Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Longtemps appelés tessères (le terme employé par les romains, tesserae) ces objets étaient nommés par les grecs σύμβολον / σύμβολα [symbolon / symbola]. Incontestablement  le terme le plus commode est aujourd’hui « jeton ». Ces objets ont le plus souvent la forme d’une monnaieles distinguer de ce moyen de paiement n’est d’ailleurs pas toujours évident – et sont le plus souvent en métal. Beaucoup sont en plomb, d’autres en bronze, en fer ou en cuivre. Ces jetons présentent des types très divers qui peuvent avoir été imprimés par la frappe au marteau ou coulés dans un moule bivalve. Les types iconographiques sont souvent dérivés des types monétaires. On reconnaîtra une tête d’Athéna casquée à gauche sur beaucoup de pièces athéniennes ou une représentation du cheval ailé mythique Pégase à Corinthe.  Certains jetons se distinguent pourtant des monnaies par leurs matériaux, leur forme ou leur technique de fabrication. Aussi existe-t-il des exemplaires carrés (c’est le sens du mot tessère), en argile, en os ou en verre ; des sources évoquent aussi l’existence de jetons de bois, mais aucun n’est semble-t-il parvenu jusqu’à nous.

Jeton (ou tessère) de Corinthe, bronze, Ier siècle av. J.-C., 6,98 g ; au droit, Pégase volant à droite avec la légende « COR », au revers, sans type (BnF, MMA Fonds général 605).

Statère de Corinthe, argent, IVe siècle av. J.-C., 8,55 g ; au droit, Pégase volant à gauche avec le qoppa (ϙ) en dessous, au revers, tête d’Athéna casquée et laurée à gauche avec un alpha sous le menton et une tête de Gorgone derrière (BnF, MMA, Luynes 2201).

À quoi servaient ces objets ?

Les sources font souvent défauts au sujet de l’usage de ces jetons. D’une manière générale les textes les associent aux autorités instituées, à la vie de la communauté des citoyens. Ainsi à Athènes, mais également  à Rome, les citoyens qui recevaient ces jetons pouvaient-ils bénéficier des distributions alimentaires publiques. Toujours à Athènes, ces jetons ont été manifestement employés comme tickets d’entrée au théâtre ou au banquet : des manifestations notamment organisées dans le cadre de festivités religieuses civiques, encore un moment important de la vie citoyenne.

Encore à Athènes, Aristophane, Aristote et Philochore nous apprennent qu’ils étaient liés à la perception du misthos (bouleuthikos pour les bouleutes, heliastikos pour les heliastes ou ecclesistikos pour les ecclesisastes), c’est-à-dire de l’indemnité décidée à la fin du Ve siècle, probablement après la fin de la guerre du Péloponnèse (au IVe siècle pour la dernière) pour engager les citoyens les plus pauvres à participer au conseil de la boulé, au tribunal de l’Héliée et à l’assemblée de l’ecclésia.

Jeton (ou tessère) d’Athènes, bronze, V ou IVe siècle av. J.-C., 5,33 g ; au droit et au revers, lambda (BnF, MMA, Fonds général 1176).

Jeton (ou tessère) d’Athènes, bronze, V ou IVe siècle av. J.-C., 3,62 g ; au droit et au revers, Xi (BnF, MMA, Fonds général 1177).

Le cas du tribunal de l’Héliée est particulièrement intéressant car les jetons étaient aussi utilisés pour répartir les héliastes dans les différents tribunaux de la cité. L’opération du tirage au sort est rendue possible par un système de numérotation qui correspond justement aux lettres figurées de nombreux jetons (les grecs utilisent les lettres de l’alphabet comme chiffres). Après la fin des audiences, les jetons étaient rendus par les héliastes contre le paiement du misthos , un triobole d’argent.

Triobole d’argent d’Athènes, fin du Ve siècle av. J.-C., 2,05 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à droite, au revers, la légende AΘE (partiellement hors champ) qui environne une chouette de face encadrée de deux rameaux d’olivier(BnF, MMA, Chandon de Briailles 421).

Encore mal connus, ces jetons ont pu avoir bien d’autres usages, malheureusement peu ou pas documentés : pions de jeux, oboles de Charon voire même amulettes. Autant de possibilités qui laissent ouvert le champ des études à mener.

Julien OLIVIER

Pour aller plus loin:

Consultez le site du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean, dirigé par Clare Rowan.

A voir également le bref documentaire réalisé par Mairi Gkikaki : Symbolon. The Juror’s Token.

Les journées du Patrimoine à la Bibliothèque nationale de France.

Citer ce billet : jolivier, "Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine", in L’Antiquité à la BnF, 14/09/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4679, [consulté le 17/11/2018].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.