Cléopâtre reine galante

Archive : Image du mois d’avril 2024

Cléopâtre, Jeu des reynes renommées, jeu de cartes, gravure à l’eau forte, aquarellée, 1644 (BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE KH-34 (B, 26)-BOITE ECU)

Cléopâtre apparaît ici sur le jeu de cartes « des reynes renommées » créé en 1644 et destiné à l’édification du jeune roi Louis XIV.

La gravure de la vignette la représente éplorée, un bras tendu dans un geste dramatique et l’autre appuyé sur le tombeau de Marc-Antoine. Un serpent est visible sur sa poitrine à demi-nue : c’est la fameuse scène de son suicide décrite par les auteurs classiques, qui eut lieu en 30 avant J.-C. Le tombeau à entablement de son amant Marc-Antoine, dont on reconnaît le profil entouré de lauriers, est  surmonté d’une pyramide, illustrant le destin de cette reine à la croisée des mondes romain et égyptien.

Le texte au-dessous fait allusion à ses deux célèbres liaisons : d’abord avec Jules César, qu’il l’aida à se maintenir au pouvoir. Puis avec Marc-Antoine, avec qui elle vécut « La vie inimitable », le couple incarnant Aphrodite et Dionysos dans des fêtes mêlant débauche et ivresse. D’après le récit de Plutarque : “l’amour de Cléopâtre […] éveilla et déchaîna en lui beaucoup de passions encore cachées et endormies, étouffant et détruisant ce qui, malgré tout, pouvait encore en lui rester de bon et de salutaire” (Vie d’Antoine, 25, 1 ).

 

 

 

 

 

Tétradrachme frappé à Antioche entre environ 36 et 31 av. J.-C. Droit : buste drapé et diadémé de Cléopâtre à droite et la légende en grec « la reine Cléopâtre, nouvelle déesse ». Revers : tête à droite de Marc Antoine et la légende en grec « Antoine, autocrator, triumvir » (BnF, MMA, Y 28912,67)

Dans ce jeu de 52 cartes, Cléopâtre est classée parmi les « galantes », ces reines à la mauvaise réputation en raison de leurs (souvent multiples) liaisons, en compagnie d’Hélène, Poppée Sabine (seconde épouse de Néron), Jeanne Ière reine de Naples et la reine de Saba. La notice qui les accompagne explique que ce «  jeu apprend quelles ont été les reynes ou impératrices dont les histoires de tous les royaumes ou empires ont le plus parlé, soit en bien, soit en mal ».

L’auteur des textes est Jean Desmarets de Saint-Sorlin (1595-1696) proche de Louis XIII et premier chancelier de l’Académie française. L’illustrateur des vignettes est Stefano della Bella (1610-1664), un peintre et graveur qui travailla entre l’Italie et la France, qui illustra plusieurs jeux de cartes. A la demande de Mazarin, les deux hommes créent en 1644 quatre jeux pédagogiques pour l’éducation du jeune Louis XIV : le jeu des rois de France, le jeu des reines renommées, le jeu des fables, et le jeu de la géographie.

Pour en savoir plus



Citer ce billet
Hélène Virenque (2024, 2 mai). Cléopâtre reine galante. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10smj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.