« Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny

« D’après mon expérience si j’avais à diriger les études d’un jeune architecte, je le ferais commencer par les monuments de Sicile avant ceux de Rome »1.

Léon Dufourny, qui écrit ces lignes à plus de cinquante ans, énonce-t-il des regrets sur son propre parcours ? C’est en effet par Rome, comme beaucoup d’artistes français de sa génération, que l’architecte commence son « Grand tour ».

Un Grand tour et ses prolongations

Léon Dufourny s’installe à Rome en 1781, à l’âge de vingt-sept ans, après avoir été admis au Grand Prix. Il y fait ensuite un long séjour, ponctué d’excursions en Istrie, en Dalmatie et en Vénétie2. Il y fréquente ses compatriotes de l’Académie de France, et des artistes italiens, dont Piranèse. Il ne débarque en Sicile qu’en octobre 1788, où il fait encore une escale de près de six ans. Il y demeure en effet jusqu’au printemps 1794 : il a alors quarante ans et a passé plus de treize années en Italie. C’est la déclaration de guerre du royaume de Naples à la République française qui l’oblige à rentrer en France. Il ne quitte ensuite plus guère Paris, où il se consacre à une double carrière de professeur et de conservateur de musée. Il est nommé Administrateur du Museum des arts en 1799, puis conservateur des peintures au Museum de 1802 à 1816. Également membre de l’Institut, il succède en 1803 à son maître Julien David-Leroy comme professeur à l’École impériale d’architecture. Il meurt  en 1818, à soixante-quatre ans.

M. Léon Dufourny, membre de l’Académie royale des beaux arts, ENSBA : PC 10308

Parmi les monuments antiques de la Sicile qu’il admirait, Léon Dufourny avait une dilection particulière pour les temples grecs. Antoine Quatremère de Quincy, dans l’hommage posthume à son confrère devant l’Académie des Beaux-arts, évoque les origines de sa vocation pour l’art hellénique. Ce serait à la Bibliothèque royale que lui en serait venu l’attrait, alors qu’élève architecte, il consultait un volume de relevés dessinés du Parthénon, réalisés exactement un siècle plus tôt à la demande du marquis de Nointel (1635-1685), ambassadeur de Louis XIV à Constantinople3 :

« Occupé, au cabinet des estampes de la Bibliothèque du Roi, à compulser ce qu’il pouvoit renfermer d’anciennes notes sur les monumens, il rencontra un carton de dessins que le temps avoit laisse dans l’oubli, sous d’autres collections peu demandées. Ce recueil contenoit les dessins originaux que l’ambassadeur de France à la Porte, M. le marquis Olier de Nointel, avoit fait exécuter des sculptures du temple de Minerve en 1674, avant le siège qui acheva de le détruire en 1687»4.

Arnould de Vuez (attr.), Temple de Minerve, à Athènes. Dessiné par ordre de Mr. Nointel Ambassadeur à la Porte. Avant que ce Temple ne fut renversé par une Bombe des Vénitiens, vers 1674. BnF, Estampes, RESERVE FC-3 (A)-FOL. © BnF/Gallica

 

Les papiers Dufourny à la Bibliothèque nationale de France

À l’image de l’album Nointel, exhumé des nombreuses richesses du cabinet des Estampes par Léon Dufourny à la fin du XVIIIe siècle, les huit volumes de manuscrits constituant les « papiers Dufourny », acquis en 1824, font à leur tour partie aujourd’hui des collections méconnues du département des Estampes et de la photographie5. Seul le second volume, renfermant le journal – mis au net – d’une partie de son séjour sicilien (8 juillet 1789 -29 septembre 1793), a bénéficié d’une édition en italien en 1991 par Geneviève Bresc-Bautier6, mais il n’a jamais encore été édité en français. Les autres volumes n’ont été que très peu explorés, même si Pietro Burzotta a su exploiter les liasses d’archives relatives à la construction du jardin botanique de Palerme dans un article sur les réalisations siciliennes de l’architecte7. Sur Dufourny, dont la carrière et les occupations très variées (architecte, antiquaire, collectionneur, conservateur et professeur) offrent un sujet d’étude foisonnant, il reste encore presque tout à faire, à commencer par un état des sources disponibles (ENSBA, BnF, Archives nationales…).

Certains beaux ensembles sont probablement en mains privées et demeurent à découvrir, comme on peut le déduire de la récente acquisition, en 2021, d’un carnet de dessins par le département des Estampes8. Cet album de vues topographiques et de relevés de monuments exécutés exclusivement en Sicile (à Palerme, Ségeste, Messine, etc.) comprend des légendes renvoyant explicitement aux nombreux papiers qui étaient déjà conservés à la BnF ainsi qu’à d’autres albums, qui ne sont pas encore localisés. Il se présente toujours dans sa reliure d’origine,  marquée du chiffre « 9 » sur son plat supérieur. Seul carnet de ce type conservé dans les collections publiques, il laisse espérer que de futures découvertes donneront une vision plus complète des papiers de Dufourny. Car Dufourny en avait conçu avec soin l’organisation, comme un matériau d’étude regroupant notes personnelles et documentation, pour l’exploiter, nous le verrons, durant de longues années.

Léon Dufourny, Vue de Ségeste. BnF, Estampes, Réserve Ub-236 (9)-4, f. 26 (Album acquis en 2021)

Les édifices antiques de la Sicile : un projet au long cours

Parmi les manuscrits de Léon Dufourny conservés dans le fonds de la BnF se trouve un projet non abouti, et inédit, de traité sur les édifices antiques de la Sicile9. Ces quinze pages qui constituent la trame de l’ouvrage, avec ses hypothèses de travail, sa méthodologie et sa bibliographie, apportent du nouveau sur le travail archéologique de Dufourny en Sicile mais aussi sur les activités de sa période parisienne, sous le Premier Empire.

Sicile ancienne d’après Mr Parthey ; gravé par Regnier, 1845 © BnF/Gallica

Si le manuscrit n’est pas daté, il est possible de déduire la période de sa création des commentaires et références bibliographiques de l’auteur. Ce texte a visiblement été rédigé en plusieurs fois, l’essentiel ayant probablement été écrit au printemps 1805. Dans un passage sur le temple de Jupiter Olympien d’Agrigente, Dufourny annonce en effet la parution imminente du texte de Quatremère de Quincy publiée au Moniteur du 16 floréal an 13, et en cite même un extrait un peu plus loin10. Contraint de quitter la Sicile en 1794 par la guerre engagée contre la France, Dufourny ne retourne à Naples qu’en 1802, pour une mission de récupération d’œuvres d’art en vertu du traité de Tolentino. C’est dans ce contexte conflictuel que Dufourny envisage la parution de son ouvrage. Il y voit l’occasion de porter à la connaissance de ses compatriotes les richesses d’un pays rendu inaccessible par « l’animosité que les despotes ont voué [sic] à tout ce qui porte le nom de français »11.

Mais la conception de ce texte, qui se présente essentiellement comme une liste de points à développer, est déjà amorcée lors du séjour de Dufourny en Sicile vingt ans plus tôt et se poursuit au moins jusqu’en mars 1807. Certaines références bibliographiques plus tardives sont en effet ajoutées dans la marge par Dufourny lui-même12. Quant aux origines du projet, elles remontent au tout début des années 1790. Dès 1791, Dufourny engage en effet une discussion sur la méthodologie à adopter pour son ouvrage avec l’archéologue allemand, Aloys Ludwig Hirt (1759-1837), dont le séjour en Italie, de 1782 à 1796, est presque strictement contemporain du sien. Les deux érudits, que la mer tyrrhénienne sépare – Hirt étant basé à Rome pendant le séjour sicilien de Dufourny -, échangent des lettres, mais se rencontrent aussi à Palerme, le 20 octobre 179113. Cet après-midi-là, Léon Dufourny fait visiter à Aloys Hirt le chantier de l’école botanique, dont il est en train d’élaborer le décor sculpté. Le soir même, ils ont une conversation sur les antiquités de la Sicile et Dufourny consulte alors son collègue sur l’organisation de l’ouvrage qu’il projette d’écrire. Hirt lui conseille une répartition thématique, par type d’édifice (temples, théâtres, amphithéâtres) pour la clarté et la précision du propos, et pour éviter les répétitions. Dufourny s’y tient tout au long de ces années, adoptant la forme du Parallèle :

« Le but de cet ouvrage étant de mettre l’artiste à portée de saisir l’esprit des objets qu’on présente à son étude et de les comparer avec ceux qu’il connoit déjà, il sera bon peut être de préférer une division architecturale à la locale c’est-à-dire de réunir ensemble les monuments de même espèce plutôt que de chaque pays et après les avoir décrits séparément de présenter en dernier lieu un tableau général ou l’artiste puisse d’un coup d’œil en saisir les ressemblances et différences, et s’en former un système qu’il puisse appliquer d’une manière sûre et judicieuse. »14

Comme Dufourny, Aloys Hirt est un grand admirateur de l’architecture grecque, qu’il place au-dessus de toutes les autres. Comme lui encore, au retour d’Italie, Hirt enseigne l’histoire de l’architecture – à l’Académie d’architecture de Berlin – mais à la différence de son homologue français, il mène à terme son propre projet de publication sur l’architecture antique, parue à Berlin en 1809. Dans l’introduction de son ouvrage, il rend hommage à l’architecte français, le seul selon lui à avoir mesuré les monuments antiques de la Sicile avec le « soin nécessaire ». Et il s’étonne de ne pas avoir vu paraître l’ouvrage de son confrère, en germe depuis près de vingt ans15.

Pourtant, Dufourny ayant succédé à Julien David Leroy comme professeur à l’École d’architecture, il était attendu qu’il s’y mesure, à la fois en poursuivant son enseignement et en s’illustrant, comme son maître, par des publications16. David Leroy avait pour sa part publié les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, considérés du côté de l’Histoire et du côté de l’Architecture en 175817. Mais Léon Dufourny ne publie rien, ou presque rien, comme le catalogue de sa vente après-décès en dresse le constat:

« Dufourny a été très souvent chargé de différens rapports par les divers Jurys, dont il a fait partie, ainsi que par la classe de l’Institut, dont il était membre. Aucun de ces rapports ne paroît avoir été déjà imprimé. On trouve une lettre de lui sur un Sélénographe ou Carte de la Lune, par Philippe de la Hyre, insérée dans le Magasin Encyclopédique (deuxième année, t. III, pag. 279) »18.

Les mêmes auteurs ajoutent qu’une publication posthume des papiers, laissés en très bon ordre par l’architecte, est envisageable et devrait être promptement réalisée. Cette publication posthume qui a finalement tardé – elle a mis très exactement deux siècles – n’a été que partielle, exclusivement constituée du journal des quatre années vécues à Palerme, que Dufourny avait effectivement mis au propre.

Le périmètre du traité

Quant au manuscrit des édifices antiques de la Sicile, il procède également d’une mise au net – dont la lisibilité et l’élaboration diminuent cependant au fil des pages. Le contenu de l’ouvrage, bien que mûri pendant des années, est encore très flou. On trouve ainsi Dufourny indécis quant au périmètre de son sujet : traitera-t-il des monuments antiques uniquement ou de l’architecture sicilienne des origines aux temps modernes ? Ou écrira-t-il plutôt une histoire générale de l’art sicilien ? Toutes les pistes sont encore à ce stade envisagées :

« Y faire aussi un tableau rapide de l’état de l’architecture en Sicile depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours – ou bien traiter cette matière plus à fond et en y joignant la Peinture et la sculpture. Former un essai de l’état des arts en Sicile depuis les grecs jusqu’à présent ; accompagné de planches représentant les principaux monuments siècle par siècle, ce qui pourrait donner la matière d’un volume du même format que les antiquités et qui leur ferait suite »19.

Le journal de Dufourny en Sicile témoigne de son intérêt pour ces différents sujets. Il fréquente les artistes contemporains, comme le peintre Giuseppe Velasquez (1750-1827) ou l’architecte Giuseppe Vernanzio Marvuglia (1729-1814), introducteur avec lui du goût néoclassique en Sicile. Il y commente les œuvres de ses contemporains, comme celles de l’architecte Andrea Giganti (1731–1787), qu’il estime peu20. Mais son sujet d’étude privilégié et celui pour lequel il a amassé le plus vaste matériau reste les temples grecs et la typologie de l’ordre dorique. En marge de son manuscrit, Léon Dufourny note :

« C’est à [la Sicile] que je dois le peu que je sais, c’est là que j’ai vu l’art dans toute sa simplicité. Si Vignole, Palladio et les autres maîtres modernes eussent connu ces modèles doriques, ils en auraient composés de meilleurs. »

Léon Dufourny, Temples antiques de la Sicile. BnF, Estampes, Réserve Ub-236 (7)-4, P. 126002

Dufourny surpasse-t-il lui-même ces grands maîtres en construisant les bâtiments du jardin botanique de Palerme ? En septembre 1789, un an après son arrivée en Sicile, et quelques mois après son installation à Palerme, il est chargé par le vice-roi, le prince de Caramanico (1738-1795), de construire trois corps de bâtiments à la lisière du parc : le Tepidarium, le Gymnasium et le Calidarium, des édifices qui devaient abriter les serres, l’école et le logement du professeur21.

Le jardin botanique (“Orto botanico”) à Palerme dans Nuova pianta della citta di Palermo (Seconda edizione riveduta – 1882). © BnF/Gallica

Dufourny, qui n’a jusque là rien construit22, accepte, « impatient de cueillir l’occasion de mettre en application les études (…) faites sur les antiquités de la Sicile »23.

Jardin botanique de Palerme (Gymnasium), façade sur rue, photo Jean-Pierre Dalbéra. CC BY 2.0
Jardin botanique de Palerme (Gymnasium), façade sur jardin, photo Jean-Pierre Dalbéra. CC BY 2.0

Les façades de ces  trois « temples » emploient l’ordre dorique avec quelques variations, adaptées aux dimensions des édifices. Dufourny se replonge dans le système modulaire qu’il a déduit des observations archéologiques faites lors de ses voyages, afin de calculer les proportions de ses colonnes. Il appuie ses choix constructifs sur un système modulaire et des règles de scansion métrique rigoureusement observés dans son travail archéologique sur le terrain et aussi par un dépouillement très systématique de la bibliographie existante.

 

Le résultat, comme il le souligne lui-même, n’est pas de la couleur locale : l’ordre obtenu diffère de celui des temples de Sélinonte, Ségeste ou Agrigente, qu’il a le loisir d’observer régulièrement au cours de ses excursions hors de la capitale sicilienne. Son ordre dorique se rapproche au contraire de celui qu’il n’a jamais vu en vrai, n’ayant jamais voyagé en Grèce, mais qu’il a découvert dans l’album Nointel de la Bibliothèque royale, celui du Parthénon :

« On a préféré de se modeler sur celui du Temple de Minerve à Athènes comme celui dont la proportion élégante convenait mieux à la circonstance; un ordre de 4 diamètres comme la plupart de ceux de Sélinonte et de Paestum, ou même de 5 diamètres comme ceux des temples de la Concorde et de Junon a Grigenti aurait produit des pilastres extrêmement lourd(e)s, et ne m’aurait pas procuré la hauteur nécessaire pour les deux étages dont j’avois besoin, et pour donner à l’ensemble une hauteur proportionnée à sa largeur. »24

Annoncée d’emblée par le titre de son ouvrage « Les édifices antiques de la Sicile, mesurés, dessinés et décrits avec la plus scrupuleuse exactitude par M. L. D. »,  l’approche descriptive de Dufourny se place dans la lignée de celle d’Antoine Desgodets, à l’image de ses confrères Legrand et Molinos, qui vérifient, en 1785, les mesures prises à Rome par leur prédécesseur25. Si le manuscrit reste, dans son ensemble, à l’état d’ébauche et très peu rédigé, quelques passages, préparatoires à une préface ou un avant-propos, sont plus aboutis. Il y justifie sa démarche toute analytique :

« On observe dans tous les arts et dans toutes les sciences deux parties distinctes l’une théorique et l’autre, pratique et descriptive ; c’est cette dernière que l’on embrasse dans cet ouvrage elle n’est pas le moins nécessaire au progrès de l’art. Car si la 1ere est le flambeau qui guide dans la voie, la 2e est celle qui allume pour ainsi dire ce flambeau, c’est de l’observation et de l’étude des monuments antiques qu’on a tiré les lumières qui ont servi à poser les principes théoriques de l’art »26.

À la rigueur scientifique de l’architecte, qui cherche à établir les proportions idéales pour ses propres constructions, Dufourny adjoint la plus grande intransigeance pour la conservation des monuments antiques. Son projet de traité contient des prises de position très personnelles, et virulentes, sur les actualités archéologiques en Sicile et sur la protection des ruines. Il s’y montre très critique sur les choix effectués par les antiquaires locaux et particulièrement l’architecte du roi Carlo Chenchi (1740-1815), le prince de Torremuzza (1727-1797) et l’archevêque Alfonso Airoldi (1729–1817). Avec ce dernier, qu’il côtoie régulièrement lors de son séjour à Palerme et dont il gagne malgré tout la confiance, il a un débat très vif sur la déontologie de l’archéologie et les principes de restauration des édifices, qu’il rapporte dans les pages de son journal :

« Chez l’abbé Vella traducteur du code arabe, puis avec lui dîné chez mgr Airoldi, juge de la monarchie : il y avait le chevalier Lanza et le jeune marquis Airoldi son neveu. Il fut beaucoup question de la restauration du T[emple] de la Concorde à Girgenti, le Viceroi l’a nommé commissaire à la conservation des antiquités à la place du prince de Torremuzza et il voudrait signaler son inspection par quelque chose d’utile : son idée serait de rétablir peu à peu le Temple dans son ancien état, chose délicate et dispendieuse et dont je l’ai dissuadé et le dissuaderai autant qu’il me sera possible. Les seules restaurations qu’on puisse se permettre aux monuments antiques sont celles qui sont absolument nécessaires pour prévenir leur plus grand dépérissement ; vouloir les rétablir entièrement est une entreprise téméraire et fut elle confiée à l’architecte le plus consommé pour l’étude des antiquités et des écrits des anciens, il se trouverait bientôt arrêté par mille difficultés qui l’obligeraient pour en sortir de prendre des partis qui ne seraient pas peut être ceux des anciens d’où il résulterait un monstre d’édifice antico-moderne qui n’aurait plus aucun mérite. »27

Vue du Temple de la Concorde à Agrigente : [estampe] / [Louis-François Cassas f.] © BnF/Gallica

Dufourny prévoyait ainsi de dénoncer les « dommages irréparables  faits aux antiquités »28 par les confrères siciliens côtoyés pendant son séjour, donnant à son traité l’allure d’un pamphlet, qu’autorisait sans doute le contexte politique entre la France et l’Italie au moment de sa rédaction. Au-delà de son aspect polémique, ce projet de manuscrit de Dufourny, tout comme les descriptions faites dans son journal à ce sujet, constituent une source de premier ordre sur la discipline archéologique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.

 

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Pauline Chougnet, "« Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny", in L’Antiquité à la BnF, 13/06/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5144, [consulté le 29/09/2022].
  1. Note marginale de Léon Dufourny dans son manuscrit, « Les édifices antiques de la Sicile, mesurés, dessinés et décrits avec la plus scrupuleuse exactitude par M. L. D., s. d., Paris, BnF, Est., Réserve Ub-236 (1)-4, folio 28, P. 123253 []
  2. Il est accompagné, en Dalmatie, de Louis-François Cassas (1756-1827). Voir Werner Szambien, Le musée d’architecture (1776-1836), un projet inachevé, Paris, 1984,  p. 19 []
  3. Ces dessins, un temps attribués à Jacques Carrey, sont aujourd’hui attribués au peintre d’origine flamande Arnould de Vuez (1644-1720). Voir Jean-Pierre De Rycke « Arnould de Vuez, auteur des dessins du Parthénon attribués à Carrey » In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 131, livraison 1, 2007, p. 721-753 []
  4. Antoine Quatremère de Quincy, Hommage à Léon Dufourny,  séance du 5 octobre 1822 à l’Académie des Beaux-arts, p. 236,  cité par Werner Szambien, Le musée d’architecture (1776-1836), un projet inachevé,  p. 21 et note 40, p. 32. Szambien juge ironique le ton de cette notice nécrologique et souligne le délai de quatre ans entre la mort de Dufourny et la lecture de Quatremère []
  5. Ils ont été acquis en avril 1824 auprès du marchand Bénard. « Objets achetés à la vente de M. Dufourny. N° du catalogue : 48. Recueil de dessins, croquis, calques, notes sur la Sicile », Registre des acquisitions effectuées par le département des Estampes et de la photographie. Années 1803 à 1847, Réserve Ye-88 (1)-pet fol []
  6. Léon Dufourny, Diario di un giacobino a Palermo, 1789-1793, op. cit. []
  7. Pietro Burzotta, « Dall’Orto le jardin botanique du monde. Les travaux de Léon Dufourny en Sicile », dans Lotus International, nº 52, 1986, p. 112-127. Les documents sur l’école botanique sont conservés dans la troisième boîte d’archives, cotée Réserve Ub-236(3) []
  8. Réserve Ub-236 (9)-4 []
  9. Cahier manuscrit par Léon Dufourny, « Les édifices antiques de la Sicile, mesurés, dessinés et décrits avec la plus scrupuleuse exactitude par M. L. D., s. d., Paris, BnF, Est., Réserve Ub-236 (1)-4, folios  25 à 39 []
  10. Léon Dufourny, Les édifices…, Ibidem,  P. 123258, folio 33. Sur l’annonce du mémoire de Quatremère de Quincy, Gazette nationale ou le Moniteur universel, 23 mars 1805, p. 3 []
  11. Léon Dufourny, Les édifices…, Ibidem,  P. 123253, fol. 28 []
  12. Le n°23 des Annales d’architecture, du 21 mars 1807 est cité dans une note marginale du manuscrit, Ibidem, P. 123253, folio 28 []
  13. Sur la description de cette rencontre, voir le journal, au 20 octobre 1791, BnF. Est , Réserve Ub-236 (2)-4 []
  14. Léon Dufourny, Les édifices…, op. cit,  P123250, folio 25 []
  15. Aloys Ludwig Hirt, Die Baukunst nach den Grundsätzen der Alten. Berlin: Realschulbuchhandlung, 1809, p. X []
  16. Les cours de Léon Dufourny à l’École d’architecture, ainsi que sa collection de fragments antiques, sont conservés à l’ENSBA []
  17. Une deuxième édition, différente, paraît en 1770 []
  18. Vente. Art. 1819-11-16. Paris, Catalogue d’antiquités égyptiennes, p. XIV. On peut toutefois mettre au crédit de Dufourny sa participation à l’Histoire de l’art par les monumens…de Séroux d’Agincourt []
  19. Léon Dufourny, Les édifices…, op. cit., Bnf, Est, Réserve Ub-236 (1)-4, P. 123254, folio 29 []
  20. Léon Dufourny, Journal, BnF, Est, Réserve Ub-236(2)-4, vendredi 31 juillet 1789 [P123674- P123675] []
  21. Voir sur ces constructions, Pietro Burzotta, op cit., p. 112-127 []
  22. Il n’a produit que des projets dessinés, comme en 1784-1787, lors de son séjour romain, des dessins pour le Palais royal de Haga en Suède, cf. Magnus Olausson, 1988 []
  23. Ub-236 (3)-4, p. 38 []
  24. Dufourny… cité Werner Szambien, op. cit,  p. 24.

    Dufourny poursuit en effet sa réflexion sur les dimensions (modestes) des temples grecques dans le manuscrit de son traité :

    « L’architecture purement grecque étant réglée par les proportions géométriques ne peut parvenir à élever des édifices colossaux comme l’église de S. Pierre ou comme les édifices gothiques dont l’architecture procède par les proportions arithmétiques qui peuvent s’étendre à l’infini pour ainsi dire tandis que les géométriques ne peuvent passer certaines bornes ; c’est pour cela peut être que le temple des géants à Girgenti n’a pu être terminé » (reflex de Thancarville à Venise Xbre 1802), BnF. Est, Réserve Ub-236 (1)-4, P. 123261, folio 36 []

  25. Antoine Desgodets, Les édifices antiques de Rome: dessinés et mesurés très exactement, Chez Iean Baptiste Coignard, 1682, 323 p. []
  26. BnF. Est, Réserve Ub-236 (1)-4, Les édifices…, op. cit., P123250, folio 25 []
  27. BnF, Est, Journal, mardi 25 septembre, Réserve Ub-236 (2)-4, P124102 []
  28. BnF. Est, Réserve Ub-236 (1)-4, Les édifices…, op. cit., P. 123254, folio 29. Outre la proposition de restauration du temple de la Concorde à Agrigente, Dufourny s’opposait aussi aux idées de Carlo Chenchi sur la restauration du grand temple de Sélinonte []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.