Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme

Le « caillou Michaux » est l’un des joyaux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF. Il est entré dans les collections du Cabinet des Médailles en 1800 grâce au botaniste André Michaux qui l’avait trouvé en 1786 lors d’un voyage en Mésopotamie, plus précisément au sud de Bagdad, au bord du Tigre, à proximité des ruines de l’ancienne Ctésiphon. Cette stèle de pierre noire, mesurant 46 cm x 20 cm et pesant près de 22 kg, date du règne de Marduk-nadin-ahhe, roi de Babylone de la dynastie d’Isin II entre 1099 à 1082 av. J.-C.

Caillou Michaux, BnF, Dpt MMA, Chab.702

Il s’agit de la première inscription cunéiforme – dans ce cas précis, akkadienne – complète entrée dans une collection européenne. Un dessin de ce qui est en réalité un kudurru (une stèle mentionnant une donation de terre) est reproduit en 1802 par Aubin-Louis Millin, alors conservateur à la Bibliothèque nationale, dans sa publication Monumens antiques inédits ou nouvellement expliqués

Aubin-Louis Millin, Monumens antiques inédits ou nouvellement expliqués. Tome 1, 1802-1806, pl. VIII. BnF, Dpt PHS, J-4202
Aubin-Louis Millin, Monumens antiques inédits ou nouvellement expliqués. Tome 1, 1802-1806, pl. IX. BnF, Dpt PHS, J-4202

Les 95 lignes en cunéiforme sont réparties en 4 colonnes, le tout surmonté par deux registres de symboles divins. Le texte rapporte la donation de terre effectuée par Nirah-nasir en faveur de sa fille à l’occasion de son mariage.

Le soin apporté par Millin à la reproduction des signes et des lacunes fait que cette planche a été utilisée comme référence tout au long du 19e siècle lors des différentes tentatives de déchiffrement. L’auteur avait en effet une bonne expérience du dessin grâce à ces précédentes publications d’objets antiques. Nul doute qu’il avait conscience que la stèle, exceptionnelle de par son état de conservation, représenterait une clé pour le déchiffrement de cette écriture alors inconnue. La première traduction complète du « Caillou Michaux » interviendra toutefois très tardivement, en 1895, grâce aux recherches de l’orientaliste Jules Oppert.

Pour en savoir plus

L’histoire du « Caillou Michaux »

Article d’Elise Lehoux sur Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

Le déchiffrement de l’akkadien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.