Exposition au Musée Champollion de Vif

Le Musée Champollion de Vif (Isère) propose une nouvelle exposition intitulée « Dieux et déesses d’Égypte. Le Panthéon de Champollion », jusqu’au 29 septembre 2024.

Elle permet de se plonger dans l’ouvrage de Jean-François Champollion, Panthéon égyptien, collection des personnages mythologiques de l’ancienne Égypte, d’après les monuments, publication qui s’étend de 1823 à 1831. Les fascicules successifs témoignent de la méthode de travail de l’égyptologue qui enrichit ses notices au fur et à mesure de ses voyages en Europe et en Égypte. Le savant y présente des dizaines de divinités, détaillant leurs noms et leurs attributs, le tout illustré par 90 planches aux couleurs vives. Elles sont l’œuvre de son proche collaborateur Léon-Jean-Joseph Dubois.

Adoration du dieu Thot sous la forme d’un babouin. Panthéon Égyptien, [pl. 83], BnF, bibliothèque de l’Arsenal, 4-H-7617. Scène copiée d’après le papyrus de Tanytamon, BnF, département des Manuscrits, Egyptien 170 © BnF/Gallica

Le parcours de l’exposition propose notamment des comparaisons entre les planches et des objets, des manuscrits ou des publications auxquels l’égyptologue s’est référé pour établir ses descriptions ou choisir les illustrations.

À cette occasion, la Bibliothèque nationale de France a prêté trois statuettes et un manuscrit. Les statuettes, en bronze, conservées au département des Monnaies, médailles et antiques (53.440, 53.441 et 53.442), font partie de la collection Caylus que Champollion a sans doute vue lors de ses années parisiennes (1807-1809). Elles représentent le dieu-enfant Khonsou et figurent ensemble sur une planche du Panthéon.

Khonsou
Prêtre offrant Maât au dieu Khonsou. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, inv. 53.441, ht : 15,5 cm.

Quant au volume manuscrit présenté (NAF 20304), il témoigne du travail minutieux effectué par Champollion lors de son voyage en Égypte (1828-1829). Avec 5 autres volumes (NAF 20303-20308), il rassemble les notes et les croquis effectués lorsqu’il découvre les vestiges antiques dans la Vallée du Nil. Sa connaissance des hiéroglyphes lui permet de copier rapidement les inscriptions et d’identifier directement la majorité des divinités représentées. Ce travail préparatoire, complété par les dessins de ses collaborateurs lors de l’expédition franco-toscane, est précieux pour enrichir et corriger son Panthéon, à son retour. Il prévoyait d’ailleurs d’en poursuivre la publication, qui est arrêtée avec sa mort en 1832.

J.-Fr. Champollion, Notes sur les bas-reliefs du temple de Kom Ombo (Haute Égypte). BnF, département des Manuscrits, NAF 20304, f. 139v © BnF/Gallica

 

Pour en savoir plus

  • Le Musée Champollion à Vif. Un catalogue de l’exposition est en vente sur place (ISBN 9782355671548, 110 pages, 12,90 euros)
  • Présentation de l’exposition par Caroline Dugand, directrice du Musée Champollion (mai 2024)
  • Les “Papiers Champollion” conservés au département des Manuscrits de la BnF
  • Le Panthéon égyptien dans Gallica
  • V. Desclaux, “Champollion et les Bronzes Caylus de la Bibliothèque royale”, L’Antiquité à la BnF. 01/05/2022.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hélène Virenque (8 juillet 2024). Exposition au Musée Champollion de Vif. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ylt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.