Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Devéria, photographe-égyptologue studieux mais bien discret

Tout d’abord, sur un plan esthétique, ses images n’ont pas la beauté parfois saisissante de certains clichés de Maxime Du Camp, John B. Greene, Félix Teynard ou Aymard de Banville. Elles ne possèdent pas non plus le cadrage travaillé et l’efficacité à restituer en deux dimensions la globalité d’un site archéologique, que l’on peut rencontrer dans les tirages d’un Félix Bonfils, d’un Antonio Beato ou d’un Édouard Jarrot. Par ailleurs, Théodule Devéria n’utilise pas la photographie comme un moyen de reproduction esthétique du réel, alors que le débat fait toujours rage dans les années 1850 sur la nature artistique, ou non, de la photographie. En effet, loin de ces préoccupations, il utilise le négatif sur papier en Égypte comme un outil simple mais idéal de reproduction du réel, supérieur dans sa fidélité des détails et des dimensions aux techniques du dessin. Nous pouvons même proposer l’expression moderne d’un « usage professionnel » de la photographie dans le cadre d’une activité d’égyptologue. Cet usage parait bien banal pour les archéologues du 21e siècle mais à l’époque, il était très novateur d’intégrer à un si haut degré la photographie aux activités courantes de l’archéologie.

Ile de Phylae, près de Bighée. Egypte par Bonfils, Bibliothèque Carré d’art / Nîmes, IP002

Enfin, on peut avancer qu’il reste assez méconnu car ses images sont rares et ses archives peu étudiées. Ses collections photographiques et ses archives manuscrites sont de plus disséminées en France parmi les collections de la BnF, du Musée d’Orsay et du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre. A l’étranger, le Getty Museum possède un fonds important de tirages albuminés de Théodule Devéria dont un grand nombre de portraits de famille, mais aussi des vues d’Égypte dont la BnF possède par exemple certains des négatifs1. On trouve aussi des photographies de Devéria mises en vente à de rares occasions sur le marché de l’art : entre 1999 et 2000, un nombre important de tirages d’Égypte a ainsi été dispersé, dont la collection de 24 tirages sur papier salé albuminisés réalisés en 1859 et conservés par l’égyptologue Eugène Grébaut (1846-1915)2. En 2017, un ensemble de 28 tirages albuminés montés sur carton d’origine a été proposé à Drouot.

Si les images de Théodule Devéria sont assez peu connues, on connaît cependant bien sa biographie, malgré la mort prématurée de l’égyptologue à l’âge de 40 ans. Fils d’Achille Devéria, illustrateur et lithographe renommé et de Céleste Motte, fille de l’imprimeur lithographe reconnu Charles Motte, Théodule Devéria grandit dans un environnement socio-culturel stimulant de par les fréquentations artistiques et académiques de sa famille. Une source historique importante reste le recueil de mémoires posthume de Devéria, publié par l’intermédiaire de Gaston Maspero en 1896 et 1897, et qui contient la biographie de l’égyptologue rédigée par son frère Gabriel Devéria3. Celui-ci décrit de quelle façon la passion de Théodule Devéria pour l’Égypte fut grandement influencée par les récits de Prisse d’Avennes dont il fut le témoin, lorsque le célèbre explorateur-égyptologue passa plusieurs jours chez les Devéria pour se faire « tirer le portrait » par le père de Théodule en 1843. La visite du musée égyptien de Leyde en 1846 marqua tout autant l’apprenti égyptologue, émerveillé tout particulièrement par des traces de polychromie sur des bas-reliefs et frustré de ne pas avoir eu le temps de dessiner ou d’estamper « ces belles choses »… Il faisait déjà preuves des réflexes du métier d’archéologue. Enfin, l’environnement artistique et littéraire que décrit son frère prouve combien Théodule Devéria bénéficia des meilleurs maîtres à penser et à créer dès sa plus tendre jeunesse. Pour approfondir cette période d’apprentissage de la vie de Devéria, on lira avec intérêt sa biographie rédigée par Sylvie Aubenas sur le site Bibliothèques d’Orient4.

Théodule Devéria se rapproche dès 1856 d’Auguste Mariette et l’assiste pour le classement et l’inventaire des objets provenant des campagnes de fouilles du Serapeum de Memphis. En 1859, il l’accompagne en Égypte et réalise de nombreux négatifs papier sur des chantiers de fouille situés entre Memphis et Karnak. En 1865, il retourne pour la troisième fois en Égypte aux côtés d’Henri Péreire, Alexandre Surell et Arthur Rhoné et réalise des prises de vue selon la technique du négatif sur verre au collodion sans que l’on sache s’il s’agit du procédé humide ou sec.

Auguste Mariette (détail), 1862. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-933

Un apprentissage progressif et raisonné de la photographie

On s’accorde à dire que Théodule Devéria a vraisemblablement appris la photographie aux côtés de son père, vers 1854. Il s’agit alors des procédés de photographie sur papier, et Devéria ne semble pas avoir été précédemment initié au daguerréotype. Il était à priori déjà informé des techniques sur papier car leurs introductions en France avaient été réalisées par l’intermédiaire de Blanquart-Evrard dès 1847. L’influence visuelle de John B. Greene plane également sur l’apprentissage du jeune Théodule à la photographie : alors épigraphiste au département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre, il participe en 1855 à la publication de l’album de Greene, sur les fouilles que le jeune égyptologue américain avait réalisées à Thèbes la même année5. Théodule Devéria, très sensibilisé à la question des techniques de reproduction des monuments et bas-reliefs égyptiens, a certainement mesuré le fort potentiel du jeune médium photographique pour les activités de l’archéologie au quotidien. Quoiqu’il en soit, ses photographies les plus anciennes sont constituées de 12 négatifs sur papier représentant des vues de forêt, conservées par le musée d’Orsay et datées d’environ 18546. Ces négatifs, dont la plupart sont sous-exposés et qui possèdent pour certains des dominantes colorées, nous mettent sur la piste d’une maîtrise encore inaboutie de la technique photographique par Devéria. Les vues de forêt font aussi écho aux cours de photographie dispensés par Gustave Le Gray à son élève John B. Greene en forêt de Fontainebleau vers 1852. Ainsi, il ne serait pas improbable que les vues de forêt de Devéria aient été réalisées, de la même manière, dans le secteur forestier de Barbizon.

Un autre ensemble de 23 négatifs papier conservés par le musée d’Orsay, représentant des vues d’édifices du Calvados, est intéressant de par leur datation. L’année 1859 est légendée sur chaque négatif à l’encre de Chine. Or, Théodule Devéria passe 4 mois en Égypte pour sa célèbre mission auprès de Mariette de décembre 1858 à avril 1859. Il est délicat de conclure si les négatifs du Calvados ont été réalisés par Devéria de retour d’Égypte, afin de parfaire sa maîtrise de la photographie sur papier, ou bien plutôt en 1858 pour s’exercer avant le départ en Égypte, dans l’hypothèse où la datation manuscrite serait approximative.

Ses notes manuscrites, conservées au Département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, nous indiquent par ailleurs que Théodule Devéria s’est aussi formé en tant qu’autodidacte à la technique photographique en conservant les formulations les plus pertinentes de divers procédés. Elisabeth David, qui a consulté ces notes techniques, précise que très tôt s’est posée la question de la reproduction des reproductions7 Soit, notamment, la reproduction d’estampages réalisés in situ par la photographie. On constate avec intérêt que dans un souci de diffusion de l’information savante, Devéria a en effet réalisé en 1859 des prises de vue de larges bandes d’estampages, assemblées et collées sur un cadre blanc de grande dimension, vraisemblablement au cœur même du site de Karnak. On retrouve une série importante des négatifs sur papier correspondants et conservés aujourd’hui au musée d’Orsay8.

Formule d’un collodion albuminé sec conservée par Devéria dans ses notes. Musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes, Ms 201-19 (5)

Curieux des innovations techniques liées au nouveau médium, Devéria note et archive de multiples formulations issues de praticiens connus de la photographie : le grand calotypiste Louis-Rémy Robert, ainsi que G. Roman dont il consulte vraisemblablement les contributions au Guide du photographe édité par l’opticien Charles Chevalier en 1854, comme par exemple la formule d’un collodion albuminé sec aussi rapide que le collodion humide9. Concernant la technique du négatif papier, un petit billet manuscrit relate une « expérience de reproduction » forte intéressante. Devéria réalise un essai de tirage d’un papyrus en plein soleil afin de déterminer le bon temps de pose, en utilisant le procédé du papier ciré sec de Le Gray10 :

Le 9 Sbre 1857. Expérience de reproduction d’un papyrus avec une feuille de papier ciré, sec, préparé depuis plusieurs jours.

Le papyrus sous verre posé en plein soleil de 1h25’ à 1h55. avec un objectif de 2 pouces à 0,50 de foyer et diaphragme de 0,02, de diamètre ; le chassis ouvert par parties de 5 en 5 minutes. Le haut du papyrus qui se trouvait en bas de la glace dépolie est la partie qui a posé le plus c.a.d. 0,30’ ; le bas au contraire n’a posé que 0,05’. C’est la partie qui a posé 25’ qui est la meilleure.

Expérience de reproduction d’un papyrus par tirage photographique, réalisée par Devéria en 1957. Musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes, Ms 201-19 (5)

Le photographe n’utilise pas de chambre photographique pour son expérience, mais uniquement un châssis-presse qui sert d’habitude à tirer le négatif sur un papier positif. Mais ici, le négatif est remplacé par le papyrus, et le papier positif… par un négatif papier ciré utilisé à sec, pour des considérations évidentes de conservation préventive de l’œuvre reproduite. La reproduction obtenue possède donc toujours des valeurs inversées, avec les inscriptions hiéroglyphiques ressortant en blanc. Un second tirage éventuel du négatif sur papier obtenu permettait la réalisation d’une reproduction positive du papyrus.

Abydos, petit temple. [Mur avec reliefs] par Devéria, BnF RESERVE EI-3-BOITE FOL B – n. 3

Pour les lecteurs ayant déjà pratiqué le tirage noir et blanc de négatifs argentiques en laboratoire, il est émouvant de constater que Devéria utilise la technique connue du tirage d’essai à poses multiples, grâce à des expositions cumulées de la surface sensible par masquage. Cette technique lui permet de déterminer le temps de pose optimal du négatif en fonction de la densité maximale et du contraste obtenus pour chaque zone, après le développement et fixage du négatif d’essai. Grâce à l’évocation manuscrite de cet essai, il est possible de suggérer une datation plus précise du petit corpus de négatifs papier conservé au musée d’Orsay et représentant des reproductions imprimées du papyrus Anastasi 1 que possède le British Museum11. Il est sensé de penser que ces clichés ont été réalisées par Devéria en 1857, à la suite de son tirage d’essai à temps de pose multiples. De plus, le format de 28 par 45cm de ces négatifs impressionne par ses dimensions imposantes pour l’époque.

Quand Théodule Devéria photographie aux cotés de Mariette en 1859, il possède donc une très bonne maîtrise des manipulations photographiques nécessaires. Mais, concevant la photographie comme un moyen plus fiable et objectif sur un plan dimensionnel que le dessin en vue de reproduire le réel, le photographe réalise souvent les négatifs qui sont parvenus jusqu’à nous de manière sommaire. Ces derniers, qui nous semblent exécutés avec négligence, représentent toutefois des documents de travail que le photographe-égyptologue classait dans ses archives et réutilisait en fonction de l’avancement des fouilles en Égypte, ou bien des projets de publication.

Que nous enseignent les photographies de Devéria ?

Tout d’abord, les négatifs de Devéria présentent les indices de manipulations classiques de la photographie sur papier : présence du cirage, application fréquente d’un vernis noir au verso afin d’éclaircir les ciels au tirage, ajout de légende sur le négatif afin de l’imprimer directement sur le tirage positif, traces éventuelles de recadrage au trait. A de rares occasions, le photographe complète également certaines inscriptions sur le négatif à l’encre de Chine.

Abydos, petit temple. [Mur avec reliefs] avec inscription hiéroglyphique complétée à l’encre de Chine par Devéria (à gauche), BnF RESERVE EI-3-BOITE FOL B – n. 30

Les négatifs de Devéria sont cirés, mais il est toujours délicat de statuer s’ils ont été cirés avant sensibilisation de la feuille et utilisés à sec (procédé Le Gray) ou bien s’ils ont été cirés après exposition et traitement complet (procédé du calotype utilisé humide). L’essai de reproduction du papyrus par Devéria peut favoriser l’hypothèse du procédé du papier ciré sec de Le Gray, mais cet indice reste insuffisant pour conclure de manière définitive sur la nature du ou des procédés utilisés par le photographe-égyptologue en 1859. À l’inverse, il est possible d’argumenter qu’en Égypte, le photographe avait certainement toute latitude pour installer un petit laboratoire de fortune sur les chantiers de fouille, dans le recoin sombre d’un temple par exemple, et sensibiliser rapidement une feuille de papier afin de l’exposer humide, de manière à obtenir un négatif de la scène photographiée.

Concernant les informations visuelles que nous fournissent les images de Devéria, on constate par une observation attentive que malgré la nature dense et fibreuse du support utilisé pour l’obtention des négatifs, on obtient un rendu des détails très élevé. Les versions positives virtuelles que l’on peut afficher dans Gallica permettent d’apprécier ce rendu des détails en zoomant quelque peu dans l’image. Ainsi, cette vue d’un bas-relief de Karnak où l’on peut apercevoir les très fines brindilles d’un arbuste mort, aux pieds du monument.

Karnak. [Relief : pharaon offrant un oiseau à la déesse Hathor] par Devéria. BnF, RESERVE EI-3-BOITE FOL B – n. 7

Outre la bonne résolution des négatifs, certains d’entre eux nous fournissent également des informations sur les couleurs des sujets photographiés. En effet, plusieurs négatifs révèlent la présence de traces de polychromie à tons chauds (ocres rouges ou orangés utilisés pour les tons chairs de personnages). Certes, dans les années 1860 aucun procédé photographique ne permet d’enregistrer et de restituer les couleurs naturelles d’un sujet. Mais le négatif papier n’étant pas panchromatique, c’est à dire photosensible à l’intégralité du spectre visible, les éléments de polychromie rouge-orangée n’impressionnent pas la surface sensible et ressortent donc très clairs sur les fibres du papier, et très sombres sur le positif12. Par exemple, le cliché d’un bas-relief du temple de Médinet-el-Bahari [= Deir el-Bahari] sur la rive Ouest de Thèbes met en évidence des traces de polychromie plus ou moins bien conservées, et que l’on peut présumer à tons chauds sur différents sujets (serviteurs, soldats et hiéroglyphes).

Médinet-el-Bahari (Thèbes) par Devéria; BnF, RESERVE EI-3-BOITE FOL B – n. 13

L’œuvre photographique de Devéria, de par les données qu’elle contient, a également toute sa place au sein de l’archéologie égyptienne actuelle. En témoignant d’un état de conservation du patrimoine égyptien à une période donnée, les images du photographe-égyptologue sont très précieuses dans le cas où les éléments photographiés ont aujourd’hui disparu, ou bien dont l’état s’est fortement dégradé depuis les années 1860. Peu d’études ont été réalisées dans ce cadre, en privilégiant l’analyse des images de Devéria pour confronter les informations s’y trouvant aux données du terrain ou des collections des musées d’art égyptien. Deux exemples sont toutefois révélateurs des bénéfices que l’égyptologie pourrait tirer de telles analyses.

Tout d’abord, le travail de recherche de Clémentine Durand sur les sculptures grecques du Sérapéum de Memphis permet de souligner l’importance historique des 26 négatifs papier que Devéria réalisa en 1859 afin de les reproduire13. Cet ensemble de statues, qui avait été découvert par Mariette en 1851, avait été laissé in situ à l’exception de deux statues de sirènes, du fait de leur fragilité et de leur état de dégradation. Ré-ensablées, les statues furent redécouvertes en 1938, recouvertes avant la Seconde Guerre mondiale, puis ré-exhumées par Jean-Philippe Lauer en 1950. Elles se trouvent toujours sur le site du Sérapéum, protégées par un auvent mais dans un état de conservation bien inférieur à celui de 1859. L’auteur, en étudiant les photographies de Devéria et en les comparant aux dessins au trait réalisés par Mariette des mêmes statues, montre combien ces dessins s’éloignent de l’état réel des statues dans les années 1850 et comment le grand égyptologue a reproduit ces œuvres en les réinterprétant, à l’aide de son imagination et de ses propres connaissances historiques. Quant à la photographie d’une sirène réalisé par Devéria, il s’agit d’un témoignage rare d’une statue qui se trouvait encore sur son site de découverte au moment des prises de vue, reproduite avant sa restauration réalisée plus tard à l’occasion de son intégration dans les collections du musée du Caire14.

Memphis. Sérapéum grec par  Devéria. BnF, RESERVE EI-3-BOITE FOL B – n. 16

Dans un contexte similaire, Nico Starring a récemment effectué une étude iconographique et technique de la tombe de Ptahmose, aujourd’hui partiellement détruite, à partir de deux photographies de Devéria réalisées en 185915. La première photographie, dont le tirage a été acquis en 2005 par le Metropolitan Museum of Art de New York, représente l’unique reproduction visuelle de cette partie de la tombe de Ptahmose (voir image ci-dessous). Malgré la redécouverte de la tombe par une mission archéologique sur le site de Saqqarah en 2010, les bas-reliefs et les inscriptions de la porte d’entrée présents sur la photographie de Devéria n’ont pas subsisté à l’épreuve du temps16. Grâce aux informations fournies par cette image, Starring apporte de nouveaux éléments sur la vie de Ptahmose, grand prêtre de Ptah et membre important du clergé memphite. De la même manière, la seconde photographie représente un bas-relief situé à un autre endroit de la tombe de Ptahmose, qui lui aussi n’a pas été retrouvé par les archéologues en 201017. Ce bas-relief, dénommé « Mur Rhoné », fournit d’importantes informations sur le propriétaire de la tombe, puisqu’il le représente avec sa famille sur une barque en papyrus. La photographie de Devéria permet également à Starring de proposer une localisation du bas-relief au sein de la tombe dans son état actuel. Ainsi, malgré le caractère éphémère des vestiges égyptiens et des fragiles négatifs sur papier de Devéria, il reste encore possible d’exploiter de nombreuses données utiles à l’archéologie égyptienne à l’aide d’un système archaïque mais suffisant de reproduction photomécanique du 19e siècle18.

Tombe de Ptahmose, Saqqara (Memphis), 1859. Gilman Collection, Purchase, Joseph M. Cohen Gift, 2005. MMA Nr 2005.100.321

Les photographies de Théodule Devéria n’ont donc pas encore délivré tous leurs secrets. Cet homme discret, travailleur et certes un peu austère, a malgré tout réalisé une œuvre photographique d’importance et qui bénéficierait d’une étude approfondie à partir d’un inventaire complet des fonds conservés dans différentes collections patrimoniales en France et à l’étranger.

Nicolas Le Guern

Bibliographie

Sylvie Aubenas et Paul-Louis Roubert, « Dictionnaire des calotypistes en France », dans Primitifs de la photographie, le calotype en France (1843-1860), Paris, Gallimard-BnF, 2010, p. 274.

Elisabeth David, « Théodule Devéria (1er juillet 1831 – 25 janvier 1871), l’égyptologue faiseur d’images », dans Sésostris III, Pharaon de légende, sous la direction de Fleur Morfoisse, Guillemette Andreu-Lanoë et Clément Pouwels, Gand, Snoeck, 2014, p. 246-251.

Gabriel Devéria, “Théodule Devéria (1831-1871). Notice biographique”, in Gaston Maspero (ed.), Théodule Devéria mémoires et fragments I, tome 4, Paris, Ernest Leroux, 1896, p. I-XLVIII. URL :  https://archive.org/details/mmoiresetfragme00maspgoog.

Le Guern, Nicolas. « La photographie et ses multiples usages à la rencontre de l’Égypte : l’émergence progressive d’une vision nouvelle. » In Voyages en Egypte. Des Normands au pays des pharaons au XIXe siècle, édité par Alice Gandin, p. 116-135. Caen : Fage Editions, 2017.

Le Guern, Nicolas. « Éloge de la simplicité, adaptation et évolution du calotype en France de Fox Talbot à Gustave Le Gray. » In Primitifs de la photographie, le calotype en France (1843-1860), édité par Sylvie Aubenas et Paul-Louis Roubert, p. 19-33. Paris : Gallimard – BnF, 2010.

Nissan Perez, Focus East. Early Photography in the near East 1839-1885, New York, Harry N. Abrams, Inc., Publishers, 1988, p. 154-156.

Pour aller plus loin

Les Nadar, une légende photographique, exposition BnF, 16 octobre 2018 – 3 février 2019.

Site Bibliothèques d’Orient, et en particulier la rubrique « L’Orient des photographes ».

  1. L’auteur des portraits n’est pas clairement identifié, le musée proposant Théodule, son père Achille ou bien le photographe Octave Benoist. []
  2. Lire à ce sujet le numéro spécial publié sous la direction de Serge Plantureux, Théodule Devéria. Voyages sur le Nil 1858-1865, Paris, Rhinocéros féroce, Librairie Serge Plantureux, 1999. []
  3. Gabriel Devéria, “Théodule Devéria (1831-1871). Notice biographique”, in Gaston Maspero (éd.), Théodule Devéria mémoires et fragments I, tome 4, Paris, Ernest Leroux, 1896, p. I-XLVIII. []
  4. Sur l’apprentissage de l’égyptologie par Théodule Devéria, voir également Elisabeth David, « Théodule Devéria (1er juillet 1831 – 25 janvier 1871), l’égyptologue faiseur d’images », dans Sésostris III, Pharaon de légende, sous la direction de Fleur Morfoisse, Guillemette Andreu-Lanoë et Clément Pouwels, Gand, Snoeck, 2014, p. 246-251. []
  5. La version numérisée de l’album est disponible sur le site de la bibliothèque d’Heidelberg: lien []
  6. Voir par exemple les images mises en ligne par le musée sous les cotes PHO 1986 131 122, PHO 1986 131 111. []
  7. Elisabeth David, op. cit. p. 249. []
  8. Voir par exemple le négatif PHO 1986 131 276. []
  9. Note Ms 201-19 (5) reproduite ci-dessus. Voir Elisabeth David, ibidem. Le descriptif complet de la cote se trouve dans la base des manuscrits de la BCMN. []
  10. Je remercie sincèrement Elisabeth David et Vincent Rondot du département des Antiquités égyptiennes du Louvre pour m’avoir transmis les reproductions numériques des notes manuscrites de Devéria et pour m’avoir autorisé à les utiliser afin d’illustrer cet article. []
  11. Voir par exemple le négatif PHO 1986 131 491. []
  12. Les premiers procédés photographiques ne sont photosensibles qu’à une partie du spectre ultraviolet et à la portion bleu-vert du spectre visible. Ils ne sont que très peu sensibles au jaune, à l’orange et au rouge. []
  13. Clémentine Durand, « Les photographies des sculptures grecques du Sérapéum de Memphis par Théodule Devéria », in Raphaële Bertho, Jean-Philippe Garric et François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 17 septembre 2018. []
  14. Il s’agit du seul cliché négatif conservé à la BnF, sous la cote RESERVE EI-3-BOITE FOL B – n. 16. Les 25 autres négatifs de la ou des séances de prises de vue par Devéria sont conservés par le musée d’Orsay (voir par exemple la cote PHO 1986 131 203. []
  15. Nico Starring, « The Tomb of Ptahmose, Mayor of Memphis Analysis of an Early 19 th Dynasty Funerary Monument at Saqqara », BIFAO 114, 2014, p. 455-518. []
  16. Le musée d’Orsay possède le négatif correspondant sous la cote PHO 1986 131 225. La légende manuscrite est « Sakkarah (Memphis). Tombeau de Ptah-Mes ». []
  17. Starring utilise pour son étude le négatif papier conservé par la BnF sous la cote RESERVE EI-3-BOITE FOL B-n. 15. Le positif virtuel correspondant est disponible dans Gallica. Le musée d’Orsay possède un tirage de ce négatif, à la cote PHO 1986 144 65. Étant donné l’importance de la tombe redécouverte, l’archéologue pense que Devéria aurait pu réaliser un plus grand nombre de photographies du site, et que des images inédites se cachent encore peut-être au sein des collections patrimoniales. []
  18. Cette exploitation de la reproduction d’une antiquité nous évoque le travail non moins célèbre de Champollion à l’aide de la reproduction… de la pierre de Rosette. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.