Les dieux du stade. Un balsamaire en bronze trouvé à Sisteron

Archive : Image du mois de mai 2024

Au IIe siècle de notre ère, en Gaule narbonnaise, l’exercice physique est une affaire divine. En effet, sur la panse de ce petit balsamaire en bronze issu de la collection du comte de Caylus, retrouvé à Sisteron, ancienne Segustero, dans les Alpes-de-Haute-Provence, on assiste à une compétition de lutte à laquelle participent deux couples de lutteurs.

Les lutteurs. Balsamaire en bronze, trouvé à Sisteron (04), IIe siècle après J.-C., 10,5 cm de haut, Paris, BnF, Département des Monnaies, Médailles et Antiques, inv. bronze.1420 (© BnF – CNRS/Maison René-Ginouvès – Serge Oboukhoff)

Chacun des couples est accompagné d’un personnage vêtu d’un manteau qui semble fuir le combat, peut-être des coureurs.

Les coureurs (?). Balsamaire en bronze, trouvé à Sisteron (04), IIe siècle après J.-C., 10,5 cm de haut, Paris, BnF, Département des Monnaies, Médailles et Antiques, inv. bronze.1420 (© BnF – CNRS/Maison René-Ginouvès – Serge Oboukhoff)

Enfin, un trépied et deux couronnes de lauriers, attributs de la victoire, viennent scander le paysage, tout comme les deux hermès qui séparent chaque groupe. Ces statues-piliers à demi anthropomorphes évoquent les patrons de la palestre et des compétitions sportives : Mercure et Hercule. L’un porte en effet dans sa main gauche le caducée de Mercure et est revêtu de la léontè, la dépouille du Lion de Némée étouffé par Hercule lors du premier de ses Douze Travaux. L’autre pilier porte quant à lui une massue, deuxième attribut d’Hercule, ainsi que cette même léontè. La force physique exceptionnelle de ce dernier et la vivacité d’esprit du dieu messager ont fait d’eux les protecteurs du gymnase grec puis romain.

En effet, dans l’Antiquité, le gymnase est avant tout un lieu d’apprentissage, avec des activités certes physiques – comme la lutte, la course ou encore le lancer du javelot, qui participent de la formation militaire des jeunes citoyens en devenir – mais aussi intellectuelles. On y apprend ainsi la rhétorique, la poésie, la musique ou encore l’histoire, autant de matières nécessaires à l’accomplissement de tout garçon de bonne famille. Les plus célèbres d’entre eux, l’Académie et le Lycée, ont d’ailleurs donné leur nom à nos propres lieux d’enseignement… !

Les deux hermès, Paris, BnF, Département des Monnaies, Médailles et Antiques, inv. bronze.1420 (© BnF – CNRS/Maison René-Ginouvès – Serge Oboukhoff)

La combinaison d’attributs évoquant à la fois Hercule et Mercure sur la même sculpture est en revanche assez étonnante. En effet, en Grèce, l’hermès est un type sculptural majoritairement associé à Hermès/Mercure, dont il tire son nom. Il existe cependant quelques hermès d’Héraclès/Hercule, ainsi que d’autres divinités comme Dionysos/Bacchus ou encore Apollon. En revanche, on ne connaît pas d’hermès mêlant deux divinités différentes. Cette invention iconographique a donc ici pour objectif de souligner la protection conjointe des deux dieux du gymnase dans cette compétition.

Dans cette scène, la présence des deux hermès sert enfin d’indicateur spatial. En effet, en raison de son association étroite avec Hermès/Mercure, ces statues étaient particulièrement présentes dans le décor des gymnases grecs, où le dieu était tout spécialement honoré. Grâce aux deux piliers, le spectateur est désormais capable de situer la scène dans la palestre et donc de l’identifier comme une compétition sportive et non comme une scène de bataille.

Mais pourquoi choisir de représenter des athlètes sur un vase ? Tout d’abord, les balsamaires sont des vases de petite taille (celui-ci ne mesure que 10 cm de haut), qui servent généralement à contenir de l’huile ou des onguents, dont on se sert beaucoup au gymnase. L’iconographie du vase est donc liée à sa fonction. Par ailleurs, au IIe siècle, se popularise parmi les élites romaines et provinciales un courant philosophique et littéraire à la gloire de la culture grecque : la Seconde Sophistique. Parmi les plus célèbres de ses adeptes, on compte par exemple l’empereur Hadrien, que l’on surnomme « le Philhellène ». Choisir un sujet aussi associé au monde grec que celui du gymnase pour orner un objet, c’est donc montrer son érudition et son bon goût. Si loin de Rome, c’est également une occasion pour le commanditaire de montrer son adhésion aux modes de la capitale et, par extension, à l’empereur lui-même. On comprend donc que ce petit vase en bronze est en réalité porteur d’une iconographie plus subtile qu’il n’y paraît au premier abord…!

Juliette Jaulhiac

Pour aller plus loin :



Citer ce billet
jjaulhiac (2024, 1 juin). Les dieux du stade. Un balsamaire en bronze trouvé à Sisteron. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nlt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.