La naissance d’Érichthonios sur une monnaie de Cyzique

Archive : Image du mois de juin 2024

À partir du VIe siècle avant notre ère, la cité de Cyzique se démarque par une production considérable de monnaies en électrum aux motifs variés.

Les monnaies de Cyzique sont aisément reconnaissables par leur revers marqué d’un simple carré creux quadripartite et par la présence d’un thon inclus dans le sujet principal, au droit. Passés ces premiers éléments, cette production monétaire se distingue par une incroyable diversité dans le choix des iconographies utilisées pour illustrer chaque type. Il existerait plus de 300 types différents !

Figure 1 : Statère d’électrum de Cyzique (Mysie) représentant Gaïa, déesse de la terre, tendant Érichthonios à Athéna, absente du cadre. BnF, MMA, M.1060.

Pour avoir autant de diversité il faut parfois être inventif ou aller chercher dans les mythes et images de cités étrangères. Cette monnaie (figure 1), par exemple, représente la “naissance” d’Érichthonios. Considéré comme l’un des premiers, si ce n’est le premier roi de l’Attique, ce personnage est lié à la cité d’Athènes.

Le mythe, relaté par de nombreuses sources antiques, raconte ceci :

Héphaïstos s’était épris d’Athéna, celle-ci désirait rester vierge et s’enfuit face à ses ardeurs. De désir, le dieu forgeron fait tomber sa semence sur le sol attique. De la fusion de celle-ci avec la déesse Gaïa, personnification de la terre, naît un bébé, le petit Érichthonios. Athéna l’adopte et le place sur l’Acropole afin de le protéger et de le cacher des autres dieux. Celui-ci, après d’autres péripéties, devient le roi de la cité et le fondateur d’une dynastie.

Cette monnaie montre donc la transmission du bébé d’une déesse à l’autre : de Gaïa, sa “mère génétique” à Athéna, sa mère adoptive. Bien que cette dernière soit absente, cette scène est suffisamment représentée, notamment sur des vases (figure 2), pour que le schéma soit reconnu. La figure d’Érichthonios est donc intimement liée à l’histoire et à la religion athéniennes.

Figure 2 : Cratère en calice attique à figures rouges, vers 400 av. J.-C. Virginia Museum of Fine Arts, G227.

Mais alors pourquoi représenter ce sujet sur les monnaies de Cyzique, bien loin d’Athènes ?

Cyzique est une cité grecque côtière de Mysie située au bord du détroit de la Propontide, actuelle mer de Marmara, à un point stratégique pour la navigation entre l’Égée et la mer Noire (figure 3). Au Ve siècle avant notre ère, après la fin des guerres médiques et la victoire grecque sur les armées perses, Athènes étend son hégémonie sur le bassin égéen grâce à la ligue de Délos, alliance et promesse de paix entre les cités helléniques. Cyzique tient une place particulièrement importante dans cette association puisqu’elle est le point de passage obligé des marchands méditerranéens qui veulent commercer avec le Pont-Euxin, l’actuelle mer Noire.

Figure 3 : Entre mer Egée et Pont Euxin, carte de la Propontide avec emplacement de la cité de Cyzique et zoom. BnF, CPL, GE SH 18 PF 98 DIV 2 P 10.

Les monnaies elles-mêmes témoignent de l’importance de Cyzique dans ces échanges. Les monnaies émises par Athènes au Vsiècle avant notre ère sont en argent alors qu’autour de la mer Noire sont utilisées des pièces d’or. Or justement Cyzique émet un monnayage considérable de pièces d’électrum, un alliage d’or et d’argent. Les Égéens, avant de se rendre en mer Noire, s’arrêtaient donc à Cyzique pour échanger leurs pièces avec les monnaies locales, compatibles avec le marché du Pont-Euxin. Il y a donc une grande influence athénienne sur la cité de Cyzique, à la fois politique à travers la ligue de Délos mais aussi culturelle et artistique, dont les monnaies sont le reflet. En effet, la naissance d’Érichthonios n’est pas le seul sujet athénien qui se retrouve sur les monnaies de Cyzique. On trouve d’autres héros attiques comme Kékrops, le roi d’Athènes mi-homme mi-serpent (figure 4), ou le prince Triptolème chargé par Déméter de répandre l’agriculture à travers le monde.

Figure  4 : K 1895, Statère d’électrum de Cyzique (Mysie) représentant Kékrops, roi d’Athènes, mi-homme mi-serpent aux filles duquel Athéna confie Erichthonios bébé après son adoption. BnF, MMA, K 1895.

Plus étonnant encore, se retrouve sur ces monnaies mysiennes la copie d’un groupe statuaire qui siégeait sur l’Agora d’Athènes à partir du VIe siècle avant notre ère, le groupe des Tyrannoctones, symbole de la démocratie athénienne (figure 5).  Ces représentations sur des monnaies à Cyzique sont d’autant plus inattendues que ces sujets ne se retrouvent pas sur les pièces athéniennes dont le modèle est beaucoup plus figé à la période classique.

Figure 5 : Statère d’électrum de Cyzique (Mysie) représentant Harmodios and Aristogeiton courant, leur épée à la main. ANS, 1944.100.42712.

La production de Cyzique est donc particulièrement exceptionnelle par la variété des sujets représentés et par l’assimilation de sujets étrangers, notamment attiques. La naissance d’Érichthonios, dont on ne connaît aucune autre représentation sur des monnaies, en est un parfait exemple.

Manon Cannet

Pour aller plus loin :

Sur Érichthonios

Sur le monnayage de Cyzique


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mcannet (2 juillet 2024). La naissance d’Érichthonios sur une monnaie de Cyzique. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11xf8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.