Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

Pyramides de Giza par Redouté, Carnet 9, f. 32. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier »1 ; ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte, à la tête de l’aventure, souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis-Antoine Bougainville, de James Cook ou de Jean-François de la Pérouse.

En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts2. Pendant les quatre années que durera l’aventure égyptienne, cette troupe hétéroclite de plus de 160 savants voit se côtoyer des hommes de formations et de spécialités diverses : ingénieurs pour la plupart, ils sont également antiquaires, architectes, astronomes, chimistes, mathématiciens, médecins ou pharmaciens, mécaniciens, musiciens, naturalistes et minéralogistes, dessinateurs, graveurs ou encore sculpteurs.

Parmi eux, Henri-Joseph Redouté3, peintre du Muséum d’Histoire naturelle, nous a laissé le récit de son périple4.

  1. Une Égypte de papier
  2. Découvrir Alexandrie et le Delta
  3. Le Caire et les pyramides
  4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte
  5. Une étude systématique et méthodique sans précédent
  6. La nécropole de Gizeh

H. Redouté par André Dutertre, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, inv. PC 19493

1. Une Égypte de papier

Depuis l’Antiquité, nombreux sont ceux qui se sont essayés à décrire et à dessiner cette contrée, berceau d’une civilisation pharaonique dont l’ancienneté et la richesse ne cessent de fasciner. Hérodote nous laisse le premier récit connu d’un périple qui le voit remonter le Nil jusqu’à Assouan. Au fil des siècles, d’autres relations nous parviennent, qui toutes contribuent à forger une certaine idée de l’Égypte ; si les voyageurs médiévaux cherchent à faire le lien entre les monuments qu’ils croisent et les textes sacrés, la redécouverte des auteurs grecs et romains à la Renaissance opère une nouvelle orientation qui pose les premiers jalons sur lesquels l’expédition scientifique de Bonaparte s’appuiera. Les canons gréco-romains dominent dans les représentations, qu’il s’agisse des pyramides effilées ou des représentations statuaires.

Carte de l’Égypte ancienne et moderne dressée sur celle du père Sicard / par le Sr Robert de Vaugondy, dpt des Cartes et plans, GE DD-2987 (7802)

Les monuments sont peu à peu redécouverts, et, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, une percée s’opère en Haute-Égypte, région jusqu’alors peu explorée. Le père dominicain Vansleb atteint le Fayoum (1672)5, Paul Lucas visite Ermant (1701), le jésuite Claude Sicard parvient à Assouan (1721)6. L’apport des descriptions de ces incursions, si essentielles soient-elles dans un champ de connaissances encore relativement vierge, reste marginal comparé à celui des recensions de deux voyages effectués dans les années 1730 par Richard Pococke7 et Frederick Ludwig Norden8.

Carte de Pococke en 8 feuilles, Londres, 1743. 1er calque [le Fayoum et la vallée du Nil], dpt des Cartes et plans, GE D-17009

En 1731, l’abbé Terrasson publie un petit roman intitulé Sethos, anecdotes de l’ancienne Égypte dont le succès est immédiat. En 1735, l’abbé Le Mascrier écrit dans la préface de sa Description de l’Égypte :

« On ne parle que des anciennes villes de Thèbes et de Memphis, des déserts de Libye, des grottes de la Thébaïde. Le Nil est aussi familier à beaucoup de gens que la Seine. Les enfants mêmes ont les oreilles rebattues de ses cataractes et de ses embouchures. Tout le monde a vu et entendu parler de ses momies. En un mot, le puits de Joseph, la colonne de Pompée, le phare d’Alexandrie, les pyramides d’Égypte sont des objets dont on a été si souvent entretenu, qu’entreprendre d’ajouter aux connaissances que l’on en a déjà, ce serait vouloir apprendre à un Parisien ce que c’est Saint Denys, ou faire connaître le tombeau de saint Martin à un habitant de la Touraine »9.

À la veille de la Révolution paraissent enfin deux opuscules qui viennent compléter ce tableau, les Lettres sur l’Égypte de Claude-Étienne Savary en 178610 et le Voyage de Volney en 1787.

Les voyageurs et leurs publications, les cabinets de curiosité peuplés de momies et de crocodiles, montrent bien à quel point la terre des Pharaons fait partie intégrante de l’imaginaire collectif occidental. Les membres de l’expédition ne s’embarquent donc pas exactement pour une terrae incognitae : au moins en ont-il une image, fût-elle déformante et de seconde main.

2. Découvrir Alexandrie et le Delta

Alexandrie. Plan général des deux ports, de la ville moderne, et de la ville des arabes. / Levé par les Ingénieurs de l’Armée d’Orient ; extrait de : Description de l’Égypte ou recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’Armée Française, 1817, Etat Moderne, Planches, vol. II, pl. 84. Centre d’études alexandrines

Le 1er juillet 1798, Bonaparte exhorte ses troupes, les comparant aux légions romaines : « La ville que vous avez devant vous et où vous serez demain a été bâtie par Alexandre »11. Il place ainsi l’ensemble de l’expédition sous l’égide d’une Antiquité qui ne cesse de fasciner. Le 6 juillet, les savants mettent enfin pied à terre à leur tour. La déception est grande : on est très loin des descriptions de Savary qui avaient bercé la traversée.

« Le 18, nous descendîmes à terre vers cinq heures et demie du matin, encore l’imagination frappée de la plus riante illusion sur ce pays fameux par son antiquité ; mais quelles sensations diverses nous éprouvâmes à l’aspect d’un rivage couvert de ruine, sous un ciel brûlant »12

[Alexandrie] : [vue du port vieux, prise en rade du côté sud-ouest] par Balzac. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. État moderne », 1817, t. 2, pl. 88. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (I BIS)-FT 4

La ville d’Alexandrie n’occupe en effet plus que le quart de l’espace sur lequel elle s’étendait autrefois. Elle est repliée entre deux petits ports ; les ruines et les tombeaux couvrent sa périphérie. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, deux épidémies de peste entament un déclin démographique que vient parachever le déclin commercial de ce port autrefois florissant.

Dès le lendemain, Bonaparte part à marche forcée vers Le Caire, laissant là des savants désemparés, sans un sou, qui ont bien du mal à voir en Alexandrie la cité hellénistique abondamment décrite :

« Nous courûmes bientôt satisfaire cette première curiosité dont tout étranger est avide en arrivant dans un pays aussi célèbre dans l’histoire. Nous cherchions l’Alexandrie d’Alexandre, bâtie par l’architecte Dinochares ; nous cherchions cette ville où sont nés, où se sont formés tant de grands hommes, cette bibliothèque où les Ptolémées avaient réuni le dépôt des connaissances humaines ; nous cherchions enfin cette ville commerçante, son peuple actif, industrieux : nous ne trouvâmes que ruines, barbarie, avilissement et pauvreté de toutes parts »13

[Alexandrie] : [vue de la place des Tombeaux] par Conté. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. État moderne », 1817, t. 2, pl. 95. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (D, 1)-FOL

Et Redouté d’ajouter :

« Notre premier soin fut de visiter cette ancienne cité qui a joui autrefois d’une si grande célébrité mais nous ne pûmes nous défendre d’un sentiment de tristesse à la vue des décombres amoncelés qui entourent la ville […] c’est ici que le spectateur impartial peut apprécier les observations de M. de Volney »14

Mais, passées les premières désillusions, les trésors antiques qu’ils étaient venus chercher se dévoilent aux savants : « Si Alexandrie m’a paru abominable au premier abord, elle a offert un grand intérêt à nos savants. Nos privations ne semblent pas les atteindre (…) Les ruines de l’Antiquité les nourrissent assez »15. Au fil des pages de son deuxième carnet, Redouté égrène, en de longs développements, les surprises que recèle la cité alexandrine.

[Alexandrie] : [vue de l’obélisque appelée Aiguille de Cléopâtre et de la tour des Romains] par Cécile. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1822, t. 5, pl. 32. Dpt des Estampes et de le Photographie, UB-181 (H BIS, 1)-FT 4

Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Gaspard Monge se rendent, dès le lendemain de leur débarquement, sur le site du Phare. Le 9 juillet, « l’aiguille de Cléopâtre », un obélisque de près de vingt-cinq mètres de hauteur, posé sur un bloc de granit, est découvert. Au cours de l’une de leurs pérégrinations, dans la cour de la mosquée Saint-Athanase, Dominique Vivant Denon et Déodat Gratet de Dolomieu découvrent le sarcophage de Nectanebo II (IVe siècle avt notre ère), un petit temple octogonal qui « renferme une cuve de brèche égyptienne d’une beauté incomparable, soit par sa nature, soit par les innombrables figures hiéroglyphiques dont elle est couverte au dedans comme au dehors ; ce monument, qui est sans doute un sarcophage, sera peut-être illustré par des volumes de dissertations. Il eût fallu un mois pour en dessiner les détails, je n’eus le temps d’en prendre la forme générale, dont on peut voir le trait ; et je dois ajouter qu’il doit être regardé comme un des morceaux les plus précieux de l’antiquité. »16

Le monument le plus visité n’est toutefois pas égyptien, puisqu’il s’agit de la colonne dite de « Pompée », érigée à la fin du IIe siècle en l’honneur de Septime Sévère et qui se dresse sur une éminence rocheuse, à deux kilomètres au sud des remparts de la ville. Composée d’un fût de granit rouge surmonté d’un chapiteau corinthien, elle repose sur un piédestal formé de blocs hétéroclites. Le 30 août 1798, plusieurs membres de la Commission des sciences et des arts – André Dutertre, Charles Norry, Jacques Marie Le Père et Jean Constantin Protain – protégés par une escorte, se rendent au pied de la colonne afin d’en déterminer les mesures exactes. À proximité se trouve l’hippodrome antique découvert par Dolomieu.

Plan des restes d’un cirque, existant  près d’Alexandrie, entre le [illis.] et la Colonne de Pompée par Balzac. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1822, t. 5, pl. 39. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (I BIS)-FT 4

Après quelques semaines dans le Delta, Redouté, nommé membre de l’Institut d’Égypte, rallie finalement Le Caire le 1er Vendémiaire, premier jour de l’An VII (le 22 septembre 1798).

3. Le Caire et les pyramides

[Le Caire] : [vue de la mosquée du sultan Hassan] par Conté. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. État moderne », 1809, t. 1, pl. 32. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (I BIS)-FT 4

« Le lendemain Ier Vendémiaire de l’an 7, par un temps d’une sérénité délicieuse : le spectacle qui s’offrit à nos yeux, nous causa un véritable ravissement, on distinguait d’abord à droite et au milieu des sables du désert, les trois pyramides de Gizeh; à gauche la ville du Caire, comme réfugiée sous la chaine du Mokattam, qui la domine au sud, et au pied duquel est bâtie la citadelle, elle s’étend en long de l’est à l’ouest, dans une direction opposée au cours du Nil, dont elle est éloignée d’un quart de lieue, cette ville est remarquable par les contrastes que présentent ses maisons de couleurs sombres, et d’immenses mosquées qui font ressortir leur masse, par leur couleur blanche et leurs élégant minarets, qui s’élèvent dans les airs comme des flèches, ensuite on voyait des kiosques, des tombeaux, des coupoles de toute grandeur la plupart surmontées du croissant. »17

Si, le 25 juillet, Bonaparte fait une entrée triomphale dans la capitale égyptienne, la région est loin d’être pacifiée. Miot résume parfaitement la situation :

« Nous étions au Caire, nous y régnions en maîtres et cependant nous ne pouvions aller nous promener hors des portes. Nous étions pour ainsi dire prisonniers au centre de nos conquêtes […] les communications étaient difficiles et dangereuses à cause des Arabes qui venaient, malgré les troupes, jusqu’aux portes de la ville. C’est ainsi que la moindre course, qui n’avait pour but qu’une recherche scientifique, avait toujours l’appareil de la guerre »18

Une lettre non signée, interceptée par les Anglais, dit bien la dangerosité de la région et l’impossibilité d’une quelconque excursion sans escorte : « J’ai vu de Gisé, où était situé le quartier général le jour de la fameuse affaire de Bulaq, les belles pyramides. Si nous voulons les voir de près, il faudra nous réunir trois ou quatre cents. Il est impossible de sortir de la ville, et Boza, dernièrement, fut poursuivi par quinze arabes pour avoir commis l’imprudence de s’écarter à une portée de fusil. » 19

[Pyramides de Guizèh] : [vue générale des pyramides, prise du sud-est] par Cécile. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités ». – Ce dessin n’a pas été gravé. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (I BIS)-FT 4

L’excursion tant attendue aux Pyramides n’a finalement lieu que le 24 septembre 1798.

 Les semaines passent et les explorations aux alentours du Caire et dans la région du Delta se succèdent. Chacune d’elles réunit un petit nombre de savants et une escorte, souvent considérable, de soldats. Tout au long de l’expédition, le schéma est le même : chaque commission de savants est accompagnée d’un détachement chargé de veiller à sa sécurité.

[Environs du Caire] : [vue d’une ancienne construction romaine] par Dubois-Aymé et Lancret. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1822, t. 5, pl. 20. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (G-H)-FOL

Lorsque certains savants souhaitent se séparer du groupe durant quelques heures, ou quelques jours, pour aller explorer tel ou tel monument, tel ou tel village, une escorte leur est fournie. Ainsi, lorsque Jean-Baptiste Prosper Jollois et Edouard Villiers du Terrage20, revenus à Thèbes lors de leur voyage au sein de la commission Girard, décident de loger en dehors de la ville, quelques soldats sont chargés de les accompagner. En outre, quand des doutes surgissent quant à la sécurité de ces membres isolés, il n’est pas rare qu’un détachement de soldats soit dépêché sur les lieux où ils se trouvent afin de s’assurer qu’ils ne courent aucun danger21.

4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte

Voyage dans la Basse et la Haute Égypte, pendant les campagnes du général Bonaparte par Vivant Denon. Dpt Philosophie, histoire, sciences de l’homme, GR FOL-Z LARREY-10, détail de la pl. 57, temple d’Edfou.

Vivant Denon avait suivi l’expédition de Desaix contre Mourad Bey partie du Caire en novembre 1798, et une première mission était partie en mars 1799, sous les ordres de Girard, à la découverte de la Haute-Égypte, principalement chargée d’effectuer un relevé du Nil et de recueillir par la même occasion des renseignements sur l’agriculture, le commerce, les monuments modernes et antiques de cette région.

Mais cela ne saurait suffire ; les descriptions et dessins de Vivant Denon achèvent de convaincre le général en chef de la nécessité d’une mission spécifiquement dédiée au relevé des antiquités de la Thébaïde. Un arrêté pris en août nomme Costaz et Fourier à la tête de deux commissions qui auront pour mission de dresser l’inventaire des monuments de Haute-Égypte. Redouté est de la seconde, qui l’entraîne dans les deux mois les plus fructueux de son périple.

La commission Costaz quitte le Caire le 19 août ; la commission Fourier, le 26, avec pour mission particulière, « entre autres choses, [d’]étudier les bas-reliefs » que les dessins de Denon avaient permis de redécouvrir et de « chercher à les interpréter. »22

[Antinoopolis] : [plans, élévations et détails de différents portiques] par Chabrol. détail du Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1817, t. 4, pl. 61. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (G BIS, 2)-FT 4

Au fil du Nil défilent sites et monuments. Le 29 août, ce sont les tombes rupestres de Minya ; le lendemain, Antinoé :

« Le 13 au matin, nous sommes arrivés au pays appelé Cheik Abadi, où le Dr Pokocke avait aperçu sur le rivage une colonne corinthienne. En nous avançant dans le village, perpendiculairement au fleuve, nous avons reconnu les belles ruines d’Antinoé, ville bâtie sur les ordres de l’empereur Adrien, sur les ruines d’une ville égyptienne qui portait le nom de Bésa. MM. Redouté, Cécile, Chabrol, Jomard, ingénieurs, s’empressèrent de dessiner et tracer les monuments encore subsistants, et de marquer la place qu’occupaient les autres. Les portiques, les arcs triomphaux, les bains, le théâtre ont été retrouvés et décrits, en sorte qu’on peut offrir aux arts le plan de la ville entière. »23

Redouté nous livre sur plusieurs pages une description très précise de ce site, qu’il assortit, comme à son habitude, de nombreuses références, qu’il s’agisse des travaux de Norden ou de ceux d’autres membres de la Commission :

« Nous avons aussi retrouvé parmi ces ruines le torse d’une statue en marbre blanc, d’un excellent travail et que l’on peut croire celui d’Antinoïs ; il est fort endommagé et un morceau de sa draperie avait été cassé tout récemment : il parait avoir été découvert depuis peu puisqu’aucun voyageur n’en fait mention« 24

[Assiout] : [vue de la montagne et des hypogées prise de l’ouest] par Dutertre. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1817, t. 4, pl. 43. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (G BIS, 2)-FT 4

Le 31 août et le 1er septembre, Redouté visite les tombes rupestres d’Assiout dont il donne une description des bas-reliefs :

« On voit encore sur la plupart des façades, couvertes de caractères hiéroglyphiques gravés en creux et des bas-reliefs représentant des figures gigantesques tenant un bâton à la main, comme s’ils avaient été destinés à en garder l’entrée ; d’autres figures d’une moindre grandeur, sont assises, tenant d’une main un crayon, de l’autre une table, comme pour inscrire ceux à qui ont y donnait la sépulture (…) les plafonds ont été ornés de peintures en camaïeu, on en distingue une encore assez conservés, en bleu azur, représentant différentes mosaïques. »25

« Toutes ces grottes sont remplies de décombres et fouillées journellement par les paysans pour en prendre les momies ; aussi le pavé est couvert de sable, de pierres et de fragments de linges ou des os humains, nous en visitâmes une qui paraissait avoir été consacrée à des embaumements d’animaux car nous avons retrouvés plusieurs crânes de chien ou d’autres débris d’ossements d’ibis. »26

Le 7 septembre, la commission atteint les abords de Thèbes :

« Nous arrivâmes à Luxor vers trois heures de l’après-midi, quoique le but des commissions, fut de commencer ses travaux à partir de Syène en descendant, l’avide curiosité de voir l’emplacement de la fameuse ville de Thèbes l’emporta contre la décision, en nous transportant aussi-tôt au village de Luxor situé au bord du Nil où l’on voit encore des restes magnifiques d’un temple égyptien. Quelques collègues poussèrent leur reconnaissance jusqu’à Carnak, à plus d’une lieue, où se trouve un superbe palais. On aperçoit de tous côtés à droite et à gauche du Nil, dans une immense vallée, des antiquités qui embellissaient cette ville ancienne. Nous espérons demeurer quelques temps à notre retour de Syène pour examiner ces divers monuments. »27

5. Une étude systématique et méthodique sans précédent

La remontée du Nil se poursuit et Redouté gagne finalement, le 13 septembre, l’île de Philae, où les deux commissions se rejoignent et commencent l’étude méthodique qui sera la principale source des volumes de mémoires et de planches consacrés à l’Antiquité dans la Description de l’Égypte. Descendant le Nil, elles visitent les monuments aperçus à l’aller et, cette fois, rendent compte de ces visites de manière systématique ; le 20 septembre, elles retrouvent Prosper Jollois et Villiers du Terrage. Jusqu’à leur retour au Caire, le 4 novembre, les groupes se lient et se délient au gré des explorations, chacun ayant à cœur de réunir l’ensemble documentaire le plus riche et le plus précis qui soit.

S’il décrit avec précision les sites visités, insérant ça et là divers essais – à l’instar du mémoire rédigé par Michel-Ange Lancret sur Philae28 – Redouté nous apporte également de précieuses informations quant aux conditions matérielles de ces expéditions, qu’il s’agisse des dangers qui jalonnent le parcours, des difficultés financières qui ralentissent le périple ou du climat qui règne sur les sites :

« 28 fructidor, 14 septembre – la chaleur est excessive au milieu de ces roches, abrités des vents du nord, où l’air était presqu’aussi brûlant que du feu, redoublé par la réverbération réfléchie des rayons du soleil, des rochers échauffés qui environnent de toute part l’île de Philae ; nous en aurions cruellement souffert si nous n’avions eu l’abri des monuments pendant le jour. » 29

[Médinet Habou] : [vue intérieure du péristyle du palais] par Balzac. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1812, t. 2, pl. 14. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (C BIS)-FT 4

Au-delà d’une stricte figuration des monuments qu’elles figurent, nombreuses sont les planches de la Description qui témoignent de ces conditions difficiles. Charles-Louis Balzac en donne un parfait exemple dans sa « Vue intérieure du péristyle du palais » de Medinet Habou, où l’on voir un homme allongé adossé sur un bloc de pierre, à l’ombre du temple, près d’un broc d’eau tandis que deux de ses camarades observent les bas-reliefs, l’un visiblement harassé tenant un portefeuille de dessins sous le bras. Ces figures reviennent fréquemment dans les diverses vues qui nous sont parvenues, offrant là un moyen commode de figurer l’échelle des monuments représentés.

Bas-relief colorié dans la galerie sud du péristyle du palais de Medynet-Abou par H.J. Redouté. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1812, t. 2, pl. 12. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (C BIS)-FT 4

Redouté copie avec attention bas-reliefs, décors architecturaux et statues, comme en attestent Jollois et Villiers du Terrage dans la description qu’il font de la planche de l’un des bas-reliefs sculptés dans la galerie sud du péristyle du palais de Medinet Habou : « Toutes ces figures sculptées sont revêtues de couleurs vives et brillantes qui ont été copiées avec un soin scrupuleux par notre collègue, M. Redouté. »30 Il tâche d’être le plus fidèle possible, mais il est novice dans l’art égyptien et dispose de peu de temps ; ses représentations pâtissent par conséquent de certaines erreurs récurrentes, s’agissant notamment du rendu des mains, que Redouté ne parvient pas à extraire de l’espace tridimensionnel et à inscrire dans le plan bidimensionnel qui prévaut dans le canon de la représentation de l’image égyptienne.

[Kom Ombo] : [bas-reliefs du petit temple] par Redouté. Dessin pour : « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », 1809, t. 1, pl. 45. Dpt des Estampes et de la Photographie, UB-181 (A, 1)-FOL

Malgré certaines faiblesses aisément attribuables aux conditions mêmes de l’expédition et au contexte académique d’une égyptologie encore inexistante, qui ne saurait donc encore donner les codes indispensables à une représentation parfaitement fidèle, les dessins de Redouté sont une source inestimable, sinon fondamentale, puisqu’ils documentent des monuments aujourd’hui disparus. C’est notamment le cas du temple d’Amenhotep III, situé sur l’île d’Éléphantine, détruit en 1822, dont nous ne disposons que de peu de relevés31; celui des décors de toute la paroi sud est, de ce point de vue, tout à fait précieux. De la même manière, suite aux dégradations subies par le mammisi de Kôm Ombo, le dessin de Redouté est aujourd’hui la seule trace des bas-reliefs qui ornaient le linteau.

6. La nécropole de Gizeh

Redouté, Carnet 9, f. 32, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433.

De retour au Caire le 4 novembre, Redouté poursuit ses travaux mais, à mesure que les mois s’écoulent, le découragement commence à poindre ; soucieux de ne pas manquer un départ que l’on dit chaque fois imminent, il ne s’éloigne guère du Caire et se consacre donc aux expéditions qui se déroulent dans ses alentours. La plus fructueuse d’entre elles a lieu en décembre 1799 à Gizeh, Saqqara et Memphis ; elle doit notamment permettre de détailler davantage les mesures et les données prises lors des différentes visites faites aux pyramides de Gizeh. Redouté relate cet épisode marquant, accompagnant la description du site de divers croquis qui attestent de l’intérêt qu’il porte tout à la fois à la topographie des monuments et à leur fonction religieuse et sociale.

Redouté, Carnet 9, f. 37, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433.

À Memphis, la mesure du poing de Ramsès requiert toute son attention.

Ce sera la dernière grande excursion de Redouté, qui ne s’embarquera toutefois pour la France qu’en septembre 1801, suite à la capitulation du général Menou. Le devenir des collections et des travaux des membres de la Commission des sciences et des arts reste quelque temps incertain, et d’aucuns craignent de voir la formidable moisson réunie au cours des dernières années tomber entre les mains des Anglais lorsque le général Hutchinson, recevant la capitulation des Français, déclare : « Quant à la Commission des sciences et des arts, elle n’emportera aucun des monuments public, ni manuscrits arabes, ni cartes, ni dessins, ni mémoires, ni collections ; et elle les laissera à la disposition des généraux et commandants anglais. »32 Si les savants pourront finalement conserver la majeure partie de leur travail, certaines pièces antiques d’envergure rallient Londres ; parmi elles, le poing en granit rose du colosse de Memphis, le sarcophage de Nectanebo II et la fameuse pierre de Rosette découverte à l’été 1799.

Redouté, Carnet 9, liasse, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433.

Le 17 novembre, Redouté débarque enfin à Marseille. Après un séjour de vingt-cinq jours dans le lazaret de la ville, il est, le 8 janvier 1802, de retour à Paris. Une nouvelle aventure commence alors : l’aventure éditoriale de la Description de l’Égypte. Ce sera pour lui l’occasion, dans le cadre d’un projet d’envergure impériale, de laisser à la postérité le travail de redécouverte effectué durant près de quatre années sur les bords du Nil et qui, dans son ensemble, jettera les bases d’une science nouvelle, l’égyptologie.

Julie Garel-Grislin

Citer ce billet : Julie Garel-Grislin, "Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques", in L’Antiquité à la BnF, 14/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/3127, [consulté le 17/11/2018].
  1. Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol 5, 1755, p. 434 []
  2. Le 16 mars 1798, le Directoire adresse au Ministre de l’Intérieur l’arrêté confidentiel suivant : « Le Directoire exécutif, citoyen ministre, vous charge de mettre à la disposition du général Bonaparte les ingénieurs, artistes et autres subordonnés de votre ministère, ainsi que les différents objets qu’il vous demandera pour servit à l’expédition dont il est chargé. » Le groupe de savants qui accompagnera l’armée d’Orient en Égypte est officiellement créé. []
  3. Né à Saint-Hubert, en Ardenne, dans la province de Luxembourg, il y est baptisé le 25 mai 1766. Il a deux sœurs – Jeanne-Marie et Anne-Marie – et deux frères, Antoine-Ferdinand né en 1756 et Pierre-Joseph, le futur peintre des roses, « Raphaël des fleurs », né en 1759. Après la mort de son père en 1776, il rejoint ses frères à Paris où Pierre-Joseph le forme à la peinture naturaliste. []
  4. Henri-Joseph Redouté a tenu lors de son voyage en Égypte un journal dont une partie nous est parvenue et qui est actuellement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal sous la cote Ms-1543. []
  5. M. Martin, « Le journal de Vansleb en Égypte », BIFAO 97, 1997, p. 181-191 en ligne []
  6. Voir J.-M. Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte, Le Caire, 1990 []
  7. Richard Pococke voyage entre 1737 et 1741 au Moyen-Orient ; il en tire sa Description of the East, and Some Other Countries. Le premier volume est consacré exclusivement à l’Égypte ; il y décrit tous les grands sites, d’Alexandrie à l’île d’Éléphantine ; les planches qui complètent le texte ne parviennent toutefois pas à s’affranchir complètement de l’esthétique néoclassique alors dominante : les pyramides sont beaucoup plus effilées qu’elles ne devraient, sphinx et statues sont rendues selon les canons esthétiques de l’époque. []
  8. Frederick Ludwig Norden : officier de la marine royale, il est envoyé en l’Italie où il fait la rencontre du baron Philippe de Stosch avec qui il entretient une correspondance dans laquelle les « Antiquités d’Égypte » tiennent une grande place. En 1737, il est envoyé en Égypte ; il y mène exploration dont la minutie est alors inédite pour un Européen. Jusqu’à la parution de la Description de l’Égypte, son Voyage d’Égypte et de Nubie qui est alors la recension la plus complète des monuments égyptiens. Les planches sont nombreuses et, pour la première fois, sont exécutés des plans et des coupes. Il consacre une partie de son voyage à l’étude des monuments antiques, comme en atteste la série consacrée au sphinx de Gizeh. Norden prend soin de reproduire les hiéroglyphes qui ornent les antiquités qu’il dessine ; il note : « j’avais grande envie de dessiner aussi les Hiéroglyphes dont la plupart de ces morceaux d’Antiquité sont couverts ; mais il aurait fallu plus de temps et de commodité pour entreprendre un tel ouvrage ». Les planches de Norden sont connues des artistes qui partent en Égypte et Dominique Vivant Denon écrit dans son Voyage dans la basse et dans la haute Égypte : « Celui qui publie des recherches dont le résultat serait même incertain ou erroné, prépare des matériaux à la perfection que la postérité peut atteindre. Si je puis, dans ce petit ouvrage, relever les erreurs de quelques voyageurs, d’ailleurs recommandables par leur zèle et leur instruction, je me prévaudrai, par le même principe, des vérités que j’ai recueillies dans leurs écrits. Celui de M. Norden est de ce nombre ». []
  9. Le Mascrier abbé, Description de l’Égypte, contenant plusieurs remarques curieuses sur la géographie ancienne et moderne de ce païs, sur ses monumens anciens, sur les mœurs, les coûtumes & la religion des habitans, sur le gouvernement & le commerce, sur les animaux, les arbres, les plantes, etc. Composée sur les mémoires de monsieur de Maillet, ancien consul de France au Caire, par M. l’abbé Le Masurier, Paris, L. Genneau et J. Rollin, 1735. []
  10. Claude Étienne Savary, Lettres sur l’Egypte, 3 vol., Paris, 1785-1786. Quelques illustrations sont disponibles en ligne sur Gallica []
  11. Correspondance de Napoléon Ier, publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III, t. 29, Paris 1869, p. 516 sur Gallica. []
  12. Redouté, Carnet 1, f. 86 sq., Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-15433. []
  13. Charles Norry, Relation de l’expédition d’Égypte, Paris, An VII de la République ;  Dominique Vivant Denon, Voyage dans la Basse et la Haute Égypte, pendant les campagnes du général Bonaparte,1802, vol. 2, p. cxxviii-cxxix []
  14. Carnet 1, f. 86 sq. []
  15. François Bernoyer, Avec Bonaparte en Égypte et en Syrie : 1798-1800 : 19 lettres inédites, Paris, 1976 p. 45 []
  16. Dominique Vivant Denon, Voyage dans la Basse et la Haute Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte,  Paris, 1802, p. 66 []
  17. Carnet 4, f. 11 []
  18. Jean-François Miot, Mémoires pour servir à l’histoire des expéditions en Égypte et en Syrie, pendant les années VI, VII et VIII de la République française, Paris, 1804, p. 68 sur Gallica []
  19. Correspondance intime de l’armée d’Égypte, interceptée par la croisière anglaise, Paris, Pincebourde, 1866, p. 138 sur Gallica []
  20. Jean-Baptiste Prosper Jollois et Etienne Villiers du Terrage, ingénieurs des Ponts et Chaussés rejoignent, en mars 1799, la commission de Pierre-Simon Girard chargée d’effectuer les mesures nécessaires au nivellement de la vallée du Nil ; tous deux se passionnent rapidement pour les monuments de la Thébaïde et entament un travail de recension des principaux site, Esna, Thèbes, Dendéra, Qift et Kous, Assiout, et la région entre Rosette et Damiette. []
  21. Edouard Villiers du Terrage, L’Expédition d’Égypte : journal d’un jeune savant engagé dans l’état-major de Bonaparte, 1798-1801, Paris, 2003,  p. 153-154. []
  22. Edouard Villiers du Terrage, Edouard Villiers du Terrage, L’expédition d’Égypte : journal d’un jeune savant engagé dans l’état-major de Bonaparte, 1798-1801, Paris, 2003,  p. 156. []
  23. Eugène Levèfre-Pontalis, Prosper Jollois. Journal d’un ingénieur attaché à l’expédition d’Égypte. 1798-1802, Paris, 1904, p. 170. []
  24. Carnet 7, f. 15. []
  25. Carnet 7, f. 24. []
  26. Carnet 7, f. 25. []
  27. Carnet 7, f. 48-49, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433 []
  28. Description de l’Égypte, Antiquités, Descriptions, vol. 1, Paris, 1809, p. 1-60. []
  29. Carnet 7, f. 101, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433 []
  30. « Explication des planches d’Antiquité », Description de l’Égypte, planches, Antiquités, t. 2, 1812, pl. 12. []
  31. Denon nous offre une représentation de ce bas-relief mais Redouté apporte davantage de détails ; la version de Wilkinson est toutefois plus précise. []
  32. Journal de l’institut historique, t. 7, Paris, 1837, p. 282. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.