Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle)

Carton d’André Morell, 1686. BnF, MMA, Γ 70 (55×40 cm)

Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve une très importante suite de monnaies ptolémaïques. Dans la perspective de sa publication a été entrepris le dépouillement systématique des registres, inventaires et archives relatifs à ce fonds afin de décrire les grandes étapes de l’enrichissement de la collection depuis la fin du XVIIe siècle.

Suite à la mort d’Alexandre le Grand en 323 av. J.-C., un de ses généraux, Ptolémée, bâtit un royaume sur lequel la dynastie qu’il fonda régna pendant presque trois siècles. Basés à Alexandrie, ces rois ont émis des quantités considérables de monnaies d’or, d’argent et de bronze tant dans leur capitale égyptienne que dans leurs ateliers provinciaux, en Syrie et Phénicie, à Chypre, en Cyrénaïque, en mer Égée, voire en Sicile. Ces frappes ne cesseront qu’avec la chute de la dynastie, à la mort de Cléopâtre VII, en 30 av. J.-C.

Bronze frappé à Alexandrie (Égypte) sous le règne de Cléopâtre VII Thea (vers 37-30 av. J.-C.), 18,92 g, BnF, Fonds général 465

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, anciennement Cabinet des médailles, conserve une très importante suite de monnaies ptolémaïques, à savoir 2602 exemplaires. En 2016, J. Olivier, Th. Faucher et H. Aumaître en ont entrepris la publication sous la forme d’un catalogue : Sylloge Nummorum Graecorum. France 8, département des Monnaies, médailles et antiques. Les Ptolémées, rois d’Égypte.

C’est dans la perspective de cette publication qu’a été entamé le dépouillement systématique des registres, inventaires et archives relatifs à ce fonds. Ce travail a pour but de décrire les grandes étapes de l’enrichissement de la collection ainsi que de restituer les circonstances et provenances d’un maximum d’exemplaires. C’est le fruit de ces recherches que nous proposons de présenter ici, au fil d’une série d’articles.

Au-delà des résultats obtenus pour les Ptolémées, cet exemple – reproductible sur d’autres fonds – révèle tout à la fois l’intérêt des archives produites parallèlement à la constitution des fonds et la longue histoire du Cabinet des médailles depuis le XVIIe siècle.

La collection de Louis XIV en 1685-1686

Installées depuis 1667 dans la Bibliothèque du roi, rue Vivienne, les collections du Cabinet des médailles sont transportées en 1684 à Versailles sur ordre de Louvois. En 1682, Louis XIV avait décidé l’installation d’un cabinet de curiosités dans son château toujours en chantier, les fonds numismatiques du Cabinet en formant la plus grande partie. L’installation des suites de monnaies dans l’espace restreint alloué donne lieu à la réalisation par Pierre Rainssant (garde des monnaies de 1683 à 1689) et Jean Foy-Vaillant d’une série d’inventaires de la collection, dont l’Inventaire des médaillons d’or et d’argent de l’empire tant latins que grecs du Cabinet du Roy, achevé le 1 août 1685. Les monnaies d’or et d’argent des Ptolémées y figurent aux pages 109-110.

Pierre Rainssant, Jean Foy-Vaillant, Inventaire des médaillons d’or et d’argent de l’empire tant latins que grecs du Cabinet du Roy, 1685. BnF, MMA, Γ 1 (page de garde)

D’après le père du Molinet, bibliothécaire de la bibliothèque Sainte-Geneviève, ces travaux ont particulièrement intéressé le roi :

« Pendant qu’on arrangeoit ces médailles dans leurs tablettes, le roy prenoit plaisir à venir presque tous les jours au sortir de la messe jusqu’au dîner en ce Cabinet pour les voir accommoder, témoignant qu’il y avoit d’autant plus de satisfaction qu’il y trouvoit toujours quelque chose à apprendre ».

Cet intérêt conduisit à l’élaboration de cartons dessinés conçus pour être placés au-dessous de chaque plateau. Les dessins des monnaies, réalisés en 1686 par le suisse André Morell, sont accompagnés d’un  bref commentaire. Il se peut que ce travail ait été conçu aussi comme le prélude à la publication d’un catalogue de la collection, voire d’un corpus général de monnaies antiques. Malheureusement inachevée, cette série de cartons, dont certains seulement furent pourvus de notices, fut reliée en un lourd volume toujours conservé à la BnF (cote Γ 70, voir au-dessus). Par chance, l’ensemble des monnaies ptolémaïques figure dans ces planches.

L’inventaire couplé aux illustrations permet aujourd’hui de reconstituer la collection de monnaies ptolémaïques de Louis XIV telle qu’elle était en 1685-1686. Voici quelques exemplaires particulièrement remarquables, la comparaison des dessins avec les monnaies révélant autant le talent de l’artiste que la volonté de présenter au mieux ces pièces.

Sélection de monnaies ptolémaïques de la collection de Louis XIV

  1.  

Trichryson frappé à Chypre sous le règne de Ptolémée I Sôter (vers 294-283 av. J.-C.), 17,82 g. BnF, Fonds général 21. Au droit, une tête diadémée du fondateur de la dynastie tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, dans le champ gauche, EY au-dessus de KΛE.

 

2.

Huitième de mnaieion frappé à Alexandrie (Égypte) sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (vers avant 272-261 av. J.-C.), 3,48 g. BnF, Fonds général 300. Au droit, les bustes géminés de Ptolémée II et Arsinoé II Philadelphe tournés à droite, un bouclier dans le champ gauche ; au revers, les bustes géminés de Ptolémée I Sôter et Bérénice I tournés à droite ; répartie sur les deux faces, la légende ΑΔΕΛΦΩΝ ΘΕΩΝ. Cette dénomination n’est connue pour ce type qu’en deux exemplaires.

3.

Huitième de mnaieion frappé à Alexandrie (Égypte) sous le règne de Ptolémée IV Philopator (vers 217 av. J.-C.), 3,07 g. BnF, Fonds général 331. Au droit, le buste diadémé et radié de Ptolémée III Évergète tourné à droite, un trident sur l’épaule ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre une corne d’abondance radiée et diadémée, au-dessous, ΔI. Unique exemplaire connu à ce jour.

 

4.

Tétradrachme frappé à Sidon (Phénicie) sous le règne de Ptolémée IV Philopator (après 217 av. J.-C.), 13,57 g. BnF, Fonds général 487. Au droit, les bustes géminés d’Isis et de Sarapis tournés à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, la tête retournée, une double corne d’abondance diadémée sous l’aile, dans le champ gauche, Ω au-dessus de Σ, entre les pattes de l’aigle, ΣI.

5.

Tétradrachme frappé à Bérytos (Phénicie) sous le règne de Ptolémée V Épiphane (vers 204-200 av. J.-C.), 14,05 g. BnF, Fonds général 363. Au droit, le buste de Ptolémée V tourné à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, dans le champ gauche, BH, dans le champ droit, un trident, entre les pattes de l’aigle, NI.

 

6.         

Tétradrachme frappé à Antioche (Syrie) sous l’autorité de Marc Antoine (vers 37-31 av. J.-C.), 14,30 g. BnF, Fonds général 93. Au droit, la légende ΚΛΕΟΠΑΤΡΑ ΘΕΑ ΝΕΩΤΕΡΑ qui enserre le buste diadémé de Cléopâtre VII Thea tourné à droite ; au revers la légende ΑΝΤΩΟΝΙΟC AYTOKPATΩΡ ΤΡΙΤΟΝ ΤΡΙΩΝ ΑΝΔΡΩΝ qui enserre la tête nue de Marc Antoine tournée à droite.

 

Le profil de cet ensemble paraît atypique. Toutes les périodes et régions sont évoquées et les principales séries émises par les Ptolémées sont présentes. On note toutefois la prédominance des fractions (d’or et d’argent), pourtant peu courantes dans le royaume lagide, ainsi que la présence de monnaies rares voire uniques (comme les huitièmes de mnaieion présentés ci-dessus). Par ailleurs, les 33 monnaies répertoriées constituent un ensemble réduit. Même s’il est entendu que la collection royale de 1685 n’est que peu de chose en comparaison de l’ampleur des fonds actuels, ce nombre demeure peu élevé, surtout si on le compare au décompte des monnaies des Séleucides, les rois de Syrie contemporains. Avec pas moins de 184 monnaies décrites en 1685, ce fonds est presque six fois plus conséquent que celui des rois d’Égypte, alors même que leur monnayage est sensiblement moins important.

Dynastie Or Argent Bronze TOTAL
Ptolémaïque 6 15 12 33
Séleucide 67 117 184

Monnaies ptolémaïques et séleucides dans la collection de Louis XIV en 1685-1686

Les antiquaires du roi et la filière du Levant

Les anciennes et nombreuses relations établies par la France au Levant, dont les ports accueillent au XVIIe siècle un commerce très actif (les fameuses « échelles du Levant »), ont sans doute joué ici un rôle important. À l’inverse, l’Égypte mamelouk, bien qu’appartenant aussi à l’empire Ottoman, est une province nettement à l’écart des grands courants commerciaux méditerranéens et par ce fait largement fermée aux étrangers. On notera d’ailleurs avec intérêt la surreprésentation des numéraires ptolémaïques frappés hors d’Égypte – plus de la moitié des pièces – alors que les études de production montrent que seulement environ un tiers de l’argent est frappé hors d’Égypte, sans doute une part encore plus faible pour le bronze.

Région Or Argent Bronze TOTAL
Égypte 5 3 6 14
Phénicie 5 19
Chypre 1 7 3
Cyrène 2
Grèce 1

Répartition géographique des monnaies ptolémaïques de la collection de Louis XIV en 1685-1686

On peut ainsi légitimement supposer que l’essentiel des pièces ptolémaïques conservées à Versailles en 1685 provient du Levant, non d’Égypte. C’est d’ailleurs ce que suggère le titre du mémoire rédigé par Paul Lucas vers 1703-1708 concernant Les médailles et les pierres gravées que l’on peut acquérir dans le Levant pour le Cabinet du Roy. Cet érudit, fils d’un orfèvre de Rouen qui a d’abord fait le commerce des pierres précieuses en Orient, voyage au Levant au début du XVIIIe siècle avec le brevet d’antiquaire du roi pour acheter des manuscrits et des médailles. Ces missions en Orient, menées auparavant par Jean Foy-Vaillant, sont à nouveau permises par Jérôme Phélypeaux, comte de Ponchartrain, nommé en 1699 secrétaire d’État de la Maison du roi et de la Marine, ce qui lui confère la haute main tant sur le commerce du Levant que sur le Cabinet des médailles. Entre 1701 et 1724, Paul Lucas entreprit quatre voyages (cumulant près de 14 années au Levant) dont il rapporta de nombreuses monnaies qui intégrèrent les collections du roi. Dans son rapport daté de 1703-1708, l’auteur évoque plus particulièrement les monnaies ptolémaïques qu’il a pu rapporter :

Paul Lucas, Les médailles et les pierres gravées que l’on peut acquérir dans le Levant pour le Cabinet du Roy, vers 1703-1708. BnF, MMA, ACM01-30 (extraits)

« Les Rois d’Égypte sont communs en argent et en bronze, s’ils ne sont distingués par quelque surnom autre que celui de Soter, ou par quelque nom de ville écrit tout du long. Il y a aussi deux médaillons en Or de ces Princes qui sont communs. Le premier est remarquable par 4 testes avec cette légende
ΘΕΩΝ ΑΔΕΛΦΩΝ
L’autre est d’Arsinoé avec cette inscription
ΑΡΣΙΝΟΗΣ ΦΙΛΑΔΕΛΦΟΥΣ
Ils ne valent que le poids de l’or, tous les autres sont rares, particulièrement les suivants :
de Berenice — ΒΕΡΕΝΙΚΗΣ
de Selene — ΣΗΛΗΝΗΣ
de Philometor — ΦΙΛΟΜΗΤΩΡΟΣ »

Paul Lucas ne s’y était pas trompé, notamment en ce qui concerne cette dernière mention qui évoque l’entrée dans les collections royales du tétradrachme au portrait de Ptolémée VI Philométor, encore unique à ce jour.

7.

Tétradrachme frappé à Aké-Ptolémaïs (Phénicie) sous le règne de Ptolémée VI (vers 147/6-146/5 av. J.-C.), 14,09 g. BnF, Fonds général 368. Au droit, la tête de Ptolémée VI diadémée tournée à droite ; au revers, ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΦΙΛΟΠΑΤΟΡΟΣ ΘΕΟΥ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche et portant une palme, dans le champ droit, ΠΤΟ, entre les pattes de l’aigle, LΔ ΓA (?). Exemplaire unique aujourd’hui exposé au musée du Louvre.

À partir de la fin du XVIIe siècle, le recours à ces voyageurs semble avoir été une des principales sources d’enrichissement des collections royales, notamment pour les séries grecques, comme l’indiquent les instructions de l’abbé Bignon adressées à Paul Lucas en 1704 :

« Il ne faut point du tout se charger de médailles latines, consulaires ou impériales, de quelque métal et de quelque grandeur qu’elles soient, parce qu’elles se trouvent abondamment en Europe […]. C’est aux médailles grecques et en particulier aux médaillons de tous métaux qu’il faut s’attacher » (BnF, MMA, ACM, C1).

Bien qu’indirectement, c’est cette même filière levantine qui permit la constitution de la plus importante collection de monnaies jamais acquise par le Cabinet des médailles, en 1776.

Les acquisitions de l’abbé Barthélemy

Après plusieurs décennies sans activité particulière, le Cabinet des médailles, réinstallé dans la Bibliothèque du roi dès 1741 – avec pour écrin le salon Louis XV et de nouveaux médailliers –, va à nouveau voir s’accroître ses collections sous l’autorité de Jean-Jacques Barthélemy, garde des monnaies du roi de 1753 à 1795.

Dès 1755, l’abbé Barthélemy acquiert trois tétradrachmes de la fin du règne de Ptolémée VIII Évergète II (ans 50, 53 et 54, soit 121/0, 118/7 et 117/6 av. J.-C.) durant un de ses voyages en Italie (BnF, MMA, ACM03-10). Parmi les acquisitions de monnaies ptolémaïques on notera aussi celle de la collection de Pierre-Daniel de Clèves, un conseiller-secrétaire du roi, dont la collection de monnaies d’or antiques tenue de son père, joailler à Paris, fut mise en vente. Barthélemy ne put acheter la collection en entier, mais s’entendit avec le nouveau propriétaire pour acquérir en 1762 des exemplaires qui lui manquaient, dont quatre monnaies ptolémaïques. Parmi celles-ci, on remarque un très rare mnaieion chypriote.

État des Médailles Grecques en or qui du Cabinet de M. de Clèves ont passés dans celui du Roi, vers 1762. BnF, MMA, 3ACM24 (extraits)

 

8.

Mnaieion frappé à Paphos (Chypre) sous le règne de Ptolémée VIII (140/39 av. J. C.), 27,89 g. BnF, Fonds général 306 (ex-coll. De Clèves). Au droit, le buste d’Arsinoé II voilé tourné à droite ; au revers, la légende ΑΡΣΙΝΟΗΣ ΦΙΛΑΔΕΛΦΟΥ qui encadre une double corne d’abondance diadémée, dans le champ gauche, LΛΓ (« l’an 23 »), dans le champ droit, ΠA au-dessus d’un canard.

Toutefois, le plus haut fait d’arme de l’abbé Barthélemy fut d’avoir permis l’entrée en 1776 de la collection de Joseph Pellerin, consistant en 33 500 monnaies grecques et provinciales romaines (qui forment encore aujourd’hui le cœur de la collection nationale, soit un quart de l’actuelle collection). Avec pas moins de 113 monnaies (7 d’or, 52 d’argent et 54 de bronze), il s’agit d’un accroissement sensible du fonds ptolémaïque.

9.

Mnaieion frappé à Alexandrie (Égypte) sous le règne de Ptolémée IV (vers 217 av. J.-C.), 27,74 g. BnF, Fonds général 305 (ex-coll. Pellerin). Au droit, le buste d’Arsinoé II voilé tourné à droite ; au revers, la légende ΑΡΣΙΝΟΗΣ ΦΙΛΑΔΕΛΦΟΥ qui encadre une double corne d’abondance diadémée, dans le champ droit, ΔI.

10.

Bronze frappé à Chypre sous les règnes de Ptolémée III et/ou Ptolémée IV, 18,72 g. BnF, Fonds général 632 (ex-coll. Pellerin). Au droit, la tête diadémée de Zeus-Amon tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre une statue d’Aphrodite de face, sur un podium.

Comme pour la collection royale de 1685, on y décèle une forte surreprésentation des monnaies frappées hors d’Égypte, principalement en Phénicie et à Chypre. Cette similitude trouve son explication dans les fonctions occupées par le collectionneur Joseph Pellerin. Entré en 1706 au ministère de la Marine, il y fit toute sa carrière. Il y eut toutes les occasions d’amasser une considérable collection de monnaies antiques venues de tous les points du Levant, qu’il entreprit d’étudier puis de publier une fois retiré des affaires en 1745.

La collection royale en 1791

État général des Médailles anciennes et modernes, monnayages et jetons conservés au Cabinet du Roi, 1791. BnF, MMA, ACM0420 (extraits)

Durant la Révolution française, en 1791, un État général des Médailles anciennes et modernes, monnayages et jetons conservés au Cabinet du Roi est dressé. La progression est spectaculaire : en à peine plus d’un siècle, la série des monnaies ptolémaïques a été décuplée en passant de 33 exemplaires en 1685 à 346 en 1791.

Le XVIIIe siècle fut donc une période importante en termes d’acquisitions de monnaies ptolémaïques. L’effort consenti est d’autant plus grand que les difficultés d’accès à l’Égypte rendaient difficile la constitution d’une telle collection, limitant largement les acquisitions aux places de commerce de la côte levantine par l’intermédiaire du ministère de la Marine. On notera également le nombre des joailliers (les pères de Paul Lucas et Pierre-Daniel de Clèves) qui apparaissent dans les sources lorsque sont évoquées des monnaies anciennes, particulièrement quand il s’agit d’or. Comme l’indique P. Lucas dans son mémoire (ci-dessus), les monnaies d’or ptolémaïques les plus courantes s’achetaient à l’époque au prix de l’or. Il ne fait pas de doute que ces pièces d’or pur étaient acquises par des orfèvres comme lingots destinés à être fondus. La fréquentation régulière de ces monnaies aura engagé certains artisans – par exemple le père de P.-D. de Clèves – à s’y intéresser, voire à constituer des collections en mettant de côté les exemplaires particulièrement beaux ou rares.

L’ouverture de la vallée du Nil aux européens, déclenchée par l’expédition d’Égypte (1798-1801), et le développement de l’égyptologie qui s’ensuit vont bouleverser ces circuits d’acquisitions dès le début du XIXe siècle. Cette nouvelle période fera l’objet d’un prochain article.

Julien Olivier et Héloïse Aumaître


4 réflexions au sujet de « Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *