Journée d’étude : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe. Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Journée d’étude.

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe.

Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, 29 mai 2024, Paris

Le mercredi 29 mai 2024, la bibliothèque de l’Arsenal accueille une journée d’étude du projet de recherche européen Agrelita : The Reception of Ancient Greece in Premodern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books, 1320-1550.

Ce projet de recherche interdisciplinaire a pour visée de renouveler l’étude de la réception de la Grèce antique en Occident à la fin du Moyen Âge. Le mythe de la redécouverte absolue de la Grèce ancienne à la Renaissance est aujourd’hui largement battue en brèche. Certes, les médiévaux ne connaissent pas le grec. Mais l’Antiquité grecque imprègne fortement l’imaginaire médiéval et, à partir du XIVe siècle, la transmission, l’appropriation et la traduction en langue vernaculaire des sources latines permettent la diffusion de représentations multiples de la Grèce antique, de ses mythes et de son histoire. Ainsi, entre 1350 et 1550, auteurs, traducteurs et enlumineurs inventent et élaborent un « objet Grèce » polysémique et omniprésent dans la littérature et la peinture, qui ouvre la voie à l’interprétation humaniste de « l’héritage grec ».

Char triomphal de Diane et ses nymphes, BnF, Arsenal, Ms-5068, f. 73

La journée d’étude organisée à la bibliothèque de l’Arsenal portera sur un des aspects de la transmission de l’imaginaire de la Grèce antique au Moyen Âge : les figurations textuelles et visuelles des dieux et déesses de la mythologie grecque dans les manuscrits en langue vernaculaire. À partir d’études de cas, tous pris dans la collection de manuscrits médiévaux de la bibliothèque de l’Arsenal, les communications de cette journée s’intéresseront à la fois aux modalités de la représentation des divinités grecques à la fin du Moyen Âge, aux variations de ces images littéraires et visuelles entre elles et par rapport aux sources anciennes, et aux visées et aux enjeux de ces figurations.

Au-delà du plaisir du contact direct avec les textes et les enluminures, ces présentations seront une occasion unique de discuter sur pièces des nouvelles vies des divinités grecques en Europe.

L’Ovide moralisé

Parmi les œuvres présentées, certaines font partie des plus belles pièces de la bibliothèque de l’Arsenal. C’est le cas d’un manuscrit de l’Ovide moralisé réalisé au début du XIVe siècle (BnF, Arsenal, Ms-5069). L’Ovide moralisé, “un des phares du Moyen Âge”1, long poème anonyme du début du XIVe siècle, est une compilation de textes ovidiens et d’extraits du Roman de Troie. Il s’agit surtout de la première traduction en langue romane des Métamorphoses d’Ovide. Traduction au sens médiéval où la fidélité à la source ovidienne s’inscrit dans une entreprise d’amplification et de transposition des Métamorphoses desquels l’auteur donne une interprétation chrétienne. Le manuscrit de la bibliothèque de l’Arsenal est un des plus anciens manuscrits portant l’Ovide moralisé. Il contient 302 miniatures réalisées dans les années 1330 par un collaborateur du Maître de Fauvel. Ces images suivent surtout l’interprétation littérale du texte, même si quelques-unes ont un rapport avec l’interprétation allégorique et typologique des Métamorphoses. Cette ambivalence est au cœur de la figuration des dieux grecs dans l’Ovide moralisé, en particulier de Bacchus, dont il sera question dans la communication de Marylène Possamaï-Pérez (“Les nouvelles vies de Bacchus dans l’Ovide moralisé”).

Sacrifice à Bacchus, BnF, Arsenal, Ms-5069, f. 35

 

Bacchus transforme les marins en poissons, BnF, Arsenal, Ms-5069, f. 37v

Nouvelles compilations mythographiques

Les dieux grecs n’apparaissent pas seulement dans les transpositions des œuvres antiques. Au cours du XIVe siècle émergent de nouvelles compilations mythographiques, écrites en latin puis rapidement traduites en langue vernaculaire, comme le De formis figurisque deorum de Pierre Bersuire, dont parlera Pauline Otzenberger (“La représentation des dieux dans la traduction française du De formis figurisque deorum : création et postérité”), ou le De genealogia deorum gentilium de Boccace (BnF, Arsenal, Ms-1107). L’œuvre de Boccace, abondamment diffusée en latin ou en langue romane, fait la part belle aux divinités païennes et à leur histoire, y compris dans des œuvres qui ne leur sont pas complètement consacrées, comme le De casibus, dont les traductions françaises par Laurent de Premierfait (1400 et 1409) sont un “best-seller” de la fin du Moyen Âge. La bibliothèque de l’Arsenal conserve deux manuscrits particulièrement intéressants de ce texte, recueil de biographies d’hommes ayant connu des retournements de fortune, d’Adam au roi Jean le Bon, sur lesquels s’appuiera la communication de Anne D. Hedeman “Les divinités dans la traduction française du De casibus de Boccace par Laurent de Premierfait”.
Le premier, dit le Boccace de Jean sans Peur d’après son commanditaire (BnF, Arsenal, Ms-5193), réalisé dès 1410-1411, présente une série d’enluminures qui amplifient et interprètent visuellement le texte de Boccace. C’est le cas en particulier de la célèbre miniature représentant Saturne dévorant un de ses enfants, où le dieu est représenté à la fois comme un roi et un géant, mais aussi comme une allégorie du temps et de la mort.

Saturne dévorant un de ses enfants, BnF, Arsenal, Ms-5193, f. 13

Le deuxième manuscrit du De casibus en français est celui qui a été exécuté en Flandres au milieu du XVe siècle pour le Grand Bâtard de Bourgogne, le fils bibliophile de Philippe le Bon (BnF, Arsenal, ms-5192). Les mythes grecs sont le sujet de plusieurs enluminures où le peintre, assez proche du texte, privilégie une interprétation évhémériste, presque historique, de la figure des divinités antiques, comme en témoigne la miniature représentant Cadmos fondant Thèbes, où manquent les figures merveilleuses et traditionnelles de la génisse et du dragon.

Cadmos fondant Thèbes, BnF, Arsenal, Ms-5192, f. 11

Ces deux manuscrits du De casibus de Boccace ont été réalisés dans le milieu intellectuel et artistique très brillant de la cour des ducs de Bourgogne au XVe siècle. En fondant l’ordre de la Toison d’or en 1430, Philippe le Bon se place sous l’égide de Jason. Le héros voyageur conduisant l’expédition collective et initiatique des Argonautes peut patronner l’idéal chevaleresque et l’esprit de croisade promu par le duc de Bourgogne. Mais Jason est un héros ambigu, un protagoniste relativement effacé, auquel poètes et mythographes antiques et médiévaux préfèrent la figure sombre et flamboyante de Médée. C’est pourquoi le duc commande à Raoul Le Fèvre vers 1460 une Histoire de Jason pour réhabiliter le personnage. La bibliothèque de l’Arsenal conserve le manuscrit de présentation de ce texte à Philippe le Bon (BnF, Arsenal, Ms-5067) où le héros légendaire apparaît, textuellement et visuellement comme le parangon des vertus chevaleresques.

Jason conquiert la Toison d’or, BnF, Arsenal, Ms-5067, f. 105

Renouvellement des histoires troyennes

Le prestige et l’intense mécénat des ducs de Bourgogne ont contribué à la multiplication des histoires troyennes à l’extrême fin du Moyen Âge et au renouvellement de cette matière par la mise en valeur narrative de quelques héros, en particulier Hercule qui y joue un rôle insolite, le demi-dieu étant réputé avoir détruit deux fois la ville de Troie. L’Histoire de la première destruction de Troyes est une vaste compilation où le récit de l’expédition d’Hercule contre Laomédon sert de point de départ à de nombreuses digressions mythologiques (histoire de Jason, travaux d’Hercule, vies de Thésée et de Bacchus) et propose de nombreuses représentations des divinités antiques. Le manuscrit de la bibliothèque de l’Arsenal (BnF, Arsenal, Ms-5068) réalisé entre 1475 et 1498 à Tours pour Louis d’Orléans, le futur Louis XII, et peint par un maître de “l’école de Rouen”, est un rare témoin de ce texte anonyme. Les dieux sont omniprésents dans les 65 miniatures en bas de page qui illustrent le texte. La simplicité et la rapidité de l’exécution ne doit pas faire oublier que la figuration de dieux, ici, retrouve les types classiques qui n’avaient plus cours (Jérémy Chaponneau, “Les divinités dans le cycle iconographique de l’Histoire de la première destruction de Troie”). Jupiter, par exemple, derrière le costume médiéval et toujours en contexte de récit de métamorphoses, apparaît tour à tour comme le dieu du ciel (f. 34v), le principe du feu (f. 41v), en poursuivant de Callisto (f. 10v) ou en cygne amant de Léda :

Léda, Jupiter, Castor et Pollux, BnF, Arsenal, Ms-5068, f. 37v

Les nouvelles vies de Mercure, Jupiter, Saturne et Diane

L’évolution de la représentation littéraire et iconographique d’une divinité grecque sera l’objet de plusieurs communications portant sur des œuvres de la fin du Moyen Âge et du XVIe siècle. La figure de Mercure, le dieu double de la marchandise et de l’herméneutique, du voyage et de la philologie, se retrouve aussi bien dans les traités humanistes que dans dans les fêtes de cour au XVIe siècle (Edith Karagiannis-Mazeaud, “Hermès/Mercure, du temps de Budé à celui de la Pléiade et du Ballet comique de la reine (1581) : figurations textuelles, plastiques et festives”). Deux autres communications seront consacrées à une histoire universelle compilée en Bretagne ou en Normandie à la fin du XVe siècle, la Chronique dite de Jacques de Brézé (BnF, Arsenal, Ms-3515, et Ms-5078-5079). La communication de Silvère Menegaldo portera sur les figures de Jupiter et Saturne (“Jupiter et Saturne, clés de voûte du panthéon divin dans le livre IV de la Chronique de Jacques de Brézé”), tandis que Catherine Gaullier-Bougassas s’intéressera à la figure de Diane (“Diane dans la Chronique dite de Jacques de Brézé et le Recueil Robertet”). La déesse chasseresse est une des divinités grecques dont la représentation n’a pas connu d’éclipse du début à la fin du Moyen Âge, quelle que soit la tradition dans laquelle s’inscrit cette figuration (étiologie de la chasse, représentation de la Lune, allégorie de la pureté). Mais Diane est particulièrement à l’honneur au cours du XVIe siècle, spécialement en France, dans l’entourage royal où, au temps de Diane de Poitiers, elle devient une des incarnations de l’amour, notamment dans les décors, tableaux et estampes de l’École de Fontainebleau, dont la bibliothèque de l’Arsenal conserve plusieurs exemplaires (Sara Benninga, “Different Loves: Venus and Diana as Protoypes of Love in Prints of the Fontainebleau School”).

Jean Mignon, La Métamorphose d’Actéon, BnF, Arsenal, EST-168 (35),

Informations pratiques

Le programme complet de la journée d’étude est disponible sur le site d’Agrelita.
Pour des raisons de sécurité, la réservation est obligatoire. Le public doit obligatoirement s’inscrire auprès de Jérémy Chaponneau (jeremy.chaponneau@bnf.fr) et respecter les horaires de début et de fin de demi-journée.

Illustration en tête du billet : Métamorphose d’Actéon, BnF, Arsenal, Ms-5066, f. 58



Citer ce billet
Jérémy Chaponneau (2024, 22 mai). Journée d’étude : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe. Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11per

  1. Jean Dufournet, “Un des phares du Moyen Âge : l’Ovide moralisé” dans Le Moyen Âge,  2007/2 (Tome CXIII), p. 407-412 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.