Archéologie des femmes de pouvoir : de la fouille à l’écriture de l’histoire | The archaeology of women & power– from digging to writing history

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Après un cycle consacré à l’Égypte, à la Grèce ancienne puis à l’archéologie de Guerre, la Bibliothèque nationale de France aborde la question des femmes de pouvoir, à travers la présentation de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

télécharger le programmeA4_Femmes de pouvoir

23 janvier 2019 (18h30)

Agrippine la Jeune, BnF-département des Monnaies, médailles et antiques, camée.280
  • Virginie Girod, docteure de l’Université Paris-Sorbonne (Histoire romaine)

Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Son nom est méconnu du grand public pourtant elle a œuvré toute sa vie dans l’ombre pour mener Néron au pouvoir. Son fils est passé à la postérité comme l’archétype du tyran mégalomane. Avant qu’il ne se rebelle contre elle jusqu’au matricide, Agrippine a dirigé Rome depuis les coulisses du palais impérial comme aucune autre femme ne l’a fait pendant l’Empire romain.

13 février 2019 (18h30)

Enveloppe d’une lettre envoyée par Tarisha. Ankara, Musée des Civilisations Anatoliennes (cliché Cécile Michel ©Mission Archéologique de Kültepe)
  • Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, Professeure à l’Université de Hambourg

Les Assyriennes au 19e s. avant notre ère : femmes d’affaires, tisseuses et épouses

Les tablettes cunéiformes, exhumées à Kültepe, l’ancienne ville de Kanesh située en Anatolie centrale (Turquie), constituent les archives privées de marchands assyriens établis là au XIXe siècle av. J.-C. Les lettres envoyées depuis leur ville d’origine, Assur (Irak) reflètent le rôle influent des femmes au sein de leur famille et dans l’économie domestique, ainsi que leur contribution au commerce international. Les documents juridiques découverts à Kanesh les font intervenir comme partie dans les contrats de mariage et divorce, les successions, les créances et les contrats d’achat. Cette documentation unique, alliée à une étude interdisciplinaire de l’artisanat textile, illustre le rôle important tenu par les femmes dans la gestion du ménage. Elle permet de dresser un portrait vivant de ces Assyriennes, qui ont acquis une certaine autonomie grâce à leur travail rémunéré, et de reconstituer leur quotidien.

20 mars 2019 (18h30)

L’adoratrice du dieu Ânkhnesnéferibrê face au dieu Amon-Rê. Chapelle dite d’Osiris Neb neheh. Karnak (cliché ©CNRS-CFEETK n°77933/A. Chéné)
  • Laurent Coulon, directeur d’études de l’EPHE-PSL, EA 4519, Président de la Société Française d’Égyptologie

La dynastie des adoratrices du dieu à Karnak

Entre le VIIIe siècle et le VIe avant J.-C., le puissant domaine religieux de Karnak passe progressivement sous le contrôle d’une grande prêtresse, l’« adoratrice du dieu ». Fille de pharaon et déléguée par lui pour représenter son pouvoir en Haute-Égypte, celle-ci dispose de prérogatives royales. La succession de ces grandes prêtresses se fait néanmoins sans conflits dynastiques, malgré les rivalités entre Libyens, Kouchites et Saïtes, grâce à un système d’adoption de la future adoratrice dès son plus jeune âge. L’étude épigraphique et archéologique de plusieurs constructions aménagées par ces femmes de pouvoir, actuellement menée par la Mission Sanctuaires Osiriens de Karnak (IFAO, CFEETK, EPHE-PSL, INRAP, UMR 8546, 8167 et 5189, avec le soutien de la fondation ARPAMED), éclaire d’un nouveau jour de nombreux aspects de leur histoire.

3 avril 2019 (18h30)

Femme armée sur le chaudron de Gundestrup. Musée national du Danemark, Copenhague (cliché ©2017 Hermann Editeurs)
  • Chloé Belard, docteure de l’EPHE-PSL, UMR 8546 AOrOc École normale supérieure

Genre et archéologie: quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes

Considérer les problématiques de genre en archéologie permet d’abord de remettre en cause les interprétations des vestiges funéraires faites selon les stéréotypes de notre société. Ceci nous permet ensuite de reconsidérer, d’un point de vue tant méthodologique qu’interprétatif, ce qui semble souvent si « facile » et évident à comprendre des rapports entre les femmes et les hommes, et de leurs rôles dans les sociétés anciennes. Que peut-on précisément comprendre de ces rapports à partir des vestiges archéologiques ? Comment peut-on appréhender ce qu’était « être une femme » ou un « homme » dans ces sociétés ? La question du « pouvoir » est forcément liée à ce type de questionnements, aussi était-il nécessairement exclu pour les femmes ? Il s’agira ainsi de présenter quelques pistes de réflexion à partir d’exemples archéologiques et anthropologiques.

5 juin 2019 (18h30)

Cléopâtre III et Ptolémée IX Philométor Sôter II. Temple de Deir El Médineh, paroi extérieure sud (cliché © Aurélie Cuenod)
  • Aurélie Cuenod, doctorante de l’EPHE-PSL, EA 4519, membre de l’Équipe du Fonds Jouguet Démotique (EFJD)

Cléopâtre III de marâtre à habile politicienne

De 141 à 101 avant J.-C., Cléopâtre III siège sur le trône d’Égypte aux côtés de trois rois : Ptolémée VIII Évergète II son oncle et époux, Ptolémée IX Philométor Sôter son fils aîné et enfin Ptolémée X Alexandre, son fils cadet. Si elle est présentée comme avide de pouvoir et manipulatrice hors pair par les auteurs classiques et modernes, son image peut être reconsidérée grâce à un retour à la documentation. Un vaste éventail de sources, composé de papyrus en grec et démotique, de sources épigraphiques grecques et hiéroglyphiques, de témoignages d’historiens grecs et romains ainsi que de représentations iconographiques dans les temples ptolémaïques, offre la possibilité d’appréhender de façon plus critique la carrière et le statut de Cléopâtre III au sein du pouvoir. Ces témoignages variés présentent différentes identités de la reine et nous permettent de mieux saisir ses actions et les cadres, institutionnels ou non, de sa position.

19 juin 2019 (18h30)

Entrée d’Isabeau de Bavière, 22 août 1389, frontispice du livre IV des Chroniques de Froissart (British Library, Manuscrit Harley 4379, fol. 3)
  • Muriel Gaude-Ferragu, maître de conférences à l’université de Paris-13 Sorbonne-Paris-Cité, membre junior de l’Institut universitaire de France

La reine médiévale : une femme de pouvoir ? (France, XIVe-XVe siècle)

L’exclusion des femmes de la Couronne de France en 1316 (confortée par la redécouverte de la loi salique) amène à s’interroger sur la place et des fonctions de la reine au sein du système monarchique au bas Moyen Âge. Quel « métier » exerce-t-elle ? Elle ne pouvait certes pas être « un monarque au féminin », disposant de la plénitude des pouvoirs comme Isabelle la Catholique, reine de Castille (1451-1504), et Elisabeth Ière Tudor (1533-1603) en Angleterre. Pour autant, elle n’était pas cantonnée à la seule fonction maternelle ni à la seule sphère privée : la reine avait un statut, des pouvoirs, elle participait au bon fonctionnement de la royauté, et plus largement de la société politique, et ce bien avant les souveraines « modernes » célébrées par l’historiographie, telles Catherine ou Marie de Médicis. Son pouvoir se déployait notamment dans les sphères de la diplomatie et du mécénat. Elle jouait également un rôle majeur au sein de la communication du pouvoir.

Bibliographie

télécharger notre bibliographie

Accès

Entrée libre

Lieu

Entrée EST (face au MK2), salle 70 – site François-Mitterrand, avenue de France, 75013 Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.