Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Contorniate au nom et au portrait d’Honorius ; au revers, Eugénius et ses chevaux (BnF, MMA, Fonds Général 17342)

Cycle Italie: Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Les médaillons en bronze dits « contorniates » sont ainsi nommés d’après l’italien (contorniati) parce que, entourés d’un sillon profond et d’un bourrelet sur leur circonférence, ils semblent avoir été fabriqués au moyen d’un tour à métaux. Ces objets monétiformes, en majorité frappés, mais pour certains aussi coulés, furent fabriqués à Rome durant une large période de l’Antiquité tardive – principalement durant les années 350 à 430 – en relation avec l’univers des courses d’attelages et des spectacles qui leurs étaient associés dans le Circus maximus.

Contorniate au nom et portrait d’Alexandre le Grand ; au revers, scène de course de quadriges dans le Circus maximus (BnF, MMA, Fonds Général 17148)

Ces médaillons sont nullement des monnaies et appartiennent plutôt à la catégorie des médailles commémoratives. Ils sont toutefois comparables par leur aspect et leur diamètre aux grands bronzes – par exemple des sesterces – frappés durant le Haut-Empire (Ier-IIe siècle ap. J.-C.) et ce sont d’ailleurs bien des effigies d’empereurs romains, en particulier celles Néron (54-68) et de Trajan (98-117), qui figurent le plus souvent sur leur avers. Tantôt proches des bustes monétaires qu’ils copient fidèlement, de même que quelques scènes de revers, comme la représentation du Grand Cirque sur les bronzes de Trajan, les portraits impériaux sont plus souvent stylisés, trahissant l’esthétique propre à leur époque.

Sesterce de Trajan, Rome, 104 ap. J.-C. (BnF, MMA, BNC IV 222. RIC II Trajan 571)

Rares en comparaison des monnaies, les contorniates demeurent souvent méconnus comme source documentaire et sont, pour l’essentiel, conservés dans des collections publiques, le fonds de la BnF qui atteint 300 exemplaires étant exceptionnel tant par son volume que sa variété. Ces médaillons étaient déjà présents de manière significative dans le fonds royal et sont d’ailleurs illustrés en 1686 dans l’album d’André Morell (1646-1703), antiquaire suisse chargé par Louis XIV de mettre en ordre et de compléter son médaillier.

Carton d’André Morell, 1686, 55×40 cm (BnF, MMA, Γ 70)

Une iconographie variée

S’ils dominent au droit des monnaies, les Césars doivent toutefois y céder assez fréquemment la place à Alexandre le Grand (336-323) – souvent figuré sous les traits d’Hercule –, le Macédonien restant un modèle indépassable de gloire et de souveraineté universelle. Nous retrouvons aussi sa mère Olympias, ainsi que de grands noms de la littérature gréco-romaine (Homère, Euripide, Socrate, Horace, Salluste1 , Apulée…) ou encore le philosophe néoplatonicien et thaumaturge Apollonius de Tyane (16-97/8), adepte du culte solaire. Les courses étant au centre de cette iconographie, un buste de cocher vient parfois légitimement remplacer celui des souverains et des poètes.

Contorniate au nom et au portrait d’Homère ; au revers, palefrenier emmenant un cheval sellé (BnF, MMA Fonds Général 17168)

L’ensemble des images de revers s’inscrit en premier lieu dans la symbolique cosmique qui irrigue puissamment l’imaginaire de l’organisation du Cirque explicitée par les auteurs antiques et que résume ainsi Gilbert Dagron :

« L’hippodrome offre un résumé du monde : l’arène figure la terre ; l’Euripe [« le détroit », virages où les chars font demi-tour] représente la mer et ses courants, qui divisent et/ou entourent la terre ; l’obélisque central désigne le faite du ciel et le soleil au zénith [un autre plus modeste correspond à la lune] ; les douze portes des Carceres [les stalles de départ] d’où s’élancent les chars sont comme les douze mois de l’année ou les douze signes zodiacaux ; les trois cônes formant bornes à chaque extrémité de la piste sont les trois décans de chaque signe ; chaque course compte sept tours, autant que de sept jours de la semaine ; il y a vingt-quatre courses par séance (du moins à haute époque) comme vingt-quatre heures du jour et de la nuit ; l’hippodrome a un Orient et un Occident qui donnent son sens à la course en alternance sur deux pistes »2.

Sur les revers, figurent donc en premier lieu les scènes hippiques qui se déroulent dans l’édifice aux proportions colossales qu’est le Grand Cirque, pouvant accueillir 150 000 spectateurs. Les quadriges tournent autour de l’arête centrale du Cirque, la spina, qui sépare la piste dans sa longueur. Sur cette dernière, on aperçoit certaines des statues ou des éléments qui l’ornent, telles les architraves supportant les dauphins crachant de l’eau et/ou les œufs servant à compter les tours. Les auriges vainqueurs sont naturellement aussi campés seuls ou en compagnie de leurs équidés. Le plus souvent, ils restent anonymes, accompagnés de l’inscription en latin ou en grec uincas/nika « sois vainqueur ! ». Parfois, signe d’une popularité considérable, ils sont nommés par leur cognomen d’origine latine (Flavianus, Aurelianus, Elianus…) ou grecque (Olympiorodus, Eustorgius, Euthymius…), éventuellement associé à une épithète flatteuse (Stefanus domenator !). Ce privilège peut exceptionnellement s’étendre jusqu’à l’attelage, en présentant des chevaux dont les performances leurs ont valu une évidente notoriété et qui répondent aux noms évocateurs de Sidereus (« Astral »), Speciosus (« Brillant »), Dignus (« Digne ») voire d’Achillis (« Achille ») autour de l’aurige Eugenius qui les a conduit à la victoire. Il faut toutefois souligner qu’il est fort possible et même probable, que ces noms ne soient le plus souvent pas ceux de contemporains, mais plutôt de cochers passés à la postérité durant les siècles précédents et aussi peu actuels que le sont la plupart des effigies impériales utilisées.

Contorniate au nom et portrait de Trajan ; au revers, le tirage de l’ordre des concurrents avec l’urne pivotante (BnF, MMA, Fonds Général 17308)

Certains dispositifs liés au Cirque sont également représentés, telle l’urne pivotante destinée à tirer l’ordre des attelages sur la ligne de départ. Il s’agit d’une machine de loterie actionnée par des manivelles où sont placées les boules de couleur représentant les quatre écuries ou factions : les Blancs, les Rouges, les Verts et les Bleus. Une symbolique saisonnière commande à cette répartition colorée. Au Vert, le printemps, la terre et Vénus ; au Rouge, l’été, le feu et Mars ; au Bleu, l’automne, l’air ou la mer, Saturne ou Neptune ; au Blanc, l’hiver, l’air, le vent et Jupiter. Au fil du temps, les Bleus et les Verts vont incarner les deux camps principaux en compétition, les Rouges et les Blancs, restant, hormis lors de la course, dans leur orbite. Les empereurs prendront parti en patronnant, selon les règnes, l’une ou l’autre de ces factions. On affirme ainsi que Caligula ou Commode – réputés tyranniques – furent partisans des Verts, alors que Galba (68-69) et Vitellius (69) soutenaient ardemment les Bleus. Les rivalités nées dans le Grand Cirque entre les supporters (fautores) peuvent dégénérer en émeutes dans la Cité et, plus tard à Constantinople, les affrontements des partis Vert et Bleu revêtiront souvent une tournure politique et religieuse si violente qu’ils feront parfois faire vaciller le pouvoir impérial, comme en 532 sous Justinien Ier (527-565) lors de la sédition Nika.

Contorniate au nom et portrait de Valentinien III ; au revers, l’orgue hydraulique du Circus maximus, joué par Petrus (BnF, MMA, Fonds Général 17346)

L’orgue à eau (organon hydraulikon) dont le principe fut inventé par Ktèsibios (ca 284-221 av. J.-C.) dans l’Alexandrie hellénistique, a donné lieu à Rome à la confection d’un instrument spectaculaire représenté sur un médaillon – exceptionnel par sa dimension – à l’effigie de Valentinien III (425-455). Le son puissant qui, à Constantinople, sidère les étrangers de passage par sa portée et son impact émotionnel sur les auditeurs, ponctue en premier lieu le cérémonial des courses et les spectacles de l’arène, mais aussi les acclamations rituelles liées aux apparitions de l’empereur dans sa loge monumentale à deux étages qui s’avance jusqu’au bord de l’arène. Sur l’exemplaire illustré, le nom de l’organiste, visiblement talentueux, est indiqué (Placeas Petri : « que tu plaises Petrus » !).

Contorniate au nom et portrait de Néron ; au revers, Apollon citharède (BnF, MMA, Fonds Général 17190)

D’autres musiciens sont également à l’honneur, de même que leur dieu tutélaire, Apollon citharède. Certains contorniates célèbrent ainsi les aulètes (joueurs de flûte double) en même temps que les vainqueurs des courses, tel un médaillon incus découvert en Charente-Maritime et entré à la BnF sur lequel un flutiste joue de ses deux chalumeaux entouré de la légende MAKARI MVSA (« sois heureux Musa ! ») alors que, sur l’autre face, l’aurige portant fouet et palme est acclamé d’un TORAX NICA (« Torax, sois vainqueur ! »).

Contorniate en creux avec l’aulète Musa au droit et l’aurige Torax au revers (BnF, MMA, N 7872)

Des danseurs, des lutteurs, des chasseurs ainsi que des masques évoquant le théâtre, complètent l’évocation des spectacles représentés. Les personnages mythologiques abondent également, parmi lesquels Cybèle au lion, Hercule, Sol, Hélène et les Dioscures qui correspondent aux groupes statuaires qui sont implantés sur la spina. Il convient d’ailleurs de souligner que la tradition dioscurique explique largement, à côté du culte solaire, la structure du Circus Maximus puis celle de l’Hippodrome à Constantinople. Castor et Pollux, sauveurs de l’armée romaine à la bataille du lac Régille (en 499 av. J.-C.) sont depuis lors les patrons des cavaliers et des courses. Leur présence s’actualise dans l’arène – outre leurs statues – par les œufs couronnant les bornes (qui rappellent ceux dont sortis, d’une part Pollux et Hélène, de l’autre Castor et Clytemnestre). Les Jumeaux, transformés en astres, opposés dans leur course, occupent successivement les deux hémisphères, symboles d’une alternance que reproduit la course alternée autour de la spina. À eux deux, comme Sol et Luna présents par leurs obélisques, ils signifient la totalité cyclique, perpétuelle, du temps, dont les courses sont à la fois l’incarnation et la métaphore.

Contorniate présentant au droit un aurige avec son équipement et au revers deux lutteurs (BnF, MMA, Fonds Général 17355)

Un type de revers évoque une scène célèbre de l’Odyssée (XII, 73-100) et mérite qu’on s’y arrête un instant. On y voit la nymphe Scylla, changée en monstre par Circé et incarnée ici par une femme à la queue de serpent de mer ayant des chiens hurlant autour de la taille. Les compagnons d’Ulysse de débattent dans l’eau pendant que le roi d’Ithaque, juché sur son navire, darde un harpon contre l’être monstrueux. Scylla, associée traditionnellement à Charybde, incarne les périls liés aux violents courants et tourbillons marins qui guettaient les navires s’aventurant dans le détroit de Messine, métaphore des embardées mortelles qui guettaient les cochers lors des périlleux virages en épingle qu’ils devaient négocier aux deux bouts de la spina.

Contorniate au nom et au portrait de Trajan divinisé ; au revers, Ulysse et ses compagnons luttant contre Scylla (BnF, MMA, M 6183)

Outre leur riche iconographie, on note que la plupart des exemplaires portent sur leur avers des marques symboliques rajoutées par une gravure profonde. Ces graffiti sont généralement des signes de victoire, comme la palme, ou bien de protection divine tel le caducée de Mercure ou l’astre rayonnant qui renvoie à Sol. Une marque spécifique apparaît aussi fréquemment : un monogramme vertical formé des lettres P.E.L. qui correspond aux initiales de l’exclamation palmatus et laureatus ! désignant les deux attributs (palme et couronne de laurier) dévolus au cocher vainqueur et qui figurent précisément dans ses mains, en plus du fouet, sur les médaillons.

Contorniates aux portraits de Néron (deux de gauche) et d’Apulée (à droite) contremarqués ou gravés de motifs divers : monogramme PEL, feuille de lierre et palme (BnF, MMA, (de gauche à droite) Fonds Général 17220, 17224 et 17163)

Un support privilégié des derniers feux du paganisme gréco-romain ?

Il demeure un certain mystère sur l’origine des contorniates. Il ne peut s’agir ici de productions impériales, le recours en grande majorité aux visages d’empereurs du passé n’étant pas compatible avec la pratique officielle. En revanche, on peut accepter l’idée que des membres du Sénat, vénérable institution réduite alors pour l’essentiel au rôle de conseil de la Cité de Rome, aient été partie prenante de la création et de la diffusion des médaillons et ceci pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les graveurs des coins ayant frappé les contorniates eurent devant les yeux des monnaies à la fois fort anciennes (des sesterces de Claude, de Néron, de Trajan…) et très bien conservées. De telles espèces ayant cessé d’être en usage depuis un siècle et ayant circulé jusqu’à un degré d’usure les rendant méconnaissables, il faut donc que les scalptores aient eu recours à des exemplaires issus de collections privées, telles que les grandes familles pouvaient en posséder. Par ailleurs, beaucoup de revers présentent un contenu mythologique, mettant en scène les dieux et héros de l’ancien monde gréco-romain à un moment où les empereurs se sont convertis au christianisme devenu, avec Théodose (379-395), religion d’État.

Contonriate au nom et portrait d’Apollonius de Tyane ; au revers, l’aurige Aelianus victorieux sur son quadrige de face (BnF, MMA, Fonds Général 17162 ; gravure extraire de l’album Morell, Γ 70)

Les contorniates apparaissent donc en total décalage avec la doctrine religieuse des souverains contemporains de leur création. Enfin, ce sont précisément dans les cercles des dernières grandes familles païennes aristocratiques avec des personnages comme Symmaque, Praetextatus ou les Nicomaque Flavien, que furent recopiés et transmis les auteurs classiques grecs ou latins de l’époque républicaine. Nicomaque Flavien l’Ancien, qui se suicida à la suite de l’échec de l’usurpation de l’empereur paganophile Eugène (392-394), traduisit ainsi la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate l’Athénien. Le même Apollonios qui fut comparé au Christ par les miracles qu’il faisait et figure précisément dans la galerie de portraits des contorniates.

Comment ces objets furent-ils diffusés ? Probablement, en premier lieu, lors des étrennes qui accompagnent la fête du Nouvel An (les Kalendes de Janvier)3, lorsque les riches aristocrates protecteurs (patroni) recevaient l’hommage de leurs nombreux et modestes obligés (clientes), auxquels, en retour, ils faisaient des dons de numéraire mais aussi de présents divers. Il serait par ailleurs logique que les contorniates aient circulé également dans l’enceinte du Circus Maximus où les personnages importants, sans parler de l’empereur lui-même, se devaient de paraître. Enfin, on ne peut pas exclure l’idée que les cochers eux-mêmes, objets de l’adulation des foules, disposèrent à ces occasions de tels médaillons pour les offrir en cadeau à leurs supporters.

Dominique HOLLARD

Pour aller plus loin :

Ce billet appartient à un cycle de billets consacrés à l’Italie sur les carnets L’Histoire à la BnF et l’Antiquité à la BnF en 2018-2019.
Retrouver le Cycle Italie avec: L’Italie dans la Grande Guerre : aperçu des collections de la BnF

Citer ce billet : dhollard, "Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)", in L’Antiquité à la BnF, 21/11/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5870, [consulté le 11/12/2018].
  1. Derrière le contorniate au  nom de Salluste se cacherait en fait le philosophe Saturninius Secundus Salutius, ami de l’empereur Julien et auteur d’un traité intitulé Des dieux et du Monde. []
  2. L’hippodrome de Constantinople, p. 63 []
  3. Sur la fête des Kalendes de janvier voir l’ouvrage de M. Meslin []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.