napolitain tandis que dans une deuxième partie, l’article aura comme objet la fortune des Étrusques pendant la période du Risorgimento 1.

Partie I. La « question homérique » dans le contexte culturel napolitain

Le propos de cette partie s’articule autour des trois points suivants :

  1. Un débat du XVIIIe siècle : la « question homérique » et l’ancienneté de la terre
  2. Le Royaume de Naples, la naissance de la vulcanologie et la découverte des antiquités italiques
  3. Les érudits napolitains, l’amore patrio et l’italianité d’Homère

1. Un débat du XVIIIe siècle : la « question homérique » et l’ancienneté de la terre

L’un des débats les plus animés du XVIIIe siècle européen dans le milieu des philologues, historiens et philosophes est ce qu’il a été convenu d’appeler la « question homérique »2. Nombreux sont les savants qui, dans le sillage des études du XVIIe siècle3, s’interrogent sur la figure d’Homère en tant que personnage inventé ou réel, sur l’origine de ses vastes connaissances, la composition de ses chefs-d’œuvre et, plus généralement, sur la valeur heuristique des mythes. En 1795, la publication de Prolegomena ad Homerum de l’allemand Friederich  A. Wolf relance le débat dans toute sa vivacité car l’auteur, sans nier l’existence historique du poète, insiste sur le caractère oral de la transmission textuelle archaïque.

Friederich A. Wolf, Prolegomena ad Homerum, Halis Saxonum e libraria Orphanothropei, 1794-1795, 3 volumes, Département Littérature et art, Cote BnF  Yb 816, 817, 818.

S’appuyant sur cette conviction, il formule l’hypothèse d’un noyau du récit originel, attribué à Pisistrate, retravaillé par les différentes traditions rhapsodiques et ensuite mis en forme par Homère, divinus vates et sapientissimus poeta4.

Dans la péninsule italienne, l’auteur qui enrichit et relance le mieux le débat est l’abbé padouan Melchiorre Cesarottiprofesseur de langue grecque et hébraïque à l’université de Padoue. Si sa traduction en vers de L’Iliade 5 et un deuxième essai intitulé La morte di Ettore [La mort d’Hector] lui attirent les foudres de la critique littéraire, sa monumentale traduction en prose du poème grec, parue entre 1786 et 1794, lui vaut une estime et une renommée internationales. Dans le contexte italien, l’abbé influencera durablement le milieu artistique et littéraire pré-unitaire : des écrivains et hellénistes italiens de la portée de Vincenzo Monti et Ugo Foscolo seront parmi les lecteurs les plus assidus de l’œuvre de Cesarotti. De même, le célèbre sculpteur vénète Antonio Canova réalise, entre 1787 et 1795, une série de treize bas-reliefs, en plâtre, directement inspirés de la traduction des poèmes homériques de l’abbé pour qui il avait une véritable admiration.  

Antonio Canova, Hécube et les Troyennes offrant le péplos à Athèna-Pallas, 1792, plâtre, 125×278 cm, CC BY-SA 3.0 Artgate Fondazione Cariplo

L’importance de cette traduction réside dans la nette prise de position anti-classiciste dans sa manière d’aborder les problèmes liés à la traduction d’un texte ancien. Se classant lui-même parmi les « modernes », Cesarotti affirme « qu’une bonne traduction doit rendre l’idée principale du mot en question mais également « les idées accessoires »  évoquées, puisque au temps d’Homère les mots étaient encore imbibés des résonances provenant de leur étymologie6. La traduction en prose de l’Iliade est assortie d’un essai important intitulé Ragionamento preliminare storico-critico7, où l’abbé italien ravive davantage la polémique homérique, présentant et commentant abondamment les auteurs et les œuvres ayant alimenté la controverse européenne.

D’un côté, les partisans de la tradition d’études du XVIIe siècle voient en Homère un savant omniscient ayant longuement voyagé en Égypte et en Orient, cumulant toutes les connaissances acquises depuis des temps immémoriaux que le lecteur retrouve parsemées dans les deux poèmes épiques grecs. Dans ce courant, Cesarotti range des hellénistes très connus comme le britannique Alexandre Pope et l’écossais Thomas Blackwell qui considéraient l’Égypte, et l’Asie en général, comme des « lieux saturés d’histoire »8 ou la philologue et traductrice française Anne Dacier. De l’autre côté, l’abbé italien dresse une longue liste des auteurs ayant critiqué les poèmes homériques. Des personnalités très diverses telles que Houdard de la Motte, Fontenelle, l’abbé Terrasson ou encore Louis-Sébastien Mercier sont cités avec mention de leurs œuvres et les raisons de leurs critiques (longueur du vers, répétitions, absence de principes moraux…). Les savants ayant mis en doute l’existence historique d’Homère tels que le philosophe napolitain Giovan Battista Vico et l’abbé français François Hédelin d’Aubignac faisaient également partie de ce catalogue raisonné. De par sa richesse d’observations, de commentaires et de dissertations le Ragionamento preliminare storico-critico est accueilli comme une véritable « encyclopédie homérique » et devient une référence incontournable dans le domaine.

Aux fins de notre recherche, il est utile de préciser que la « question homérique » trouvait toute sa place dans la querelle plus générale, et largement connue, des « Anciens et des Modernes »9. La « question homérique » croise cependant d’autres domaines du savoir, et notamment celui de la géologie, ou stratification de la terre, un savoir encore balbutiant mais en nette expansion à l’époque. Nombreuses sont les études sur l’ancienneté de la terre publiées tout au long du siècle des Lumières10 dont certaines connurent un vaste succès public comme celle, posthume, de l’ingénieur et philosophe Nicolas-Antoine Boulanger, intitulée L’Antiquité dévoilée par ses usages11.

Dans cette œuvre, le savant français, versé dans l’histoire naturelle aussi bien que dans les langues orientales anciennes, élabore une théorie qui lie très étroitement la mythologie et, plus généralement, le phénomène religieux aux catastrophes naturelles, surtout au déluge. L’idée que la nature, la terre avaient une histoire, peut-être bien plus ancienne que ce que le récit biblique laissait croire, frayait son chemin. Loin d’être une machine, la nature était un organisme vivant, assujetti aux changements et à l’usure du temps : ces réflexions  rouvraient le débat sur les mythes cosmogoniques en tant que clé de lecture de l’histoire révolue de l’humanité. De même, pour l’érudit français Nicolas Fréret, les mythes constituent un langage universel qui conserve les récits des événements historiques aussi bien que naturels. Les hiéroglyphes égyptiens, au même titre que les caractères mexicains de l’Amérique centrale à l’époque de la conquête européenne, cachent la clé des mystères de la terre et des peuples qui l’ont habitée12.

2. Le Royaume de Naples, la naissance de la vulcanologie et la découverte des antiquités italiques

Pietro Antoniano, Éruption du Vésuve de 1767 vue depuis Torre del Greco, huile sur toile, 75,4 x 101 cm, ca. 1770  Wikimedia CommonsCC-PD-Mark

Ces débats européens trouvent un écho très favorable à Naples qui est, à l’époque, la deuxième ville d’Europe après Paris par son étendue et sa population. La ville peut s’enorgueillir d’un milieu culturel  très vivant et cosmopolite13 qui produit une pensée historique et philosophique d’envergure internationale : elle est le terreau du Risorgimento14. En l’espace de quelques décennies sont écrites et publiées à Naples, La Scienza della legislazione [La Science de la législation] de G. Filangieri15; Saggi politici [Essais politiques] de F. Mario Pagano et les Riflessioni sopra l’ineguaglianza degli uomini [Réflexions sur l’inégalité parmi les hommes] de Francescoantonio Grimaldi16. Mais à l’ombre du Vésuve, les études sur la stratification de la terre mentionnées plus haut, développent une attention toute particulière pour la vulcanologie17 qui s’ajoute à celle pour les antiquités et l’étude des mythes, également en vogue à l’époque.

Transport des Antiquités d’Herculanum du Museum de Porticci au Palais des études à Naples,  tiré des [Illustrations de Voyages pittoresques de Naples et de Sicile.] par P.-G. Berthaut, Paris, 1781-1786, Tome 2. Pl. en reg. p.54, IFN-2000047 sur Gallica

Les nombreuses campagnes de fouilles menées en Campanie (à Herculanum depuis 1738 et à Pompeï depuis 1748), promues par le roi éclairé Charles III de Bourbon, mettent au jour une quantité spectaculaire de monuments, habitations, objets, statues et inscriptions suscitant un intérêt tout particulier pour les civilisations italiques. La Villa di Portici, construite comme lieu de loisir pour le roi, ne pouvant pas accueillir tous les objets trouvés dans l’ancienne ville romaine d’Herculanum, est dotée d’une extension,  l’Accademia Reale di Ercolano [Académie royale de Herculanum]. Celle-ci, inaugurée en 1755, est dirigée directement par le ministre et secrétaire d’État Bernardo Tannucci qui suit de près la publication d’une œuvre très imposante dédiée aux fouilles et à leur description méticuleuse, intitulée Le Antichità di Ercolano esposte [Antiquités d’Herculanum exposées]18.

Planche d’une des éditions publiées en France des Antichità di Ercolano esposte Antiquités d’Herculanum. T. 1 / gravées par Th. Piroli ; publ. par F. et P. Piranesi, frères, Paris, 1804-1806, cote BnF J-4413 à J-4424, en ligne sur Gallica, pl. 1 :  Latone, Niobé, Phoebé, Hileaira et Aglaé jouant aux astragales (osselets)

La publication de cette œuvre de grand prestige, voulue par le roi et confiée à l’Imprimerie royale, devint vite une affaire d’État. Inscrite au bilan de la Casa Reale, elle servit aussi de puissante propagande politique puisque, à leur parution, les volumes, richement décorés, étaient diffusés auprès des différentes cours européennes, et offerts aux ambassadeurs et autres personnalités de marque.

La fierté de Charles III pour les merveilles archéologiques découvertes dans son royaume, et le retentissement « médiatique » qui s’ensuivit, devint très visible dès 1752 : à partir de cette date, le souverain commença à porter, de façon très ostentatoire, une bague en or où il avait fait incruster une pierre précieuse (sardoine) trouvée lors des fouilles, représentant un masque du théâtre grec.

Les fouilles donnaient souvent lieu à la publication d’études de grande érudition. Parmi les plus citées, les Commentariorum in Regii herculanensis musei aeneas tabulas heraclenses de l’épigraphiste, philologue, bibliste et « archéologue » Alessio Simmaco Mazzocchi.

Commentariorum in Regii herculanensis musei Aeneas tabulas heraclenses, Naples, 1754-55, cote BnF – Réserve des livres rares J-1557

Chargé d’interpréter deux tables en métal des IV-Ve siècles avant J.-C.19, trouvées fortuitement dans un torrent, près de l’ancienne ville d’Héraclée, (en Lucanie), le savant napolitain produisit une œuvre monumentale où il débattait, au préalable, des origines des villes de la Magna Grecia, aire géographique qu’il localisait dans l’actuelle région de la Campanie tout en excluant la Sicile. Il faut également ajouter que la découverte des deux tables en bronze fut un réel événement car Héraclée était censée être le lieu où s’était jadis réunie l’assemblée fédérale de la Ligue italiote20. Par ailleurs, les Bourbons, montés sur le trône du Royaume autonome des Deux Siciles en 1734, accordaient aux deux tables une importance symbolique capitale car elles légitimaient politiquement la nouvelle maison royale, digne héritière des territoires qui avaient autrefois constitué la Grande-Grèce. Il n’est donc pas étonnant qu’en 1799, les Bourbons, en fuite vers Palerme pour échapper aux révolutionnaires napolitains, donnèrent des instructions pour que les deux tables soient transportées vers leur nouvelle demeure palermitaine au même titre que le mobilier, les objets d’art, les peintures et les bijoux royaux.

Tables d’Heraclée, 132 x 39 cm et 113 x 37 cm ; Musée archéologique national de Naples. Les inscriptions datent de la fin du IV et du début du IIIe s. a.C. (310 – 290 a.C.), mais les différents noms des éphores (inspecteurs) suggèrent que la première table est antérieure à la seconde
Détail de la partie supérieure de la première table d’Héraclée, Musée archéologique national de Naples.

Dans les Commentariorum in Regii herculanensis musei Aeneas tabulas heraclenses, Mazzocchi remet directement en cause le primat hellénistique dans la culture méditerranéenne en magnifiant le rôle des populations proto-italiques, opération qu’il avait par ailleurs déjà entamée en 1741 avec la publication d’une dissertation sur l’origine des Étrusques, Dissertazione sopra l’origine de’ Tirreni [Dissertation sur l’origine des Thyrrénens]21. D’après le chanoine et ses études des toponymes, les Ioniens avaient fondé, bien avant la guerre de Troie et l’arrivée des Grecs, l’antichissima ville de Siris devenue par la suite Tarans et Heraclium.22. L’auteur, fidèle à la tradition philologique post-humaniste de la Res publica litterarum, fonde ses convictions sur la lecture des textes anciens où il avait cru détecter une mauvaise localisation de l’île de « Syria »23, celle-ci n’étant pas située  dans la mer Egée mais face à l’ancienne ville de Siris, où il y avait jadis un îlot. L’érudit accorde néanmoins une importance toute particulière aux repères archéologiques, surtout aux inscriptions et aux monnaies, comme autant de « pièces à conviction », dont il fait largement mention dans la première partie des Commentarium Regii… .

Lucanie romaine, d’après l’ Atlas historique de R. William Shepherd, 8e éd., 1956, Cote BnF GE EE 718 (image dans le domaine public)

Comme nous le verrons ci-dessous dans la 3e partie, l’œuvre de Mazzocchi aura une influence certaine sur le milieu des érudits gravitant autour de la cour du Royaume de Naples et sur l’émergence d’une approche scientifique des antiquités.

Il faut par ailleurs préciser qu’à l’instar des milieux culturels des autres pays européens, les hommes de science de la péninsule avaient coutume de rendre compte publiquement de leurs études et d’en débattre dans les cercles culturels de la capitale. Il n’était donc pas surprenant de voir un biologiste et helléniste tel que Lazzaro Spallanzani, arrivé à Naples en 1788 pour visiter le royaume, publier en 1792, ses études et réflexions de voyage dans Viaggi alle due Sicilie e in alcune parti dell’Appennino [Voyages dans le Royaume des Deux Siciles et dans certaines parties des Apennins] tout en dissertant de philologie dans un ouvrage intitulé Riflessioni intorno alla traduzione dell’Iliade del Salvini [Réflexions sur la traduction de l’Iliade de Salvini].

Parmi les savants étrangers, le plus célèbre était certainement lord William Hamilton, ambassadeur anglais au Royaume de Naples, naturaliste renommé, fin connaisseur du territoire méridional et membre actif de la Royal Society de Londres. Et c’est en tant qu’homme de science que lord Hamilton envoyait ses comptes rendus scientifiques aussi bien que ses observations sur les fouilles de la campagne napolitaine à la Royal Society. Ces publications pouvaient compter sur une large diffusion grâce aux nombreux réseaux culturels européens. À titre d’exemple, rappelons que la publication très soignée des notes de Lord Hamilton, sous le titre Antichità etrusche, greche e romane [Antiquités étrusques, grecques et romaines], à Naples en 1766-176724 fit partie de la bibliothèque de W. Goethe qui la mentionna dans son Voyage en Italie, de 1786-1787.

Antiquités étrusques, grecques et romaines, gravées par F.-A. David, avec leurs explications par d’Hancarville, 1785-1788, cote BnF – Arsenal, 8-H-23440 (1)

C’est d’ailleurs à cette période que le Grand Tour connaît une expansion considérable et devient une véritable mode culturelle. Mais la splendeur des villes et des antiquités mises au jour grâce aux fouilles ne pouvait que creuser davantage le fossé entre la magnificence de l’Italie des arts et l’inexistence de l’Italie politique. Rappelons qu’au XVIIIe siècle, la péninsule était un agrégat de royaumes et duchés plus ou moins étendus et indépendants. Si par le traité d’Utrecht en 1713, la maison de Savoie assoie définitivement sa suprématie sur les territoires du Piémont, les républiques aristocratiques de Gênes et de Venise vivent un lent déclin, tandis que le Grand-duché de Toscane passe des derniers Médicis aux Habsbourg-Lorraine et les États pontificaux contrôlent le centre de la péninsule. Quant au royaume de Naples, il était passé, en très peu de temps, de la domination espagnole à la domination autrichienne pour revenir aux Bourbon d’Espagne en 173425. C’est dans ce contexte d’effervescence scientifique, d’instabilité politique où la présence des maisons étrangères prédomine, qu’émerge, dans le milieu intellectuel napolitain des dernières décennies du XVIIIe siècle, le mythe de l’italianité d’Homère.

 3. Les savants napolitains, l’amore patrio et “l’italianité” d’Homère

Avec la publication en 1744  de la version définitive de la Discoverta del vero Omero [Découverte du vrai Homère], le philosophe napolitain G. B. Vico ouvre une brèche dans l’état des connaissances sur la Grèce antique et du plus important de ses poètes. Dans sa dissertation placée au milieu de son œuvre Principi di Scienza nuova  intorno alla natura delle nazioni, la prose des deux poèmes épiques est considérée comme de la plus grande beauté, mais Homère reste perçu comme un symbole, le symbole d’un peuple qui tout entier chante son histoire. Toutefois, pour Vico, si Homère n’est qu’une invention, les deux poèmes sont bien le fruit du génie du peuple grec, et plus précisément de la Grèce nord-occidentale pour l’Iliade et sud-orientale pour l’Odyssée.26

Vers la fin des années 1770-80, les hypothèses de Vico trouvent une deuxième vie grâce aux études du philologue et juriste Ciro  Saverio Minervini, de l’Académie royale des Sciences et Belles lettres de Naples qui franchit une étape supplémentaire dans la « question homérique »27. En effet, celui-ci avance la théorie que non seulement Homère n’a jamais existé mais que l’Iliade et l’Odyssée sont des œuvres allégoriques, composées dans les cercles de la culture italique méridionale. Minervini va jusqu’à identifier les auteurs des poèmes avec les prêtres siriti, habitants de l’ancienne Siris, établissant ainsi un lien direct avec l’œuvre de son prédécesseur, Alessio S. Mazzocchi, largement citée dans une étude étymologique de 1778 intitulée Del monte Volture [Du mont Volture], écrite conjointement avec l’abbé Domenico Tata28 et adressée à Lord W. Hamilton sous forme de lettre :

La page de titre porte mention Ex-libris D’Ansse de Villoison. L’ouvrage contient quatre planches avec reproduction de monnaies et médailles étayant l’étude étymologique de Minervini – Cote BnF J-15295

« In più particolari dissertazioni, che si leggeranno aggiunte alla predetta mia Opera, si vedranno come dal bel principio ho accenato, unite le pruove più che convincenti, se l’amor proprio non mi trasporta fuora da’ giusti limiti, che l’Iliade, e l’Odissea, e qualche altro libro attribuito a Omero, furono libri sacri e simbolici de’ nostri Sacerdoti Siriti : colla prima delle quali opere con tanti personificati Eroi e dei si volle simboleggiare la rovina cagionata in diverse guise nella Troada da’ fuochi sotterranei, dopo che avevano fatto sentire i loro effetti sulla Grecia ; colla seconda si volle tessere una storia simbolica delle rovine fatte dopo la distruzione della Troade […]Si vedranno pur ivi le pruove, che l’ favoloso Omero è titolo dei detti libri, non già personaggio vero e reale. »

[Dans des dissertations à venir, qui accompagneront l’œuvre dont j’ai parlé, je donnerai les preuves, plus que convaincantes, si l’amour-propre ne me fait pas transgresser les justes limites, que l’Iliade et l’Odyssée, et n’importe quel autre livre attribué à Homère, furent des livres sacrés et symboliques de nos prêtres Siriti : par la première œuvre [l’Iliade] les dieux et héros personnifiés symbolisaient la ruine sous différentes formes de la Troade aux prise avec les feux souterrains  qui avaient déjà dévasté la Grèce […] La deuxième œuvre [l’Odyssée] raconte aussi une histoire symbolique d’autres ruines advenues ailleurs : je donnerai bientôt les preuves que le fabuleux Homère n’est rien d’autre que le titre donné aux deux poèmes et surtout pas un personnage vrai et réel.]29

Dans le cadre restreint de notre article, nous nous bornerons à résumer succinctement les étapes par lesquels l’abbé Minervini parvient à défendre ses convictions.

Partant de l’interprétation que G. B. Vico avait donné d’Homère en tant que « legatore di favole » [relieur de fables]30, l’abbé accomplit un « coup de force » étymologique. Avançant qu’aux époques reculées, les titres des œuvres étaient souvent confondus avec le nom de personnes réelles, Minervini soutient qu’il ne faut pas lire « l’Iliade d’Homère » Ίλιἀς Ὀμήρου mais « l’Homère de l’Iliade », ὂμηρος Ίλιάδος, l’étymologie du nom Homère (en grec ὂμηρος) correspondant au latin connexio) dériverait de ὀμοὒ  (en latin simul) et de εἲρω  (en latin connecto) et donnerait donc « connexion »31

Dans sa correspondance, Minervini écrit :

« E’ poi notissimo, che prima che fossero uniti in uno, che questi libri andavano separati, e divisi tra loro. Dimostro che questa voce [ὀμοὒ], in tal significato fu presa da varj popoli e tra essi da quei che vennero poi a popolare l’Italia ; che tal significato ebbe tal voce nell’antica Italia, e presso lo stesso favoloso Omero ».

[Il est bien connu qu’avant d’être unis en un seul livre, les deux [poèmes] étaient présentés séparément. Je cherche à démontrer que  ce mot [ὀμοὒ] fut utilisé avec cette signification [connexion] par de nombreux peuples et, parmi eux, ceux qui s’installèrent ensuite en Italie ; et ce mot fut utilisé dans l’ancienne Italie avec cette signification comme le fit par ailleurs le même fabuleux Homère].32

En outre, pour Minervini, les auteurs des poèmes, étant très cultivés et bien au fait de la géographie de la péninsule italienne, ne pouvaient provenir ni de Grèce ni d’Asie mineure, celles-ci étant des contrées barbares où régnait l’ignorance. Les fables homériques n’avaient été connues et traduites par les Grecs que bien plus tard, la preuve supplémentaire en étant que la guerre de Troie avait été racontée par d’autres traditions que celle d’Homère. Il s’en suivait que les poèmes ne pouvaient avoir été écrits que par des gens cultivés :

« Trovo ch’era informatissimo [Omero] delle cose d’Italia e dell’avventure naturali alle quali l’Italia fu soggetta : cha altri libri attribuiti a Omero, o perduti, o conservatici dall’ingiuria del tempo, convengono appuntino e sono propri del genio della nostra nazione. Di più trovo che queste favole, e questi poemi, com’era ragionevole furon tenuti in sommo pregio e conto tra di noi ; da poi che in Taranto si mantenne sempre fissa la pubblica scuola per ispiegare il preteso Omero, e le sue favole ».

[Je trouve qu’Homère était bien informé des choses de l’Italie et des événements naturels qui eurent lieu sur son sol : que les autres livres attribués à Homère, qu’ils soient égarés ou bien préservés du temps, nous correspondent parfaitement et sont le fruit du génie de notre nation. ll me semble aussi que ces fables et poèmes ont fait l’objet d’une considération remarquable et qu’à Tarente on a maintenu très vivace la tradition d’expliquer le prétendu Homère et ses fabuleux récits.]33

Les livres homériques deviennent chez Minervini, « propres au génie de notre nation » et le principal fondement de l’italianité des poèmes épiques se trouve dans la ressemblance des us et coutumes qui y sont racontés avec les traits culturels de la civilisation italique méridionale. L’abbé conteste la suprématie grecque dans la culture méditerranéenne en creusant un riche filon historiographique, celui de l’ancien savoir italique qui avait débuté en 1710, avec le Antiquissima italorum sapientia ex latinae linguae originibus eruenda de G.B. Vico [De la très ancienne philosophie des peuples italiques : qu’on doit tirer des origines de la langue latine] et se poursuit dans les études d’érudition archéologique de Simmaco Mazzocchi dont nous avons fait mention plus haut.

De antiquissima italorum sapientia di Giovanni Vico : indici e ristampa anastatica par Giovanni Adamo. Firenze : L. S. Olschki, 1998 avec fac-sim. de l’éd. princeps de Napoli : F. Mosca, 1710. département Philosophie, histoire, sciences de l’homme cote 2000-37562

À cela peut-être faut-il ajouter que Minervini, partageant la ferveur comparatiste appliquée cultures asiatiques et à la mythologie en vogue à l’époque34, défend la thèse de la colonisation orientale de la péninsule italienne via les Étrusques (ou Thyrrénéns) identifiés aux Égyptiens qui auraient, à leur tour, hérité de certains us et coutumes venant des Indiens. Les Égyptiens, passant par la langue de terre qu’unissait à l’époque la Sicile à l’Afrique, seraient arrivés dans la péninsule italienne bien avant les Grecs, et par conséquent, bien avant que Pythagore n’installe son école en Sicile. Ce dernier propos est également une reprise des thèses de G. B. Vico qui, déjà en 1712, avait bataillé avec les critiques littéraires dans la revue  Giornale de’ Letterati d’Italia parce qu’il avait ouvertement affirmé :

Giornale de’ letterati d’Italia 8, 1711, Département Littérature et art, cote Z-31888-31928.

« Ardisco asseveratamente dire che Pitagora non avesse da Ionia portato in Italia la sua dottrina […] E cosi’ come dicesi di Platone in Egitto, Pitagora in Italia a cotal fine portatosi, qui avendo apparato l’italiana filosofia e riuscitovi dottissimo, li fosse piaciuto fermarsi nella Magna Grecia, in Crotone ed ivi fondar la sua scuola »

[J’ose hardiment affirmer que Pythagore n’a pas emporté sa philosophie en Italie depuis la mer Ionienne […] Et à l’instar de ce qu’on dit de Platon en Égypte, que Pythagore vint en Italie pour y apprendre le docte savoir et que l’ayant trouvé, il eut plaisir à s’installer dans la Grande Grèce, à Crotone et à y fonder son école]35.

Minervini cependant fait acte de modernité puisque ces observations philologiques sont étayées par des études de géologie et de la migration des peuples de l’Antiquité en relation avec l’évolution des langues et les religions. Dans son esprit, les toponymes conservent la mémoire des événements naturels du passé et sont considérés comme les documents incontestables d’une histoire qui était naturelle aussi bien que politique puisque ces événements avaient influencé les formes de la sociabilité humaine. Ses études sur le territoire (le mont Volture, les populations Osques, la mer Adriatique…) visent, même si indirectement, un autre objet d’étude, la mythologie, et engendrent des observations qui, de nos jours, relèveraient de l’anthropologie comparée. De la même manière que la toponymie témoigne des bouleversements naturels, l’origine des récits (fables) des peuples anciens résiderait dans l’histoire naturelle de la terre.

Par la création d’un nouveau récit des origines, celui de l’italianité d’Homère, l’érudit déplace la dispute millénaire sur la composition des poèmes grecs vers le terrain de la revendication identitaire. Avec Minervini, le processus engagé est celui de « l’italianisation » de l’étranger et notamment du plus illustre des Grecs.

La réception des idées de Minervini, dont le nom circule de plus en plus conjointement à celui de G. B. Vico, est plutôt positive dans le milieu des érudits de la péninsule. De nombreux auteurs, napolitains mais également milanais ou padouans, jouissant déjà d’une solide renommée, tels qu’Alberto Fortis, Melchiorre Delfico, Mario Pagano, Alessio Aurelio Pelliccia, Lazzaro Spallanzani… accueillent avec intérêt et curiosité les théories de Minervini et se penchent à nouveau sur la question, produisant une importante quantité de publications36.

En revanche, le célèbre philologue français Gaspard d’Ansse de Villoison qui, à plusieurs reprises, s’était déjà insurgé contre la maladie du siècle, « la fureur d’innover », n’hésite pas à définir l’abbé Minervini (avec qui il correspondait régulièrement)  comme « une tête sulfureuse tel un volcan, qui peut quelquefois ex fumo dare lucem »37.

De son côté, M. Cesarotti, qui qualifiait Naples de véritable « colonie homérique » à cause de l’intérêt que suscitait la question dans le milieu intellectuel38, exprime également un jugement négatif mais néanmoins éclairant car il saisit la motivation patriotique des propos de Minervini39:

« Je suis très curieux de voir comment s’y prendra un critique moderne d’Italie [Minervini] pour revendiquer à son pays les ouvrages d’Homère et pour prouver, comme il l’a promis, qu’ils ont été composés dans la Grande Grèce par des prêtres, disciples de Pythagore. L’amour de la patrie a beaucoup de force s’il a fait naître une telle assertion. »

En effet, il est intéressant de remarquer que ces théories émergent et se répandent dans le milieu intellectuel du Royaume de Naples. Ce point est important et il mérite qu’on s’y attarde.

Vers la fin du XVIIIe siècle, Naples, comme beaucoup d’autres villes italiennes et européennes, connaît une saison culturelle et politique extrêmement intense grâce à la diffusion des idées des Lumières. La volonté de réagir à la décadence des deux siècles précédents se concrétise dans les réformes structurelles visant à moderniser l’appareil étatique, l’administration, la justice et l’enseignement. Celles-ci allaient voir partiellement le jour sous le règne éclairé de Charles III, aidé de son indéfectible ministre de la justice B. Tanucci et, ensuite, sous celui de son fils Ferdinand IV. Dans le même temps, si nous considérons que Naples, fille du Vésuve, était également une double création grecque : par le mythe de la sirène Parthénope40 et par la colonisation des Grecs au VIIIe siècle avant J.-C.,  le besoin de se distinguer – et de s’affranchir – d’une présence historique écrasante telle que pouvait être perçu l’héritage grec, apparaît clairement41.

Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Naples et de Sicile par l’abbé de Saint-Non. Paris, 1781-1786, cote BnF K-819 en ligne sur Gallica

Rappelons par ailleurs qu’en Europe, suite à la Révolution française, le débat autour des origines et des valeurs  présidant à la naissance de nouveaux États-nations bat son plein et touche de larges couches de la population42. Dans ce contexte historique, les théories de Minervini prennent une dimension nettement patriotique et, pourrions-nous ajouter, anticléricale car l’abbé soutient largement les réformes du ministre B. Tanucci visant à diminuer l’influence de l’Église et ses propriétés foncières43.

La singularité napolitaine consiste dans le fait que l’essor de cette sensibilité pré-nationale, d’une envergure encore quelque peu « régionale » (le Royaume de Naples), est nourrie par des propos où la linguistique, la philologie, l’importance accordée aux antiquités croisent les études d’histoire naturelle et de vulcanologie. Ces dernières, à l’instar des antiquités, jouent également de plus en plus  le rôle de preuves « scientifiques » dans la démonstration des théories philologico-linguistiques. On peut également remarquer que cette nouvelle sensibilité patriotique, fondée sur une « re-conquête du passé »44 repose sur des éléments d’ordre essentiellement ethnique et culturel et non pas politique, comme c’était le cas en France.

Trois décennies plus tard, dans un cadre politique profondément modifié par l’arrivée des troupes napoléoniennes dans la péninsule et l’instauration des républiques jacobines, un autre napolitain d’adoption, Vincenzo Cuoco, renouera avec les réflexions de l’abbé Minervini mais dans une tentative de fonder, désormais, une historiographie d’envergure nationale. Avec son œuvre, Platone in Italia, publiée entre 1804 et 1806, et rapidement traduite en français45, le débat sur le primat des origines se focalisera définitivement sur l’héritage étrusque de la péninsule. C’est ce dont il sera question dans la 2e partie de l’article.

Allusion à la fondation grecque de Naples avec la sirène, détail du frontispice du Voyage pittoresque ou Description des royaumes de Naples et de Sicile, par l’abbé de Saint-Non. Paris, 1781-1786, cote BnF K-819 en ligne sur Gallica

Emanuela Prosdotti

Ce billet appartient à un cycle de billets consacrés à l’Italie sur les carnets L’Histoire à la BnF et l’Antiquité à la BnF en 2018-2019.
Retrouver le Cycle Italie avec:  Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.) et L’Italie dans la Grande Guerre : aperçu des collections de la BnF

Citer ce billet : Emanuela Prosdotti, "Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.", in L’Antiquité à la BnF, 23/01/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/6665, [consulté le 17/06/2019].
  1. Par Risorgimento [résurrection, résurgence] on entend la longue période de construction nationale qui, par convention, va du début du XIXe siècle jusqu’à l’annexion de Rome en 1870 []
  2. Alain Delatte, Albert Severyns, « Coup d’œil sur la question homérique », L’antiquité classique, Tome 2, fasc. 2, 1933, p. 379-414 en ligne sur Persée.fr []
  3. Sur ce sujet, cf. l’étude de Noémi Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Éditions Klincksieck, 1968 cote BnF 8-Yb-1665 et l’article de Marc Fumaroli, « Sur Homère en France au XVIIe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, 73ème année, n° 4, 1973, p. 643-656, cote BnF  8-Z-13998 et en ligne sur JSTOR []
  4. L’expression est de Mario Pagano, philosophe et homme politique napolitain qui l’utilisa dans son œuvre Politicum Universae Romanorum Nomothesiae Examen. Libro Singulari in treis Parteis diviso Comprehensum [Examen politique de toute la législation des Romains, contenu dans un livre divisé en 3 parties], Naples, 1768, p. 116-117, l’exemplaire de la Bibliothèque nationale de Naples est consultable en ligne []
  5. L’Iliade d’Omero, recata poeticamente in verso sciolto italiano dall’ab. Melchior Cesarotti, insieme col volgarizzamento letterale del testo in prosa…, Padova : nella stamperia Penada, 1786-1794, 9 tomes en 10 vol. conservés à la BnF sous la cote YB-975 à YB-984, consultable en microfiche MFICHE YB-984 []
  6. Voir notamment à ce sujet Claudio Chiancone, « Melchiorre Cesarotti, les Lumières et la Révolution française », Laboratoire italien [En ligne], 9 | 2009, §3 URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/545 []
  7. M. Cesarotti, Ragionamento preliminare storico-critico, dans L’Iliade, Pisa, 1802, 4 vol., cote BnF RES Yb 1047. Les réflexions de l’auteur sur les difficultés propres à la traduction sont contenues dans la première partie du premier tome. L’essai de M. Cesarotti est également consultable en ligne, exemplaire de la Bibliothèque nationale de Naples de 1809 []
  8. Cf. Thomas Blackwell, An Enquiry into the life and writings of Homer, London, 1735, p. 50-51, cote BnF Yb 1321. La première traduction française de l’ouvrage de Th. Blackwell, Recherches sur la vie et les écrits d’Homère, Paris, H. Nicolle, [an VII], cote BnF J 16847, fut établie par J. N. Quatremère-Roissy []
  9. La querelle avait connu ses débuts en Italie au XVe siècle mais ce n’est qu’à la fin du XVIIe siècle qu’elle prend nettement une tournure de dispute auprès des académiciens de France. Cf. Anne-Marie Lecoq, La querelle des Anciens et des Modernes, XVIIe-XVIIIe siècles, précédé d’un essai de Marc Fumaroli et suivi d’une postface de Jean-Robert Armogathe, Paris, Gallimard, 2001, 893 p., cote BnF 2002-8209, disponible en libre accès en salles de littérature G et H : 840.904 LECO q et V : 809.033 LLECO q. Cf. également l’article de Larry F. Norman, « La Querelle des Anciens et des Modernes, ou la métamorphose de la critique », Littératures classiques, 2015/1, n° 86, p. 95-114, cote BnF 8-Z-51325, disponible en ligne sur CAIRN []
  10. Sur ce sujet, nous renvoyons à l’ouvrage de Paolo Rossi, I segni del tempo : storia della terra e storia delle nazioni da Hooke a Vico [Les signes du temps : histoire de la terre et histoire des nations depuis Hooke jusqu’à Vico], Milano, Feltrinelli, 1979, cote BnF 8-R-61701 (436) []
  11. cote BnF E*-2446, E*-2447 et E*-2448, consultable sur Gallica. Sur la réception de l’œuvre de N. A. Boulanger, cf. l’ouvrage de Paul Saldrin, Nicolas-Antoine Boulanger, 1722-1759, ou Avant nous le déluge, Oxford, The Voltaire Foundation, Paris, diffusion J. Touzot, 1986, cote BnF-8-Z-33542 (240) et poste d’accès aux ressources électroniques du Rez-de-Jardin : Gallica Intramuros : NUMM-2153 []
  12. Sur les théories de N. Fréret, cf. Nicolas Fréret, légende et vérité, textes réunis et présentés par C. Grell et C. Volpiac-Auger, Oxford, Voltaire Foundation, 1994, cote BnF 4-Z-12210 []
  13. Sur ce sujet, cf. l’article de Piero Ventura, « La capitale e le élites urbane nel Regno di Napoli tra XVI e XVIII secolo », Mélanges de l’École française de Rome, 2009, n° 121, p. 261-296, en ligne sur Persée.fr []
  14. Cf. G. Candeloro, « Storia dell’Italia moderna », vol.I, Le origini del Risorgimento, Milano, Feltrinelli, 1989, p. 135-158 ; en libre-accès à la BnF, en salle L: 945. 08 CAND s []
  15. traduction française en ligne sur Gallica []
  16. Sur ce sujet, cf. F. Venturi, Illuministi italiani. T. 5, Riformatori napoletani, Milano-Napoli, Ricciardi, 1962 ; cote BnF 8-Z-31977 (46,5), en libre-accès en salles G et U: 85/1 LETT 46.J ; A. M. Rao, Regno delle due Sicilie. Tomo I, Real città di Napoli 1734-1860, Milano, Ricci, cote BnF 2001-117493 []
  17. L’importance des études de vulcanologie trouvera une concrétisation tangible dans la construction de l’observatoire vésuvien en 1841, par la volonté de Ferdinand II, roi des Deux Siciles. Il s’agit du plus ancien observatoire de vulcanologie dans le monde []
  18. L’œuvre compte huit volumes publiés entre 1757 et 1792. Les antiquités y sont présentées par « ordine di materie » [classées par matière] : les quatre premiers tomes ainsi que le septième sont consacrés à la peinture ; les tomes V et VI aux bronzes et le huitième aux lampes et candélabres. Deux volumes devant contenir des dizaines de dessins et de gravures n’ont jamais été publiés. Après avoir appartenu à la bibliothèque de Caroline Bonaparte, ces deux volumes furent transmis à la bibliothèque du Musée archéologique national de Naples où ils sont consultables sous le titre Antichità d’Ercolano. Rami inediti. Sur le sujet, cf. le catalogue d’exposition Carlo di Borbone e la diffusione delle antichità, Milano, Electa, 2016, p. 162-166, cote BnF 2017-182458 ; et le récent catalogue d’exposition, très intéressant pour sa richesse iconographique : Ercolano e Pompei. Visioni di una scoperta, Milano, Skira, cote BnF 2018-150801. Nous signalons également la bibliothèque numérique de la région de Campanie qui propose, entre autres,  un nombre considérable de documents sur les fouilles d’Herculanum et de Pompeï []
  19. Les deux tables en bronze portaient des inscriptions concernant les répartitions et les localisations de terrains où avaient été bâtis des temples dédiés à Dionysos et Athena Polias. Les inscriptions avaient été transcrites en dialecte dorique avec des influences attiques très marquées. Sur le verso, mutilé cependant dans sa partie supérieure, on voyait des inscriptions latines faisant mention de lex municipalis de la constitution romaine. Les tables avaient été achetées par Carlo Guevara, duc de Bovino [en Lucanie, actuelle Basilicate] et ensuite offertes au roi Charles III de Bourbon. Mazzocchi eut l’intuition que la portion manquante était contenue dans le fragment de table retrouvé dans le même lieu mais acheté par Lord Bryan Fairfax, transporté en Angleterre et déchiffré par l’épigraphiste Michael Maittaire. Le fragment britannique fut rendu au Royaume de Naples en 1760 et ensuite soudé à la section originelle. []
  20. La Ligue italiote du IVe-Ve siècles avant J.-C. réunissait les cités de la Grande-Grèce contre le peuple italique des Lucaniens []
  21. L’exemplaire de la Koninklijke Bibliotheek est disponible en ligne ; l’essai est reproduit dans Saggi di dissertazioni accademiche pubblicamente lette nella nobile Accademia etrusca dell’antichissima città di Cortona, BnF Z-10016-10022 []
  22. Pour les études historiques sur l’origine, la localisation et différentes interprétations de la ville de Siris, cf. D. Musti, « Una città simile a Troia. Città Troiane da Siri a Lavinio, dans Strabone e la Magna Grecia. Città e popoli dell’Italia antica, Padova, Esedra, 2e édition, 1994, (Saggi di antichità e tradizione classica ; 8), p. 95-122, cote BnF Salle L 937.7 MUST s. Pour l’histoire des fouilles archéologiques, cf. Studi su Siris-Eraclea, Roma, Bretschneider, 1989, (Archeologica ; 91), cote BnF 4-V-44865 (8). Sur les tables d’Héraclée, cf également la thèse de doctorat d’Henri Legras, La table latine d’Héraclée (la prétendue « lex julia municipalis »), Paris, A. Rousseau, 1907, cote BnF 8-F-17998 []
  23. Homère mentionne l’île de Syria dans le chant XV de l’Odyssée. L’île était gouvernée par Ctésios, fils d’Ormène []
  24. La publication napolitaine de l’ouvrage inclut 436 planches gravées dont 179 avec retouches à l’aquarelle de l’artiste italien Pietro Bracci. L’historien de l’art Pierre-François Hugues d’Hancarville en avait supervisé le texte et la publication. L’ouvrage est consultable à la BnF dans différentes éditions et cotes dont l’Arsenal 8-H-23440 numérisé sur Gallica []
  25. Pour la situation politique de l’Italie au XVIIIe siècle, cf. le livre de G. Greco, M. Rosa, Storia degli antichi Stati italiani, Roma, Laterza,  2e éd., 1997,(Manuali Laterza), cote BnF – Salle L 945.07 GREC s []
  26. Cf. Principes d’une science nouvelle relative à la nature commune des nations, traduction intégrale d’Ariel Doubine, d’après l’édition napolitaine de 1744, Paris, Nagel, 1953, IIIe partie, p. 816-838. Cf. également la traduction abrégée de 1827, préfacée par Jules Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire en ligne sur Gallica []
  27. Cirio Saverio Minervini est né en 1734 à Molfetta dans la région des Pouilles, rattachée au Royaume de Naples. Il fait ses études chez les Jésuites et entre dans les ordres. Docteur en jurisprudence, histoire naturelle, langues anciennes et fin antiquaire il est reçu à l’Académie royale des Sciences et des Belles Lettres du royaume, institution fondée en 1778. Hormis un séjour à Rome de 1755 à 1761, où il travaille pour le cardinal Spinelli et fait la connaissance de personnalités marquantes telles que Winckelman, Naples constitue sa ville d’attache et il y meurt en 1805 []
  28. Domenico Tata, 1723-1794, professeur de mathématiques et de physique à l’université de Naples []
  29. Cf. Del monte Volture, p. 152. Les traductions de l’italien au français sont faites par nos soins. []
  30. G. B. Vico, Principes d’une science nouvelle…, p. 834-835 []
  31. Charles Joret, D’Ansse de Villoison et l’hellénisme en France pendant le dernier tiers du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1910, p. 380. Cf. également, « Trois lettres inédites de Villoison à F. A. Wolf », Revue des Études grecques, Paris, 1906, n° 19, fasc. 86, p. 394-409, Cote BnF 8 Ln27-54570, en ligne sur Persée.fr. Il n’échappa point au philologue français que Vico était à l’origine des idées de Minervini. []
  32. Lettre reproduite dans l’ouvrage d’Annalisa Andreoni, Omero italico. Favole antiche e identità nazionale tra Vico e Cuoco [Homère italique. Fables anciennes et identité nationale de Vico à Cuoco], Milano, Feltrinelli, chapitre III, p. 114-115, cote BnF 2004-181039. Il est utile de préciser que l’essai où l’abbé était censé exposer l’ensemble de ses théories Saggio sulla religione dei pagani e delle loro favole sacerdotali [Essai sur la religion des païens et de leur fables sacerdotales] fut égaré probablement lors des guerres d’indépendance italiennes du XIXe siècle. Peut-être cette perte explique-t-elle le relatif oubli de l’auteur de la part de l’historiographie italienne. Les propos de Minervini peuvent cependant être reconstitués par sa correspondance très nourrie, conservée à la bibliothèque de la Società napoletana di Storia Patria ; à la Bibliothèque nationale de Naples et la Bibliothèque degli Intronati de Sienne. La Biblioteca di Storia Patria de Naples conserve également certains manuscrits de Minervini : Sul viaggio di Ulisse dall’Isole Eolie alle spiagge degli Osci [Sur le voyage d’Ulysse depuis les îles Éoliennes aux plages des Osques] ; Della connessione delle antiche lingue d’Italia con le orientali [De la relation entre les anciennes langues d’Italie et les langues orientales] ; Sulla estensione della lingua Malaica [Sur la diffusion de la langue de Malaisie] et Della latinità delle XII tavole [De la latinité des XII tables]. Pour les besoins de cet article, nous avons eu recours à la reproduction de lettres présentées dans l’ouvrage déjà cité d’Annalisa Andreoni, Omero italico ainsi qu’à son article « L’Omero italico di Cirio Saverio Minervini », Studi settecenteschi, Napoli, Bibliopolis, 1999, n°19, p. 247-292, cote BnF 8-Z-53662. L’ouvrage de Charles Joret, D’Ansee de Villoison…, fait état de la correspondance entre les deux savants. []
  33. A. Andreoni, Omero italico, p. 116 []
  34. En 1771, l’orientaliste français Anquetil-Duperron avait publié la traduction française d’un ouvrage indien Zend-Avesta. Ouvrage de Zoroastre, cote BnF 8-O2H-254, en ligne sur Gallica et donné ainsi une grande impulsion aux études comparatistes sur les langues et mythologies asiatiques. L’abbé napolitain était un grand admirateur de l’orientaliste français et mentionne souvent son œuvre dans la Lettera sul Monte Volture. []
  35. La revue Giornali de’ Letterati d’Italia [Journal des lettrés d’Italie] fut fondée par le marquis Scipione Maffei et paraît entre 1710 et 1740. En polémique ouverte avec l’équipe du Dictionnaire de Trévoux, la revue avait comme but déclaré de mieux faire connaître à l’étranger les poètes et les érudits italiens. La revue est consultable à la BnF sous la cote Z-31888-31928. L’article paru dans le Giornale de’ Letterati d’Italia, 1711, Tome 8, article X, est également consultable dans G.B. Vico, Opere filosofiche… Testi, versioni e note de Paolo Cristofolini, Firenze, Sansoni, 1971, p. 147-148, cote BnF 8-R-75599 []
  36. Il n’est pas possible de rendre compte ici de l’abondante production scientifique de la période. Sur le sujet, nous renvoyons au célèbre ouvrage de Vincenzo Ferrone, I profeti dell’Illuminismo : le metamorfosi della ragione nel tardo Settecento italiano, Bari, Laterza, 2e éd. revue et augmentée, 2000, cote BnF 2002-89033 ; A. M. Rao, « Tra erudizione e scienze : l’antiquaria a Napoli alla fine del Settecento », dans L’incidenza dell’antico. Studi in memoria di Ettore Lepore, Napoli, Luciano, 1996, vol. III, p .91-136 ; P. Casini, L’antica sapienza italica. Cronistoria di un mito, Bologna, Il Mulino, 1998, cote BnF 2001-39249 []
  37. Charles Joret, D’Ansse de Villoison et l’hellénisme en France pendant le dernier tiers du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1910, p. 379-380, cote BnF 8-Ln27-54570 ; en ligne sur Gallica []
  38. Cf. M. Cesarotti, Ragionamento…, p. 167 []
  39. Propos rapporté dans la traduction française, L’Odyssée d’Homère, traduction nouvelle et suivie de remarques par M. Bitaubé de l’Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, Tome I, Paris, 1785, p. 39, cote BnF Yb 1170 []
  40. La légende veut que Parthénope, une des trois sirènes n’ayant pas pu séduire l’ingénieux Ulysse lors de la traversée du bras de mer gardé par Charybde (actuel détroit de Messine) et Scylla, termine sa course sur l’îlot de Megarys, lieu autour duquel se développera la ville actuelle. Par métonymie, Naples est appelée ville parthénopéenne []
  41. Naples fut fondée par des Grecs d’Eubée qui colonisèrent au VIIIe siècle avant J.-C. d’abord les sites de Cumes et de Palea Polis. Deux siècles plus tard, la cité fut refondée et appelée Nea Polis d’où vient le nom de Naples. []
  42. Le débat sur l’idée de nation, en Italie, au XVIIIe siècle est bien restitué par l’ouvrage de B. Alfonzetti, M. Formica, L’idea di nazione nel Settecento, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2013, cote BnF 2014-186013 []
  43. Minervini avait exposé ses positions réformatrices et anticléricales dans son ouvrage Memoria pel ceto dei secolari della città di Molfetta, en 1765. Malheureusement ce texte, comme bien d’autres de l’auteur, fut égaré probablement suite aux émeutes de la République parthénopéenne, en 1799. Toutefois, il en reste trace dans l’œuvre du chanoine Antonio Montegnacco, Confermazione del Ragionamento intorno ai beni temporali delle chiese, de 1767, cote BnF, Arsenal 4-J-464 []
  44. L’imbrication entre l’archéologie et les études de géologie a été également pointée par A. Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993, cote BnF 4-G-6946 et salle J, 930.4 SCHN c []
  45. Voyage de Platon en Italie, traduit en français par M. B. Barère, membre de plusieurs académies, Paris, 1807, 3 volumes en ligne sur Gallica []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.