Conférence 10 octobre 18h30 Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée

Carte de la Grèce ancienne voyage en Mer Méditerranée de Monsieur de Choiseul-Gouffier en compagnie du marquis de Chabert, à bord du navire « l’Atalante » en 1776. dpt Cartes et plans, GE DD-2987 (10007 B)

mercredi 10 octobre à 18h30 : Conférence: « Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée » par Enora Le Quéré, Maître de Conférences en Histoire grecque à l’Université de Rouen-Normandie, GRHis, EA 3831. »

Délos vue aérienne – cliché École française d’Athènes

Les années 168-166 av. J.-C., correspondant à la victoire romaine sur le roi Persée de Macédoine et à la déclaration de Délos comme port franc par les Romains, marquent un tournant pour la Grèce, et en particulier pour les relations maritimes et commerciales entre Rome et l’Orient. Elles inaugurent une période durant laquelle les enjeux politiques et économiques, les réseaux d’alliances et les conditions de circulation et d’échanges en Mer Égée furent profondément bouleversés. À partir de cette époque, et avant même l’instauration de l’Empire, de nombreux Italiens et Romains vinrent s’installer dans les îles égéennes, des Cyclades au Dodécanèse. Pourquoi ces îles, parfois minuscules, au territoire souvent étriqué et ingrat, ont-elles tant intéressé les Romains, au point qu’ils s’en soient accaparés les terres et les ressources naturelles ? Qu’est-ce que cela signifie pour les productions locales, leur exploitation et leur commercialisation ? Nous tenterons de démontrer de quelle manière les Romains, en mettant en place en Égée un impérialisme de type économique, ont entièrement redéfini les réseaux de distribution et de commercialisation des productions insulaires, souvent au profit unique de Rome. À l’aide de quelques études de cas, nous verrons comment, grâce à la connectivité de la Mer Égée, les Italiens installés dans les îles se sont engagés dans l’exploitation et le commerce de produits dont ils ont aussi cherché à assurer le succès à Rome, parfois au détriment des marchés ancestraux locaux et régionaux. De telles transformations dans les réseaux d’échanges égéens ont également conduit à une évolution de la consommation à Rome et à une révolution culturelle dans la capitale de l’Empire.

[Carte de la Mer Égée] attribuée à Gaspar Viegas, XVIe s. dpt Cartes et plans, CPL GE AA-567 (RES)

Pour aller plus loin:

  • Besnier, Maurice. Le commerce romain dans la Méditerranée orientale [Jean Hatzfeld. Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique]. In: Journal des savants. 18ᵉ année, Novembre-décembre 1920. pp. 263-274, en ligne sur Persée
  • Homolle, Théophile. Les Romains à Délos. In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 8, 1884. pp. 75-158, en ligne sur Persée
  • Le Quéré, Enora. Les Cyclades sous l’Empire romain: histoire d’une renaissance. Rennes : Presses universitaires de Rennes, DL 2015, lien vers la notice
  • Le dossier pédagogique BnF La Mer en ligne
  • Découvrez notre sélection d’ouvrages dans la salle J du Haut-de-jardin (accès)

Cette conférence ouvre le cycle de Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle
Frontières autant qu’espace de circulation, lieu de confrontations autant que de métissages, les mers et les océans sont les théâtres de l’expansion économique, de la conquête, des affrontements militaires. Ce sont aussi des espaces de commerce, de mélanges, d’intersections entre peuples et civilisations. A tous ces titres, les mers n’ont rien à envier aux zones continentales. Plus encore, les relations maritimes semblent marquées par des caractères spécifiques, évidemment liés aux déterminations physiques du milieu marin : fluidité, ambivalence, variabilité. Si les batailles navales scandent l’histoire maritime et les mémoires nationales (Salamine, Lépante, Trafalgar, Midway, Malouines…), elles masquent trop souvent des évolutions plus longues et plus profondes dominées non par la guerre mais par les échanges, De la Méditerranée antique à la zone arctique aujourd’hui, ce cycle entend intégrer les mers dans l’histoire globale des relations politiques, économiques, culturelles et sociales.

Cycle de conférences : « Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.