Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Feuille de quatre médailles antiques, Delacroix, 1825 (INHA, EM DELACROIX 3)

Le succès de l’exposition Delacroix du Louvre rappelle l’immense popularité d’un des plus fameux artistes du XIXe siècle. Au-delà de ses œuvres les plus emblématiques, on sait moins que le jeune Delacroix eut durant une brève période, le goût du dessin des monnaies grecques antiques. Pendant deux années, entre 1824 et 1825, il produisit une série de dessins et de lithographies figurant des monnaies grecques de la collection du Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, à l’époque encore bibliothèque royale.

Monnaies prises pour modèle sur la Feuille de quatre médailles antiques : en haut à gauche, revers d’un tridrachme d’Aspendos (Pamphylie), vers 330-250 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 43) ; à droite, revers d’un chalque des Brettiens (Bruttium), vers 211-208 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1618) ; en bas à gauche, revers d’un didrachme de Thourioi (Bruttium), vers 420 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1440) ; à droite, droit d’un tétradrachme de Nicomède III de Bithynie, 94/3 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 140).

Nous savons que l’artiste n’a pas travaillé directement à partir des collections du Cabinet. Il disposait de plusieurs empreintes de soufre, des reproductions des collections numismatiques de la Bibliothèque nationale commercialisées par Théodore-Edme Mionnet à partir de 1800 en même temps qu’un catalogue.

Moulage en soufre de Th-E. Mionnet. A droite, revers d’un tridrachme d’Aspendos (Pamphylie), vers 330-250 av. J.-C. (BnF, MMA, soufre n° 3687) ; à gauche, revers d’un chalque des Brettiens (Bruttium), vers 211-208 av. J.-C. (BnF, MMA, soufre n° 4865)

Après s’être essayé à plusieurs dessins à l’apparence plus ou moins désordonnée, et dont certains sont annotés de sa main – comme c’est le cas pour l’œuvre conservée au département des Monnaies, médailles et antiques (sans doute le tout premier réalisé, en 1824) –, Delacroix donne une autre dimension à son projet en exécutant une série de six lithographies (dont seulement cinq sont aujourd’hui connues), toutes datées de 1825. Contrairement aux dessins, leur composition est soigneusement construite. Ces œuvres sont structurées par un ou plusieurs motifs centraux. Dans le cas de notre Feuille de quatre médailles antiques, le frondeur d’Aspendos, personnage debout se trouve dans une position centrale, l’Athéna combattante des Brettiens s’appuyant littéralement contre lui. En dessous, le puissant taureau de Thourioi et la tête figée du roi Nicomède III de Bithynie servent presque de socle, de ligne d’appui au mouvement du registre supérieur.

Feuille de quinze médailles antiques et notes manuscrites de Delacroix, vers 1824 ? (BnF, MMA, donation Delepierre 1966).

Demeuré confidentiel, ce travail fut aussi contesté par les contemporains de Delacroix, jusqu’à son ami Charles Blanc, qui écrit peu après la mort de l’artiste, en 1864, dans la Gazette des Beaux-Arts :

« Eugène Delacroix, d’une main fiévreuse, a injurié toutes les lignes, déplacé les clairs, brouillé les ombres, et transformé ces monnaies, qui valent mille fois leur pesant d’or, en effigies frappées au balancier des barbares ».

En somme Blanc reproche à son ami de n’avoir pas cherché à reproduire le plus fidèlement possible ces objets, sommets de l’art antique, mais d’en avoir fait le sujet, la matière première même, d’œuvres d’art originales.

Julien OLIVIER

Pour aller plus loin :

On consultera avec intérêt l’essai de Dominique Gerin, « Les feuilles de médailles : la prescience de l’Orient », publié dans le catalogue de l’exposition Delacroix et l’antique.  On trouvera également dans ce même volume un grand nombre de dessins et lithographies de Delacroix illustrés et décrits ainsi que plusieurs monnaies et moulages de soufres de la BnF qui ont servi de modèle. La même auteure a également consacré en 1998 un long article à cette question dans Les Nouvelles de l’Estampe : « Les sources des lithographies de « médailles » d’Eugène Delacroix ».

Citer ce billet : jolivier, "Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles", in L’Antiquité à la BnF, 15/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2528, [consulté le 21/08/2018].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.