Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Archives : image de mois octobre 2018 : Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Tétradrachme aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine, Antioche (Syrie), vers 37/6-32/1 av. J.-C., argent, 13,35 g (BnF, MMA, Y 28912,67 ; ex-coll. Smith-Lesouëf).

Les tétradrachmes aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine figurent parmi les monnaies antiques les plus recherchées. Elles donnent à contempler le couple qui fit couler tant d’encre, depuis le temps d’Auguste jusqu’à aujourd’hui.

Âprement chassés par les numismates collectionneurs de têtes célèbres, ces tétradrachmes frappés en grand nombre par les autorités romaines de Syrie à Antioche entre 37/6 et 32/1 ne sont pourtant pas si rares. Nous en connaissons actuellement 156 exemplaires pour 41 coins de droit. On remarque cependant le grand nombre de monnaies usées, parfois très significativement. Ce phénomène est sans doute la conséquence du maintien en circulation de ces numéraires durant une longue période, comme l’atteste par exemple la découverte de six exemplaires dans le trésor des environs de Bâb 1951, enfoui après 11/12 ap. J.-C. De fait, il est plus juste de dire que ce sont les beaux spécimens qui sont rares. Parmi ceux-ci, celui de la collection Smith-Lesouëf, conservé à la BnF, figure au rang des beaux exemplaires.

Le fait que le portrait de Cléopâtre figure au droit de ces tétradrachmes a parfois été interprété comme la preuve du rôle dominant de la reine, mais il faut en réalité souligner à quel point il est difficile de distinguer visuellement le droit du revers de ces émissions. Cette disposition témoigne en fait d’une volonté d’affirmer le caractère égalitaire et collégial de l’association des deux personnages. Plus encore, l’étrange ressemblance des deux profils – si elle sème le doute quant à la véracité des traits prêtés à chacun des portraits –, renforce un peu plus l’impression d’une alliance politique harmonieuse, qui confine à la symbiose. Au-delà des péripéties plus sentimentales que l’on prête au couple formé par Cléopâtre et Antoine, c’est bien ici un message politique que transmettent ces monnaies.

A l’occasion des 21es rendez-vous de l’histoire de Blois sur le thème de La puissance des images, Cléopâtre est à l’honneur. H. Virenque (BnF) et J. Olivier (BnF) donneront vendredi 12 octobre à 15h15 une conférence intitulée L’image de Cléopâtre dans l’Antiquité et M. Sartre (Univ. Tours) parlera de Cléopâtre, femme d’État le dimanche 14 octobre à 10h.

Citer ce billet : jolivier, "Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5795, [consulté le 17/11/2018].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.