Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricu Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Léon Dardel naquit à Paris en 1814 dans une famille de joaillers. Sa biographie et sa formation demeurent obscures et l’homme reste presque inconnu malgré la notoriété encore vivace de son œuvre. Il fut peintre avant d’être graveur, cette raison sociale figurant le plus souvent dans les actes officiels et plusieurs de ses œuvres furent exposées au Salon de 1831 à 1839. Les gravures numismatiques de Dardel furent estimées par les contemporains mais leur auteur, considéré pourtant comme le maître dans son domaine, ne fit jamais l’objet d’une étude ni même, semble-t-il, d’une simple nécrologie (sa date de décès demeure inconnue). Ce fait, moins paradoxal qu’il n’y paraît, est révélateur du statut réservé aux illustrateurs des publications intellectuelles et scientifiques de l’époque.

Tétradrachme macédonien, statères gaulois et médaillons romains dessinés par Léon Dardel. Illustrations issues de  : Wilhelm Froehner, Les médaillons de l’Empire romain depuis le règne d’Auguste jusqu’à Priscus, Paris, 1878 et Henri de La Tour, Atlas de monnaies gauloises préparé par la Commission de la topographie des Gaules, Paris, 1892.

Collaborateurs obligés mais subalternes, les graveurs ne pouvaient prétendre à une quelconque qualité savante. Dans la société du temps, pétrie du sens de la hiérarchie sociale, nul n’eût songé à magnifier outre mesure le labeur d’un artisan, fût-il remarquablement doué. Dardel ne pratiqua guère la gravure de création ou de transcription, qui lui eut conféré la qualité de graveur d’art. N’ayant par ailleurs jamais prétendu qu’à reproduire au mieux des monnaies, il n’intéressa pas les érudits, guère émus de sa disparition.

Il collabora avec Ch.-L. Rollin (1777-1853) puis C. Rollin (1813-1883) éditeurs de la Revue numismatique dont il grava l’intégralité des planches de 1848 à 1888. Cette longévité permet de suivre son évolution depuis les travaux de jeunesse, qui ne se distinguent pas à première vue de la production courante, jusqu’aux productions les plus achevées de la maturité. Toujours de très bonne facture, les gravures de Dardel s’élèvent parfois jusqu’à une maîtrise impressionnante. Ainsi les médaillons romains gravés pour l’ouvrage de W. Froehner (1834-1925) sont d’une qualité inégalée et suffiraient à eux seuls à ranger leur auteur parmi les maîtres. Le monnayage celtique avec l’Atlas d’H. de La Tour a également trouvé en Dardel son meilleur illustrateur. La reproduction des modèles avec un minimum de traits, l’usage juste et modéré des procédés d’ombrage propres à la taille-douce, expliquent pour une grande part l’impression d’élégante clarté qui se dégage des plus belles réalisations de Dardel. La gravure numismatique portée à ce point transcende l’entreprise d’illustration qui la fonde, l’artiste participant à une recréation de l’œuvre du graveur monétaire dont il devient en quelque sorte le double.

Médaillons romains (Carin et Constant Ier) et bronze irrégulier de Postume dessinés par Léon Dardel. Illustrations issues de  : Wilhelm Froehner, Les médaillons de l’Empire romain depuis le règne d’Auguste jusqu’à Priscus, Paris, 1878 et Henri de La Tour, Atlas de monnaies gauloises préparé par la Commission de la topographie des Gaules, Paris, 1892 (le dessin en bas à gauche est inédit).

Scrupuleux dans sa transcription, il réserve cependant un traitement différent aux portraits et aux figurations. Les effigies, finement gravées, sont toujours expressives, parfois plus que leurs modèles, Dardel semblant ne se résoudre qu’à regret à reproduire en l’état un visage dont les traits ont été estompés par l’usure ou l’oxydation. Les scènes sont à l’inverse traitées d’une manière neutre : la corrosion, les faiblesses de frappe et les défauts du flan étant scrupuleusement reproduits. Il faut noter enfin le soin apporté à l’épigraphie :  les lettres sont dessinées et non indiquées par un simple trait, leur forme, leur espacement et leurs éventuelles déformations convenablement restitués. La précision du travail de Dardel permet fréquemment d’utiliser ses gravures à l’instar de photographies pour établir des liaisons de coins, identifier des exemplaires et distinguer les monnaies officielles de leurs imitations. La comparaison directe entre les gravures et les monnaies leur ayant servi de modèles est riche d’enseignements.

La conjonction de telles qualités explique le succès encore actuel des productions de Dardel auprès des amateurs et des numismates, mais aussi pourquoi une telle œuvre ne pouvait être qu’une exception. Elle entretint un moment l’illusion de la pérennité d’une illustration gravée en numismatique. Cette dernière s’émancipa cependant de l’esprit d’érudition littéraire où elle s’était parfois cantonnée, pour se tourner peu à peu vers la technique photographique, (la première photo dans un périodique spécialisé date de 1873) qui lui promettait fiabilité souplesse d’emploi et rapidité d’exécution.

Dominique Hollard

Pour aller plus loin

On consultera avec intérêt l’article de D. Hollard paru en 1991 dans la Revue Numismatique : « L’illustration numismatique au XIXe siècle ».

Citer ce billet : dhollard, "Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel", in L’Antiquité à la BnF, 10/09/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4443, [consulté le 19/09/2018].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.