Les casques corinthiens de la BnF

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (également appelé Cabinet des médailles) conserve des objets variés. La collection numismatique y occupe une place prépondérante aux cotés de céramiques, de verreries, de sculptures mais aussi de bronzes grecs dont des casques de type « corinthien »12

Protection défensive incontournable de la panoplie du guerrier grec, les premières apparitions sur céramique du casque grec remontent à la fin du VIIIe siècle3. Il devient rapidement un équipement prisé des célèbres « hoplites » et se diffuse en Grande-Grèce puis dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Hérodote est le premier auteur ancien à l’évoquer de son nom originel. Dans son chapitre sur les peuples de Libye, il raconte que les Auses, habitant sur les bords du lac Triton, séparent leurs filles en deux camps qui s’affrontent le jour de la fête de la déesse Athéna. Avant qu’elles ne s’opposent les unes aux autres, une cérémonie doit se dérouler durant laquelle le peuple est invité à élire la plus belle des filles. Celle-ci, une fois désignée, doit se vêtir d’une armure à la grecque et d’un casque corinthien puis être promenée, sur un char, tout autour du lac4.

Hoplite coiffé d’un casque corinthien. Fragment de couvercle de lekané, VIe siècle av. J.-C. BnF, MMA, De Ridder.212.1.

Si, dans ce passage, Hérodote semble décrire le casque corinthien comme un objet d’apparat, ce casque est avant toute chose un objet de guerre. À ce titre, l’usage militaire qu’en on fait les Grecs n’a été étudié que sous le prisme des textes antiques et des belles images sur vase. Or, la réalité pratique du casque ne peut pas être exclusivement perçue par l’interprétation artistique ou littéraire. Il est nécessaire de comprendre les progrès techniques et ergonomiques de l’objet et ce qu’ils engendrent sur le porteur du casque, en utilisant une approche expérimentale. Celle-ci doit être envisagée comme une étude technologique et fonctionnelle de l’objet, croisant les méthodes de fabrication et l’étude des matériaux (propriétés physico-chimiques), pour déduire son ou ses impact(s) concret(s) sur la protection du guerrier et les sens humains (audition, vision, communication, respiration, fatigue etc…).En refaisant un casque corinthien représentatif pour chacune des trois phases d’évolution du type, nous pourrions comparer et interpréter les résultats obtenus en termes d’évolution technique en matière de fabrication et de restrictions pour les sens du combattant.  Mais pour entreprendre cette démarche, il faut prendre conscience de la matérialité de l’objet en s’appliquant à des descriptions méticuleuses et à des prises de mesures précises pour, le cas échéant, rester dans des cadres réels lors de la fabrication des spécimens  souhaités.

De fait, il est nécessaire d’ausculter un grand nombre de casques issus de musées et de collections diverses pour en extraire des données au service de la reproduction. Parallèlement à cette démarche, il est intéressant de relever un maximum de traces soupçonnables d’être liées au champ de bataille et de les mettre en série selon la provenance du casque et son contexte de découverte, ce qui permettrait potentiellement d’identifier et de différencier ce qui peut véritablement être imputé au combat de ce qui peut résulter de la conservation ou du traitement de l’objet en sanctuaire. Ainsi, outre l’aspect typologique et descriptif des casques, cet article veut aussi enquêter sur la présence éventuelle d’indicateurs concrets d’un usage militaire sur les casques appartenant à la BnF.

La collection de la BnF

L’occurrence littéraire tardive d’Hérodote appartient à une période de déclin du casque corinthien. Bien qu’abondamment « médiatisé » lors de la période archaïque, sa popularité antique s’étiola et le casque corinthien disparut progressivement des champs de bataille entre l’époque classique et hellénistique. C’est au XIXe siècle, avec de nombreuses découvertes archéologiques, qu’un regain d’intérêt se porta sur ce casque grec, notamment chez les antiquaires, les marchands d’art et les grands collectionneurs. Parmi eux, il convient de signaler James Millingen, fils d’un marchand hollandais travaillant pour une banque et s’intéressant tout particulièrement à l’archéologie. Investi dans la vente d’antiquités, il traite avec le cabinet des médailles, qui acquiert en 1805 par échange avec lui, son premier casque corinthien. Un deuxième spécimen est acheté à Peter Oluf Brøndsted, un archéologue danois, en 1833. Deux autres casques sont acquis grâce à une donation de Prosper Dupré, amateur d’antiquités et directeur de la saline royale de Moyen-Vic. Enfin, lors de l’importante donation du duc de Luynes en 1862, le cabinet entre en possession de quatre nouveaux spécimens. En l’espace d’une cinquantaine d’années, la collection de la Bibliothèque s’est ainsi enrichie de huit casques, dont sept de types corinthiens et un hybride.

Néanmoins, ces acquisitions ne sont pas suivies d’enquêtes scientifiques approfondies sur le matériel, puisqu’au XIXe siècle, l’étude de ces casques grecs, et de manière plus générale celle de l’armement antique, s’appuie principalement sur les sources iconographiques et littéraires5 – l’apport de l’archéologie pour les guerres anciennes n’étant pas encore celui que nous connaissons aujourd’hui6. Nous tâcherons donc dans cette courte étude d’aborder ces casques corinthiens n’ont pas par le prisme de l’histoire de l’art mais par celui de l’archéologie en donnant des descriptions précises aux objets qui apporteront de plus amples éléments sur leur datation et leur typologie.

La présentation de cet article suivra une trame chronologique respectant l’ordre des phases typologiques de ces casques grecs. Elle ne reprendra pas l’ordre des numéros d’inventaire qui les identifient. Chaque casque sera décrit puis daté avant d’être classé selon les dernières typologies en vigueur.

1 – Inv. Bronze.2014

Vues de face et de dos du casque BnF, MMA, Bronze. 2014 / © R. Mathan

Description

Hauteur : 20 cm ; Largeur : 16,8 cm ; Longueur : 24,2 cm ; Poids : 1250 grammes.

Le spécimen est incomplet. Sa patine vert d’eau est aussi brune voire noirâtre par endroit. Les protège-joues sont courts. Leurs bords avant sont droits et inclinés. Ils laissent apparent l’éminence mentonnière. Le protège-joue droit est légèrement déformé. La ligne de base est horizontale et s’élève très légèrement jusqu’au protège-nuque. Les ouvertures oculaires sont petites et plutôt arrondies. Leurs bords supérieurs sont incurvés. Leurs bords inférieurs n’ont pas la même trajectoire en raison de la déformation du protège-joue droit. À gauche, cette trajectoire est incurvée tandis qu’à droite, elle est oblique. Les ouvertures présentent chacune un écoinçon fissuré. Les trous périmétriques supérieurs de l’ouverture de gauche sont à une distance de 0,2 cm du bord tandis que ceux de l’ouverture droite sont accolés au bord et même coupés en partie suggérant un léger élargissement. Des trous périmétriques sont présents sur les bords du casque. Peu d’entre eux sont encore clairement visibles. Les trous sur le bord supérieur des ouvertures oculaires et dans la pointe du protège-joue gauche ont un diamètre de 0,2 – 0,3 cm. Deux trous sommitaux sur la calotte possèdent un diamètre légèrement plus élevé de 0,4 cm et sont distants de 3,8 cm. Un trou de diamètre identique aux sommitaux est percé dans le milieu de la paroi postérieure. Ces trois trous (sommitaux et postérieur) servaient à fixer une crête. La paroi postérieure couvrant l’os occipital déclive légèrement vers l’intérieur. Elle s’achève par un protège-nuque étroit, plongeant et convexe. Les parois latérales sont légèrement concaves. Elles ne comportent aucune échancrure sur leurs bords inférieurs. La calotte est de forme hémisphérique. Elle présente une petite lacune dans sa partie arrière droite. Le bouclier nasal est cassé.

Provenance et commentaire

Le casque est rentré dans les collections du cabinet en 1862 grâce au don du duc de Luynes. Il proviendrait d’Italie, tout comme les trois autres spécimens corinthiens faisant partie de la donation. Sur le plan de la fabrication, le modèle Bronze.2014 est monobloc alors que la plupart des spécimens anciens découverts en Italie7 ou prétendument d’Italie8 sont fabriqués à partir de deux blocs9. Une décoloration noirâtre épousant la forme des bords supérieurs des ouvertures oculaires suggère la présence autrefois d’un recouvrement décoratif. C’est le cas pour d’autres exemplaires découverts en Italie, comme le spécimen de Baragiano10. Mais souvent la décoloration suit les pourtours du casque indiquant la présence de l’ornementation sur tous ses bords11. Le cas présentement discuté comporte une décoloration noirâtre située uniquement au-dessus des ouvertures oculaires. Il est donc possible que ce casque fût doté d’une plaque de tôle décorative imitant peut-être un décor sourcilier. Le casque corinthien découvert dans l’épave archaïque de Punta Braccetto à Camarina nous en livre un bel exemple12.

Cette décoloration, pour les pièces anciennes, peut éventuellement suggérer une provenance. Dans son importante étude sur les casques d’Olympie, Heide Frielinghaus révèle que seulement un casque du sanctuaire (aujourd’hui perdu) disposait d’un bord décoloré13. En revanche, d’autres spécimens de casques corinthiens de la phase 2 présentent la même caractéristique. D’où sont-ils originaires ?  En excluant ceux dont la provenance est inconnue ou non-avérée, il ne demeure qu’une poignée de cas tous étant, à ma connaissance, issus d’une découverte archéologique en Italie. C’est le cas pour un casque de Populonia14 ou celui de Maremme15. En ce sens, la décoration disparue conforterait éventuellement la provenance d’Italie puisqu’elle se retrouve, parmi les casques au contexte archéologique assuré, en très grande majorité sur des exemplaires italiques.

L’absence d’échancrure ou de découpe latérale, une particularité qui devient plus courante au cours de la phase 1 du casque corinthien16, atteste de l’ancienneté du spécimen Bronze.2014. Les courbes des parois latérales dont l’une est plus prononcée que l’autre suppose un petit défaut de fabrication ou une légère déformation peut-être en lien avec la conservation. Ce casque est assimilable à un groupe de la phase 1 des casques corinthiens, selon la classification de Frielinghaus : « Einteilige Helme mit Lochrand, Stiftrand oder ohne Schmuck »17. Celui-ci représente un passage transitoire entre la phase 1 et la phase 2 inscrivant le casque Bronze.2014 dans le 2e ou 3e quart du VIIe siècle18.

2 – Inv. Bronze.2009

Vue de face de du profil du casque BnF, MMA, Bronze.2009 /© BnF

Description

Hauteur : 23 cm ; Largeur : 22 cm ; Poids : 1085 grammes.

Le casque est incomplet. Sa patine est sombre avec quelques zones couleur vert d’eau. Les protège-joues sont courts. Celui de gauche est légèrement relevé. Leurs bords avant sont droits et inclinés. La pointe inférieure du protège-joue droit est cassée. La ligne de base est horizontale. Elle est interrompue par une découpe latérale arquée placée juste avant le couvre-nuque. Dimensions de la découpe latérale : 0,3 cm (hauteur) ; 3,2 cm (longueur). Les ouvertures oculaires sont petites et en forme d’amande. Leurs bords sont incurvés. Ils laissent apparent l’éminence mentonnière. Les ouvertures présentent chacune un écoinçon. Des trous périmétriques d’un diamètre compris entre 0,2 et 0,4 cm sont percés à 0,2 – 0,3 cm des bords du casque. Les espacements varient selon les zones du casque. De chaque côté de la calotte subsiste un reste d’attache carré pour cimier (1,1 x 1,1 cm). Entre les deux attaches, un trou rond de 0,4 cm de diamètre est percé. Dans son axe, plus en retrait sur l’arrière de la calotte, un trou identique est percé. La paroi postérieure couvrant l’os occipital présente une courbure légèrement sigmoïde s’achevant par un protège-nuque étroit, plat et convexe. Le contour du protège-nuque est irrégulier à son extrémité gauche. Dans cette zone, la nette disparition des trous périmétriques ainsi que la coupe presque oblique et non plus arrondie supposent une réparation peut être moderne. Les parois latérales sont concaves. Leurs bords inférieurs s’évasent légèrement.  La calotte est de forme hémisphérique. Le bouclier nasal est court (5,8 cm). Ses bords sont curvilignes. Sa queue est arrondie. Son pont est assez large (3,3 cm). La pointe nasale est légèrement relevée.

Protège-nuque, casque Inv. n° 2009 / © R. Mathan

Provenance et commentaire

Le casque provient du don de Prosper Dupré réalisé en 1834. Il serait originaire d’Italie où, selon plusieurs sources du XIXe siècle, il aurait été découvert en 1822, près de Canosa, dans les Pouilles ((Babelon, Blanchet, Gautier (dessinateur), 1895, 658, n° 2009 ; Chabouillet 1858, 538, n° 3147 ; Von Lipperheide 1896, 30, Nr. 344 ; Du Mersan 1838, 16.)). Kukahn le date du VIIe siècle19 mais une datation plus précise peut lui être attribuée. Si les trous périmétriques assez gros et espacés rappellent ceux des casques corinthiens anciens issus d’Olympie20, il se rapproche surtout d’un casque comportant une inscription de son ex-propriétaire ou ex-dédicant : ΑΡΙΣΤΙΑΣ ΤΑΡΑΝΤΙΝΟΣ21. Pflug voit dans ce casque une forme précoce au groupe Myros et le situe au tout début de la phase 2 des casques corinthiens, soit au milieu du VIIe siècle.22 La datation du Bronze.2009 ne doit pas en être trop éloignée. En effet, la concavité moins accentuée des parois latérales, la courbure sigmoïdale faiblement marquée de la paroi postérieure et l’arrondi plus franc de l’arrière du casque semble correspondre au début du développement de la phase 2, ce qui le situerait au 2e ou 3e quart du VIIe siècle.

3 – Inv. Bronze.200823

Vue de face du casque Inv. BnF, MMA, Bronze.2008 /© BnF

Description

Hauteur : 23,5 cm ; Largeur : 19,5 cm ; Longueur : 24 cm (avec le protège-nuque) ; Poids : 1222 grammes.

Le casque est incomplet. Sa patine est sombre avec des taches brunes et vertes occasionnelles. Les protège-joues sont longs et bas. Leurs bords avant sont droits et inclinés. Ils laissent apparent l’éminence mentonnière. L’ouverture buccale s’évase au niveau du menton. Les protège-joues, auparavant pliés, furent redressés. La ligne de base s’élève jusqu’à une petite découpe latérale arquée et retombe jusqu’au couvre-nuque24. Les ouvertures oculaires sont larges et déformées. Leurs bords supérieurs sont incurvés. Leurs bords inférieurs descendent obliquement. Les ouvertures présentent chacune un écoinçon. Celui de gauche est déchiré. Deux paires de trous pour des boucles métalliques sont encore conservées sur la partie supérieure de la calotte. Elles sont percées de l’extérieur vers l’intérieur. Dans chaque paire, un trou mesure 0,2 cm de diamètre tandis que le second est légèrement plus grand avec un diamètre de 0,3 cm. Dans la paroi postérieure, une autre paire de trous de 0,4 cm de diamètre est percée et constitue le vestige d’une ancienne boucle métallique. Deux trous ronds sont percés dans le bas de la paroi postérieure, en-dessous de la paire de trous mentionnée juste avant, et mesurent 0,8 cm de diamètre.

Zoom sur les trous postérieurs, casque Inv. n° 2008 / © R. Mathan

La paroi postérieure couvrant l’os occipital présente une courbure sigmoïde s’achevant par un protège-nuque très étroit, plongeant et convexe. Les parois latérales sont concaves. Leurs bords inférieurs s’évasent. La calotte est de forme hémisphérique. Elle comporte plusieurs enfoncements de taille variable répartis sur l’ensemble de la calotte ainsi qu’une importante cassure dans sa partie postérieure. Le bouclier nasal est relativement long (6,3 cm) et étroit malgré un élargissement en son extrémité. Son épaisseur varie notamment en raison de la légère surélévation du bord, dans ce cas elle peut atteindre jusqu’à 8,8 mm. L’épaisseur prise au centre de la pièce varie en 7 et 8 mm. Ses bords sont curvilignes. Sa queue est arrondie. Son pont est relativement large (3,1 cm). Sur la coque externe, trois groupes de fines lignes en reliefs sont parallèles et symétriques au rebord du casque. Ces trois ensembles ornementaux encadrent trois bandes dont les deux plus proches des bords sont lisses. La troisième, encadrée à son intérieur d’une rangée de grènetis, représente une bande décorative aux motifs spiralés qui s’achèvent au pont du bouclier nasal. Cette décoration est proche du « type u » identifié par Kunze25.

Décoration du casque Inv. n° 2008, d’après Kunze 1961.

Provenance et commentaire

Le Catalogue des Bronzes antiques de la Bibliothèque Nationale de Ernest Babelon relate la découverte de ce casque26. Cet exemplaire fut trouvé en 1828 à Olympie27, plus précisément dans l’Alphée. Racheté à un paysan par un capitaine de l’expédition française de Morée, rien n’est précisé concernant l’acquisition du casque par Prosper Dupré qui l’offrira ensuite, en 1834, au cabinet des médailles. Le spécimen discuté est depuis longtemps connu et daté. Kukahn l’a placé entre la fin du VIIe siècle et le début du VIe siècles dans un groupe nommé « Der Helm mit Seitenausschnitt »28. Plus tard, Kunze a identifié un nouveau groupe au sein de la phase 2 du casque corinthien qu’il nomme « Myros-Gruppe »29 et dans lequel il classe, à juste titre, le casque Bronze.200830. La datation des casques appartenant à ce groupe typologique est comprise entre le 3e quart du VIIe et le 1er quart du VIe siècles31. Ici, l’incurvation forte de la ligne de base, la courbe sigmoïdale marquée de la paroi postérieure, la concavité des parois latérales légèrement accentuée ainsi que les protège-joues s’étendant vers le cou, placent cet exemplaire parmi les casques les plus jeunes du groupe. De sorte que sa datation doit être située aux alentours du début du VIe siècle comme l’a suggérée Heide Frielinghaus32.

4 – Inv. Bronze.2011

Vue de face et de dos du casque Inv. BnF, MMA, Bronze.2011 /© BnF

Description

Hauteur : 20 cm ; Largeur : 19,6 cm ; Longueur : 28,7 cm ; Poids : 1320 grammes.

Le casque est largement restauré. Son intérieur comporte de nombreuses bandes blanches de plâtre ou de cire qui consolident des fissures et rattachent des parties du casque entre elles.

Vue intérieure avec réparations, casque Inv. n° 2011 / © R. Mathan

Sa patine est sombre avec quelques zones de couleur vert d’eau. Les protège-joues sont longs. Le bord avant de celui de droite a une trajectoire déviée à cause d’une déformation ancienne peut-être liée à un pli ou à une compression. Celui de gauche est droit et incliné. Sa pointe inférieure est cassée. La ligne de base est horizontale. Elle est interrompue par une découpe latérale en forme de gousset placée juste avant le couvre-nuque. Les ouvertures oculaires sont assez grandes et en forme d’amande. Leurs bords sont incurvés. Les ouvertures présentent chacune un écoinçon fissuré. Des trous périmétriques d’un diamètre compris entre 0,1 et 0,2 cm sont densément percés et accolés aux bords du casque. Au sommet de la calotte trois trous carrés furent percés de l’extérieur vers l’intérieur : 0,5 x 0,7 cm (cf. encadrés rouge fig. 11), 0,5 x 0,5 cm (le plus petit trou percé entre les deux autres). Dans la paroi postérieure une paire de trous ronds de 0,3 cm de diamètre est percée. La paroi postérieure couvrant l’os occipital présente une courbure sigmoïde s’achevant par un protège-nuque large, plongeant et convexe. La partie centrale du protège-nuque, dépourvue de trous périmétriques et présentant une réparation intérieure, n’est sûrement pas d’origine. Les parois latérales sont échancrées. Leurs bords inférieurs s’évasent dessinant un contour arrondi. La calotte est de forme hémisphérique. Le bouclier nasal est long (7 cm) et étroit. L’épaisseur de ses bords varient entre 11 et 12 mm tandis que son épaisseur centrale fluctue entre 6,6 et 8,1 mm. Ses bords sont curvilignes. Sa queue est lancéolée et arrondie. Son pont est étroit (2,3 cm).

Trous percés au sommet de la calotte, casque Inv. n° 2011 / © R. Mathan

Provenance et commentaire

Le casque est prétendument originaire d’Italie. Il fut offert au cabinet avec trois autres casques corinthiens en 1862 par le duc de Luynes. Kukahn l’a placé dans un groupe qu’il nomme « Fortsetzung des Helmes mit Seitenzwickel » et qu’il date de la fin du VIIe et du début du VIe siècles33. Cette classification peut être révisée car le casque plutôt étroit avec des contours nettement arrondis accompagnés de trous densément perforés, un bouclier nasal considérablement épaissi et des bords oculaires nervurés, se rapproche de certains spécimens provenant d’Olympie comme le M 375/BE 129134 appartenant au « Nikosia-Gruppe » récemment établi dans la phase 2 des casques corinthiens par Heide Frielinghaus35. Ce groupe contient trois étapes de développement : la première trop proche de groupes plus anciens et la troisième, faisant apparaître une séparation de la partie inférieure du casque de la calotte, ne semblent pas correspondre aux caractéristiques physiques du spécimen présentement discuté. L’étape intermédiaire de ce « Nikosia-Gruppe », où les protège-joues s’étendent et les parois latérales se rétractent fortement, correspond davantage au casque Bronze.2011 qui appartient probablement au 1er quart du VIe siècle.

5 – Inv. Bronze.2007

Vue de face, casque Inv. BnF, MMA, bronze.2007 / © BnF

Description

Hauteur : 20 cm ; Diamètre : 26 cm ; Poids : 1091 grammes.

Le casque est incomplet. Sa patine est sombre avec des taches brunes et vertes occasionnelles. Les protège-joues sont longs et hauts. Leurs bords avant sont droits et inclinés. Ils laissent apparent l’éminence mentonnière. L’ouverture buccale large s’évase au niveau du menton. La ligne de base s’élève très légèrement jusqu’à une minuscule découpe latérale placée juste avant le couvre-nuque. Les ouvertures oculaires sont petites et en forme d’amande. Leurs bords sont incurvés36. Des trous périmétriques d’un diamètre compris entre 0,2 et 0,3 cm sont percés sur les bords du casque. Certains possèdent encore leur tête de rivets. Les espacements élevés varient selon les zones du casque. Sur la partie gauche de la calotte deux paires de trous de 0,2 cm de diamètre sont percés. Elles sont accompagnées par les restes d’une tête de rivet de 0,4 cm de diamètre. Sur la partie droite de la calotte, un rivet de même dimension est toujours présent. Une paire de trous de 0,2 cm de diamètre est percée au sommet de la calotte. Un autre trou sommital carré (0,4 x 0,5 cm) est percé et positionné légèrement plus haut et à droite de la paire de trous sommitale.

Trous sommitaux, casque Inv. n° 2007 / © R. Mathan

La paroi postérieure couvrant l’os occipital présente une courbure sigmoïde s’achevant par un protège-nuque étroit, plongeant et convexe. Les parois latérales sont concaves. Leurs bords inférieurs s’évasent dessinant un contour arrondi. La calotte est de forme hémisphérique. Elle comporte un important enfoncement oblong sur son sommet d’une largeur de 3,7 cm et d’une longueur de 9,1 cm. L’arrière de la calotte est entièrement manquant. Le bouclier nasal est fissuré à son pont et presque détaché du reste du casque. Le nasal est long (7,8 cm) et large. Son épaisseur varie entre 3,2 et 5,2 mm. Ses bords sont curvilignes. Sa queue est lancéolée. Son pont est relativement large (3,5 cm). Le bouclier nasal est composé de deux plaques de bronze (fig. 18). La deuxième est une plaque de renfort identique à la forme du nasal. Elle est fixée au nez mais également au bord supérieur des ouvertures oculaires. Sur la coque externe, deux bandes décoratives remplies de motifs à chevrons suivent les bords du casque. Leur tracé est souvent irrégulier.

Vue de l’intérieur, casque Inv. n° 2007 / © R. Mathan

Provenance et commentaire

Sa provenance est inconnue. Il fut acquis en 1805 par le cabinet des médailles via un échange avec James Millingen. D’après son décor, il fut classé par Kukahn dans les « Sonderbildungen in Italien »37. Il le rapproche d’un casque découvert dans la nécropole de Pitino38. Cette même ornementation à chevrons est également reproduite sur un casque du British Museum découvert en Apulie39 et un casque picéno-corinthien trouvé à Numana40. Cette bande remplie de chevrons au tracé souvent irrégulier n’est pas, à ma connaissance, observable sur des casques corinthiens de la phase 1 ou 3 ni sur d’autres spécimens de la phase 2. En ce sens, le casque Bronze.2007 pourrait éventuellement être issu d’un atelier de production situé en Italie du sud.

Le type de renforcement de son bouclier nasal, constaté sur un exemplaire picéno-corinthien probablement fabriqué sur la côte adriatique, soutient aussi l’hypothèse de sa fabrication dans cette région et permet de le classer dans un petit groupe de casque italo-corinthien « mit Stirngiebel »41 identifié par Pflug42. La calotte hémisphérique est séparée du reste du casque par une délimitation peu prononcée et plate sans gousset frontal ce qui le rapproche des casques corinthiens tardifs mais ne suggère pas une datation trop récente. Le casque Bronze.2007 doit donc appartenir au 2e ou 3e quart du VIe siècle.

6 – Inv. Bronze.2012

Vue de face du casque Inv. BnF, MMA, Bronze.2012 / © BnF

Description

Hauteur : 24 cm ; Largeur : 20 cm ; Longueur : 27 cm ; Poids : 2088 grammes.

Le casque est bien conservé et dans un bon état général. Sa patine est vert clair avec quelques zones vert foncé. Les protège-joues sont longs et hauts. Leurs bords avant sont légèrement rétractés. Ils laissent apparent l’éminence mentonnière. L’ouverture buccale est assez large, elle atteint 4,5 cm entre les pointes inférieures des protège-joues. La ligne de base s’élève jusqu’à une petite découpe latérale en forme de gousset placée avant le couvre-nuque, proche du milieu de la paroi latérale. Les ouvertures oculaires sont petites et en forme d’amande. Leurs bords sont incurvés. Au milieu des deux parois latérales une paire de trous de 0,5 cm de diamètre a été percée. Une troisième paire de trous semble avoir été percée ultérieurement aux deux premières dans le bas de la paroi postérieure. La paroi postérieure couvrant l’os occipital présente une courbure sigmoïde s’achevant par un protège-nuque large, plongeant et convexe. Les parois latérales sont nettement concaves. Leurs bords inférieurs s’évasent dessinant un contour arrondi. La calotte est de forme hémisphérique.

Le bouclier nasal est long (8 cm) et large. Son épaisseur varie notamment en raison de la légère surélévation du bord, dans ce cas elle peut atteindre jusqu’à 7,5mm. L’épaisseur prise au centre de la pièce varie en 6,1 et 7,1mm. Ses bords sont curvilignes. Sa queue est arrondie. Son pont est relativement large (3,2 cm).

Sur la coque externe, trois bandes décoratives fines et en reliefs suivent les bords du casque. Elles convergent en direction du bouclier nasal où, peu après le pont de celui-ci, la ligne la plus éloignée du bord du casque s’achève. Au-dessus des ouvertures oculaires, des traces encore visibles attestent d’un décor sourcilier disparu. Au niveau de la jonction des deux sourcils se trouve une fleur de lotus à trois pétales. Cette fleur est flanquée de deux sépales et repose sur une « traverse » qui représente un socle rectangulaire encadré par deux volutes. Une forme rhombique forme le pied de la fleur et clôt cette ornementation frontale.

Restes du décor sourcilier, casque Inv. BnF, MMA, 2012 / © R. Mathan

Provenance et commentaire

Le casque serait prétendument originaire de Grande-Grèce. Il fait partie du lot de casques offert au cabinet des médailles par le duc de Luynes en 1862. Kukahn l’a placé43 au sein d’un groupe qu’il nomme « Der Korinthische Helm bis zur Bildung der abgesetzten Helmkappe » et qu’il date de la fin du VIe siècle44. Néanmoins, l’ornementation florale, son apparence massive et son poids le classent davantage dans un groupe spécifique de la phase 2 du casque corinthien, le « Lotusblüten-Gruppe »45. Les provenances avérées pour ce groupe de casque corinthien peuvent être de Grèce46 ou d’Italie47. Mais une majorité d’exemplaires venant du sud de l’Italie couplée à l’absence de découverte de ce type sur le site d’Olympie48, favorise le scénario d’un contexte archéologique en Italie.

La calotte très arrondie du casque, les extrémités des joues pointues et légèrement relevées par rapport aux bords inférieurs des ouvertures oculaires, la position de la découpe latérale, l’ornementation et la forme du nasal le rapprochent d’un exemplaire découvert à Delphes49 et d’un spécimen conservé au Louvre50 dont les datations furent fixées par Heide Frielinghaus au 2e quart du VIe siècle. Cette datation est cohérente pour le Bronze.2012 puisque dans la série des casques d’Olympie, l’arrière de la calotte bien arrondi ainsi que les couvres-joues plus grands s’étirant dans leurs pointes inférieures vers le bas, sont des particularités morphologiques admises comme débutant à partir du 2e quart du VIe siècle pour ce groupe de casques corinthiens51.

7 – Inv. Bronze.2010

Vue du profil gauche du casque Inv. BnF, MMA, Bronze.2010 / © BnF

Description

Hauteur : 25 cm ; Diamètre : 27 cm.

Le casque est incomplet. Sa patine est vert d’eau. Les protège-joues sont longs et hauts. Leurs bords avant sont légèrement convexes. Ils laissent peu apparent l’éminence mentonnière. L’ouverture buccale est courte. La ligne de base s’élève jusqu’à une petite découpe latérale en forme de gousset placée avant le couvre-nuque, proche du milieu de la paroi latérale. La découpe latérale est en partie perdue sur le côté gauche du casque. Les ouvertures oculaires sont ovoïdales et leurs bords incurvés. Dans la partie inférieure des bords avant des protèges-joues deux trous ronds sont percés. La paroi postérieure couvrant l’os occipital présente une courbure sigmoïde s’achevant par un protège-nuque aujourd’hui disparu. Les parois latérales sont nettement concaves. Leurs bords inférieurs s’évasent et dessinent un contour arrondi. La calotte est de forme hémisphérique. Elle comporte dans sa partie arrière un important enfoncement oblong accompagné de plusieurs lacunes du métal. Le bouclier nasal est long, large et épais. Ses bords sont curvilignes. Sa queue est arrondie. Son pont est relativement large.

Sur la coque externe, trois bandes décoratives fines et en reliefs suivent les bords du casque. Elles convergent en direction du bouclier nasal. Au-dessus des ouvertures oculaires, des traces encore visibles attestent d’un décor sourcilier en argent aujourd’hui disparu. Dans le creux de la jonction des deux sourcils se trouve la base d’un décor floral. Une fleur de lotus à cinq pétales orne le centre de la paroi frontale. Cette fleur est flanquée de deux sépales et repose sur une traverse qui représente un socle oblong encadré par deux volutes. Une forme rhombique définit le pied de la fleur et clôt cette ornementation frontale.

Provenance et commentaire

Sa provenance est inconnue. Il fut acheté en 1833 à Peter Oluf Brøndsted. Kukahn le rapproche52, pour sa technique et son ornementation, de l’exemplaire du Louvre inv. NNB 1142 / Br 110053. Il fait partie de la phase 2 des casques corinthiens et plus précisément du même groupe typologique que le n° 2012 du cabinet des médailles54. Sa datation doit être identique et correspondre au 2e quart du VIe siècle.

8 – Inv. Bronze.2013

Vue de face du casque Inv. BnF, MMA, Bronze.2013 / © BnF

Description

Hauteur : 24 cm (casque) ; Largeur : 5,2 cm (représentation frontale) ; Longueur : 8,6 cm (représentation frontale).

Le casque est incomplet, sa partie arrière est manquante. Sa patine est verte avec des zones occasionnellement bleues et foncées. Les protège-joues sont longs et bas. Leurs bords avant sont droits et légèrement inclinés. Ils descendent en direction de la gorge tout en recouvrant quasi-intégralement l’éminence mentonnière. Le protège-joue droit fut cassé puis refixé par une restauration moderne55.

Zoom sur la réparation du protège-joue droit du casque Inv. n° 2011 / © BnF

L’ouverture buccale est courte. Les ouvertures oculaires sont larges et arrondies. Leurs bords sont incurvés et épaissis. Leurs bords inférieurs s’achèvent quasiment contre l’arête nasale. De petits trous périmétriques sont densément percés sur les bords du casque. La paroi postérieure ainsi que le protège-nuque sont manquants. La calotte est de forme phallique. Une délimitation carénée la sépare de la partie inférieure du casque. Cette carène enserre la calotte. Elle atteint son point culminant sur la paroi frontale. Le bouclier nasal est très court et étroit. Ses bords sont curvilignes. Sa queue est arrondie. Son pont est étroit. La scène sur la paroi frontale représente la lutte entre Héraclès et Apollon pour la biche de Cérynie56. Les protège-joues ainsi que les ouvertures oculaires sont accompagnés d’une rangée de grènetis et de trois fines lignes parallèles. L’ornementation des protège-joues et des ouvertures oculaires est complétée par une série de clous en argent à têtes rondes.

Au-dessus du pont nasal, une petite palmette à six feuilles repose sur deux volutes dont leurs centres sont complétés par un clou d’argent décoratif. La carène est également décorée par une bande d’oves à laquelle sont accrochés des motifs spiralés imitant les cheveux. Enfin, deux fines courbes en relief au-dessus des ouvertures oculaires représentent des sourcils. L’extrémité de celui de gauche est manquante.

Provenance et commentaire

Ce casque, dernier du lot offert par le duc de Luynes, est une hybridation tardive entre deux types de casques grecs, le corinthien et le chalcidien57. Il ne s’agit pas d’un cas unique. Au cours de l’évolution des casques corinthiens, des hybridations apparaissent à plusieurs niveaux. C’est le cas entre certains groupes d’une même phase, comme pour le groupe Hermione et le groupe Lamia de la phase 358. Mais des hybridations sont aussi possibles à une échelle plus haute, entre deux types de casques59, en atteste le n° 2013. En l’occurrence, il s’agit d’une des trois hybridations connues entre le type chalcidien et le type corinthien et issues d’une production italienne60. De par sa provenance vulcienne61, le casque fut reconnu comme étrusco-corinthien62 avec des influences chalcidiennes63 et daté, grâce à son décor, entre 500 et 48064. Il serait ainsi légèrement postérieur aux trois spécimens empruntant des éléments chalcidiens et découverts à Olympie dont la datation se situe entre le 3e et le 4e quart du VIe siècle65.

Vue de profil du casque Inv. n° 2013 / © BnF

Conclusion : d’un objet d’art à un objet de guerre

L’étude des casques corinthiens conservés à la BnF a permis de réévaluer la datation et de préciser la classification typologique de certains de ces objets. Les provenances, souvent prétendues, semblent en majorité cohérentes lorsque nous les confrontons aux indices archéologiques et aux provenances de spécimens proches ou identiques typologiquement. Les contextes des découvertes restent malheureusement impossibles à déterminer. À l’exception du Bronze.2008, sur aucun casque il n’est possible d’observer des dommages intentionnels66, ni d’inscription dédicatoire ou encore de trous de fixation destinés à une exposition publique ou privée.

Par ailleurs, les indicateurs concrets d’un usage militaire des casques sont rares. Quasiment aucun casque de la collection ne conserve d’impact pouvant être relié à un coup reçu sur le champ de bataille. Un léger élargissement de l’ouverture oculaire du Bronze.2014 pourrait, éventuellement, être évocateur d’un besoin d’élargir le champ de vision. Mais si c’est le cas, pour quelle raison la deuxième ouverture n’a-t-elle pas été à son tour agrandie ? L’usage au combat du casque Bronze.2007 est peut-être davantage imaginable avec un renforcement nasal déjà constaté sur un autre casque corinthien et un coup allongé, accompagné d’une fente oblongue, qui pourrait témoigner d’un coup d’épée ou de lance. Cependant, ce genre de trace peut aussi résulter du traitement de l’objet dans un sanctuaire67. Ainsi, rien ne peut être énoncé avec certitude quant à l’usage de ces casques, surtout lorsque le contexte de découverte est manquant, comme c’est le cas pour la plupart des spécimens discutés ici.

Un moyen d’identifier la provenance et l’atelier de fabrication des casques serait une analyse des éléments traces du bronze. Mais cela impliquerait de disposer au préalable d’une quantité suffisante d’examens chimiques réalisés sur d’autres spécimens. Et ce, pour alimenter une discussion associant caractérisation chimique et éléments typologiques. Mais un tel projet reste difficilement envisageable. Cela nécessiterait de nombreuses demandes de prélèvements ainsi que des coûts financiers importants68. Un autre travail utile serait de réaliser un catalogue complet des casques corinthiens. Compte tenu de leur diffusion complexe dans des régions helléniques et non helléniques, cela aiderait à la compréhension de leur association à des types de guerres et des armements non grecs.

Bibliographie

  1. Ce travail fait suite à une étude des casques corinthiens conservés au département Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France intervenue dans le cadre de la thèse de l’auteur : Romain Mathan, Le casque corinthien. Histoire et Technique, Université Grenoble Alpes, LUHCIE – EA 742 (romain.mathan@univ-grenoble-alpes.fr). Je tiens à remercier Heide Frielinghaus pour sa relecture et ses commentaires qui ont permis d’améliorer cet article. Je souhaite également remercier Madame Mathilde Avisseau-Broustet, responsable des collections d’objets au département des Monnaies, médailles et antiques, qui m’a accueilli pour cette étude. []
  2. Les dates citées sont toutes avant Jésus-Christ, sauf mention contraire. []
  3. Pflug 1988, 67, Anm. 19 ; 68, Abb. 1. []
  4. Hérodote, Enquêtes, IV, 180. []
  5. Graells i Fabregat 2018, 370. []
  6. L’étude des armes défensives en bronze n’adopte une approche archéologique scientifique qu’à partir de la publication du quatrième volume des fouilles d’Olympie par Furtwängler, voir : Ibid. 382. []
  7. Par exemple : casque de la tombe 11 de Satriano, voir : Holloway 1970, 64, cat. 95 (T – 11), pl. 116 – 119 ; Holloway. 1971, 93, Taf. 36. ; Casque de la tombe A410 de Sala Consilina, voir : De la Genière 1968, 110, 187, 248, 268, Pl. 7, 2 ; Casque de Bénevento, voir : Pflug 1988, 392, Nr. 14. []
  8. Louvre inv. n° BR 1096, voir : De Ridder 1915, 1, n° 1096 ; Staatliche Antikenmuseums Berlin inv. n° L2, voir : Pflug 1988, 393, Nr. 15 (prétendument de Lombardie) ; British Museum 1856,1226.701, voir : Walters 1899, 349, n° 2829. []
  9. Le musée de l’Armée possède un casque corinthien prétendument de Paestum (E.2.a) qui présente une particularité exceptionnelle : une fabrication à partir de trois feuilles de bronze, deux pour la calotte et la partie inférieure du casque et une troisième pour le bouclier nasal. Voir : Mohen 1970, 209 – 210, fig. 1, n° I et fig. 2, n° I. []
  10. Bottini 2013, 37 ; Pflug 1988, 384, n° 7. []
  11. Staatliche Antikenmuseums Berlin inv. n° L10, voir : Pflug 1988, 389, Nr. 12 ; Musée d’Art Classique de Mougins inv. MMoCA.286, voir : Burns 2011, 198, n° 49. []
  12. Hixenbaugh 2019, 346, Cat. C32, 583, C32, a – b ; Tisdale 2021, 126, 22A1. []
  13. Frielinghaus 2011, 17, Taf. 11, 1. Un autre casque « prétendument » de Grèce présente cette bordure décolorée, voir : Pflug 1988, 388, n° 11. []
  14. Musée national d’archéologie, Florence, n° 89309 ; Romualdi 2010, 36, fig. 2 ; 91, fig. I. 36 ; Minto 1932, 329, tav. 5, 1 ; Stary 1981, Bd. 3, Teil. 2, 428, n° 12 []
  15. Pflug 1988, 402, n° 24. []
  16. Frielinghaus 2011, 16. []
  17. Ibid. 267. []
  18. Kukahn le place dans sa liste des casques corinthiens anciens appartenant aux VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., voir : Kukahn 1936, 24 – 29, 62, 21d. []
  19. Kukahn 1936, 24 – 29. []
  20. Frielinghaus 2011, 258 – 260, Da et D35, respectivement inv. M 321/BE 122 et inv. Br 0600. []
  21. Hixenbaugh 2019, 363, Cat. C168 ; 597, C168 ; Pflug 1988, 396, Kat. 18, Abb. K 18, a – d. []
  22. Pflug 1988, 75, 396, K 18. []
  23. Ce casque a fait l’objet d’une description précise dans l’ouvrage de Heide Frielinghaus, les informations et mesures délivrées ici sont complémentaires, voir : Frielinghaus 2011, 335 – 336, Kat. D311. []
  24. Dimension de la découpe latérale : 0,2 cm (hauteur), 4 cm (longueur). []
  25. Kunze 1961, 93, Abb. 43. []
  26. Babelon 1895, 658, 2008 ; Voir aussi : Chabouillet 1858, 537-538, n° 3146. []
  27. La date de découverte est parfois attribuée à l’année suivante, voir :  Dubois 1841, 108, note 2 ; Catalogue de la vente Pourtalès-Gorgier, 1865, 116, note 1. []
  28. Kukahn 1936, 32 – 34 ; 72, Nr. 67. []
  29. Kunze 1961, 77. []
  30. Ibid. 83, Nr. 35. []
  31. Frielinghaus 2011, 327 – 344. []
  32. Ibid. 335 – 336, Kat. D311. []
  33. Kukahn E. 1936, 32 – 34. []
  34. Frielinghaus 2011, 292 – 293, Kat. D114, Taf. 51, 1 – 2 ; 105, 2 ; Gröschel 1988, 149. []
  35. Ibid. 36 – 38. []
  36. Dimension de l’oculaire gauche : 2,5 cm (hauteur), 5 cm (largeur) ; dimension de l’oculaire droit : 2,3 cm (hauteur), 4,8 cm (largeur). []
  37. Kukahn 1936, 40 – 41. []
  38. Annibaldi 1970, 236 – 246, taf. 1 ; Hixenbaugh 2019, 392, Cat. C397 ; Moretti Sgubini 2019, 265, fig. 15.8 et page de couverture ; Stary 1981, Bd. 3, Teil. 2, 429, n° 31 ; 484, Beil. 8, n° 7. []
  39. Inv. 1873.0820.228, voir : Hixenbaugh 2019, 407, Cat. C515 ; Walters 1899, 348, n° 2820. []
  40. Hixenbaugh 2019, 407, Cat. C516 ; Von Lipperheide 1896, 65, Nr. 373 a ; Pflug 1988, 96, Abb. 40. []
  41. Pflug 1988, 89 – 96. []
  42. Ibid. 95. []
  43. Kukahn 1936, 90, Nr. 143. []
  44. Ibid. 34, 39. []
  45. Frielinghaus 2011, 33 ; Pflug 1988, 80, Anm. 76. []
  46. Delphes inv. n° 8409, voir : Frielinghaus 2007, 166 – 167, Abb. 47 – 48. []
  47. Découvert dans une tombe dite « dell’entroterra » à Metaponte. Aujourd’hui conservé dans : Les Musées d’État, Collection des Antiquités, Berlin, inv. n° L20, voir : Cahn 1989, 10 – 12, W 1a – e, Abb. 3 ; Hixenbaugh 2019, 413, Cat. C563, 627, C563, a – b ; Graells i Fabregat 2019, 309 – 310, fig. 2 – 58. []
  48. Frielinghaus précise qu’aucun casque cochant tous les critères du groupe en question n’a été trouvé à Olympie, seul quelques spécimens peuvent s’en rapprocher notamment par le décor, voir : Frielinghaus 2011, 33. []
  49. Voir ci-dessus note 43. []
  50. Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, inv. NNB 1142 / Br 1100, voir : Frielinghaus 2011, 352, Dk, Taf. 36, 2 – 3 ; Kukahn 1936, 89, Nr. 138 ; De Ridder 1915, n° 1100, Pl. 65 ; Pflug 1988, 80, note 75. []
  51. Frielinghaus 2011, 33. []
  52. Kukahn 1936, 89, Nr. 139. []
  53. Ibid. 89, Nr. 138 ; voir supra : note 49. []
  54. Pflug 1988, 80, Anm. 76. []
  55. Voir les photographies de Adam 1984, 109. []
  56. Pour le détail de la représentation, je renvoie à la description minutieuse réalisée par Anne-Marie Adam : Ibid. 108 – 109. []
  57. Il n’est pas seulement de type corinthien comme le suggérait Anne-Marie Adam, voir : Adam 1984, 108. []
  58. Olympie, inv. n° B 5095, voir : Frielinghaus 2011, 390 – 391, Kat. D499, Taf. 66, 1 – 2 ; Olympie, inv. n° B 5085, voir : Frielinghaus 2011, 389, Kat. D496, Taf. 66, 3 – 4. []
  59. C’est le cas avec les casques illyro-corinthien qui sont pour la plupart initialement des casques corinthiens modifiés, voir par exemple : Pflug 1988, 385, K 8. []
  60. Les deux autres sont les casques de Todi et celui des Marches, voir pour le premier : Bendinelli 1916, 843, fig. 1, Tav. 1 et 2 ; Pflug 1988, 150, Abb. 18 ; Pour le second : Pflug 1988, 149, Anm. 64 ; Proietti 1980, 305, Fig. 433 ; Helbig 1874, 46, Taf. K. Chrysostomou indique qu’un casque corinthien de la phase 2 retrouvé dans une tombe en macédoine est aussi une hybridation entre un type corinthien et un type chalcidien. Mais la modification apportée tend davantage à un mélange entre illyrien et corinthien ce qui est d’ailleurs plus cohérent au vu des types de casque, majoritairement illyrien, découverts dans la région, voir : Chrysostomou 2011, 378. []
  61. Adam 1984, 110. []
  62. Ibid. 109 ; Pflug 1988, 105, Anm. 181. []
  63. Pflug 1988, 103, Anm. 161. []
  64. Adam 1984, 110. []
  65. Sur le site d’Olympie trois casques corinthiens de la phase 3 empruntant des éléments au casque de type chalcidien furent identifiés par Heide Frielinghaus : inv. n° B 4376 ; inv. n° B 4691 ; inv. n° B 5125, voir : Frielinghaus 2011, 399 – 400, Kat. D521, D522, D523. []
  66. Comme des protège-joues ou des boucliers nasaux pliés. []
  67. Voir : Frielinghaus 2011, 104 – 106. []
  68. Manti, Watkinson 2007, 79 – 81. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathan Romain (27 juin 2024). Les casques corinthiens de la BnF. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11w8a


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.