De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Poids en plomb de Chios de deux mines, dessiné en 1756  (gauche), 1895 (centre) et photographié en 2016 (droite) . Dimensions, L. 7 cm x 7 cm ; ép. 2 cm ; poids: 1125 g. (BnF, MMA, Bronze 2240).

Les poids de marché gréco-romains sont des objets généralement en métal, parfois en pierre qui, dans le monde grec, servaient, à l’aide de balances et de contrepoids, à mesurer la masse des produits les plus divers. Ils étaient sous la responsabilité des agoranomes, magistrats civiques qui veillaient à garantir l’honnêteté des transactions sur l’agora (le marché) ou à l’emporion (le port). Ils portaient des signes ou des inscriptions qui indiquaient des mesures. Ici, ce poids de Chios pesant 1125 grammes est reconnaissable à la sphinge ailée assise sur une amphore et porte l’inscription ΔΥΟ ΜΝΑ pour deux mines ; l’autre face ne comporte ni inscription ni décor.

La collection des poids gréco-romains de la BnF n’est pas très connue. Préalablement à sa numérisation et son intégration au portail en ligne du projet PONDERA, un récent travail d’inventaire et de récolement a permis de mieux connaître l’histoire de ce fonds. Grâce à cela, nous avons pu retracer le parcours de ce poids grec de Chios depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Registre d’Acquisition du Cabinet du roi, 1782-1793. Acquisitions du 30 avril 1791 (BnF, MMA, Ms. 68 bis).

Le dépouillement systématique des registres d’acquisitions a permis de relever l’entrée le 30 avril 1791 d’un « poids de Chio, en plomb », lot n° 515 de la vente des collections de M. Le Brun et Mme de Tableaux. Cette courte notice suffit à reconnaître le poids décrit et illustré par E. Babelon et A. Blanchet dans leur catalogue des bronzes de la Bibliothèque nationale (publié en 1895) sous le n° 2240.

Catalogue des bronzes antiques de la Bibliothèque nationale, publié par MM. Ernest Babelon et J.-Adrien Blanchet, Paris, 1895, p. 677 (BnF, MMA, RES-40007-PAR-BN-4-(1895,B,1-2)).

Cependant, c’est seulement en consultant l’Histoire du Cabinet des Médailles, Antiques et Pierres gravées de Du Mersan (1838) que l’on apprend que ce poids fut d’abord publié par le fameux comte de Caylus dans le deuxième volumes de ses Recueils, daté de 1756. Cette toute première occurrence est riche en enseignements. Caylus rapporte que ce poids appartenait alors à la collection de Joseph Pellerin, qui le reçut quelques années plus tôt. Ce grand collectionneur, célèbre numismate, qui travaillait au ministère de la Marine du roi bénéficiait d’un large réseau parmi les officiers de la flotte, dont les navires rapportaient de nombreuses antiquités de leurs voyages. Notre poids est réputé avoir été découvert à Chios, provenance somme toute logique pour ce type d’objet utilisé auparavant dans les marchés et foires locales.

Comte de Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, tome 2, Paris, 1756, pl. 49 (INHA, 4 RES 1847 (2)).

Tétradrachme d’argent de Chios (Ionie), vers 380-350 av. J.-C. (BnF, MMA, ex-coll. Armand-Valton, n° 436).

Caylus avait été intrigué par ce poids de la collection Pellerin notamment car l’iconographie est identique à celle des monnaies antiques de cette cité, déjà bien connues au XVIIIe siècle. C’est ce parallèle couplé à la provenance qui a conduit Caylus à attribuer ce poids à Chios. Aussi le savant jugea-t-il opportun de préserver – au-delà de la gravure de ses Recueils – une trace de cet objet dans les collections royales : une copie en bronze. Il offrit au Cabinet du roi cette réplique du poids de Pellerin, 35 ans avant que l’original ne soit finalement acquis. Au revers du fac-simile, on trouve aujourd’hui encore la dédicace que Caylus fit graver :

« Copie exacte en tout Genre d’un Poids antique de Plomb qui avoit fervi dans l’ifle de Chio & dont on trouve l’Explication dans le 2e Volume des Antiquités de M. le Comte de Caylus. Planche XLVII. »

Copie bronze du poids de Chios de la collection Pellerin. Réplique réalisée et donnée au Cabinet du roi par le Comte de Caylus (BnF, MMA, Bronze 2240-réplique).

Publié à de nombreuses reprises depuis le milieu du XVIIIe siècle, dessiné deux fois, moulé : ce poids de Chios – qui au demeurant ne présente plus aujourd’hui d’intérêt scientifique majeur – illustre bien la richesse des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, auparavant Cabinet du roi. Accumulées depuis plusieurs siècles, les œuvres conservées sont à présent indissociables des archives et publications dont ils ont fait l’objet depuis si longtemps. Le plus souvent privé du contexte original de la découverte, c’est vers une archéologie de papier que l’on doit se tourner pour reconstituer le parcours de ces antiquités, et ainsi restituer toute leur valeur en tant que source historique.

Julien OLIVIER

Pour aller plus loin :

Présentation du projet PONDERA.

Sélection de références et publications concernant cet objet (1756-1997) :

  1. Comte A.-C.-P. de Caylus., Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, t. II, Paris, 1756, p. 143-144 et pl. XLIX, n° I.
  2. Th. Marion Du Mersan, Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées ; avec une notice sur la Bibliothèque royale, et une description des objets exposés dans cet établissement, Paris, 1838, p. 129.
  3. August Böckh, Metrologische Untersuchungen über Gewichte, Münzfüsse und Masse des Alterthums in ihrem Zusammenhange, Berlin, 1838, n° 8534.
  4. A. de Longpérier, Monumenti inediti pubblicati dall’Instituto di corrispondenza archeologica, t. IV, Rome, 1847, p. 334.
  5. R. Schillbach, « De ponderibus aliquot antiquis, Graecis et Romanis, maxima ex parte nuper repertis » in Monumenti inediti pubblicati dall’Instituto di corrispondenza archeologica, t. VIII. – Rome, 1865, n° 73.
  6. J. Brandis, Das Münz- Mass-, und Gewichtswesen in Vorderasien bis auf Alexander den Grossen, Berlin, 1866, p. 15.
  7. G. Schlumberger (éd.), Oeuvres de A. de Longpérier, t. II, Paris, 1883, p. 199.
  8. Michel C. Soutzo, Étalons pondéraux primitifs et lingots monétaires, Buracest, 1884, p. 462, n° 309.
  9. M. Philippe Le Bas (dir.), Voyage archéologique en Grèce et en Asie mineure, Paris, 1888, p. 100.
  10. Et. Michon, « Les poids en plomb du musée du Louvre » in Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, t. LI, 1891, p. 2.
  11. Erich Pernice, Griechische Gewichte, gesammelt, beschrieben und erläutert, Berlin, 1894, p. 187, n° 738.
  12. E. Babelon, J.-A. Blanchet, Catalogue des Bronzes Antiques de la Bibliothèque nationale, Paris, 1895, 2240.
  13. Lexicon iconographicum mythologiae classicae, LIMC.VIII. 1-2, Thespiades-Zodiacus et supplementum Abila-Thersites, Zürich, 1997, p. 15.
Citer ce billet : jolivier, "De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios", in L’Antiquité à la BnF, 26/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/3982, [consulté le 17/11/2018].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.