Les Etats généraux de l’Antiquité 2018

La bibliothèque nationale de France participera à la deuxième édition des États Généraux de l’Antiquité, les 8 et 9 juin 2018, amphithéâtre Richelieu, en Sorbonne. À cette occasion, des personnalités du monde politique, de la communauté scientifique et de la société civile sont invitées à s’interroger sur : « Pourquoi transmettre l’Antiquité à l’heure de la mondialisation ? Sciences de l’Antiquité et humanisme ».

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, interviendra lors de la table ronde n°2  « Partager, comprendre, aimer : le patrimoine antique autour de la Méditerranée », le samedi 9 juin (9h30-11h00)

Thierry Grillet, directeur de la diffusion culturelle à la Bibliothèque nationale de France, journaliste, membre du comité d’honneur d’Antiquité-Avenir, modérera la table ronde n°4 « Éditer et diffuser l’Antiquité : quels publics, quels médias, quels enjeux ? », le samedi 9 juin (14h30 – 16h00)

Le programme complet des EGA est disponble ici.

L’Antiquité à la BnF revient avec Thierry Grillet sur l’importance de l’Antiquité aujourd’hui et le rôle de la Bibliothèque nationale de France:

A l’instar de la question traitée cette année lors des EGA, pourquoi continuer à transmettre l’Antiquité à l’heure de la mondialisation ?

Parce qu’elle contribue à nous arracher à l’actuel et en même temps à nous y ramener. Elle contribue, cette culture de l’antique, ces humanités, à nous protéger de la tyrannie de l’instant et du présent. Dans une de ses conférences, « Sur l’avenir de nos établissements d’enseignement [Die Zukunft unserer Bildungsanstalten]« , lorsqu’il a fait paraître La Naissance de la tragédie [Die Geburt der Tragödie aus dem Geist der Musik], en 1872, Nietzsche, philologue qui enseignait le latin et le grec à Bâle, est comme pris d’une angoisse. Il fait un long développement sur la culture du journal, disant au fond – alors qu’on est dans une Allemagne de plus en plus industrialisée et tournée vers la science – qu’il n’est pas possible de rompre avec les humanités. La poursuite de l’enseignement des langues anciennes peut conduire à une sorte d’érudition vide et inutile mais il faut se garder de cette « culture du jour ». Péguy disait très justement « Homère est nouveau ce matin, et rien ne peut-être aussi vieux que le journal d’aujourd’hui. »1. Continuer d’enseigner, de transmettre l’Antiquité, c’est se préserver des ravages, de l’actuel, de la mode, de l’instant et une manière de nous y ramener.

Pourquoi continuer à transmettre cette Antiquité ? Parce que ce passé a un statut bien particulier. Quand on redécouvre l’Antiquité au XVIIIe siècle, par exemple le Laocoon, on sort de la terre quelque chose qui a été enterré, soit-disant oublié. Pour le public de l’époque, c’est une sorte de miracle. Ce passé qui resurgit a une qualité particulière pour l’humaniste renaissant : il s’insère dans une abstraction, non corrompue par le fil continu de l’histoire, resté dans une forme de pureté et d’abstraction. Le statut particulier de l’Antiquité lui donne un caractère d’historicité mais aussi de modèle, d’autant qu’il est inaccessible : le latin et le grec ne se prononcent plus comme dans l’Antiquité, il est fragmentaire comme de belles ruines antiques dont le sens ne nous est pas immédiatement accessible… lacunaire et idéal en somme. Prenons comme exemple la maison de Calpurnius Pison, villa d’un riche pompéien, saisie au moment de l’éruption de Vésuve, et dont la bibliothèque s’est trouvée prise par la lave, à la fois brûlée et conservée. Les archéologues ont découvert plusieurs textes, comme De Natura Rerum de Lucrèce, qui permirent de redécouvrir la philosophie gréco-romaine. L’Antiquité est donc une sorte de modèle, non corrompu par l’histoire et qu’il faut conserver et continuer à transmette, auquel nos sociétés occidentales sont rattachées.

Comment avez-vous été amené à devenir membre d’Antiquité-Avenir?

J’ai écrit un petit livre Homère, Virgile, indignez-vous !2. Antiquité-Avenir3 avait lu le livre et m’a proposé d’être membre d’honneur. C’était un petit défi à l’époque où planaient des menaces sur l’enseignement du grec et du latin, et donc on m’avait demandé de faire cet essai. Dans ce livre, j’étais assez remonté contre les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI), c’est-à-dire l’idée qu’au fond on allait remplacer l’étude de la langue par celle, un petit peu vaporisée, de l’Antiquité. Moi j’étais contre pour plusieurs raisons : parce qu’au fond on banalisait l’Antiquité, c’est d’abord une langue, précisément par son caractère d’étrangeté, parce qu’on ne les parle plus. Ce sont des langues véhiculaires, mais aussi des langue de civilisation. Ces langues sont radicalement des langues de civilisation, d’autant plus qu’elle ne sont pas fixées dans un moment. Le grec de Parménide n’est pas celui de Philon d’Alexandrie. Il se passe des choses dans la langue du point de vue du lexique et du système des temps. Par exemple, ça a été une grande découverte pour moi, quand j’étais jeune helléniste, de voir qu’en grec, il existait un optatif, un mode que nous n’avons pas. C’est extraordinaire de voir que ces langues ont des modes d’accès au temps et à l’espace qui nous sont radicalement étrangers4. L’étude des langues anciennes stimule notre capacité à augmenter notre conscience du temps entre autres. La langue est fondamentale. C’est un marqueur de civilisation : en monghol ancien, que j’ai pu étudier aux Langues Orientales, la part du lexique du cheval est très importante : c’est une manière d’envisager le monde.

Prenons l’exemple du mot hospes (« hôte »), qui a les deux sens5. Sa racine exprime la réciprocité. Il est construit sur la même racine que hostis (« l’ennemi »). C’est le contrat de réciprocité qui est la clé. L’hostilité et l’hospitalité procèdent des mêmes codes de relation et de contractualisation. La langue pour moi est majeure, j’étais très opposé à ce que disait Paul Veyne, considérant qu’il suffisait d’un collège de savants pour transmettre l’Antiquité et que le reste était histoire et littérature. Je pense qu’il faut continuer à enseigner ces langues qui ne sont plus parlées, pour méditer, lire, ouvrir sa conscience à d’autres choses.

Selon vous, quel rôle peut avoir la BnF dans cette transmission ?

C’est essentiellement à partir des collections. On a déjà organisé plusieurs expositions qui dialoguaient avec l’Antiquité (Homère, La naissance de l’écriture, les Manuscrits de la Mer Morte). On va faire une grande exposition sur l’invention de l’imprimerie, ce sera l’occasion de reposer la question de la relation avec le corpus antique,  de l’édition de ces textes dans les grands centres à Lyon, en Italie ou de Christophe Plantin à Anvers. On perçoit bien l’intensité des échanges entre ces imprimeurs et les savants qui comparent leurs éditions. Dans le futur Musée – galerie de Richelieu, il y aura une thématique « écriture » avec l’Égypte qui sera bien représentée. Pour ma part, je rêverais de faire une grande exposition Platon ou même Aristote !

[Entretien avec Thierry Grillet conduit le 17 avril 2018 par Hélène Virenque et Vanessa Desclaux]

Je continue à m’occuper de grec et de latin, et je m’en occuperai peut-être toujours. J’aime le parfum de ces belles langues-là; Tacite est pour moi comme des bas-reliefs de bronze, et Homère est beau comme la Méditerranée: ce sont les mêmes flots purs et bleus, c’est le même soleil et le même horizon.

G. Flaubert, lettre à Gourgaud-Dugazon, 22 janvier 1842 [d’apr. J. Bruneau, Bibliothèque de la Pléiade, 1973, p. 94]

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Les Etats généraux de l’Antiquité 2018", in L’Antiquité à la BnF, 04/06/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2401, [consulté le 21/08/2018].
  1. Note sur M. Bergson  et la philosophie bergsonienne, 1914 []
  2. paru en 2015 aux Editions First []
  3. Réseau des Associations liées à l’Antiquité []
  4. A. Marcolongo, La langue géniale. 9 bonnes raisons d’aimer le grec, Ed. Les Belles Lettres, 2018 []
  5. i-e. celui qui accueille et celui qui est accueilli, voir entre autres sur cette thématique: https://hospitam.hypotheses.org []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.