Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Jean-Baptiste Muret, Recueil, IV, pl.25, “Panthères ailées cornues” (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (4)).

Le département des Monnaies, médailles et antiques, à côté de ses collections numismatiques et archéologiques, conserve aussi un important apparat documentaire, constitué par les conservateurs pour accompagner l’étude et la connaissance des collections. Un des fonds les plus intéressants est le recueil des dessins de Jean-Baptiste Muret, qui réunit en onze grands volumes in folio le fruit de son travail en tant que dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866. Il fait actuellement l’objet d’un programme de recherche mené par la BnF et l’INHA : Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866).

  1. Pourquoi dessiner les œuvres antiques ?
  2. Jean-Baptiste Muret: un dessinateur à la BnF
  3. Le Recueil des Monuments antiques dessinés, une source exceptionnelle pour la connaissance des collections d’antiques du XIXe siècle
  4. Le projet: une édition numérique du recueil de dessins
  5. Une recherche collaborative

1. Pourquoi dessiner les œuvres antiques ?

Le projet de Jean-Baptiste Muret s’inscrit au sein d’une longue tradition du dessin d’antique, dont la pratique remonte à la Renaissance. Dès le XVIIe siècle, le collectionneur romain Cassiano dal Pozzo (1588-1657) entreprit de classer thématiquement des monuments antiques et médiévaux de la ville de Rome en les commentant et en les faisant dessiner par divers artistes. Ce Museo Cartaceo1 (musée de papier), aujourd’hui conservé à la Bibliothèque royale de Windsor en Angleterre, comportait aussi nombre de “petites antiquités” relatives à l’instrumentum domesticum, lampes, vases, fibules et bronzes, appartenant à diverses collections romaines de son époque, dont la valeur intrinsèque pour la connaissance du monde antique paraissait toute aussi importante aux yeux du collectionneur que les plus imposantes sculptures, peintures, inscriptions ou architectures alors connues2. Le siècle suivant, des projets similaires de rassemblement d’antiquités dessinées, constituant désormais de véritables entreprises éditoriales, se développèrent dans toute l’Europe des antiquaires3. En France, les dix volumes de L’antiquité expliquée et représentée en figures (Paris, 1719) de Bernard de Montfaucon (1655-1741) devinrent la référence de ce savoir antiquaire en construction, mais où la publication de l’objet antique en une collection d’images dessinées servait encore à un discours d’érudition qui avait pour but d’illustrer l’Antiquité, comme dans le Museo Cartaceo4.

Bernard de Montfaucon, L’antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1719 (BnF, PHS, J-1066).

Le Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines du Comte de Caylus (1692-1765), publié entre 1752 et 17675, marqua définitivement une rupture dans la manière d’aborder l’objet antique par le dessin, où la documentation prime sur le discours historique. Selon une volonté plus tournée vers la connaissance matérielle du passé et des productions des civilisations de l’Antiquité qu’auparavant, Caylus considère le dessin comme un véritable complément à l’analyse et à la mise en comparaison des objets de sa collection personnelle avec ceux d’autres provenances, notamment napolitaines à la suite des récentes et riches découvertes campaniennes de Pompéi (1748) et d’Herculanum (1738). Sont pris en considération le matériau, la forme, les détails, le lieu de production, ouvrant la voie à une méthodologie comparatiste et analytique plus précise et rigoureuse.

En sortant de l’illustration strictement historique, l’objet dessiné devient ainsi, avec Caylus, support à l’interprétation archéologique. Les publications scientifiques de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et du XIXe siècle italiennes, françaises ou allemandes firent pour la plupart appel à cette fonction essentielle du dessin ; parmi tant d’autres, on peut par exemple mentionner les planches des nombreux ouvrages du savant Giuseppe Micali (1768-1844) dont les dessins sont souvent référencés dans les Monuments antiques dessinés de Jean-Baptiste Muret6, ou bien les Monumenti publiés par l’Institut de correspondance archéologique de Rome (1829-1870). Mais à côté de ces dessins gravés souvent dans d’impressionnants ouvrages in folio, les archéologues qui participent à la définition de plus en plus scientifique de la discipline naissante rassemblent aussi une documentation graphique. Cette dernière les accompagne dans leurs recherches et permet de rassembler de la manière la plus exhaustive possible les différentes typologies d’objets qui proviennent de l’Antiquité. L’un des ensembles les plus impressionnants est celui regroupé par l’archéologue allemand Eduard Gerhard (1795-1867), le Gerhard’sche Apparat, qui est principalement consacré à partir des années 1830 aux vases antiques mais aussi à d’autres séries, comme les miroirs étrusques. Recueils publiés ou corpus de calques et de dessins originaux se mettent ainsi au service de l’archéologie naissante ; l’œuvre de Jean-Baptiste Muret est à insérer dans ce mouvement.

2. Jean-Baptiste Muret : un dessinateur à la BnF

On connaît peu de choses de Jean-Baptiste Muret avant son entrée au Cabinet des Médailles en 1830. Il est né à Versailles en 1795, mais on ne sait rien de sa formation artistique. Il participe au recueil des Monuments des arts du dessin chez les peuples tant anciens que modernes, recueillis par le Baron Vivant Denon, dont les lithographies sont effectuées entre 1816 et 1820 (la parution n’intervient qu’en 1829). Le jeune Muret côtoie ainsi de nombreux autres artistes sur cet ambitieux projet qui veut brosser une histoire de l’art du dessin jusqu’au XVIIIe siècle ; il produit une trentaine de lithographies sur les 315 planches publiées. Jusqu’en 1830, on lui connaît quelques projets d’illustration, comme les planches pour une édition illustrée de Faust d’après les dessins de Moritz Retzsch, ou bien quelques lithographies d’après des œuvres d’Horace Vernet ou Ingres. Il continue sans doute toute sa vie à participer à des publications, liées aux auteurs de la BnF ou non ; il est cependant aujourd’hui difficile de repérer toutes ces productions, car, dans les ouvrages de l’époque, les dessins ne sont le plus souvent pas signés.

Jean-Baptiste Muret, Méphistophélès introduit Faust dans la chambre de Marguerite et dépose un écrin dans l’armoire. pl. 10, lithographie d’après le dessin de Moritz Retzsch, 1830 (BnF, EST-BMO, ESTAMPES SCENES Faust (19)).

Muret est choisi par Désiré Raoul-Rochette, conservateur du Cabinet des Médailles, comme dessinateur chargé de documenter les nouvelles acquisitions ; il reste au département jusqu’à sa mort en 1866, mais son activité rapidement dépasse ce simple cadre. La raison de son embauche laisse supposer l’établissement d’une documentation systématique des œuvres qui arrivent alors régulièrement dans les collections, au gré des achats ou dons. Dans les années 1830-1840, Raoul-Rochette mène d’ailleurs une politique d’acquisition très active. Il profite notamment d’un marché parisien en pleine expansion, avec l’établissement de marchands spécialisés (dont la célèbre maison Rollin) et le développement des ventes aux enchères qui dispersent des collections dont les œuvres proviennent alors principalement d’Italie. Or les planches qui nous sont parvenues sont d’une toute autre nature : elles reproduisent bien sûr largement les œuvres du Cabinet mais sans systématisme ni dans le choix (tout n’est pas dessiné), ni dans la façon de les dessiner (si le plus souvent une seule face est représentée, parfois on en retrouve plusieurs). Surtout, ces œuvres sont mises en séries avec de nombreuses autres issues de collections publiques et privées : elles sont même finalement minoritaires.

Notons également que l’activité de Muret ne se résume pas à ses dessins : il effectue aussi les moulages des monnaies ou de pierres gravées nécessaires aux publications du Cabinet (comme le Trésor numismatique). Il établit également à partir de la fin des années 1840 les fiches d’inventaire de la collection archéologique, travail méticuleux et de grande ampleur (près de 5000 fiches de sa main sont conservées)7. Enfin, il est aussi chargé de recevoir les visiteurs qui voulaient voir la collection8.

Jean-Baptiste Muret, Recueil, XI, pl.154, planche autour de Diane, rassemblant des objets du Cabinet des Médailles et d’autres collections (collections Morel Fatio, Carrot etc) (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (11)).

3. Le recueil des Monuments antiques dessinés, une source exceptionnelle pour la connaissance des collections d’antiques du XIXe siècle

Le Cabinet conserve donc aujourd’hui un impressionnant ensemble de 1986 planches portant les dessins de près de 8000 objets, achetées après la mort de l’artiste à son fils Ernest. Dessinés à la mine de plomb, rarement à l’encre, le plus souvent colorés à la gouache ou à l’aquarelle, les objets y sont rendus avec beaucoup de soin et de talent, de précision dans le rendu des modelés, des matières et des surfaces. Les planches conservées en vingt portefeuilles ont été réunies en onze volumes à une date ultérieure. Ils ne sont ni indexés ni même classés, ce qui rend leur consultation difficile.

Les 11 volumes du recueil des Monuments antiques dessinés au département des Monnaies, médailles et antiques

Une majorité des dessins porte des légendes (plus de 4500) qui sont parfois très succinctes, parfois plus détaillées. Elles sont écrites au revers, au crayon à papier, et souvent difficiles à lire ; toutes lacunaires et hétéroclites qu’elles soient, elles restent précieuses. Elles mentionnent le plus souvent la collection d’où est tiré l’objet ; parfois, l’historique et la provenance archéologique sont aussi indiqués. On trouve encore quelques dates, correspondant pour certaines aux entrées dans les collections. Dans la majorité des cas cependant, la date renvoie à la découverte de l’objet en France, Italie, Grèce ou Orient, surtout dans les années 1830 à 1850, jusqu’en 1862 : ces dessins sont donc un reflet des découvertes et de l’actualité archéologique du moment.

Toutes les provenances des œuvres dessinées ne sont pas données, loin de là : les légendes qui apparaissent au revers d’un peu plus de la moitié des planches fournissent le lieu de conservation pour environ un quart des objets, et il faut un long travail pour retrouver, peu à peu, les provenances manquantes. Les dessins de Muret illustrent en effet une profusion de collections, publiques et surtout privées : plus de 160 cabinets d’amateurs, fameux ou oubliés, sont nommés. Quelques œuvres proviennent également de sa propre collection, dont le contour n’est pas encore connu : son fils Ernest donne quelques objets au Cabinet des Médailles juste après la mort de son père. Nous avons découvert récemment qu’il a aussi fait don d’un important lot de 70 objets au musée de Saint-Germain-en-Laye en 1877 : trois haches en pierre et divers instruments et parures en bronze et fer (fibules, boutons, anneaux, armes…)9.

Jean-Baptiste Muret, Recueil, III, pl.192, daté 1861, fragment de vase à reliefs de la collection de l’auteur (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (3)). L’œuvre originale est aujourd’hui conservée au département des Monnaies, médailles et antiques (BnF, MMA, De Ridder.166).

Le plan d’ensemble du recueil, qui n’est ni titré, ni chapitré, n’est pas cohérent. Si des séries typologiques et iconographiques ont été conservées, elles ont parfois été séparées, et des feuilles se suivent sans logique. On ne sait pas si les regroupements ont été effectués par Muret ou ultérieurement (par exemple, la série des images érotiques regroupées dans le tome 9).

On y retrouve une grande variété d’objets : la plus grande série est la petite sculpture, de bronze et de terre cuite. D’autres ensembles importants sont les  instrumentum, parures, vases. Les domaines représentés sont, très logiquement, ceux du cabinet, et concernent majoritairement l’Antiquité grecque, romaine, étrusque, mais également l’Égypte et l’Orient, ou encore l’archéologie médiévale, couvrant aussi bien l’art que l’archéologie.

Les planches varient grandement dans leur organisation. Elles regroupent des œuvres ou des motifs autour d’un thème iconographique ou d’une typologie formelle.  De manière attendue vus l’époque et les savants côtoyés, l’intérêt premier de Muret a été l’identification des images et des sujets par la comparaison et la juxtaposition du plus grand nombre possible d’objets. Ces planches traitent donc de tout ce qui se trouve sur les œuvres antiques, dont principalement les thèmes mythologiques. D’autres regroupements sont plus inattendus tels la faune et la flore, les marques des chevaux, etc.

Jean-Baptiste Muret, Recueil, XI, pl.164, planche autour des crustacés (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (11)).

Les séries typologiques plus archéologiques sont également bien représentées, illustrant aussi bien l’archéologie classique que « nationale », antique comme médiévale : clefs, dés à coudre et à jouer, épingles à cheveux, estampilles, ou encore colliers de bronze et orfèvrerie mérovingienne, etc.

Jean-Baptiste Muret, Recueil, II, pl.141, planche d’orfèvrerie mérovingienne (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (2)).

4. Le projet : une édition numérique du recueil de dessins

Si ces dessins, restés inédits, ont toujours été mis à profit par les conservateurs du département, ce n’est que récemment que leur intérêt patrimonial et artistique a été pleinement affirmé. Ils sont aujourd’hui numérisé et consultables sur Gallica ; toutefois, sans aucune éditorialisation ni appareillage critique, ils ne sont pas vraiment exploitables pour la recherche ni pour les amateurs.

Une journée d’étude, organisée le 3 décembre 2014 par la BnF, l’INHA et le musée du Louvre, « Dessiner l’antique au musée au XIXe siècle : Jean-Baptiste Muret (Cabinet des Médailles, BnF) et Jean-Charles Geslin (musée du Louvre) », a permis de le mettre en lumière ainsi qu’un dessinateur des collections du Louvre, Jean-Charles Geslin. Cela a été l’occasion de commencer à poser des jalons à l’approche d’un personnage méconnu et d’un fonds d’une grande richesse.

Le projet de recherche lancé il y a un an vise donc à concevoir et mettre en œuvre le “Digital Muret”, une édition numérique de ce recueil sur une plateforme dédiée, en étroite collaboration avec la cellule d’ingénierie documentaire de l’INHA10. Avant même cette édition finale, le projet est résolument ancré dans le numérique au niveau de sa production comme de sa diffusion.

À l’heure où le monde bruisse régulièrement au son de la « big data », où les innovateurs recourent de plus en plus régulièrement au crowdfunding (financement participatif) pour faire financer leurs projets, à l’heure où, finalement, le web 2.0 et les réseaux sociaux ont durablement – et depuis longtemps maintenant – imprimé la notion de connectivité et d’interactivité dans le quotidien, où les individus deviennent, une fois reliés par un réseau et un but, des opérateurs décentralisés, il est assez rapidement apparu dans nos travaux sur les dessins de Jean-Baptiste Muret que nous ne pouvions pas faire l’économie d’une certaine modernité dans la façon non seulement de construire notre recherche, mais aussi d’en parler. Pour cette raison, l’ensemble du programme est orienté vers la publication numérique, l’ouverture des données et l’accès du public à nos travaux grâce à Internet, par le biais de plateformes ouvertes et collaboratives, entre autres.

Il ne s’agirait que d’effet de mode si ce choix n’était pas cependant guidé par une certaine volonté militante. Actuellement située à un croisement dans l’histoire de ses paradigmes, la recherche en histoire de l’art et du patrimoine doit faire face à un questionnement profond : celui de l’ouverture de ses données au grand public par la mise en commun, l’accès et l’usage libre de droit, mais aussi celui de l’implication active de celui-ci (que l’on peut résumer rapidement sous le grand concept de « open data »). C’est dans ce cadre qu’au sein de l’INHA la question des humanités numériques tient une place prépondérante, notamment grâce à la mise à disposition de ressources communes pour le public spécialisé comme néophyte (via la base AGORHA, par exemple).

Le corpus des dessins de Muret se prête parfaitement à l’expérimentation : très diversifié, hétéroclite, d’une grande qualité visuelle, conséquent par le nombre d’objets représentés, il comporte des objets issus d’aires chrono-culturelles et de techniques matérielles nécessitant des connaissances variées. L’idée d’un crowdsourcing (production participative) a donc émergé : au fond, pourquoi ne pas recourir au public, amateur comme spécialisé, pour participer à l’élaboration de nos données structurées sur le recueil ? Pourquoi ne pas tirer parti de l’engouement patrimonial, fédérateur à bien des titres, pour favoriser l’avancée d’un travail de longue haleine ?

« Digital Muret » et le Crowdsourcing

Nous avons donc cherché une plateforme collaborative qui permettrait à chacun de voir les dessins de Jean-Baptiste Muret, de les décrire, de caractériser du mieux possible les objets représentés, ou mieux encore, de les identifier directement si l’information est connue du contributeur ! Notre choix s’est arrêté sur le site Zooniverse, portail de science citoyenne utilisé notamment par un certain nombre de projets de biologistes pour l’inventaire de la faune photographiée dans diverses régions du monde, et dérivant à l’origine d’un projet de crowdsourcing dédié à la classification des galaxies vues sur les clichés de télescopes astronomiques. Le principe est finalement simple : démultiplier le nombre d’opérateurs de saisie, leur demander de suivre un encodage des informations simple, basé sur un lexique technique que nous transmettons. Si il est certes évident que la méthode et la plateforme ne permettra pas d’atteindre un recouvrement de 100 % des objets identifiés – ce n’est pas son but – elle constitue d’ores et déjà une plateforme pédagogique, puisque tout le cheminement de contribution est encadré de nombreux tutoriels et cours introductifs. Le premier « échantillon » d’objets issus du recueil de Muret que nous avons mis en ligne sur Zooniverse est celui de la céramique grecque. Bien connu du grand public, objet prestigieux présent dans les musées du monde entier, le vase grec est une catégorie d’œuvres bien documentée de l’Antiquité. Ce corpus présente plusieurs avantages : un nombre d’objets ni trop petit ni trop grand (environ 300), des typologies aisées à expliquer, un domaine matériel maîtrisé par l’équipe, de nombreuses bases de données en ligne permettant de chercher des identifications, de consulter des vases avec des images correctes. À l’heure actuelle, en quelques semaines de mise en ligne, nous avons enregistré plus de 1783 contributions d’identification ou de description, 21 contributeurs se sont enregistrés sur la plateforme, ce qui constitue une réussite et confirme l’engouement observé sur les réseaux sociaux quand des membres de l’équipe se livraient à partager quelques images d’objets issus des dessins de Muret (et qui avaient déjà permis quelques identifications !).

Ce crowdsourcing ne se suffit pas à lui-même : il ne repose en réalité que sur notre capacité à publier régulièrement les avancées des identifications et de la structuration de nos données dans ce vaste « Digital Muret » – nom que portera le futur site internet – que nous construisons. De fait, l’équipe s’est penchée cette année sur la création d’un carnet de recherche afin de parler au jour le jour, de manière plus ou moins érudite et poussée, pour différents publics, de nos travaux, de leurs avancées et finalement, de ce que l’analyse des dessins de Muret nous permet de dire sur son temps, sur l’archéologie de l’époque, sur l’histoire des collections ou sur l’histoire de la perception de l’iconographie antique. Ce carnet de recherche, lancé en janvier 2018 est lui-aussi, à sa façon, la manifestation de cet investissement de l’INHA et de notre programme dans les humanités numériques.

Digital Muret, un carnet de recherche de l’Institut nationale d’histoire de l’art

À terme, ces outils et expérimentations numériques convergeront pour donner lieu à un site internet en propre, destiné à faire correspondre les dessins de Muret, les objets réels quand ils sont identifiés et une vision cartographique des objets (lieux de création, de découverte, de conservation), donc l’ensemble des données structurées sur le travail de dessinateur de Muret. Cette publication, qu’on peut qualifier d’éditorialisation scientifique du recueil, se fera en continu, volume par volume, afin de ne pas suspendre la mise en lumière de notre travail à l’aboutissement complet du traitement des 8000 objets. Le volume II du Recueil des Monuments Antiques a ainsi été choisi pour être publié dans les prochains mois, puisqu’à l’heure actuelle, l’ensemble de ses objets (près de 1200) a été décrit et en partie identifiés.

Identifier les monnaies dans les recueils de Jean-Baptiste Muret, billet de blog de Clément Salviani

5. Une recherche collaborative

Mais la recherche comme la mise en commun ne se fait pas qu’en ligne ! Si le programme est construit sur la collaboration entre deux institutions, la BnF et l’INHA, l’ampleur et la diversité des œuvres et des collections concernées impliquent la mise en commun de savoirs et de savoir-faire d’un plus grand nombre d’acteurs, sans qui la saisie des données ne pourrait être réalisée. La liste est trop longue pour que l’intégralité des personnes et des musées qui ont bien voulu nous donner accès à leurs collections ou, tout du moins, y vérifier la présence de certains objets, soit citée ici ; nous tenons néanmoins à exprimer envers chacun notre profonde gratitude et notre reconnaissance.

Un travail approfondi a, par exemple, été engagé avec le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Musée du Louvre qui nous a accueilli à plusieurs reprises dans son centre de documentation où nous avons pu consulter les classeurs Charbonneaux. Ces documents rassemblent les données collectées entre 1979 et 1983 par une équipe du CNRS dont le travail a consisté à sillonner la France pour cataloguer sous forme de fiches descriptives et de photographies les collections antiques de plusieurs musées régionaux. Cela nous a notamment permis d’identifier et de dater des petits bronzes et des bijoux en or d’époque romaine, des vases plastiques grecs, des terres cuites grecques et romaines ainsi que des lampes romaines d’époque impériale dessinés par Jean-Baptiste Muret et localisés dans les réserves du Musée Antoine Vivenel de Compiègne où nous avons effectué une mission d’étude. Ce cas illustre la nécessité d’examiner les antiques au cœur même des collections lorsque ceux-ci ne sont pas publiés ; il s’agit-là de la seule possibilité de retrouver des objets aussi petits qu’une bouterolle de fourreau au musée de Beauvais, trois lampes au musée gallo-romain de Lyon et une autre, associée à une “corne de verre”, au musée de Chartres.

Comme clin d’œil à cet aspect collaboratif de la recherche, nous voudrions enfin revenir sur l’une des fructueuses relations que nous avons eu la chance de voir se mettre en place, à savoir celle qui a fait travailler ensemble l’INHA et l’Académie des Métiers d’Art (Paris). Cette institution forme, entre autres, des apprenti-bijoutiers à leur futur métier. L’enseignement dont ils bénéficient, en alternance avec une pratique en atelier, admet une composante historique dans laquelle les élèves découvrent l’histoire de la bijouterie, depuis le Paléolithique jusqu’à l’époque contemporaine. Une collaboration avec ces élèves nous a paru idéale dans le cadre de la publication prochaine du deuxième recueil de dessins qui comporte, parmi quelques 1200 objets, environ 800 bijoux protohistoriques, antiques et médiévaux. Nous avons donc proposé aux apprentis-bijoutiers de nous rendre visite à l’INHA où ils ont pu découvrir un lieu consacré à la recherche sur l’histoire de l’art. À l’occasion d’une matinée, nous avons essayé collectivement d’identifier et de décrire un maximum d’objets grâce à une abondante documentation fournie par la bibliothèque de l’INHA et, pour certaines collections muséales, disponible en ligne. Les élèves ont, de cette manière, eu la possibilité de découvrir des ouvrages anciens et récents, susceptibles de les intéresser dans le cadre de leur enseignement tout en se “faisant l’œil” sur les bijoux de différentes périodes11.

Le projet a été lancé en 2017, et le travail est donc maintenant bien entamé. Aujourd’hui, le crowdsourcing de la céramique grecque est toujours en cours (n’hésitez pas !), et d’autres corpus seront intégrés par la suite. La description et l’étude des œuvres se poursuit et, dans quelques mois, un premier volume du Recueil sera publié en ligne. Cette base nous permettra de proposer une véritable étude historique et archéologique de ce musée de papier, dont quelques aspects seront présentés lors d’une journée d’étude à l’INHA au printemps 2019.

Cécile Colonna, Christian Mazet, Bastien Rueff, Clément Salviani

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Cécile Colonna, "Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)", in L’Antiquité à la BnF, 23/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2641, [consulté le 20/10/2018].
  1. Voir notamment le projet de publication numérique du Museo Cartaceo par le Warburg Institute. []
  2. À ce sujet, voir Elena Vaiani, “Clues to the ancient world”: le piccole antichità nel Museo Cartaceo, con una verifica sulla collezione di Flavio Chigi”, in Studi di Memofonte 12/2014, p. 235-254. []
  3. Terme à comprendre dans son sens large : “tout homme s’intéressant de près ou de loin à l’Antiquité”. []
  4. Sur ce point, voir en particulier Alain Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, 1993; Élisabeth Décultot (dir.), Musées de papier. L’Antiquité en livres (1600-1800), Paris, Louvre Éditions/Gourcoff Gradenigo, 2010. []
  5. À propos du Recueil d’antiquités du comte de Caylus, voir notamment l’édition numérique et commentée réalisée en collaboration entre l’INHA, la BnF et ANHIMA []
  6. Voir à ce sujet le billet de blog de Christian Mazet, « Jean-Baptiste Muret copiste ? L’exemple des vases plastiques de la Tombe d’Isis de Vulci » []
  7. Les fiches d’inventaire du XIXe siècle des antiquités sont rassemblées sous la côte inv.52bis ; on y retrouve les fiches de Muret mais aussi celles rédigées en 1847 par Melchiade Fossati ou celles du récolement de 1891-1892. []
  8. Il reçoit ainsi en 1857 puis en 1860 Flaubert qui préparait alors son Salammbô. Voir le billet consacré à ce sujet: Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles. []
  9. Saint-Germain-en-Laye, musée d’archéologie nationale, 23760-23800 (“Don de M. Muret, arrivé par l’intermédiaire de M. Anatole de Barthélémy, 28 février 1877. Sans localités, achetés par son père à des brocanteurs”). Information retrouvée grâce à la sagacité de Mathilde Vauquelin. []
  10. Exemple d’édition numérique de dessins : digitalmontagny.inha.fr. []
  11. Sur cette expérience, on consultera le billet de blog de Bastien Rueff : Le Digital Muret comme expérience collective. Un atelier d’identification de bijoux antiques avec les élèves joailliers de l’Académie des métiers d’art. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.